Guide alimentaire pour les carnivores domestiques

Les dingos et les chats sauvages se maintiennent en bonne santé en mangeant les carcasses entières de leurs proies. Idéalement, nous devrions nourrir nos animaux de compagnie de la même manière.

Introduction

S'il est difficile de se procurer facilement des proies entières, les propriétaires d'animaux de compagnie ont besoin d'une alternative satisfaisante. Les recommandations ci-dessous, basées principalement sur des os charnus crus, ont été suivies par des milliers des propriétaires d'animaux de compagnie avec d'excellents résultats.

Ce régime est facile à suivre et bon marché, et les animaux de compagnie l'apprécient. Il est également excellent pour les furets :

  • Eau fraîche disponible en permanence
  • Les os charnus crus (ou les carcasses si disponibles) devraient former la majeure partie du régime
  • Restes de table cuits et crus (légumes cuits ou réduits en purée, ne pas donner d'os cuits)

Les chiots et les chatons

Dès l'âge trois semaines, les chiots et les chatons commencent à s'intéresser à ce que mange leur mère. Dès l'âge de 6 semaines, ils peuvent manger des carcasses de poulet, de lapin et du poisson. Durant le bref intervalle situé entre la troisième et la sixième semaine, il est recommandé de hacher les carcasses pour le jeune animal. 

Les os et la viande devraient être hachés ensemble : cela s'apparente à de la nourriture digérée et régurgitée par certains carnivores sauvages.

Entre quatre et six mois, les chiots et les chatons ont leurs dents d'adulte qui poussent et ils grandissent rapidement. Ils ont besoin de carcasses et d'os charnus crus d'une taille adaptée. Les chiots et les chatons ont tendance à ne pas manger avec excès. La nourriture peut donc être disponible en permanence. Si l'animle ne régule pas seul son absorption de nourriture, ne donnez toutefois pas de nourriture en permanence.

Os charnus crus

  • Carcasses de poulet et de dinde
  • Sous-produits de volaille incluant les têtes, les pattes, les cous et les ailes
  • Poissons (avec la tête)
  • Les carcasses de chèvre, de mouton, de veau ou de cerfs et de kangourou peuvent être coupées en gros morceaux
  • Autres sous-produits, dont : pieds de porc, cous de mouton, cous de porc, poitrine, os de queue, côtes

Carcasses

  • Rats
  • Souris
  • Lapins
  • Poissons
  • Poulets
  • Cailles
  • Poules

Abats

  • Foie
  • poumons
  • trachée
  • coeurs
  • tripes vertes
  • tripes

Qualité, quantité et fréquence

La bonne santé des animaux qui vivent et se reproduisent en milieu sauvage dépend de la qualité de la nourriture, de la quantité et de la fréquence à laquelle elle est disponible. Ils obtiennent ainsi un apport nutritif approprié, ainsi qu'un nettoyage des dents. Les carnivores, à la différence des humains, "brossent" et "polissent" leurs dents lorsqu'ils mangent.

Le gibier pauvre en graisse, les poissons et les oiseaux fournissent la meilleure alimentation pour les animaux de compagnie carnivores. Si vous utilisez la viande des animaux de ferme (bétail, porc, mouton), évitez la graisse excessive ou les os qui sont trop grands pour être mangés.

Les chiens risquent plus de se casser une dent en mangeant de grands os (pattes, rotules) et des os sciés en long qu'en mangeant des os charnus.

La nourriture crue pour des chats devrait toujours être fraîche. Les chiens peuvent consommer de la viande faisandée et enterreront parfois leurs os pour une consommation ultérieure.

Quantité

Etablir la quantité pour nourrir les animaux de compagnie tient plus de l'art que de la science. Les parents, lorsqu'ils nourrissent une famille humaine, s'acquittent de cette tâche sans l'aide de diagrammes et de tableaux compliqués. Vous pouvez obtenir les mêmes résultats pour votre animal de compagnie en prêtant attention à son niveau d'activité, à son appétit et à sa condition physique.

Une activité soutenue et un grand appétit indiquent un besoin de nourriture accru, et vice versa.

L'état physique dépend d'un certain nombre de facteurs. La forme globale du corps – est-elle élancée ou ronde - et l'éclat du pelage fournissent des indices.

Utilisez le bout de vos doigts pour évaluer l'élasticité de la peau : Est-ce qu'elle est élastique et glisse-t-elle facilement sur le muscle ? Les muscles sont-ils fermes ? Vérifiez si les côtes sont trop couvertes ou non. C'est l'endroit idéal pour vérifier si votre chien est trop gros ou trop maigre.

Habituellement, la ration journalière doit s'élever à 2 ou 3% du poids du chien. Sur cette base un chien de 25 kilos aura besoin de 5 kilos hebdomadaires environ. Un chat de cinq kilos a besoin de 1 kilo par semaine. Les restes de table devraient être donnés comme complément au repas.

Les femelles gestantes ou allaitant et les chiots et les chatons en croissance ont besoin de plus de nourriture.

Dans la mesure du possible, donnez des gros morceaux de viande et d'os. Cela obligera le chien à découper et à beaucoup mâcher ses aliments, ce qui lui permettra d'avoir des dents propres.

Fréquence

En milieu sauvage, les carnivores se nourrissent à intervalles irréguliers. Dans un environnement domestique, il est préférable de nourrir son animal à intervalles réguliers et, en conséquence, je préconise un repas par jour. Si vous vivez sous un climat chaud, il est préférable de donner le repas le soir, afin d'éviter d'attirer les mouches. On peut également faire jeûner l'animal un ou deux jours par semaine, comme c'est le cas en milieu sauvage.
Il peut arriver que vous n'ayez plus de viande à disposition. Ne soyez pas tenté d'acheter de la nourriture industrielle. Faites plutôt jeûner votre chien et compensez le jour suivant avec de la nourriture naturelle. Les chiots, les chats, les furets, les chiens malades ou trop maigres ne devraient pas faire l'objet d'un jeûne (sauf sur les conseils d'un vétérinaire).

Restes de table

A l'état sauvage, les carnivores ingèrent le contenu de l'estomac et des intestins de leurs proies. Nos restes de tables, s'ils ne forment pas la majeure partie du repas, ne semblent pas faire de mal et peuvent même faire du bien. Au maximum, un tiers du repas peut être composé de restes de tables pour les chiens. Pour les chats, la proportion doit être plus faible. Le fait de passer les restes de table au mixer augmente leur digestibilité.

Les choses à éviter

  • Trop de viande sans os – pas équilibré
  • Trop de légumes – pas équilibré
  • Les petits os – peuvent être avalés en entier et risquent des rester bloqués
  • Les os cuits – très dangereux
  • Les suppléments vitaminés et les minéraux – pas équilibré
  • La nourriture industrielle – crée des maladies et des problèmes dentaires
  • Trop de féculents – provoque des ballonnements
  • Oignons et chocolat – toxiques pour les animaux de compagnie
  • Les noyaux, les pépins de fruits et épis de maïs
  • Le lait – provoque la diarrhée

Soyez prudent !

  • Les chats ou les chiens âgés qui ont été habitués à de la nourriture industrielle peuvent rencontrer des difficultés lors du changement d'alimentation.
  • Les animaux qui souffrent de problèmes de mâchoire ou de maladies dentaires peuvent éprouver des difficultés avec un régime naturel.
  • Variez vos menus. Tout aliment fourni en excès peut s'avérer nocif.
  • Le foie est un excellent aliment mais ne devrait pas être donné plus d'une fois par semaine.
  • Les autres abats, comme par exemple les estomacs de bœuf, ne devraient pas dépasser 50 pour cent du régime.
  • Les poissons entiers sont des aliments excellents pour les carnivores, mais évitez de toujours donner la même espèce de poisson. Certaines espèces, la carpe notamment, contiennent une enzyme qui détruit la thiamine (vitamine B1). Ne donnez pas de salmonidés du Pacifique. 
  • Il n'y a aucune récompense à gagner pour le plus gros chien du quartier. Maintenez votre animal en bonne santé tout au long de sa vie car mieux vaut prévenir que guérir.

Trucs et astuces

  • Les chiens et les chats domestiques sont des carnivores. Leur fournir une alimentation appropriée est la contribution la plus importante à leur santé.
  • Prenez contact avec un fournisseur en viande.
  • Achetez la nourriture en quantités suffisantes afin d'éviter une rupture de stock.
  • Emballez la viande en rations quotidiennes pour vous faciliter la tâche.
  • Il est essentiel de posséder un espace de stockage réfrigéré (un congélateur de préférence).
  • Les os charnus crus peuvent être donnés congelés aux chiens (pas aux chats). Certains animaux les mangent congelés, d'autres attendent qu'ils dégèlent.
  • Vous pouvez donner des petits animaux entiers comme des rats, des souris ou des petits oiseaux (n.d.l.t. : pour les plus courageux). Ils peuvent être congelés avec les entrailles. Si vous donnez des proies plus grosses, il faut enlever les entrailles avant de les congeler.
  • Veillez à ce que vos animaux ne se battent pas pour la nourritures. Nourrissez-les séparément si nécessaire.
  • Faites attention à ce que les enfants ne dérangent pas votre chien quand il mange.
  • Il n'est pas nécessaire d'utiliser des gamelles. De toute façon, le chien sortira sa nourriture de la gamelle. Nourrissez votre chien dehors ou sur un sol facilement nettoyable.
  • Les furets sont des petits carnivores qui peuvent être nourris de la même façon que les chats.

 

Important : Notez que chaque animal doit être considéré individuellement pour ce qui est de ses besoins.
Vous devrez peut-être discuter des besoin de votre chien avec votre vétérinaire.

Pour plus d'information, consultez le livre Raw Meaty Bones de Tom Lonsdale.

Régime BARFRégime Raw FeedingConvient pour les chiensConvient pour les chatsConvient pour les furets

Avec l'aimable autorisation de l'auteur : Tom Lonsdale

Newsletter

Abonnement à la Newsletter