Les Mythes

Mythe : Il y a de millions de carnivores domestiques qui mangent en toute sécurité des croquettes équlibrées

Il s’agit là d’une affirmation qui est plus qu’une observation mais qui n’en est pas moins fausse. On peut donc attirer l’attention sur ces millions de carnivores domestiques et dire qu’en fin de compte, les croquettes ne sont pas si mauvaises. Mais, méditons sur cette affirmation et les conséquences qui en découlent. Les croquettes sont elles sans danger ?

Des millions de chiens, de chats ou de furets mangent des croquettes. Et des millions de chiens et de chats  –85% de tous les chiens- souffrent de parodontoses à partir de l’âge de 3 ans, conséquence directe de l'alimentation industrielle. (Penman, S. and P. 1991. Scalling, Polishing and Dental Home Care. Waltham International Focus. 1(3):2-8. In Lonsdale, T. 2001.Raw meaty Bones. Pg 110). Cela se traduit par des dents recouvertes d’une plaque dentaire grouillant de bactéries. Ces bactéries migrent dans les gencives et provoquent une réponse inflammatoire de la part de l’organisme qui durera la vie entière de l’animal. Nos carnivore domestiques sont condamnés à avoir de mauvaises dents et l’haleine rance. Les gens disent, à propos des chiens par exemple, « C’est normal, les chiens sont supposés avoir une mauvaise haleine puisque ce sont des chiens ». Mais, alors qu’ils ont conscience des maladies parodontales et de leurs effets sur le cœur, les poumons, les reins, le foie, les articulations et la peau, les industriels ont minimisé le problème. Maintenant, vous pouvez acheter quantité de produits à mâcher et d’os qui récurent la plaque, la majorité d’entre eux sont peu efficaces. Des formules « spéciales entretien des dents » ont été élaborées pour nettoyer les dents des nos animaux de compagnie mais leurs effets sont plus que faibles. Les vétérinaires distribuent à leurs clients des brosses à dents, des dentifrices, des bains de bouche et des os qui récurent la plaque, les invitant à brosser régulièrement les dents de leurs carnivores et de programmer de nombreux détartrages pour leur animaux ; opérations pour le moins relativement coûteuses. Au lieu de traiter le problème à sa source, les vétérinaires, les distributeurs et les fabricants de nourriture pour animaux de compagnie commercialisent des centaines de produits et services qui ne sont que des emplâtres pour tenter de masquer le problème. Les industriels ne sont pas motivés par le bien-être de nos animaux mais par leur profit.

cru contre croquettesDes millions de carnivores domestiques mangent des croquettes et des millions d'entre-eux remplissent les salles d’attente des vétérinaires, tous ayant mauvaise haleine. Ces animaux souffrent de dermatoses de toutes sortes ou de cancers, de pathologies articulaires, cardiaques, rénales, digestives (« manque d’enzymes »), hépatiques, pancréatiques, pathologies du pelage, problèmes de dents, de glandes anales, maladies endocrinologiques, allergies, d’un corps empâté consécutif à l’ingestion d’une nourriture à base de céréales, artificielle, grandement travaillée, amendée d’additifs réputée « saines » pour votre animal. Des milliers d'animaux meurent chaque année de maladies induites par l’alimentation tels que des ballonnements (ce qui ne veut pas dire que toutes les maladies sont causées par l’alimentation mais que bon nombre d’entre elles y sont liées ou sont liées aux parodontopathies. Voyez Raw Meaty Bones pour une discussion plus approfondie.), et maintenant, l’industrie commence à produire en masse des aliments adaptés et les vétérinaires les recommandent à leurs clients.

Les vétérinaires n’en savent pas beaucoup : la plupart d’entre eux reçoivent au maximum 8 heures de cours sur l’alimentation des animaux de compagnie (au cours de leurs 3-4 années de formation). La majorité de l’enseignement en nutrition est sponsorisé ou même dispensé par les producteurs des aliments industriels. (pour avoir une idée plus juste sur ce qui se passe dans les cours de nutrition animale des écoles vétérinaires, reportez-vous à « A first year veterinary student comments » dans la RMB Newsletter du 13 Avril 2004). De plus, ils en perçoivent une rente en vendant les préparations industrielles « spéciales vétérinaires » pour stabiliser ou masquer les pathologies engendrées par cette alimentation artificielle. Il y a des préparations spécialement élaborées pour le surpoids, pour les vieux animaux obèses, des programmes spéciaux diabète pour les animaux diabétiques, protéinés pour les maladies rénales, facilement digestibles pour les animaux âgés ou présentant des problèmes digestifs, hypoallergéniques pour ceux atteint d’allergies. Pour quasiment toutes les pathologies existent des préparations spécifiques pour aider les pauvres animaux qui souffrent et les propriétaires se trouvent contraints de maintenir leurs animaux de compagnie sous des régimes alimentaires onéreux censés « résoudre » le problème. Curieusement, la plupart de ces maladies s’améliorent spectaculairement à l’arrêt de l’alimentation industrielle et en nourrissant avec des os charnus crus, cette même nourriture dont les vétérinaires prétendent qu’elle n’est pas saine ni bonne pour la santé des carnivores domestiques. Imaginez leur perte de revenus si personne ne leur achetait de croquettes, si tous ces animaux étaient en bonne santé et n’avaient pas besoin de soins dentaires. Il y aurait un peu moins de vétérinaires ! Heureusement, les vétérinaires tiennent une place de choix dans la société mais il leur faut avoir un regard critique sur les problèmes générés par l’alimentation industrielle. Il leur faut s’arrêter et en revenir à leur credo dont la primauté est de ne pas nuire !!

Des millions de carnivores domestiques mangent des croquettes, souffrant d’avoir de mauvaises dents et une haleine déplorable, une longévité et une qualité de vie diminuées ainsi que des pathologies qui en découlent. Des millions d'animaux sont maintenus sous dépendance d’une alimentation artificielle, contenant une majorité de céréales, des vitamines et des minéraux synthétiques en plus d’une infinité d’additifs et de conservateurs chimiques dont les effets additionnés n’ont JAMAIS été étudiés. L’important, en l’occurrence, est que ces animaux « vivent », tout simplement. Bien sûr, les croquettes (même les croquettes « premium ») sont capables de maintenir votre animal de compagnie en vie, mais sont-elle réellement ce qu’il y a de meilleur pour lui ?

D’une manière détournée, cela met en avant l’argument « complète et équilibrée ». Il existe un tel choix de croquettes, et tant qui prétendent être plus complètes et équilibrées que les autres. Comment cela est-il possible ? Soit elles sont complètes et équilibrées, soit elles ne le sont pas. Actuellement, des centaines de marques qui revendiquent toutes la qualité « complète et équilibrée pour la tranche d’âge proposée », sous couvert du contrôle de l’AAFCO affichent une grande variété dans leur qualité.

Qu’est-ce qui se cache derrière l’argument « complète et équilibrée » ? Cela signifie que 6 chiens sur 8 nourris pendant 26 semaines n’ont pas présenté de déficit nutritionnel observable. Si un aliment pour chien en est capable, il peut alors être considéré comme étant suffisamment complet et équilibré pour nourrir votre animal de compagnie sa vie entière, même si un déficit nutritionnel peut prendre des années pour s’établir ! Globalement, ces croquettes complètes et équilibrées vous garantissent uniquement de pouvoir maintenir votre animal (et des million d’autres) en vie pour au moins six mois sans effet secondaire visible.

Si l’on croit les industriels de l’alimentation pour animaux et ceux qui leurs sont inféodés, des millions de chiens, de chats et de furets mangent « en toute sécurité » des croquettes qui ne causent pas de maladies immédiatement visibles. Les problèmes de ces animaux, causés par d’autres, est précisément d’être des animaux, d’être né sous une mauvaise étoile, d’être nourri de croquettes de qualité inférieure à la moyenne, pas le tort causé par une l’alimentation d’un carnivore avec une nourriture à base de céréales, extrudée et amendée. Les chiens, les furets et les chats peuvent apparemment survivre parfaitement bien avec une alimentation en conserve et dépourvue de toute forme de vie, mangeant jour après jour cette nourriture pour animaux élaborée à base de céréales. Aucune variété et pour l’amour du ciel, ne donnez pas de restes de table ou de nourriture fraîche. Aujourd’hui, la nourriture industrielle a été considérée comme étant néfaste à la santé humaine, et il est recommandé de recourir à une nourriture fraîche et complète. A l’opposé, les propositions pour nos animaux de compagnie sont de ne pas leur donner de nourriture complète et fraîche qui pourrait bouleverser leur alimentation industrielle équilibrée. Quelqu’un voit-il un défaut dans cette logique ?

Régime BARFRégime Raw FeedingConvient pour les chiensConvient pour les chatsConvient pour les furets

Avec l'aimable autorisation de l'auteur © : Carissa

Newsletter

Abonnement à la Newsletter