Tribu Carnivore


Warning: Attempt to read property "term_id" on string in /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/archive.php on line 20
Undefined variable $content
ErrorException in /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/views/archive.pug:
Undefined variable $content on line 7, offset 5
main.archive(
	data-page="archive"
)
	.topPage
		div.col-12.px-0.position-relative
			.img
				if $content['image']['topPage'] != null || $content['image']['topPage'] != false || $content['image']['topPage'] != ''

					picture
						source(
							srcset= $content['image']['topPage']
							media="(min-width: 992px)"
						)
						source(
							srcset= $content['image']['topPage_medium']
## /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Adapter/EvalAdapter.php(21) : eval()'d code(216)
#0 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Adapter/EvalAdapter.php(21) : eval()'d code(216): Phug\Util\SandBox->Phug\Util\{closure}(2, 'Undefined varia...', '/home/clients/6...', 216)
#1 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Adapter/EvalAdapter.php(21): eval()
#2 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/AbstractAdapter.php(103): Phug\Renderer\Adapter\EvalAdapter->Phug\Renderer\Adapter\{closure}()
#3 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Adapter/EvalAdapter.php(19): Phug\Renderer\AbstractAdapter->execute(Object(Closure), Array)
#4 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Partial/AdapterTrait.php(156): Phug\Renderer\Adapter\EvalAdapter->display('<?php $pugModul...', Array)
#5 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Util/Util/SandBox.php(38): Phug\Renderer->Phug\Renderer\Partial\{closure}()
#6 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Partial/AdapterTrait.php(117): Phug\Util\SandBox->__construct(Object(Closure), NULL)
#7 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Partial/AdapterTrait.php(159): Phug\Renderer->getNewSandBox(Object(Closure))
#8 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer/Partial/AdapterTrait.php(225): Phug\Renderer->getSandboxCall('<?php $pugModul...', 'display', 'archive.pug', NULL, Object(Closure), Array)
#9 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Renderer/Renderer.php(252): Phug\Renderer->callAdapter('display', 'archive.pug', NULL, Object(Closure), Array)
#10 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/vendor/phug/phug/src/Phug/Phug/Phug/Phug.php(221): Phug\Renderer->displayFile('archive.pug', Array)
#11 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-content/themes/myrage/archive.php(59): Phug\Phug::displayFile('archive.pug', Array, Array)
#12 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-includes/template-loader.php(106): include('/home/clients/6...')
#13 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/wp-blog-header.php(19): require_once('/home/clients/6...')
#14 /home/clients/62ad0cea9fba894bc18053c386f1806c/sites/index.php(17): require('/home/clients/6...')
#15 {main}
$parameters = 
array:6 [
  "titre" => "Tribu Carnivore"
  "description" => "le premier site francophone qui vous aide et informe sur l&#039;alimentation naturelle des chiens, chats et furets. BARF, Raw feeding et Whole Prey."
  "dateNow" => 1721344573
  "blogCount" => 83
  "page" => array:1 [
    0 => ""
  ]
  "blog" => array:83 [
    0 => array:12 [
      "id" => 601
      "title" => "Fiche pratique du chien"
      "content" => """
        <h2 style="text-align: center;">Tout connaître sur son alimentation en un clin d’oeil</h2>\r\n
        <p>Le BARF et le Raw Feeding sont des approches holistiques - c’est à dire naturelles - de l’alimentation du chien. Dans cette optique, le choix des aliments s’appuie sur le respect de la physiologie propre à cet animal. Le chien étant un carnivore, il convient de lui proposer une alimentation de carnivore, majoritairement à base de viande crue, d’os charnus et d’abats. Il s’agit de s’appuyer sur l’idée que les choix alimentaires des animaux sauvages sont guidés par leurs besoins physiologiques. Dans la nature, les animaux choisissent instinctivement la diète la mieux adaptée à leur métabolisme, choix que nos chiens domestiques n’ont plus la possibilité de faire, tout simplement parce que nous subvenons nous-mêmes à leurs besoins quotidiens.</p>\r\n
        <p>La diète BARF est un régime mis au point par le Dr. Billinghurst, un vétérinaire australien. Elle est composée d’os charnus, de fruits et de légumes réduits en purée, d’abats et de suppléments (voir ci-dessous).</p>\r\n
        <p>La diète Raw Feeding du Dr. Lonsdale est un régime à base de viande crue, d’os et d’abats. Le but de ce régime est de reconstituer, le plus fidèlement possible, une proie entière à partir de différents morceaux de viande.</p>\r\n
        <p>Les recommandations de Tribu Carnivore tiennent compte de plusieurs années d’expériences de la communauté du site Tribu Carnivore. Les suppléments n’entrent pas dans les calculs des quantités. La proportion d’os est moins élevée que dans les recommandations du Dr. Billinghurst.</p>\r\n
        <table style="width: 100%; border-collapse: collapse; background-color: #7a600b; height: 168px;">\r\n
        <thead>\r\n
        <tr style="height: 48px;">\r\n
        <td style="width: 50%; text-align: center; height: 48px; padding: 10px;"><strong><span style="color: #ffffff;">Raw Feeding</span></strong><br />\r\n
        <strong><span style="color: #ffffff;">Modèle de la proie</span></strong></td>\r\n
        <td style="width: 50%; text-align: center; height: 48px; padding: 10px;"><strong><span style="color: #ffffff;">BARF</span></strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        </thead>\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr style="height: 96px;">\r\n
        <td style="width: 50%; height: 96px; padding: 10px;"><span style="color: #ffffff;">Os charnu : 45%</span><br />\r\n
        <span style="color: #ffffff;">Viande (muscle) : 45%</span><br />\r\n
        <span style="color: #ffffff;">Foie : 5%</span><br />\r\n
        <span style="color: #ffffff;">Autres abats : 5%</span></td>\r\n
        <td style="width: 50%; height: 96px; padding: 10px;"><span style="color: #ffffff;">Os charnu : 45%</span><br />\r\n
        <span style="color: #ffffff;">Viande (muscle) : 45%</span><br />\r\n
        <span style="color: #ffffff;">Foie : 5%</span><br />\r\n
        <span style="color: #ffffff;">Autres abats : 5%</span></td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr style="height: 24px;">\r\n
        <td style="width: 50%; height: 24px;"> </td>\r\n
        <td style="width: 50%; height: 24px; padding: 10px;"><span style="color: #ffffff;">Suppléments</span></td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <h3>Comment commencer ?</h3>\r\n
        <p>Commencez par de la volaille sans os pendant 5 à 7 jours. Quand les selles sont normales, vous pouvez introduire les os. Si vous choisissez le régime BARF, c’est là que vous ajoutez la purée de carottes (pour commencer). En fonction de la taille du chien, choisissez des cous de poulet, des dos ou des cuisses. Si tout se passe bien, vous pouvez ensuite introduire une nouvelle viande, puis les abats. Gardez à l’esprit qu’il faut introduire les aliments les uns après les autres, jamais tous en même temps. Les fruits et les légumes doivent toujours être donnés crus et réduits en purée.</p>\r\n
        <h3>Repas équilibrés sur la durée</h3>\r\n
        <p>N'oubliez pas que le régime alimentaire de votre chien peut très bien être équilibré sur une durée de une à deux semaines. Cela signifie que si vous n'apportez pas tous les éléments du régime un jour, vous pouvez tout à fait corriger le jour suivant, ou même le jour d'après.</p>\r\n
        <h3>Aliments à éviter</h3>\r\n
        <p>Raisins (pépins), avocats (noyau), oignons, saumon du Pacifique, viande de porc bio/ plein air provenant de pays dont les élevages porcins ne sont pas déclarés indemnes de la maladie d'Aujeszky. Jamais de sanglier, qui peut être porteur de cette maladie quel que soit le pays. Attention à tout le gibier, qui n’est pas vermifugé.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><strong><span style="color: #ff0000;">Tout doit être donné cru ! Ne jamais cuire les os ! Pas de céréales !</span></strong></p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><strong>Type d’alimentation</strong><br />\r\n
        BARF, Raw Feeding ou Whole Feeding</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><strong>Quantité conseillée</strong><br />\r\n
        Adultes : 2% à 3% du poids du corps<br />\r\n
        Chiots : 4% à 10% du poids du corps (en fonction de l’âge)<br />\r\n
        A adapter en fonction de chaque chien !</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><strong>Fréquence</strong><br />\r\n
        De 2 à 6 mois : 3 fois par jour<br />\r\n
        6 à 12 mois : 2 fois par jour<br />\r\n
        Dès 12 mois : 1 ou 2 fois par jour</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><strong>Suppléments</strong><br />\r\n
        Légumes et fruits: 1 c-à-s/jr/10kg de poids de chien<br />\r\n
        Oeufs, huiles diverses, huile végétale, algues, levure de bière, vinaigre de cidre, etc.</p>
        """
      "excerpt" => "Tout connaître sur son alimentation en un clin d’oeil Le BARF et le Raw Feeding sont des approches holistiques &#8211; [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/fiche-pratique-du-chien/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1609459477
        "plus" => 1609934677
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4187
          +term_id: 2
          +name: "Alimentation crue"
          +slug: "alimentation-crue"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 2
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 5
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 2
          +"category_count": 5
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation crue"
          +"category_nicename": "alimentation-crue"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/E28785CA-5CFC-4C99-8026-BD6BC65D10AC_1_105_c-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/E28785CA-5CFC-4C99-8026-BD6BC65D10AC_1_105_c-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/E28785CA-5CFC-4C99-8026-BD6BC65D10AC_1_105_c-1013x580.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/E28785CA-5CFC-4C99-8026-BD6BC65D10AC_1_105_c-1013x482.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    1 => array:12 [
      "id" => 609
      "title" => "Fiche pratique du chat"
      "content" => """
        <h2 style="text-align: center;">Tout connaître sur son alimentation en un clin d’oeil</h2>\r\n
        <p>Le Whole Feeding et le Raw Feeding sont des approches holistiques - c’est à dire naturelles - de l’alimentation du chat. Dans cette optique, le choix des aliments s’appuie sur le respect de la physiologie propre à cet animal. Le chat étant un carnivore strict, il convient de lui proposer une alimentation de carnivore, à base de viande crue, d’os et d’abats. Il s’agit de s’appuyer sur l’idée que les choix alimentaires des animaux sauvages sont guidés par leurs besoins physiologiques. Dans la nature, les animaux choisissent instinctivement la diète la mieux adaptée à leur métabolisme, choix que nos chats do-mestiques n’ont plus la possibilité de faire, tout simplement parce que nous subvenons nous-mêmes à leurs besoins quotidiens. La diète Raw Feeding est un régime à base de viande crue, d’os et d’abats. Ce régime est conseillé notamment par le Dr. Tom Lonsdale, un vétérinaire australien. Le but de ce régime est de reconstituer, le plus fidèlement possible, une proie entière à partir de différents morceaux de viande.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Eléments spécifiques au chat</h3>\r\n
        <p>Les chats doivent manger de la nourriture fraîche car ils n’ont pas les moyens métaboliques pour digérer la viande faisandée ou pour évacuer les sous-produits toxiques. Au contraire, ils ont évolué et acquis un sens du goût et de l’odorat très spécifiques qui les empêche de manger un aliment qui ne serait pas frais. Ceci explique en partie le côté « difficile » du chat.<br />\r\n
        Il est recommandé de nourrir un chat tous les jours. Il n’est pas sage de faire jeûner un chat pendant plus de 24 heures. A cause de leur métabolisme unique, les chats peuvent souffrir d’une lipidose hépatique s’ils ne reçoivent pas les quantités nécessaires de nourriture.</p>\r\n
        <p>Les chats n’ont pas la capacité de synthétiser eux-mêmes la taurine. Cela signifie que le chat doit ingérer suffisamment de taurine afin de combler ses besoins. L’excellente nouvelle c’est que la taurine est présente dans toutes les viandes, spécialement dans le coeur de boeuf. En nourrissant un chat avec de la viande crue, il reçoit la forme de tau-rine la plus biodisponible. Il y a cependant une condition à cela : ne hachez pas la viande. Hacher la viande augmente la surface de la viande et cette dernière est ainsi plus exposée à l’air. Cela conduit à l’oxydation de la taurine et, par conséquent, à une diminution de la taurine disponible pour le chat.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Comment commencer ?</h3>\r\n
        <p>Commencez par de la volaille sans os pendant au moins 5-7 jours. Si les selles sont normales, vous pouvez introduire les os. Les cous de poulet sont idéaux pour les chats débutants. Si tout se passe bien, vous pouvez ensuite introduire une nouvelle viande, puis les abats. Gardez à l’esprit qu’il faut introduire les aliments les uns après les autres, jamais tous en même temps.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Repas équilibrés sur la durée</h3>\r\n
        <p>N'oubliez pas que le régime alimentaire de votre chat peut très bien être équilibré sur une durée de une à deux semaines. Cela signifie que si vous n'apportez pas tous les éléments du régime un jour, vous pouvez tout à fait corriger le jour suivant, ou même le jour d'après.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Aliments à éviter</h3>\r\n
        <p>Saumon du Pacifique, viande de porc dans les pays dont les élevages porcins ne sont pas déclarés indemnes de la maladie d'Aujeszky. Ne donnez jamais de sanglier qui peut être porteur de cette maladie quel que soit le pays. Evitez tout aliment qui n’est pas de la viande. Le chat n'est pas adapté au régime BARF (qui comporte des végétaux), alors que le Raw Feeding lui convient parfaitement.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><span style="color: #ff0000;"><strong>Tout doit être donné cru ! Ne jamais cuire les os ! Pas de céréales ni de légumes !</strong></span></p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><strong>Type d’alimentation</strong><br />\r\n
        Raw Feeding ou Whole Feeding</p>\r\n
        <p><strong>Quantité conseillée</strong><br />\r\n
        Adultes : 2% à 4% du poids du corps<br />\r\n
        Chatons : 6% à 10% du poids du corps ou à volonté<br />\r\n
        A adapter en fonction de chaque chat !</p>\r\n
        <p><strong>Fréquence</strong><br />\r\n
        De 3 à 4 mois : 4 fois par jour ou à volonté<br />\r\n
        4 à 12 mois : 2 ou 3 fois par jour<br />\r\n
        Dès 12 mois : 1 à 2 fois par jour</p>\r\n
        <p><strong>Recommandations du Dr. Lonsdale (Raw Feeding)</strong></p>\r\n
        <p>Os charnu : 30%<br />\r\n
        Viande : 60%<br />\r\n
        Abats : 10%</p>\r\n
        <p><strong>Aliments conseillés</strong><br />\r\n
        Poulet, cailles, agneau, boeuf, porc, mouton, dinde, canard, poisson, crustacés, chèvre, chevreuil, lapin, souris, rats, poussins, oeufs et abats </p>
        """
      "excerpt" => "Tout connaître sur son alimentation en un clin d’oeil Le Whole Feeding et le Raw Feeding sont des approches holistiques [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/fiche-pratique-du-chat/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1609459532
        "plus" => 1609934732
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4183
          +term_id: 2
          +name: "Alimentation crue"
          +slug: "alimentation-crue"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 2
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 5
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 2
          +"category_count": 5
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation crue"
          +"category_nicename": "alimentation-crue"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-francesco-ungaro-96938-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-francesco-ungaro-96938-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-francesco-ungaro-96938-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-francesco-ungaro-96938-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    2 => array:12 [
      "id" => 612
      "title" => "Fiche pratique du furet"
      "content" => """
        <h2 style="text-align: center;">Tout connaître sur son alimentation en un clin d’oeil</h2>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p>Le Whole Feeding et le Raw Feeding sont des approches holistiques - c’est à dire naturelles - de l’alimentation du furet. Dans cette optique, le choix des aliments s’appuie sur le respect de la physiologie propre à cet animal. Le furet étant un carnivore strict, il convient de lui proposer une alimentation de carnivore, à base de viande crue, d’os charnus et d’abats. Il s’agit de s’appuyer sur l’idée que les choix alimentaires des animaux sauvages sont guidés par leurs besoins physiologiques. Dans la nature, les animaux choisissent instinctivement la diète la mieux adaptée à leur métabolisme, choix que nos furets domestiques n’ont plus la possibilité de faire, tout simplement parce que nous subvenons nous-mêmes à leurs besoins quotidiens.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Eléments spécifiques au furet</h3>\r\n
        <p>Les furets sont des carnivores stricts conçus pour manger des proies entières. Les furets ont un système gastro-intestinal très court qui ne leur permet pas d’assimiler les végétaux et leur flore intestinale est très pauvre, au contraire à celle des herbivores.</p>\r\n
        <p>Chez le furet, les régimes alimentaires à haute teneur en hydrates de carbone favorisent le développement de l’insulinome, un cancer des cellules beta du pancréas. La fonction principale des cellules beta est de répondre à une augmentation du glucose dans le sang par la production d’insuline. Un apport anormalement haut de glucose peut provoquer une hypertrophie des cellules beta. La saturation totale de ces cellules, induite par une alimentation riche en hydrates de carbones, conduit au développement d’un diabète. Cependant, ces cellules peuvent aussi passer de l’hypertrophie à la néoplasie (cancer). Il est intéressant de constater que, durant les années où les furets étaient nourris avec une alimentation crue, l’insulinome était une maladie rare, alors que de nos jours, dans les pays où l’alimentation industrielle est devenue populaire, les cas d’insulinomes sont en augmentation.</p>\r\n
        <p>Une alimentation à base de proies entières est donc le régime le plus approprié pour votre furet. Vous pouvez lui donner des souris, des rats, des poussins, des cailles, des pigeons, des morceaux de poulet ou encore du poisson. Ces aliments fournissent tous les nutriments nécessaires, sous une forme hautement digeste. La mastication des os permet en outre de garder des dents et des gencives saines. Le volume des selles est réduit grâce à une digestibilité accrue.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Comment commencer ?</h3>\r\n
        <p>Si votre furet a toujours mangé des croquettes, commencez par de la volaille sans os pendant au moins 3 jours. Si les selles sont normales, vous pouvez introduire les os, petit à petit. Les cous de poulet sont idéaux pour les furets débutants. Si tout se passe bien, vous pouvez ensuite introduire une nouvelle viande, puis les abats. Ensuite, essayez de passer à des proies entières, qui sont l’idéal pour les furets. Gardez à l’esprit qu’il faut introduire les aliments les uns après les autres, jamais tous en même temps.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Aliments à éviter</h3>\r\n
        <p>Saumon du Pacifique, viande de porc plein air (maladie d'Aujeszky). Ne jamais donner de gibier. Le furet étant un carnivore strict, évitez tout aliment qui n’est pas de la viande. Le furet n'est pas adapté au régime BARF (qui comporte des végétaux), alors que le Raw Feeding lui convient parfaitement.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><strong>Type d’alimentation</strong><br />\r\n
        Raw Feeding ou Whole<br />\r\n
        Feeding</p>\r\n
        <p><br />\r\n
        <strong>Quantité conseillée</strong><br />\r\n
        Adultes : A volonté (env. 10 à 15% du poids)<br />\r\n
        Furetons : A volonté du sevrage à leur 1er automne</p>\r\n
        <p><br />\r\n
        <strong>Fréquence</strong><br />\r\n
        Furetons : à volonté<br />\r\n
        Adultes (été) : 2 à 3 fois par jour<br />\r\n
        Adultes (hiver) : 1 à 2 fois par jour</p>\r\n
        <p><br />\r\n
        <strong>Aliments conseillés</strong></p>\r\n
        <p>Il est vivement conseillé de nourrir le furet avec des proies entières : poussins, souris, oiseaux, cailles, pigeons, poissons, etc.</p>\r\n
        <p><br />\r\n
        En l’absence de ce type d’aliments, vous pouvez préparer vous-même une alimentation de type Raw Feeding en tentant de reconstituer une proie entière et en respectant les proportions suivantes :</p>\r\n
        <p>Os charnus : 15-30%<br />\r\n
        Viande : 60-75%<br />\r\n
        Abats : 10%.</p>
        """
      "excerpt" => "Tout connaître sur son alimentation en un clin d’oeil &nbsp; Le Whole Feeding et le Raw Feeding sont des approches [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/fiche-pratique-du-furet/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1609459585
        "plus" => 1609934785
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4180
          +term_id: 2
          +name: "Alimentation crue"
          +slug: "alimentation-crue"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 2
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 5
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 2
          +"category_count": 5
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation crue"
          +"category_nicename": "alimentation-crue"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/A28219B9-20BC-4CAC-947F-F616B9A69666-1-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/A28219B9-20BC-4CAC-947F-F616B9A69666-1-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/A28219B9-20BC-4CAC-947F-F616B9A69666-1-960x580.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/A28219B9-20BC-4CAC-947F-F616B9A69666-1-960x482.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    3 => array:12 [
      "id" => 679
      "title" => "Guide de survie du débutant"
      "content" => """
        <p><a href="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/02/Guide-de-survie-du-débutant.pdf">Guide de survie du débutant</a></p>\r\n
        <p>Cliquez sur le lien (titre ci-dessus) pour charger l'article</p>\r\n
        <ul>\r\n
        \t<li>Barf vs Raw Feeding</li>\r\n
        \t<li>Schéma d'introduction en 4 étapes</li>\r\n
        \t<li>Résumé des quantités</li>\r\n
        \t<li>...</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Crash course sur cette alimentation, pour vous donner l'eau à la bouche avant de lire plus en détail sur les différents sujets abordés</p>
        """
      "excerpt" => "Guide de survie du débutant Cliquez sur le lien (titre ci-dessus) pour charger l&rsquo;article Barf vs Raw Feeding Schéma d&rsquo;introduction [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/guide-de-survie-du-debutant/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1609459818
        "plus" => 1609935018
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4179
          +term_id: 4
          +name: "Alimentation naturelle"
          +slug: "alimentation-naturelle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 4
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 26
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 4
          +"category_count": 26
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation naturelle"
          +"category_nicename": "alimentation-naturelle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/74654704_10156825572931848_5559761501687906304_n-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/74654704_10156825572931848_5559761501687906304_n-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/74654704_10156825572931848_5559761501687906304_n-1600x580.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/74654704_10156825572931848_5559761501687906304_n-1600x482.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    4 => array:12 [
      "id" => 739
      "title" => "Les crottes"
      "content" => """
        <p><a href="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/02/Crottes.pdf">Crottes</a></p>\r\n
        <p>Cliquez sur le titre (ci-dessus) pour télécharger l'article</p>\r\n
        <p>Fichier "crottes": celles qu'on redoutent, celles qu'on recherche et celles qu'on ne veut plus jamais ramasser!</p>
        """
      "excerpt" => "Crottes Cliquez sur le titre (ci-dessus) pour télécharger l&rsquo;article Fichier « crottes »: celles qu&rsquo;on redoutent, celles qu&rsquo;on recherche et celles qu&rsquo;on [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/les-crottes/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1609459885
        "plus" => 1609935085
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4177
          +term_id: 1
          +name: "Non classé"
          +slug: "non-classe"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 1
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 4
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 1
          +"category_count": 4
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Non classé"
          +"category_nicename": "non-classe"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/coussin-emoji-emoticon-sourire-caca-poo-enerve-28-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/coussin-emoji-emoticon-sourire-caca-poo-enerve-28-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/coussin-emoji-emoticon-sourire-caca-poo-enerve-28-700x580.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/coussin-emoji-emoticon-sourire-caca-poo-enerve-28-700x482.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    5 => array:12 [
      "id" => 792
      "title" => "Gestation, lactation, et sevrage, par Isabelle Persson, Elevage du Val de la Petite Creuse"
      "content" => """
        <h1>Nourrir au cru durant la gestation, la lactation et le sevrage</h1>\r\n
        <p>S’il y a bien des périodes où l’alimentation doit être particulièrement de qualité, ce sont les périodes de gestation et de lactation ainsi que le sevrage des chiots. Durant ces périodes les apports nutritionnels doivent non seulement combler les besoins de la mère mais également ceux des chiots. L’alimentation crue, compte tenu de sa digestibilité et de la biodisponibilité des nutriments, s’avère l’alimentation la plus adaptée durant ces périodes sensibles.</p>\r\n
        <h3>Rappel des besoins nutritionnels</h3>\r\n
        <p>Quelque soit la période de sa vie un chien a besoin d’une alimentation qui lui apporte en quantité suffisante et assimilable de nombreux nutriments tels que des protéines, des lipides, des minéraux, des vitamines et des oligo-éléments. Les nutriments sont les matériaux de construction, de régulation et de réparation de l’organisme. En outre ils fournissent également l’énergie nécessaire au fonctionnement.</p>\r\n
        <p>La particularité d’un carnivore est de tirer ces nutriments d’une alimentation d’origine animale. C’est d’autant plus important au niveau des protéines car certains acides aminés sont dits indispensables ce qui signifie que le chien ne peut les synthétiser. Ces acides aminés doivent donc être apportés par l’alimentation, une alimentation riche en protéines animales. Sans entrer dans le détail, ces acides aminés indispensables au nombre de 9, ne peuvent être fournis par une alimentation d’origine végétale même en variant les sources comme cela se pratique par les végétariens. A ces protéines s’ajoutent également des lipides source d’acides gras essentiels. Les lipides doivent également être d’origine animale notamment en ce qui concerne les oméga 3. Les oméga 3 sont synthétisés à partir des EPA/DHA chez le carnivore. A défaut d’EPA/DHA dans son alimentation, il y aura carence en oméga 3, un mal déjà fort répandu suspecté d’être à l’origine des maladies dites inflammatoires. En effet l’alimentation moderne est riche en oméga 6. Or le ratio Oméga 3/Oméga 6 devrait être de l’ordre de 1 pour 5 alors qu’il est plutôt de l’ordre de 1/20. Les Oméga 6 étant plutôt “inflammatoires”, la question de ce ratio déséquilibré se pose pour nous mais aussi pour nos chiens à la différence près que nous, humains, sommes capable de synthétiser des EPA/DHA à partir des ALA présents dans les lipides d’origine végétale. Pas les carnivores.</p>\r\n
        <p>Les différents organismes en charge de l’alimentation animale préconisent tous des apports minimum en protéines, lipides, minéraux, vitamines et oligo-éléments sans que la source ne soit imposée. C’est ainsi que l’on se retrouve avec des protéines et des lipides d’origine animale dans les aliments industriels et des minéraux et vitamines de synthèse sans que la biodisponibilité ne soit envisagée. Sur le papier c’est équilibré.</p>\r\n
        <h3>Les particularités de la gestation et de la lactation</h3>\r\n
        <p>Gestation et lactation ont pour principale particularité de devoir fournir beaucoup plus de nutriments à la mère puisqu’une partie de ces nutriments est destinée aux chiots. Il est habituel d’augmenter la ration quotidienne ce qui a pour effet d’augmenter les apports mais autant les apports nutritionnels que les apports énergétiques. Or une chienne gestante ou allaitante a certes besoin de plus d’énergie mais elle a surtout besoin de plus de nutriments. Durant ces périodes la biodisponibilité de l’alimentation est donc fondamentale. C’est d’autant plus fondamental que la mère puisera dans ses réserves pour fournir à ses chiots ce dont ils ont besoin à son propre détriment si l’alimentation ne couvre pas correctement les besoins.</p>\r\n
        <h3>Les apports en calcium</h3>\r\n
        <p>Durant la gestation les apports en calcium doivent être légèrement augmentés pour atteindre le rapport phospho/calcique de 1,5, c’est à dire 1,5 unité de calcium pour 1 unité de phosphore. Au Raw Feeding les apports en calcium sont assuré par les os. On aurait donc tendance à augmenter considérablement la proportion d’os dans la gamelle. Or le ratio phospho/calcique d’une ration équilibrée respectant les proportions de 45% d’os charnus et 45% de viandes est déjà proche de 1,3 (voir ici l’article sur le sujet proposé par Tribu Carnivore). L’augmentation de la proportion d’os doit donc être minime. Il s’agit en fait de reconstituer les réserves de la mère au fur et à mesure qu’elle mobilise le calcium dans son capital osseux pour ses chiots. L’excès de calcium durant la gestation est tout autant préjudiciable que la carence. Il serait responsable d’éclampsie au moment de la mise-bas.</p>\r\n
        <p>Durant la lactation le rapport phospho/calcique admis est de l’ordre de 1,3 ce qui correspond en moyenne au rapport phospho/calcique d’une ration équilibrée au Raw Feeding. L’apport en os n’a donc pas lieu d’être augmenté.</p>\r\n
        <p>L’alarmisme de certains vétérinaires nutritionnistes quant aux carences durant la gestation ou la lactation est d’ailleurs mis à mal par l’observation des canidés sauvages. Certes le chien sauvage n’existe pas en tant que tel mais sa proximité avec le loup permet totalement la comparaison. Il s’avère que la louve gestante ou allaitante ne change pas fondamentalement d’alimentation. Elle mange plus mais ne mange pas différemment en termes de proportions d’os et de viandes.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><img class="aligncenter wp-image-20307 size-medium" src="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/Pesee-225x300.jpg" sizes="(max-width: 225px) 100vw, 225px" srcset="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/Pesee-225x300.jpg 225w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/Pesee-150x200.jpg 150w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/Pesee-1152x1536.jpg 1152w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/Pesee-1536x2048.jpg 1536w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/Pesee-300x400.jpg 300w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/Pesee-scaled.jpg 1920w" alt="Surveillance de la prise de poids" width="225" height="300" /></p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>La prise de poids</h3>\r\n
        <p>Durant la gestation la chienne ne prend pas, ou ne devrait pas prendre, de poids pendant les 5 premières semaines. En effet le développement foetal n’est significatif qu’après ces 5 premières semaines. Au terme de la gestation, il est admis que la prise de poids est de l’ordre de 20%, un poids qui sera entièrement perdu au moment de la parturition. Une prise de poids supérieur causerait une situation d’obésité avec un risque accru de dystocie au moment de la mise-bas. Il est donc intéressant de vérifier régulièrement le poids de la chienne durant la gestation.</p>\r\n
        <p>En matière d’alimentation on ne devrait idéalement augmenter la ration que proportionnellement aux besoins nutritionnels et énergétiques. Ces besoins, majoritairement nutritionnels, atteignent seulement 150% juste avant la mise-bas. L’idée de doubler ou tripler la ration en fin de gestation est donc une très mauvaise idée. En outre cela a des répercussions sur le poids des chiots et des chiots trop gros auront beaucoup plus de difficultés à naître. C’est surtout à la valeur nutritionnelle des repas qu’il faut s’intéresser en veillant à des apports augmentés en protéines et en lipides d’origine animale ce qui suffira à augmenter la valeur énergétique.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><img class="aligncenter wp-image-20308 size-full" src="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/variation-BEE-durant-gestation.png" sizes="(max-width: 541px) 100vw, 541px" srcset="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/variation-BEE-durant-gestation.png 541w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/variation-BEE-durant-gestation-300x190.png 300w" alt="" width="541" height="343" /></p>\r\n
        <p>Durant la lactation, la chienne ne prend pas de poids mais elle ne doit pas non plus en perdre. Ses besoins alimentaires sont directement liés à la production de lait allant de 2 à 4 fois ses besoins à l’entretien. La surveillance du poids est également un très bon moyen de s’assurer que la ration couvre ces besoins. Au fur et à mesure que ceux-ci augmentent on augmente la quantité en fractionnant en plusieurs repas (3 à 4 au lieu de 1 à 2). Le pic des besoins énergétiques se situe aux alentours de 3 semaines de lactation. On considère que les besoins de la chienne en lactation correspondent aux besoins énergétique à l’entretien + 250 Kcal/ kg de chiot allaité.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><img class="aligncenter wp-image-20309 size-full" src="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/courbe-lactation-chienne.png" sizes="(max-width: 413px) 100vw, 413px" srcset="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/courbe-lactation-chienne.png 413w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/courbe-lactation-chienne-300x208.png 300w" alt="" width="413" height="286" /></p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p>Pour les adeptes des calculs, il est possible de calculer BEE,EM et Q.</p>\r\n
        <p>Les besoins énergétiques à l’entretien (BEE) se calculent à l’aide de l’équation suivante : BEE en Kcal/j = 132 x P exposant 0,75</p>\r\n
        <p>La quantité à distribuer par jour (Q) se calcule à l’aide de l’équation suivante : Q en kg = BEE ÷ Energie métabolisable de l’aliment (EM) en Kcal/Kg</p>\r\n
        <p>et l’énergie métabolisable de l’aliment* (EM) se calcule à l’aide de l’équation suivante : EM = 4%MP (matières protéïques) + 9%MG (matières grasses), soit 4 Kcal par gramme de matière protéïque + 9 Kcal par gramme de matière grasse.</p>\r\n
        <p>*Il est question ici d’un aliment sans glucides. Si l’aliment comporte des glucides, il faudra ajouter 4%MG (matières glucidiques) pour obtenir l’EM. A noter que le calcul se fait à partir des matières sèches. Il faudra donc tenir compte de la teneur en eau de l’aliment, de l’ordre de 70% pour une alimentation humide.</p>\r\n
        <p>En appliquant ces équations au cas d’une chienne de 30 kg, on obtient un BEE d’environ 1800 Kcal par jour qui pourra atteindre près de 4000 Kcal par jour au moment où elle allaitera 6 chiots de 1,5 kg chacun. A l’entretien une ration de type Barf d’environ 900 g/j couvrirait les besoins énergétiques de la mère. Cela se vérifie en calculant l’EM de cette ration (20% de MP et 15% de MG en moyenne selon les “viandes” ce qui donne pour 900 g de ration 180 g de MP apportant 720 Kcal et 135 g de MG apportant 1215 Kcal, soit 1935 Kcal au total). Cette ration devra atteindre près de 2 kg pour combler ses besoins énergétiques et ceux de ses 6 chiots de 1,5 kg chacun. On obtient cette quantité de 2 kg soit en ajoutant à la ration l’équivalent de 13 à 15% du poids des chiots à nourrir (6 x 1,5 kg x 13%), soit en se basant sur des besoins en EM augmenté de 250 Kcal par chiot et en vérifiant que l’EM d’une ration de 2 kg couvre les besoins (20% de MP et 15% de MG en moyenne selon les “viandes” ce qui donne pour 2 kg de ration 400 g de MP apportant 1600 Kcal et 300 g de MG apportant 2700 Kcal, soit 4300 Kcal au total). A noter que ces équations considèrent seulement le besoin énergétique et pas les besoins nutritionnels. 450 g d’huile végétale couvriraient des besoins énergétiques de 4000 Kcal.</p>\r\n
        <h3>La question des glucides</h3>\r\n
        <p>Si cette question ne se pose pas pour une chienne à l’entretien, il n’est pas rare de la voir ressurgir pour une chienne en gestation et surtout en lactation. En effet le glucose est un précurseur du lactose et compte tenu de la nécessité de produire beaucoup de lactose pour une chienne qui allaite, on serait tenté de compléter sa ration en glucides pour lui faciliter la tâche. Certaines études sur lesquelles s’appuient les vétérinaires (cf sources) ont par ailleurs mis en évidence qu’une chienne nourrie à base d’un régime sans glucides avait des portée légèrement moins nombreuses et des chiots légèrement plus petits à la naissance comparée à une chienne nourrie à base d’un régime comportant 20% de glucides. Selon nous utiliser l’argument de la prolificité pour justifier l’ajout de glucides va dans le sens d’une approche économique de la reproduction. Dans quelles mesures élever le nombre de chiots par portée n’est il pas contre nature au même titre qu’inséminer, pratiquer des césariennes sur des chiennes s’avérant naturellement inapte à la reproduction ?</p>\r\n
        <p>Cela dit, le choix d’un régime alimentaire se fait au cas par cas. Chez certaines chiennes nous n’hésitons pas à ajouter une source de glucides sous la forme de galettes de riz complet soufflé dans leur gamelle, non pour favoriser la reproduction mais pour ajouter une source d’énergie complémentaire (chienne très active mais ne supportant pas des repas plus gras) ou pour améliorer leur confort digestif (tendance à l’hyper-acidité gastrique). Cet ajout a fait ses preuves en termes de bienfaits dans certains cas particuliers. Il n’est absolument pas généralisé à tous nos chiens et reste de l’ordre de l’ajout.</p>\r\n
        <p>L’alimentation au cru fait appel au bon sens et a cet avantage de pouvoir être totalement maitrisée. La relative capacité du chien a digérer l’amidon permet, si le besoin s’en fait sentir, d’ajouter une source complémentaire d’énergie tant que cette source ne se substitue pas aux protéines et lipides d’origine animale. Or c’est la démarche des industriels : remplacer la viande onéreuse par des féculents plus rentables sur le plan économique. Si le besoin ne s’en fait pas sentir chez le chien, qu’un régime carné et cru couvre tous ses besoins énergétiques, il n’y a pas lieu de chercher ailleurs et surtout pas lieu de diminuer la valeur nutritionnelle de ses repas en vertu de cette fameuse capacité à digérer l’amidon. Jamais des glucides aussi digestes soient-ils n’équivaudront à de la viande qui est la seule source fiable de l’ensemble des acides aminés et acides gras essentiels pour un carnivore. L’amidon doit être considéré comme une source d’énergie complémentaire.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><img class="aligncenter wp-image-20310 size-medium" src="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/tetee-225x300.jpg" sizes="(max-width: 225px) 100vw, 225px" srcset="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/tetee-225x300.jpg 225w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/tetee-150x200.jpg 150w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/tetee-1152x1536.jpg 1152w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/tetee-1536x2048.jpg 1536w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/tetee-300x400.jpg 300w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/tetee-scaled.jpg 1920w" alt="Lactation au cru" width="225" height="300" /></p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Concrètement</h3>\r\n
        <p>Concrètement nous ne nous préoccupons pas de toutes ces équations permettant de calculer le BEE, l’EM ou le Q par contre nous utilisons beaucoup la balance et l’observation.</p>\r\n
        <p>Nos chiennes sont pesées régulièrement toute l’année et nous en connaissons le poids idéal. De ce poids idéal découle une ration qui permet de maintenir ce poids idéal. Cette ration est globalement toujours composée de 45% d’os charnus variés, de 45% de viandes variées et de 10% d’abats variés également avec environ la moitié de foie. Nous ajoutons à cette ration presque quotidiennement de la panse et régulièrement des légumes pour l’apport en fibres non solubles profitables au microbiote intestinal. Presque quotidiennement nous ajoutons aussi un peu d’huile de poisson gras pour augmenter les apports en EPA/DHA, du kéfir et des compléments sous formes d’herbes ou algues selon les besoins spécifiques de chaque chien. Avant d’envisager une gestation nous faisons faire un bilan sanguin ce qui nous permet de nous assurer de la bonne santé de nos chiennes au delà de ce que leur état général nous montre.</p>\r\n
        <p>Durant les cinq premières semaines de gestation nous ne changeons absolument rien.</p>\r\n
        <p>A partir de la sixième semaine, et après nous être assurées qu’il y a bien gestation, nous commençons à augmenter progressivement la ration d’environ 5% les semaines 6 et 7, puis de 10% les semaines 8 et 9 pour terminer à une ration + 30% environ comparée à la ration habituelle en vérifiant par la surveillance du poids que celui-ci augmente dans les mêmes proportions. En matière de composition, la ration varie très peu hormis le fait que nous veillons particulièrement à la variété des sources de protéInes quitte à ajouter des viandes plutôt rares dans nos menus habituels (chèvre, cheval, mouton …). Nous doublons également la quantité d’huile de poissons gras toujours pour les apports en EPA/DHA favorable au développement du cerveau.</p>\r\n
        <p>Lors de la parturition, nous laissons la chienne ingérer les placentas ce qui a pour effet qu’elle refuse généralement de manger après cette parturition.</p>\r\n
        <p>Ensuite nous continuons avec une ration un peu supérieure à celle de la fin de gestation, soit 150% de la ration à l’entretien.</p>\r\n
        <p>A partir de la deuxième semaine de lactation, nous calculons la ration en fonction du nombre de chiots et ajoutons l’équivalent de 15% du poids total des chiots à la ration quotidienne jusqu’au moment du sevrage. Evidemment cela oblige à la surveillance du poids des chiots presque quotidiennement.</p>\r\n
        <p>Dans notre cas et avec nos bergers allemands cela donne les quantités suivantes</p>\r\n
        <p>ration crue à l’entretien = 0,9 kg<br />\r\n
        ration crue semaine 6 de gestation = 0, 95 kg<br />\r\n
        ration crue semaine 7 de gestation = 1 kg<br />\r\n
        ration crue semaine 8 de gestation = 1,1 kg*<br />\r\n
        ration crue semaine 9 de gestation = 1,2 kg* (* pour une portée normale en nombre pour la race, soit en moyenne 6 chiots)<br />\r\n
        ration crue semaine 1 de lactation = 1,35 kg<br />\r\n
        ration crue semaine 2 de lactation = 0,9 kg + 15% du poids des chiots<br />\r\n
        ration crue semaine 3 de lactation = idem<br />\r\n
        ration crue semaine 4 de lactation = idem<br />\r\n
        ration crue semaine 5 de lactation = idem</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><img class="aligncenter wp-image-20311 size-medium" src="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/premiere-gamelle-300x225.jpg" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" srcset="https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/premiere-gamelle-300x225.jpg 300w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/premiere-gamelle-1536x1152.jpg 1536w, https://valcreuse.fr/wp-content/uploads/2021/08/premiere-gamelle-2048x1536.jpg 2048w" alt="" width="300" height="225" /></p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h3>Le sevrage au cru</h3>\r\n
        <p>A partir de l’âge de 5 semaines, nous commençons à présenter aux chiots de la viande de volaille coupée en morceaux mélangée à du lait de chèvre à raison d’environ 2 à 3% de leur poids tout d’abord en un seul repas, puis deux à trois fois par jour à raison de 2 à 3% de leur poids à chaque repas. Parallèlement nous réduisons la ration de la mère d’autant.</p>\r\n
        <p>A partir de l’âge de 6 semaines nous introduisons progressivement les autres sources de protéines et notamment le boeuf et les poissons et passons à 4 repas par jour équivalent toujours à 2 à 3% de leur poids pour chaque repas. Nous cessons le lait de chèvre et présentons les os charnus sous forme entière.</p>\r\n
        <p>A l’âge de 7 semaines nous chiots reçoivent l’équivalent de 10% de leur poids par jour fractionnés en 5 repas identiques en termes de composition aux repas de nos chiens adulte à l’exception des abats introduits plus tard. De son coté la mère continue de recevoir une ration augmentée de l’équivalent de 2% du poids total des chiots afin d’assurer l’allaitement résiduel. C’est généralement d’elle même vers l’âge de 8 ou 9 semaines qu’elle met fin à cet allaitement résiduel et par la même occasion diminue spontanément sa consommation de nourriture. En effet il n’est pas rare que la mère jeûne une ou deux journées quand elle souhaite arrêter d’allaiter.</p>\r\n
        <p>Au moment du départ de l’élevage, nos chiots mangent l’équivalent de 8% de leur poids par jour. Leur ration est exactement la même que celle de nos adultes hormis le fait que nous continuons de donner des huiles de poissons gras en plus grande quantité comparé à nos adultes. Evidemment la dureté des os charnus est adaptée à leurs mâchoires moins puissantes.</p>\r\n
        <p>Petit à petit nous augmentons la ration proportionnellement au poids en nous basant sur les pourcentages admis pour la croissance, soit 7, puis 6, puis 5% du poids etc. Par contre nous relativisons grandement ces pourcentages en fonction de la silhouette du chiot qui doit rester svelte. C’est cette silhouette corroborée par une prise de poids régulière et raisonnable qui sont nos indicateurs.</p>\r\n
        <h3>Discussion et conclusions</h3>\r\n
        <p>Près de 15 ans de pratique du cru lors de la gestation, lactation et le sevrage ainsi que l’élevage de tous nos chiots gardés et l’alimentation de tous nos chiens jusqu’à la fin de leurs jours nous ont conforté dans le choix d’une nourriture exclusivement carnée et crue, du type Barf. Cette base peut être complétée individuellement et en fonction des besoins spécifiques de chacun de nos chiens si cela s’avère nécessaire mais n’en reste pas moins une base invariable aussi bien pour nos chiennes, nos étalons et à fortiori nos chiots.</p>\r\n
        <p>La mode est à la vérification des données et surtout à n’accorder du crédit qu’aux études scientifiques. Or les études scientifiques sont onéreuses et sont surtout financées par les industriels de l’alimentation animale. Cela pose la question de l’impartialité des études. D’autre part il est intéressant de savoir que les études ayant permis d’établir les apports nutritionnels recommandés se sont basées sur les effets bénéfices ou délétères de certaines carences ou excès, effets visibles à l’oeil ou vérifiables par des bilans sanguins. Ce n’est ni plus ni moins ce que nous faisons avec le cru et c’est ce qui a permis d’établir les proportions os charnus, viandes et abats ainsi que les quantité journalières à distribuer. Les effets bénéfiques visibles à l’oeil sont légion lorsque l’on nourrit au cru.</p>\r\n
        <p>Bien que la bonne croissance des chiots et la bonne santé des chiens se vérifient à l’oeil nu et par les bilans sanguins, il est fréquent, pour ne pas dire récurrent, d’obtenir réprobation et mises en garde de la part du professionnel de santé dès que l’on dévoile le type d’alimentation choisie. C’est à se demander si les règles du diagnostic ne concernent pas le Barf, à savoir observer l’état général, ausculter et s’assurer du bon fonctionnement de l’organisme et en l’absence d’éléments d’inquiétude, laisser les choses en l’état. Inversement lorsque l’état général est dégradé l’alimentation industrielle est immédiatement dédouanée de toutes responsabilités au profit de pathologies digestives, dermatologiques, endocrinologiques trouvant pourtant fréquemment leur source dans l’alimentation. A l’époque où les organismes de santé publique prônent un retour à une alimentation la moins industrielle possible pour l’humain, certains vétérinaires prônent exactement l’inverse pour les chiens à grand renfort d’arguments passablement alarmistes tels que le risque bactériologique, le déséquilibre nutritionnel ou la dangerosité des os. Non seulement aucun chiffre n’est fourni en termes de probabilités mais on peut légitimement se demander quel est l’objectif de l’évocation de ces cas hypothétiques, voire anecdotiques, hormis générer angoisses et culpabilité, qui, comme chacun sait est un terreau fertile pour y planter sa doctrine. La défiance dont les professionnels de la santé des animaux se plaignent ne serait-elle pas le résultat d’une politique d’information partielle et partiale instrumentalisant les études scientifiques ? C’est une question qui sort du cadre de cet article destiné à proposer une façon de faire lors de la gestation, de la lactation et du sevrage ayant fait ses preuves. Mais c’est une question qui se pose.</p>\r\n
        <p>A notre niveau, 15 ans de pratique représentent plus de 60 portées et non loin de 400 chiots. Certes cela ne constitue pas une preuve scientifique de la qualité de l’alimentation au cru et du bien fondé d’en faire usage aussi lors de ces périodes particulières mais cela constitue un modèle empirique où risque bactériologique, déséquilibre nutritionnel et dangerosité des os ne se sont pas vérifiés. CQFD.</p>\r\n
        <hr />\r\n
        <h3>Sources</h3>\r\n
        <p>Auteure: Isabelle Persson, <a href="https://valcreuse.fr/">https://valcreuse.fr/</a></p>\r\n
        <p>Nutrition vétérinaire du chien et du cat, seconde édition par S. Lefebvre<br />\r\n
        Nutrition vétérinaire du chien et du chat : les rations non conventionnelles par S. Lefebvre<br />\r\n
        L’élevage des chiens et des chats par Educagri Editions, édition 2021<br />\r\n
        Encyclopédie de la nutrition canine clinique<br />\r\n
        L’obésité du chien par C.Blankaert<br />\r\n
        La malbouffe ou la vie par G.Lippert<br />\r\n
        Toxic croquette par J.Ziegler<br />\r\n
        Nutrition clinique des carnivores domestiques, dossier technique 82 et 83 la Dépêche vétérinaire, par G. Blanchard<br />\r\n
        <a href="https://www.aaha.org/globalassets/02-guidelines/nutritional-assessment/nag_french_color.pdf" target="_blank" rel="noopener">Directives d’évaluation nutritionnelle de l’AAHA</a><br />\r\n
        <a href="https://www.dechra.fr/Admin/Public/Download.aspx?file=Files%2FFiles%2FSupportMaterialDownloads%2Ffr%2FP5501.pdf" target="_blank" rel="noopener">Intérêt des Oméga 3 dans l’alimentation du chien et du chat</a><br />\r\n
        <a href="https://docplayer.fr/6721973-Lignes-directrices-nutritionnelles-aliments-complets-et-complementaires-pour-chiens-et-chats.html" target="_blank" rel="noopener">Lignes directrices nutritionnelles par FEDIAF</a></p>
        """
      "excerpt" => "Nourrir au cru durant la gestation, la lactation et le sevrage S’il y a bien des périodes où l’alimentation doit [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/gestation-lactation-et-sevrage-par-isabelle-persson-elevage-du-val-de-la-petite-creuse/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1609460107
        "plus" => 1609935307
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4175
          +term_id: 4
          +name: "Alimentation naturelle"
          +slug: "alimentation-naturelle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 4
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 26
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 4
          +"category_count": 26
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation naturelle"
          +"category_nicename": "alimentation-naturelle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Leska_collier_violet_repas_071119-1200x390-1-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Leska_collier_violet_repas_071119-1200x390-1-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Leska_collier_violet_repas_071119-1200x390-1.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Leska_collier_violet_repas_071119-1200x390-1.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    6 => array:12 [
      "id" => 815
      "title" => "Astuces pour chats récalcitrants"
      "content" => """
        <p>C'est bien connu, les chats peuvent être très difficiles quand il s'agit de leur nourriture. Au fil des ans, nous avons listé un certain nombre d'astuces pour aider les plus pénibles d'entre eux à daigner changer d'alimentation. </p>\r\n
        <p class="p4">Si le chat était habitué à avoir à volonté, l'heure du repas cru peut avoir son importance. Voir ce qu'il préfère, parfois c'est la nuit. <br />\r\n
        On peut aussi laisser 1h le chat tout seul avec sa gamelle: par comportement acquis, certains chats ont peur de tester des nouveaux trucs au cas où ils se feraient gronder. D'autres ont simplement besoin de tranquillité, sans la sensation d'être observés.<br />\r\n
        Certains sont aussi très sensibles à la fraîcheur de la viande. Si c'est de la viande qui a "traîné" un peu à température ambiante ou trop longtemps au frigo, il est possible qu'ils la refusent.</p>\r\n
        <p class="p4">Voici différentes astuces à essayer:</p>\r\n
        <ul>\r\n
        \t<li class="p4">saupoudrer de Fortiflora ou mettre un peu d'huile de saumon, ou un peu de jaune d’œuf ou, saupoudrer de lait maternisé chaton ou de levure de bière ou de beurre fondu ou badigeonner de pâte de malt</li>\r\n
        \t<li class="p4">donner congelé/ froid/ température ambiante, car le chat peut avoir une préférence</li>\r\n
        \t<li class="p4">poêler très légèrement la viande et la lui donner</li>\r\n
        \t<li class="p4">poêler très légèrement la viande avec ajout de matière grasse (huile végétale, huile d'olive, beurre, graisse animale fondue)</li>\r\n
        \t<li class="p4">couper la viande à différentes tailles, éventuellement la hâcher pour éviter le tri</li>\r\n
        \t<li class="p4">imbiber un peu la viande de jus de thon (c'est très salé, donc à utiliser avec modération)</li>\r\n
        \t<li class="p4">tester en mettant dans une assiette ou en faisant semblant de laisser tomber pour voir si c'est de la chachiantise</li>\r\n
        \t<li class="p4">mettre différents morceaux à terre directement</li>\r\n
        \t<li class="p4">quand on a plusieurs chats, donner à manger à l'un et pas à l'autre, ils aiment parfois bien se piquer la gamelle ; donc si l'un mange, l'autre ira prendre dans sa gamelle alors qu'il ne mangerait pas forcément la sienne</li>\r\n
        \t<li class="p4">se mettre à côté avec sa nourriture en faisant semblant de la manger (bruits de mastication)</li>\r\n
        \t<li class="p4">cacher la nourriture en guise de jeu</li>\r\n
        \t<li class="p4">changer de viande (tester canard ou lapin pour voir si c'est une affaire de goût/d'odeur)</li>\r\n
        \t<li class="p4">essayer les proies : cailles, coquelet, poussin, souris, rat.</li>\r\n
        \t<li class="p4">mixer la viande avec deux-trois croquettes réduites en poudre, puis en diminuer petit à petit la quantité</li>\r\n
        \t<li class="p4">mixer la viande avec une pâtée sans céréales et augmenter la part de viande de jour en jour</li>\r\n
        \t<li class="p4">pour les os : taper quelques coups au marteau, ça peut l'aider et le mettre en appétit</li>\r\n
        \t<li class="p4">pour les os : changer d'os charnu si besoin, par exemple essayer les cous à la place des ailes de poulet</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p class="p4"><span class="s1">????</span> Il sera sûrement contreproductif d'enchaîner ou cumuler toutes les astuces dans un court laps de temps. Nous vous conseillons de les tester sur la durée, de laisser le temps à votre chat de s'habituer à sa nouvelle nourriture et de comprendre que vous ne céderez pas facilement.</p>\r\n
        <p class="p4"><span class="s1">????</span> Précision : toutes ces techniques sont là pour aider à la transition. Une fois que le chat aura pris goût, il sera possible de diminuer les subterfuges voire de les stopper complètement.</p>\r\n
        <p class="p4"><span class="s1">????</span><b> A noter que ce post concerne les chats uniquement</b></p>\r\n
        <p class="p4"> </p>
        """
      "excerpt" => "C&rsquo;est bien connu, les chats peuvent être très difficiles quand il s&rsquo;agit de leur nourriture. Au fil des ans, nous [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/astuces-pour-chats-recalcitrants/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1609461021
        "plus" => 1609936221
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4173
          +term_id: 2
          +name: "Alimentation crue"
          +slug: "alimentation-crue"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 2
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 5
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 2
          +"category_count": 5
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation crue"
          +"category_nicename": "alimentation-crue"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => false
        "sidebar" => false
        "slider" => false
        "topPage" => false
      ]
      "video" => null
    ]
    7 => array:12 [
      "id" => 705
      "title" => "Les analyses de sang chez un chien nourrit au cru"
      "content" => """
        <p><a href="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/02/Analyses-sanguines.pdf">Analyses sanguines</a></p>\r\n
        <p>Cliquez sur le lien (titre ci-dessus) pour charger l'article</p>\r\n
        <ul>\r\n
        \t<li>A quoi se réfèrent ces normes et pourquoi est-il si important d’avoir un chien à jeun depuis &gt;12h avant de faire un screening ?<br />\r\n
        <br />\r\n
        </li>\r\n
        \t<li>Comment dois-je interpréter les résultats des analyses sanguines de mon chien nourri au cru ?<br />\r\n
        <br />\r\n
        </li>\r\n
        \t<li>Existe-t-il une « conversion » pour mon vétérinaire afin de l'aider dans l'interprétation des valeurs de screening ?</li>\r\n
        </ul>
        """
      "excerpt" => "Analyses sanguines Cliquez sur le lien (titre ci-dessus) pour charger l&rsquo;article A quoi se réfèrent ces normes et pourquoi est-il [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/les-analyses-de-sang-chez-un-chien-nourrit-au-cru/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 février 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1612137671
        "plus" => 1612612871
      ]
      "categorys" => array:2 [
        0 => WP_Term {#4189
          +term_id: 2
          +name: "Alimentation crue"
          +slug: "alimentation-crue"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 2
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 5
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 2
          +"category_count": 5
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation crue"
          +"category_nicename": "alimentation-crue"
          +"category_parent": 0
        }
        1 => WP_Term {#4176
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/don-du-sang3-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/don-du-sang3-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/don-du-sang3-960x580.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/don-du-sang3-960x482.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    8 => array:12 [
      "id" => 487
      "title" => "Ce qu&rsquo;il y a réellement dans les aliments commerciaux"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="http://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/alimentation-industrielle/108-ce-qu-il-y-a-reellement-dans-les-aliments-commerciaux">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>Des poulets entiers ben dodus, des morceaux de boeuf, des céréales fraîches et tout ce dont votre chien ou chat aura besoin pour vivre longtemps et en bonne santé... Ce sont les images que les fabricants d'aliment pour animaux domestiques promulguent par les médias et la publicité. Et c'est ce que l'industrie des aliments pour animaux de compagnie (11 milliards de dollars par année) veut vous faire croire lorsque vous achetez leurs produits. Ce rapport explore les différences entre ce que le consommateur croit acheter et ce qu'il obtient réellement. Il se concentre en termes très généraux sur les marques les plus connues.</p>\r\n
        <h1>Introduction</h1>\r\n
        <p class="texte" align="left"><img class="alignleft" src="http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:PJTGbkAUZI3fYM:http://artiesaltnation.com/wp-content/uploads/2010/08/bigstockphoto_cat_eating_dry_cat_food_3814709.jpg&amp;t=1" alt=" " border="0" />Ce que la plupart des consommateurs ne savent pas, c'est que l'industrie des aliments pour animaux de compagnie est une continuation de la chaîne agro-industrielle produisant la nourriture à destination humaine. Les aliments pour animaux de compagnie fournissent un marché pour les restes issus des abattoirs ainsi que pour les céréales considérées comme "non comestibles" et d'autres déchets semblables. Ces déchets incluent notamment des parties animales malades ou cancéreuses.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Trois des cinq compagnies principales d'aliments pour animaux familiers aux Etats-Unis sont des filiales de multinationales bien connues : Nestlé (Alpo, Fancy Feast, Friskies, Mighty Dog, and Ralston Purina products such as Dog Chow, ProPlan, and Purina One), Heinz (9 Lives, Amore, Gravy Train, Kibbles-n-Bits, Nature's Recipe), Colgate-Palmolive (Hill's Science Diet Pet Food). On trouve également d'autres compagnies : Procter &amp; Gamble (Eukanuba and Iams), Mars (Kal Kan, Mealtime, Pedigree, Sheba, Waltham's) et Nutro.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Les multinationales possédant des compagnies de fabrication d'aliment pour animaux de compagnie ont trouvé un créneau des plus juteux : elles augmentent leur capacité d'achat et peuvent capitaliser sur leurs déchets tandis que les fabricants d'aliments pour animaux de compagnie se retrouvent avec une source d'approvisionnement quasiment intarissable.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Il y a une centaine de marques différentes aux USA. Et alors que plusieurs aliments sur le marché sont semblables, il faut préciser que toutes les marques n'utilisent pas des produits de mauvaise qualité ou dangereux.</p>\r\n
        <h1>Les ingrédients</h1>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">Les protéines entrant dans la composition des aliments pour animaux de compagnie proviennent de sources variées. Quand le bétail et la volaille sont abattus, les bons morceaux tels que les tissus maigres du muscle sont destinés à la consommation humaine. Cependant, environ 50% de l'animal n'est pas destiné à l'homme. Ce qui reste de la carcasse – les os, le sang, les intestins, les poumons, les ligaments, et presque tous les autres morceaux – sont utilisés dans l'alimentation des animaux domestiques, ainsi que d'autres produits. Ces différentes parties sont appelées "sous-produits animaux" ou "farines animales" sur les étiquettes des aliments.. Le Pet Food Institute - l'association commerciale des fabricants d'aliment pour animaux familiers - reconnaît l'utilisation des sous-produits animaux comme un revenu supplémentaire pour les agriculteurs : "la croissance de l'industrie des aliments pour animaux a non seulement fourni aux propriétaires une nourriture de qualité pour leurs animaux de compagnie, mais a également créé un marché rentable pour les produits provenant de la ferme et des industries agroalimentaires".<br />\r\n
        <br />\r\n
        Ces restes fournissent cependant une source de nutriments dont la qualité est contestable et variable. James Morris et Quinton Rogers, professeurs au département des biosciences moléculaires de l'école vétérinaire de l'université de Californie, affirment que, "Il n'y a pratiquement aucune information sur la biodisponibilité des nutriments dans les ingrédients communément utilisés pour la fabrication des aliments pour animaux de compagnie. Ces ingrédients sont généralement des sous-produits de bétail, de volaille ou provenant de l'industrie de la pêche, avec une grande variation dans la composition des nutriments. Il n'y a pas de garantie quant à l'adéquation des aliments et il n'y en aura pas tant que les ingrédients ne seront pas analysés et que les taux de biodisponibilité ne seront pas déterminés".<br />\r\n
        <br />\r\n
        A l'usine, les carcasses subissent un traitement afin de séparer les éléments liposolubles des éléments hydrosolubles et solides. La majeure partie de l'eau disparaît et les bactéries sont tuées. Mais ce traitement peut également détruire ou altérer certaines protéines ou certaines enzymes que l'on trouve dans la viande crue. Mais quelles sont les conséquences lorsque vous nourrissez votre animal avec de tels produits ? Certains vétérinaires déplorent le fait que cela augmente le risque de cancers et d'autres maladies dégénératives. Les méthodes de préparation employées par les fabricants telles que celle citée plus haut, l'extrusion (un système de chaleur et de pression employé transformer la nourriture sèche en croquettes) ou encore la cuisson, ne détruisent pas nécessairement les hormones employées pour engraisser le bétail ou pour augmenter la production laitière ou les médicaments tels que les antibiotiques ou les barbituriques utilisés pour euthanasier les animaux.</p>\r\n
        <h1>Graisse animale</h1>\r\n
        <p><img class="alignright" src="http://www.holisticdogfood.org/images/pet_food/pet_food_250x251.jpg" alt=" " border="0" /></p>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">Vous avez certainement déjà remarqué cette odeur unique lors de l'ouverture d'un nouveau sac de croquettes - mais quelle est donc cette odeur délicieuse ? C'est de la graisse animale, de la graisse de restaurant ou encore d'autres huiles trop rances ou considérées non comestibles pour des humains. La graisse de restaurant, souvent stockée en barils, peut être conservée à l'extérieur pendant des semaines, exposée à des températures extrêmes, sans respect pour son futur usage. Cette graisse est mélangée à différents autres types de graisse. Le tout est stabilisé avec des antioxydants puissants afin de retarder la détérioration, puis vendu aux fabricants de pet food. Ces graisses sont pulvérisées directement sur les croquettes pour leur donner un goût agréable. La graisse agit également en tant qu'agent liant auquel les fabricants ajoutent des exhausteurs de saveur. Les scientifiques travaillant pour les entreprises de pet food ont découvert que les animaux aimaient le goût de ces graisses pulvérisées. Il semble que ces mêmes fabricants soient devenus maîtres dans l'art de faire manger à un chien ou à un chat un aliment qui le ferait normalement fuir.</p>\r\n
        <h1>Blé, soja, maïs, etc...</h1>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">La quantité de produits céréaliers utilisés dans l'industrie du pet food pendant la dernière décennie a considérablement augmenté et remplace maintenant une proportion élevée de la viande qui a été employée dans les premiers aliments commerciaux. La biodisponibilité des nutriments contenus dans ces produits dépend de la digestibilité de la céréale. La quantité et le type d'hydrates de carbone déterminent la valeur nutritive réelle que l'animal obtient. Les chiens et les chats peuvent presque totalement absorber les hydrates de carbone provenant de certaines céréales, telles que le riz blanc. Jusqu'à 20% de la valeur nutritive d'autres céréales peut échapper à la digestion. La biodisponibilité des nutriments contenus dans le blé, les haricots et l'avoine est faible. Les nutriments contenus dans les pommes de terre et le maïs nettement moins disponibles que ceux présent dans le riz. D'autres ingrédients, tels que des coquilles d'arachide, n'ont aucune valeur nutritive significative.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Dans la majeure partie des cas, surtout pour les aliments secs, deux des trois premiers ingrédients entrant dans la composition sont des céréales. Puisque les chiens et les chats sont des carnivores - ils doivent manger de la viande pour assouvir certains besoins physiologiques - on peut se demander pourquoi leur alimentation est basée sur des produits céréaliers. La réponse est que le maïs est une "source d'énergie" nettement meilleure marché que la viande.<br />\r\n
        <br />\r\n
        En 1995, une marque américaine a retiré des milliers de tonnes d'aliments pour chiens de la vente après que des consommateurs se soient plaints que leur chien vomissait et perdait l'appétit. La perte pour cette marque s'est élevée à 20 millions de dollars. La cause était un champignon du blé produisant une toxine. En 1999, une autre toxine fongique a déclenché le rappel d'aliments secs de la marque Doane et d'une cinquantaine d'autres marques. Cette fois-ci, la toxine avait tué 25 chiens. Certaines toxines fongiques peuvent causer une perte de poids, des dommages au foie et même la mort, comme dans le cas de Doane. Ces incidents ont incité la Food and Drug Administration (FDA) à intervenir. Dina Butcher, conseiller à l'agriculture du Gouverneur Ed Schafer (Dakota du Nord), a conclu que la découverte de cette toxine dans le pet food n'était pas une menace pour la population humaine parce que "les céréales qui entrent dans la composition de cette marque ne sont pas d'une grande qualité".<br />\r\n
        <br />\r\n
        Le soja est un autre ingrédient qui est parfois employé comme source de protéine et d'énergie dans le pet food. Les fabricants l'emploient également pour ajouter du volume, de sorte que quand un animal mange un produit contenant du soja, il se sente rapidement rassasié. Tandis que le soja a provoqué des intoxications chez certains chiens, d'autres chiens s'en sortent très bien en en mangeant tous les jours.</p>\r\n
        <h1>Additifs et conservateurs</h1>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">Beaucoup de produits chimiques sont ajoutés aux aliments pour animaux de compagnie afin d'améliorer le goût, la stabilité, les caractéristiques ou l'aspect de la nourriture. Les additifs ne fournissent aucune valeur nutritive. Les additifs incluent des émulsifiants pour empêcher l'eau et la graisse de se séparer, des antioxydants pour empêcher la graisse de rancir, des colorants et des arômes artificiels pour rendre le produit plus attrayant aux yeux des consommateurs et plus agréable au goût à leurs animaux de compagnie. Lors des 40 dernières années le nombre d'additifs a considérablement augmenté.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Tous les aliments commerciaux doivent être conservés et rester frais. La mise en boîte est un processus de conservation, la nourriture en boîte contenant ainsi moins de conservateurs que la nourriture sèche. Certains agents conservateurs sont ajoutés aux ingrédients ou aux matières premières par les fournisseurs et d'autres peuvent être ajoutés par le fabricant. Puisque les fabricants doivent s'assurer que la nourriture sèche reste comestible après le transport et un stockage prolongé, les graisses utilisées sont préservées avec des agents conservateurs synthétiques ou "naturels". Les conservateurs synthétiques incluent<strong> l'hydroxyanisole butylé (BHA)</strong> et <strong>l'hydroxytoluène butylé (BHT)</strong>, le propylène glycol (également utilisé comme antigel pour voitures) et<strong> l'éthoxyquine</strong>. Pour ces antioxydants, il y a peu d'information sur leur toxicité, leur sécurité, leurs interactions ou leur absorption chronique par nos amis à quatre pattes.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <img class="alignright" src="http://img4.realsimple.com/images/work-life/family/0805/dog-food_300.jpg" alt=" " width="300" border="0" />Potentiellement cancérigènes, des agents tels que le BHA, le BHT et l'éthoxyquine sont autorisés à des niveaux relativement bas. L'utilisation de ces produits chimiques dans le pet food n'a pas été complètement étudiée et un usage à long terme de ces agents de conservation pourrait finalement se révéler nocif. En raison des données incertaines issues de l'étude sur sa sécurité, le fabricant de l'éthoxyquine, Monsanto, a été prié de réaliser une nouvelle étude, plus rigoureuse. Ce fut chose faite en 1996. Bien que Monsanto n'ait trouvé aucune toxicité significative liée à son propre produit, en juillet 1997, le FDA's Center for Veterinary Medicine a demandé que les fabricants réduisent le niveau maximum d'éthoxyquine de moitié, à 75 parts par million (ppm). Tandis que certains vétérinaires et les détracteurs du pet food tirent la sonnette d'alarme en signalant que l'éthoxyquine est une cause importante de maladie, de problèmes de peau et d'infertilité chez les chiens, d'autres prétendent qu'il s'agit-là du plus puissant, du plus sûr et du plus stable des agents conservateurs disponibles pour l'industrie de l'alimentation pour animaux domestiques. L'usage de l'éthoxyquine est homologué pour la consommation humaine à des fins de conservation des épices, telles que le poivre de Cayenne ou le piment, à un niveau de 100 ppm. Mais il serait très difficile de consommer quotidiennement autant de poivre de cayenne qu'un chien absorbe de croquettes !!</p>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">Certains fabricants ont répondu aux attentes des consommateurs et utilisent maintenant des conservateurs "naturels" tels que la vitamine C (ascorbate), la vitamine E, de l'huile de romarin, du clou de girofle ou d'autres épices pour préserver les graisses dans leurs produits. D'autres ingrédients, cependant, doivent être préservés individuellement. La plupart des farines de poisson et certains mélanges de vitamines et de minéraux contiennent des agents conservateurs chimiques. Ceci signifie que votre animal de compagnon peut manger de la nourriture contenant plusieurs types de conservateurs. Dans la plupart des pays, la loi exige que ses additifs soient mentionnés sur les emballages.</p>\r\n
        <h1>Les additifs dans le pet food</h1>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">antioxydants<br />\r\n
        antimicrobiens<br />\r\n
        agents anticoagulants<br />\r\n
        colorants émulsifiants<br />\r\n
        exhausteurs de saveur<br />\r\n
        déshydratants<br />\r\n
        agents de traitement de la farine<br />\r\n
        humidifiants lubrifiants<br />\r\n
        edulcorants<br />\r\n
        agents de contrôle du pH<br />\r\n
        solvants<br />\r\n
        épaississants<br />\r\n
        agents tensio-actifs<br />\r\n
        etc...<br />\r\n
        <br />\r\n
        Alors même que la loi exige des études sur la toxicité directe de ces additifs et de ces conservateurs, ils n'ont pas été examinés pour les effets synergiques potentiels qu'ils pourraient avoir les uns avec les autres une fois ingérés. Certains auteurs ont suggéré qu'il pourrait y a avoir en effet des interactions dangereuses entre ces différents produits. Les agents conservateurs naturels ne procurent pas une durée de conservation aussi longue qu'avec des agents chimiques, mais ils sont sûrs.</p>\r\n
        <h1>Le processus de fabrication</h1>\r\n
        <p>La plupart des fabricants réalisent des études de goût lorsqu'ils développent un nouvel aliment. Un groupe d'animaux est nourri avec un nouvel aliment tandis qu'un groupe de "contrôle" est nourri avec une formule courante. Le volume total ingéré est employé comme outil afin de mesurer le goût de la nourriture. </p>\r\n
        <p class="align-justify" align="left"><br />\r\n
        Les croquettes sont généralement fabriquées avec une machine appelée extrudeuse. Tout d'abord, les matières premières sont mélangées selon une recette mise au point par des nutritionnistes. Ce mélange est soumis à la vapeur, à la pression et à la chaleur élevée pendant qu'il est expulsé par des matrices qui déterminent la forme du produit final et est soufflé un peu à la manière du pop-corn. L'aliment est ensuite séché, puis habituellement pulvérisée avec de la graisse ou d'autres composants pour le rendre plus agréable au goût. Bien que ce procédé de fabrication permette de tuer les bactéries, le produit final peut perdre sa stérilité lors du séchage, de la pulvérisation de la graisse ou le processus d'emballage. Quelques aliments sont cuits à hautes températures plutôt qu'extrudés. Les croquettes qui en résultent sont denses et agréables au goût sans addition de graisse pulvérisée ou d'exhausteurs de la saveur.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Les ingrédients sont identiques pour les nourritures humides, sèches ou semi humides bien que les ratios de protéines, de graisses et de fibres puissent varier. Une boîte ordinaire d'aliments pour chats contient environ 45% à 50% de sous-produits animaux. La différence principale entre les types de nourriture est leur teneur en eau. Il est impossible de comparer directement des étiquettes des différentes sortes de nourritures sans conversion mathématique. La nourriture en boîte est composée des mêmes ingrédients moulus et mélangés aux additifs. Si le fabricant veut faire apparaître des gros morceaux dans la boîte, une extrudeuse spéciale les fabrique. Le mélange est alors cuit et mis en boîte. Les boîtes, une fois fermées, sont placées dans des sortes de grosses marmites à vapeur pour être stérilisées. Certains fabricants cuisent l'aliment directement dans la boîte.</p>\r\n
        <h1>Où sont passés les nutriments ?</h1>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">Le docteur Randy L. Wysong, vétérinaire, explique que "la cuisson, l'extrusion, la déshydratation, la mise en boîte, etc sont devenues des opérations tellement banales qu'elles sont considérées comme faisant partie de la nourriture elle-même". Le traitement de la viande et des sous-produits animaux peut considérablement diminuer leur valeur nutritive, mais la cuisson augmente la digestibilité des céréales. Pour rendre l'aliment nutritif, les fabricants doivent l'enrichir avec des vitamines et des minéraux. Pourquoi ? Parce que les ingrédients qu'ils emploient ne sont pas sains, leur qualité peut être extrêmement variable, et les pratiques en matière de fabrication détruisent plusieurs des nutriments.</p>\r\n
        <h1>Les agents contaminants</h1>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">Les aliments commerciaux à base de sous-produits animaux sont fréquemment contaminés par des bactéries parce qu'ils ne proviennent pas toujours des animaux abattus. Les animaux qui sont morts de maladie, les animaux blessés ou morts de causes naturelles sont également une source de viande pour l'industrie du pet food. Par la force des choses, l'animal mort ne peut pas être usiné seulement quelques jours après sa mort. Par conséquent, la carcasse est souvent contaminée avec des bactéries telles que les salmonelles et l'Escherichia Coli. On estime que des bactéries dangereuses comme E. Coli contaminent plus de 50% des aliments commerciaux. Alors que le processus de cuisson est en mesure de tuer les bactéries, il n'élimine pas les endotoxines que quelques bactéries produisent pendant leur croissance et qui sont libérées quand elles meurent. Ces toxines peuvent causer des maladies. Les fabricants ne dépistent pas les endotoxines dans leurs produits.<br />\r\n
        Certaines pratiques agricoles faibles, un mauvais séchage ou un mauvais stockage des récoltes peuvent causer la croissance de champignons. Les ingrédients qui sont le plus susceptibles d'être contaminés avec des toxines fongiques sont le blé et le maïs, les arachides ou encore les farines de poisson.</p>\r\n
        <h1>Le mythe du "100%"</h1>\r\n
        <p class="align-justify" align="left">L'idée d'un aliment pour animaux domestique fournissant tous les nutriments dont l'animal aura besoin pendant sa vie entière est un mythe. Les produits céréaliers sont les ingrédients principaux de la plupart des pet foods. Beaucoup de gens choisissent une marque d'aliment et n'en changent pas pendant une période prolongée. Par conséquent, les chiens et les chats mangent principalement un régime composé d'hydrates de carbone sans grande variété. De nos jours, les régimes alimentaires des chats et des chiens sont bien loin des régimes protéinés et variés dont bénéficiaient leurs ancêtres. Les problèmes liés à un régime commercial sont légion dans les cabinets vétérinaires. Les problèmes digestifs chroniques, tels que les vomissements chroniques, la diarrhée et les inflammations intestinales sont parmi les maladies les plus fréquemment traitées. Il s'agit bien souvent du résultat d'une allergie ou d'une intolérance aux ingrédients entrant dans la composition du pet food. Le nouveau marché d’aliments hypoallergéniques ou à haute teneur en protéines qui en a découlé pèse des millions de dollars. Ces régimes ont été formulés pour diminuer l'intolérance croissante aux nourritures commerciales que les animaux ont développée. La nouveauté, c’est la nourriture vraiment "hypoallergénique" dont toutes les protéines ont été artificiellement "coupées" en morceaux plus petits, pouvant ainsi être reconnus par le système immunitaire.</p>\r\n
        <p class="align-justify"><img class="alignleft" src="http://www.scientificamerican.com/media/inline/blog/Image/dog_food.jpg" alt=" " border="0" />Les croquettes sont souvent contaminées par des bactéries, qui peuvent ou non poser des problèmes. Le mauvais stockage et certaines pratiques peuvent avoir comme conséquence la multiplication de ces bactéries. Par exemple, ajouter de l’eau ou du lait pour humidifier les croquettes, puis les laisser à température ambiante, augmente la prolifération des bactéries. Pourtant, cette pratique est suggérée sur l’emballage de certaines croquettes pour chiots ou chattons.</p>\r\n
        <p class="align-justify">Les recommandations ou les quantités sur les emballages sont parfois gonflées de sorte que le consommateur achète plus de nourriture. A contrario, Procter &amp; Gamble, avec ses marques Iams et Eukanuba, a volontairement revu les doses à la baisse afin de pouvoir prétendre que leur nourriture était moins chère à l’utilisation.</p>\r\n
        <p class="align-justify">Des études indépendantes, mandatées par un fabricant concurrent, ont mis en lumière que de telles doses étaient inadaptées pour maintenir le chien en bonne santé. Procter &amp; Gamble a été depuis lors poursuivi par son concurrent et une plainte des consommateurs a également été déposée.</p>\r\n
        <p class="align-justify">Les dysfonctionnements de l’appareil urinaire chez les chats et les chiens sont directement liés au régime alimentaire. Des caillots et des pierres dans la vessie des chats sont souvent déclenchés ou aggravés par les aliments commerciaux. La manipulation des recettes d'aliments pour chats, dans le but de modifier l'acidité de l'urine et la quantité de minéraux, a directement provoqué ces maladies.</p>\r\n
        <p class="align-justify">L'histoire a prouvé que les aliments commerciaux causaient des maladies. Une maladie de cœur, souvent mortelle chez les chats et parfois chez les chiens, est maintenant connue pour être provoquée par une carence en taurine. La cécité est un autre symptôme de carence en taurine. Cette insuffisance était due aux quantités insatisfaisantes de taurine dans les recettes d'aliments pour chats, elle-même due à la diminution des quantités de protéines animales au profit des hydrates de carbone. Les aliments pour chats sont maintenant complétés avec de la taurine. La recherche a prouvé que l’adjonction de taurine pourrait également être utile pour les chiens, mais, jusqu'ici, peu de fabricants ajoutent de la taurine dans les aliments pour chiens. Un taux inadéquat de potassium dans certains aliments pour chats a également causé des dysfonctionnements rénaux chez des jeunes chats.</p>\r\n
        <p class="align-justify">La croissance rapide de chiots de grandes races contribue aux maladies osseuses et articulaires. Les calories excessives et le calcium dans les aliments commerciaux pour chiots ont favorisé cette croissance rapide. On trouve maintenant des nourritures spéciales pour chiots de grandes races. Mais ce changement récent n'aidera en rien les innombrables chiens qui ont vécu et sont morts avec la dysplasie de la hanche ou du coude.</p>\r\n
        <p class="align-justify">Il y a également des preuves que l'hyperthyroïdisme chez les chats est lié à un excès d’iode dans les aliments commerciaux. Cette nouvelle maladie est apparue pour la première fois dans les années 70, lorsque les produits alimentaires en boîte sont apparus sur le marché. La cause et les effets exacts ne sont pas encore connus. C'est une maladie sérieuse et parfois mortelle, et le traitement est cher. Beaucoup de problèmes de nutrition sont apparus avec la popularité des aliments pour animaux à base de céréales. Certains sont apparus parce que le régime était carencé. Bien que plusieurs ingrédients aient maintenant été rajoutés, nous ne connaissons pas quels ingrédients les futurs chercheurs pourraient découvrir et qui auraient dû être ajoutés depuis longtemps. D'autres problèmes peuvent résulter de réactions aux additifs. D'autres proviennent de contamination par des bactéries, des médicaments ou d’autres toxines. Pour certaines maladies, le rôle d’une alimentation commerciale est clairement mis en évidence, pour d’autres pas. Pour conclure, les régimes composés principalement de céréales de mauvaise qualité et de sous produits animaux ne sont pas aussi nutritifs ou sûrs que ce dont à quoi vous pourriez vous attendre pour votre chien ou votre chat.</p>\r\n
        <div class="info">NB : Ce texte a été rédigé en se basant sur ce qui se fait aux USA où les normes de fabrication sont différentes des normes Européennes</div>\r\n
        <h1><span class="subtitle">Sources</span></h1>\r\n
        <p class="texte" align="left">© Source : http://www.api4animals.org/<br />\r\n
        © Traduction : Emma<br />\r\n
        References :<br />\r\n
        Association of American Feed Control Officials Incorporated. Official Publication 2001. Atlanta: AAFCO, 2001.<br />\r\n
        Barfield, Carol. FDA Petition, Docket Number 93P0081/CP1, accepted February 25, 1993.<br />\r\n
        Becker, Ross. "Is your dog's food safe?" Good Dog!, November/December 1995, 7.<br />\r\n
        Cargill, James, MA, MBA, MS, and Susan Thorpe-Vargas, MS. "Feed that dog! Part VI." DOGworld, December 1993, 36.<br />\r\n
        Case, Linda P., M.S., Daniel P. Carey, D.V.M., and Diane A. Hirakawa, Ph.D. Canine and Feline Nutrition: A Resource for Companion Animal Professionals. St. Louis: Mosby, 1995.<br />\r\n
        Coffman, Howard D. The Dry Dog Food Reference. Nashua: PigDog Press, 1995.<br />\r\n
        Corbin, Jim. "Pet Foods and Feeding." Feedstuffs, July 17, 1996, 80-85.<br />\r\n
        Knight-Ridder News Syndicate. "Nature's Recipe Recalls Dog Food That Contains Vomitoxin." August 28, 1995.<br />\r\n
        Morris, James G., and Quinton R. Rogers. "Assessment of the Nutritional Adequacy of Pet Foods Through the Life Cycle." Journal of Nutrition, 124 (1994): 2520S-2533S.<br />\r\n
        Newman, Lisa. What's in your pet's food? Tucson &amp; Phoenix: Holistic Animal Care, 1994.</p>\r\n
        <p class="texte" align="left"><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p class="texte" align="left">Avec l'aimable autorisation de l'auteur © : <span class="texte"><a href="http://www.api4animals.org/" target="_blank" rel="noopener">api4animals</a></span><br />\r\n
        Traduction © : <span class="texte"><a href="https://www.tribu-carnivore.com/phpBB2/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=2" target="_blank" rel="noopener">Emma</a></span></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "Des poulets entiers ben dodus, des morceaux de boeuf, des céréales fraîches et tout ce dont votre chien ou chat [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/ce-quil-y-a-reellement-dans-les-aliments-commerciaux/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626190107
        "plus" => 1626578907
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4169
          +term_id: 7
          +name: "Alimentation industrielle"
          +slug: "alimentation-industrielle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 7
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 6
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 7
          +"category_count": 6
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation industrielle"
          +"category_nicename": "alimentation-industrielle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-bill-emrich-230785-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-bill-emrich-230785-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-bill-emrich-230785-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-bill-emrich-230785-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    9 => array:12 [
      "id" => 833
      "title" => "Conseils alimentaires en cas de calculs urinaires"
      "content" => """
        <div id="content" class="fb_content clearfix " role="main">\r\n
        <div class="_5i8q">\r\n
        <div class="_5i8r"> </div>\r\n
        <div class="_4-u2 _39j6 _4-u8">\r\n
        <div class="_4-u3">\r\n
        <div class="_4lmi">\r\n
        <div class="_39k2">\r\n
        <div class="_2yud clearfix">\r\n
        <div class="_3uhg"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="_39k5 _5s6c">\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Les calculs urinaires (ou lithiases urinaires) sont relativement fréquents. Ils se localisent principalement dans la vessie. <br />\r\n
        Il existe diverses sortes de cristaux, mais les principaux sont :</div>\r\n
        <ul>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">les calculs de struvite</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">les calculs d’oxalates de calcium</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">les calculs d’urates d’ammonium</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">les calculs de cystine</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <ul>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">Calculs de struvite</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Ces calculs sont souvent secondaires à une infection urinaire sous-jacente, et le traitement de l’infection avec des antibiotiques élimine habituellement ce type de cristaux. <br />\r\n
        Une fois l’infection résolue, le pH urinaire redeviendra normal, ce qui dissoudra les struvites. Vouloir interagir sur l’alimentation de l’animal sans traiter l’infection au préalable ne servira donc à rien.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Tous les cristaux de struvite ne sont pas causés par des bactéries. Entre 1 et 2% des struvites sont dites stériles car elles n'entraînent pas d’infection. <br />\r\n
        Dans ces cas là il faut faire baisser le Ph urinaire: on peut ajouter à l’alimentation des aliments riche en vitamines C comme de la Canneberge afin d'acidifier les urines.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"> </div>\r\n
        <ul class="_5a_q _5yj1" dir="ltr">\r\n
        \t<li class="_2cuy _509q _2vxa"><span class="_4yxo">Les oxalates de calcium </span></li>\r\n
        </ul>\r\n
        <figure class="_2cuy _4nuy _2vxa"></figure>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Il existe deux types de cristaux d'oxalate de calcium: l<span class="_4yxp">es cristaux dihydratés, et l</span><span class="_4yxp">es cristaux monohydratés. C</span>es cristaux sont pointus et peuvent causer des dommages irréversibles aux reins. Ils sont l'un des principaux symptômes de l'empoisonnement à l'antigel.</div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Voici 5 points afin de prévenir les cristaux d'oxalate de calcium chez votre chien : <br />\r\n
        <br />\r\n
        - Peu importe la race de votre chien, le passage de la croquette et d'autres aliments déshydratés à une alimentation naturelle crue est la clé pour réduire les risques de cristaux et de pierres d'oxalate de calcium. Evitez les “croquettes vétérinaires”.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">- Donnez à votre chien suffisamment d'eau fraîche.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">- Contrairement à ce qu’on pourrait croire, on ne cherche pas à diminuer l’apport en calcium. La recherche a confirmé que l'apport en calcium de haute qualité lie les oxalates dans les aliments et réduit l'absorption d’oxalate de calcium du tractus intestinal.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">- Evitez : les épinards, les fraises, les amandes, les betteraves, les blettes, la rhubarbe, et tous les aliments qui ont une teneur élevée en oxalate.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">- Donnez éventuellement  à votre chien des probiotiques de haute qualité: il y aurait un lien entre une flore pauvre en probiotiques et l'apparition de calculs d'oxalates de calcium.</div>\r\n
        <ul class="_5a_q _5yj1" dir="ltr">\r\n
        \t<li class="_2cuy _509q _2vxa"><span class="_4yxo">Les urates d’ammonium</span></li>\r\n
        </ul>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"><span class="_4yxp">Les shunts porto-systémiques (SPS) prédisposent aux urolithiases à urate. </span>L’acide urique est l’un des produits de dégradation du métabolisme des bases puriques. Attention: chez les dalmatiens, seuls 30 à 40% de l’acide urique sont transformés en allantoïne, ce qui entraine un niveau d’urate élevée et une excrétion urinaire d’urate. Les calculs qui en découlent sont la plupart du temps composés d’urate d’ammonium.</div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">On limitera donc les aliments riches en purines : on favorisera les viandes blanches (poulet, dinde), on limitera les viandes rouges.</div>\r\n
        <figure class="_2cuy _4nuy _2vxa">\r\n
        <div class="_h2x _h2y"> </div>\r\n
        </figure>\r\n
        <ul class="_5a_q _5yj1" dir="ltr">\r\n
        \t<li class="_2cuy _509q _2vxa"><span class="_4yxo">Les calculs de cystine</span></li>\r\n
        </ul>\r\n
        <figure class="_2cuy _4nuy _2vxa"></figure>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Chez l’animal sain, la cystine est librement filtrée par les reins et éliminée via les urines. Chez l’homme, la cystinurie est une maladie qui peut avoir une origine génétique, il semblerait qu’il en soit de même chez le chien. La cystine n’est pas éliminée via les urines et des calculs se forment.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"><br />\r\n
        Seul un traitement médicamenteux pourra aider votre animal.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"> </div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"><span class="_4yxo">=&gt;</span> En plus d'accorder une attention particulière au régime alimentaire de votre chien, et de réduire la formation de calculs urinaires en fournissant continuellement de l'eau potable fraîche, il est également important de s'assurer que votre animal a régulièrement des occasions d'uriner, empêchant l'urine de s'accumuler dans la vessie et la création de cristaux. </div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="_78tc">\r\n
        <div class="_78so">\r\n
        <div class="_78sp">\r\n
        <div class="_78sq"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>
        """
      "excerpt" => "    Les calculs urinaires (ou lithiases urinaires) sont relativement fréquents. Ils se localisent principalement dans la vessie. Il existe [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/conseils-alimentaires-en-cas-de-calculs-urinaires/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "26 septembre 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1632667443
        "plus" => 1633056243
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4166
          +term_id: 1
          +name: "Non classé"
          +slug: "non-classe"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 1
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 4
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 1
          +"category_count": 4
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Non classé"
          +"category_nicename": "non-classe"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/lithiase-uinaire-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/lithiase-uinaire-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/lithiase-uinaire-1920x580.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/lithiase-uinaire-1920x482.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    10 => array:12 [
      "id" => 837
      "title" => "La mastication chez le chien"
      "content" => """
        <p class="p1">Nous recevons un grand nombre de posts sur ce sujet : « mon chien ne mâche pas, mange trop vite, gobe, avale tout rond »….bref, nombre de propriétaires qui se désolent que Kiki ne prend pas le temps de déguster son repas.</p>\r\n
        <p class="p1">Il est important donc, de connaître quelques bases pour se rassurer.</p>\r\n
        <p class="p1">1) la vitesse :</p>\r\n
        <p class="p1"><span class="Apple-converted-space"> </span>Comme vous le savez maintenant, Kiki est un carnivore, et il n’est pas le seul ! S’il avait dû chasser et tuer sa proie, il serait plutôt mécontent et frustré de voir que pendant qu’il mettait le couvert, se lavait les papattes, et nouait tranquillement sa serviette, un autre individu peu scrupuleux soit venu lui dérober son repas, ou pire, l’engloutir sous ses yeux !!! Etre rapide et efficace est donc primordial à la survie et c’est bien ancré dans son instinct.</p>\r\n
        <p class="p1">2) la « mastication » :</p>\r\n
        <p class="p1">Ou plutôt son absence, qui désole tant de monde. Vous avez surement tous eu l’occasion de voir manger une vache, sa mâchoire fonctionne de haut en bas pour l’arrachage de l’herbe, puis de droite à gauche pour en faire une bouillie. Ce mouvement est clairement visible et les humains sont pourvus de cette même fonction haut/bas + droite/gauche.</p>\r\n
        <p class="p1">Kiki, lui, a bien la haut/bas, mais impossible pour lui de manœuvrer sa mâchoire latéralement (c’est pareil pour les crocodiles!). Comment faire donc, s’il n’a pas un mixer en état de marche sous la patte ???? Sur une proie un peu imposante, il va, avec canines et incisives arracher ce qu’il peut et avaler très vite. Sur des plus petits modèles, il va ramollir la chose, pour qu’elle puisse passer dans son œsophage, lui aussi plutôt bien conçu pour faire passer des morceaux assez gros mais assouplis ! Pour ça, le morceau trop gros pour disparaître d’un coup, passe au fond de la gueule, où les molaires rentrent en action à la façon d’un pilon, ou si vous préférez, un peu comme quand votre boucher flanque des grands coups de maillet sur un steack pour l’attendrir. Pour écraser uniformément la chose, les mouvements de tête et d’encolure, envoient les morceaux d’un côté à l’autre de la mâchoire. Ceci se produit surtout avec de gros morceaux « mous », sans os.</p>\r\n
        <p class="p1">Si vous arrivez à regarder au fond la gueule de Kiki, vous ne verrez pas des molaires plates comme les vôtres, mais des dents en « crêtes de montagnes ». Elles ne peuvent pas aplatir mais sont très efficaces pour trouer et ramollir !<span class="Apple-converted-space"> </span></p>\r\n
        <p class="p1">Quand l’os arrive, Kiki peut opter pour la position couchée qui lui permettra de stabiliser son morceau avec ses pattes, et à nouveau la tête et le cou vont rentrer en action pour uniformiser l’écrasement. Ces actions peuvent aussi être plutôt rapides sous les yeux effarés de l’humain angoissé !</p>\r\n
        <p class="p1">Une fois de plus, cela est physiologiquement normal ! Et cet exercice, qui fait intervenir quasi tous les muscles des antérieurs, des épaules, de l’encolure et du dos, est même franchement salutaire pour le physique de Kiki, mais aussi pour son moral.</p>\r\n
        <p class="p1">3) La régurgitation (vomi post-repas) :</p>\r\n
        <p class="p1">Parfois Kiki est quand même un peu trop pressé, et ne fait pas son boulot comme il faut. Il néglige quelques étapes, avale tout au prix de quelques efforts, prend un air penaud et restitue son repas de suite ou presque. Ceci est assez courant chez le chiot, ou le barfeur débutant qui découvre la viande. Là non plus, pas d’inquiétude. Après quelques secondes de récupération, il vous débarrassera le plancher de tout ça, en allant un peu moins vite cette fois !</p>\r\n
        <p class="p1">4) Moralité de l’histoire :</p>\r\n
        <p class="p1">Kiki est un gros goinfre et vous paniquez devant la disparition quasi instantanée de son repas, Kiki s’en va avec son OC qu’il tritouille dans tous les sens, ça vous parait bien compliqué et vous avez envie de l’aider en lui donnant de petits bouts ou en broyant…….ça part certes d’une bonne intention, mais non, ce n’est pas une bonne idée. La solution est dans les morceaux plus gros qui lui donneront du fil à retordre, qu’il ne pourra en aucun cas gober d’un coup d’un seul, où il n’aura pas d’autre choix pour manger que d’utiliser les fonctions dont il est parfaitement équipé ! Après, un petit travail d’observation et de logique vous permettra d’adapter rapidement la taille des morceaux à celle de votre chien, toujours dans cette optique de lui donner un minimum de boulot lors du repas.<span class="Apple-converted-space"> </span></p>\r\n
        <p class="p1">A part quelques rares exceptions, très jeunes chiots au sevrage trop précoce, ou chien très âgé, sans dents, ou en fin de vie, il est préférable d’éviter le broyé, qui sauf pour un très occasionnel dépannage n’a aucun intérêt pour Kiki, et en plus contribuera à entartrer plus rapidement ses dents…...et lui donner une haleine….de chien !!!!</p>\r\n
        <p class="p1">Résistez donc à votre envie d’aider et de faciliter, et nous, nous sommes là pour VOUS aider à le faire !<span class="Apple-converted-space"> </span></p>\r\n
        <p class="p1">Réalisé par Dominique Duchene pour Tribu Carnivore en octobre 2020<span class="Apple-converted-space"> </span></p>
        """
      "excerpt" => "Nous recevons un grand nombre de posts sur ce sujet : « mon chien ne mâche pas, mange trop vite, gobe, avale [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/la-mastication-chez-le-chien/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "26 septembre 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1632667851
        "plus" => 1633056651
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4165
          +term_id: 1
          +name: "Non classé"
          +slug: "non-classe"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 1
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 4
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 1
          +"category_count": 4
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Non classé"
          +"category_nicename": "non-classe"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/chiens_-2-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/chiens_-2-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/chiens_-2-960x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/chiens_-2-960x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    11 => array:12 [
      "id" => 839
      "title" => "La panse verte"
      "content" => """
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"> </div>\r\n
        <figure class="_2cuy _4nuy _2vxa">\r\n
        <div class="_h2x _h2y"><img id="u_0_3_Nq" class="_h2z _297z _usd img" src="https://scontent.fqls2-1.fna.fbcdn.net/v/t31.18172-8/18402175_10155360652402710_6529090404034754882_o.jpg?_nc_cat=106&amp;ccb=1-5&amp;_nc_sid=8ecba9&amp;_nc_ohc=AXou0ruI0_gAX-Ibh8e&amp;_nc_ht=scontent.fqls2-1.fna&amp;oh=e51529d638f170c4fd25ea4607aa97af&amp;oe=6177CDE5" alt="" />\r\n
        <div class="_h2w _50f8 _50f4">Système digestif d'une vache</div>\r\n
        </div>\r\n
        </figure>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"> </div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">La panse, aussi appelée rumen, est le premier des quatre compartiments du système digestif des ruminants. Il est de loin le plus volumineux et joue un rôle indispensable dans la dégradation des nutriments par les mécanismes de fermentation anaérobique.</div>\r\n
        <h3 class="_2cuy _50a1 _2vxa">Les bienfaits de la panse verte</h3>\r\n
        <p>Le tube digestif très long des ruminants contient les enzymes digestives capables de casser la cellulose, rendant ainsi les nutriments disponibles pour les non-herbivores. Le contenu de panse verte est gorgé de ces sucs digestifs<span class="_4yxo">.</span> La panse verte contient également du <span class="_4yxo">Lactobacillus Acidophilus</span>, une «bonne bactérie», composant principal des probiotiques. Elle contient également de la <span class="_4yxo">vitamine B</span> et des <span class="_4yxo">acides aminés, ainsi que des acides gras essentiels : linoléique (oméga 6) et linolénique (oméga 3 et 6). </span>Elle possède un <span class="_4yxo">rapport calcium/phosphore</span> idéal : <span class="_4yxo">1:1.</span></p>\r\n
        <h3 class="_2cuy _3dgx _2vxa"><span class="_4yxp">En cas d’insuffisance rénale</span></h3>\r\n
        <ul>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">La panse verte est idéale en cas d’insuffisance rénale chez votre chien.</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">Elle est facilement digérée du fait des enzymes et des probiotiques.</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">Taux de phosphore faible et rapport calcium/phospore idéal.</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">Teneur élevée en humidité.</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">Les nutriments, vitamines, minéraux et acides aminés sont dans leur état naturel, rien de synthétique, dont mieux assimilables par l’organisme.</li>\r\n
        \t<li class="_2cuy _3dgx _2vxa">Les animaux souffrant d’insuffisance rénale peuvent présenter moins d’intérêt à manger, ils seront plus facilement attiré par l’odeur et la saveur de la panse verte.</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <figure class="_2cuy _4nuy _2vxa"></figure>\r\n
        <h3 class="_2cuy _50a1 _2vxa">Où en trouver ?</h3>\r\n
        <div><span class="_4yxp">Le terme « panse verte » ne fait pas référence à sa couleur. Cela signifie juste que les tripes n’ont pas été nettoyées ou blanchies. Sa couleur réelle se rapproche plus du marron, même si parfois elle peut avoir une teinte verdâtre qui provient de l’herbe que l’animal a pu manger.</span></div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Les tripes blanches que vous trouvez dans les supermarchés ont été nettoyées, bouillies et blanchies, elles n’ont aucune valeur nutritive pour le chien.</div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Certains sites spécialisés dans la vente de nourriture BARF en proposent, sous forme entière ou broyée.</div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa"> </div>\r\n
        <figure class="_2cuy _4nuy _2vxa _3tvj">\r\n
        <div class="_h2x _h2y _4lh3"><img class="alignnone size-medium wp-image-842" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/panse-complete-big-300x300.jpeg" alt="" width="300" height="300" />.                                                    <img class="alignnone size-medium wp-image-843" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Comment-nettoyer-les-tripes-de-boeuf-1024x683-1-300x200.jpeg" alt="" width="300" height="200" /><br />\r\n
        <div class="_h2w _50f8 _50f4">Panse Verte CRUE : consommation animale                                              Tripes blanches CUITES : consommation humaine</div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div class="_h2w _50f8 _50f4"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </figure>\r\n
        <h3>Conseil éclairé:</h3>\r\n
        <div>Son odeur peut être très forte (sent l'écurie), et parfois elle peut baigner dans son jus. Alors qu'ils ne font ça pour aucun autre morceau, en sa présence certains chiens retrouvent les réflexes de leurs cousins les loups, et secouent les morceaux pour vider la panse de son contenu.</div>\r\n
        <div>Conseil aux utilisateurs: pour éviter de devoir se débarrasser de l'odeur tenace ou de devoir nettoyer des giclures contre les murs, peut-être serait-il plus judicieux de donner ce repas à l'extérieur ?</div>\r\n
        <h3 class="_2cuy _50a1 _2vxa">En pratique</h3>\r\n
        <div class="_2cuy _3dgx _2vxa">Cela ne remplace pas les abats ni les légumes, et elle reste optionnelle.</div>
        """
      "excerpt" => "  Système digestif d&rsquo;une vache   La panse, aussi appelée rumen, est le premier des quatre compartiments du système digestif [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/la-panse-verte/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "26 septembre 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1632670728
        "plus" => 1633059528
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4194
          +term_id: 1
          +name: "Non classé"
          +slug: "non-classe"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 1
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 4
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 1
          +"category_count": 4
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Non classé"
          +"category_nicename": "non-classe"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Panse-verte-dagneau-1024x698-1-354x238.jpeg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Panse-verte-dagneau-1024x698-1-97x67.jpeg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Panse-verte-dagneau-1024x698-1-1024x580.jpeg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/09/Panse-verte-dagneau-1024x698-1-1024x482.jpeg"
      ]
      "video" => null
    ]
    12 => array:12 [
      "id" => 901
      "title" => "Etude: Fréquence déclarée par les propriétaires de la transmission d&rsquo;agents pathogènes aux humains nourrissant leurs animaux de compagnie avec des aliments crus et minimalement transformés"
      "content" => """
        <p>Source: <a href="https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fvets.2021.741575/full">https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fvets.2021.741575/full</a></p>\r\n
        <h1><span style="font-size: 24px;">Faible nombre de cas de transmission présumée d'agents pathogènes d'origine alimentaire par des propriétaires de chiens et/ou de chats nourris avec des aliments à base de viande crue</span></h1>\r\n
        <p>Nicole Renee Cammack (Chercheur indépendant, Watertown, CT, États-Unis), Ryan Michael Yamka (Chercheur indépendant, Luna Science &amp; Nutrition, Trumbull, CT, États-Unis) et Vicki Jean Adams (Consultant en épidémiologie vétérinaire, Vet Epi, Suffolk, Royaume-Uni.)</p>\r\n
        <p><br />\r\n
        L'objectif de cette enquête mondiale était de déterminer la fréquence déclarée par les propriétaires de la transmission d'agents pathogènes aux humains vivant dans ou en contact avec des ménages qui nourrissent leurs animaux de compagnie avec des aliments crus et minimalement transformés (MP). Au total, 5 611 réponses ont été recueillies dans 62 pays. 77,1 % des foyers nourrissant uniquement des chiens et/ou des chats avec des aliments crus et minimalement transformés n'ont pas confirmé de cas de transmission d'agents pathogènes ou d'infection par des tests de laboratoire. Onze foyers (0,20 % ; IC 95 %, 0,10-0,36) ont été classés comme ayant connu une transmission " probable ", et 20 foyers (0,36 % ; IC 95 %, 0,22-0,56) ont été classés comme ayant connu une transmission " possible ", ce qui donne un total de 31 foyers (0,55 % ; IC 95 %, 0,38-0,79) identifiés comme des cas potentiels de transmission. Le reste des ménages (n = 5 580 = 99,45 % ; IC à 95 %, 99,21-99,62) n'ont pas été considérés comme ayant connu une transmission potentielle d'agents pathogènes d'origine alimentaire d'après leurs réponses à l'enquête. Les agents pathogènes les plus fréquemment signalés étaient Salmonella (n = 11, 0,2 %), Campylobacter (n = 6, 0,1 %) et Escherichia coli (n = 4, 0,1 %), le groupe d'âge le plus fréquent étant celui des adultes de 18 à 65 ans (n = 29, 78,4 % des cas). La viande de bœuf et le poulet étaient les protéines les plus fréquemment utilisées dans l'alimentation des ménages des cas, bien que cela ne soit pas associé à la transmission de pathogènes. Les foyers nourrissant un plus grand nombre de sources de protéines différentes, dont le porc, la dinde, le canard, le lapin et le saumon, étaient associés à une diminution du risque de transmission de l'agent pathogène. D'autres facteurs de risque associés à la transmission de pathogènes comprenaient la préparation des régimes MP dans un endroit séparé, avec des ustensiles différents de ceux utilisés pour l'alimentation humaine, le mélange des régimes MP avec des régimes secs (croquettes) et l'alimentation avec une variété limitée de sources de protéines. D'après les résultats de cette enquête, la transmission confirmée d'agents pathogènes des régimes MP aux humains semble être rare. Nous concluons que les cas potentiels ou probables de transmission d'agents pathogènes dépendent probablement des mesures d'hygiène et de sécurité alimentaire, et qu'une plus grande sensibilisation à la sécurité alimentaire devrait réduire les risques.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Introduction</span></strong></p>\r\n
        <p>La popularité de l'alimentation crue ou minimalement transformée (MP) pour les chiens et les chats de compagnie a augmenté ces dernières années. Anciennement connus sous le nom de régimes à base de viande crue (RMBD), les régimes MP sont des régimes à base de viande crue (non cuite) et sont définis de manière générale comme des muscles striés, généralement squelettiques ou présents dans la langue, le diaphragme, le cœur et/ou l'œsophage, avec ou sans graisse, tendons et os (1), et peuvent être fabriqués dans le commerce ou à la maison. D'autres organes peuvent également être utilisés, notamment les poumons, le foie, la rate et les reins. Ces régimes peuvent inclure ou non l'utilisation de fruits et légumes cuits ou crus, de produits laitiers crus et d'œufs de volaille crus. La pratique de l'alimentation à base de régimes minimalement transformés peut être regroupée en deux grands types : les régimes commerciaux MP (MPCD) ou les régimes MP préparés à la maison (MPHD) (2). Les régimes MP des deux types peuvent être "complets et équilibrés" ou déséquilibrés. Les produits commerciaux complets et équilibrés, selon l'Association of American Feed Control Officials (AAFCO), sont destinés à être utilisés comme source principale de nutrition pour les étapes de vie désignées, tandis que les produits non équilibrés sont destinés à être utilisés en complément de croquettes, de conserves ou d'autres régimes équilibrés.</p>\r\n
        <p>Les inquiétudes concernant les régimes à base de viande crue et leur risque potentiel pour la santé humaine proviennent de cas de produits à base de viande crue contenant des agents pathogènes aux États-Unis et dans le monde entier (3). Il a été documenté que les canins et les félins excrètent souvent des agents pathogènes associés à la viande crue dans leurs excréments, ce qui est une source d'inquiétude (4-7). Il y a eu des cas documentés de personnes et d'animaux domestiques tombés malades à cause de la MP, bien que les cas documentés semblent provenir en grande partie de la MPCD, car le suivi et l'identification des cas de la MPHD seraient des défis présents à moins que la source de contamination ne soit l'approvisionnement alimentaire humain. Par exemple, entre 2018 et 2019, les Centers for Disease Control (CDC) ont mené une enquête à la fois sur les produits de dinde destinés aux humains et sur les MPCD avec de la dinde contenant des salmonelles, qui ont également été trouvées dans de la dinde destinée à la consommation humaine (8). Plusieurs autres incidents de contamination par des agents pathogènes de MPCD ont donné lieu à des rappels dont certains ont donné lieu à des rapports d'humains et/ou d'animaux de compagnie malades, et d'autres non (3, 9, 10), bien que chacun de ces défis ne soit pas exclusif aux MP, puisqu'il existe de nombreux cas documentés de contamination par des agents pathogènes de régimes alimentaires secs et de friandises également (11-13). Par rapport au bétail ou aux animaux sauvages, le rôle des chiens et des chats en tant que porteurs d'agents pathogènes est unique dans la mesure où ils peuvent interagir avec des environnements urbains, sauvages et domestiques, et où chaque environnement présente des facteurs de risque indépendants qui sont également indépendants des pratiques ou des préférences alimentaires (14). En définitive, de multiples variables interviennent dans le potentiel d'infection des animaux de compagnie et des humains par des agents pathogènes, et la plupart de ces variables n'ont jamais été quantifiées.</p>\r\n
        <p>Les agents pathogènes d'intérêt pour les PM comprennent les espèces de Salmonella, Escherichia coli, Campylobacter, Listeria, entre autres. L'American Animal Hospital Association (AAHA), l'American Veterinary Medical Association (AVMA) et d'autres organisations vétérinaires déconseillent la pratique de l'alimentation à base de MP en raison des risques pathogènes pour les chiens, les chats et les humains (15, 16). Certaines données utilisées pour soutenir cette affirmation sont inadéquates et ne concernent pas les MP, puisqu'une référence est liée à la présence de Salmonella dans des friandises pour oreilles de porc (5, 17). Il n'est pas clair si les études que la FDA et l'AVMA citent concernent les régimes commerciaux de MP avec un contrôle établi des agents pathogènes (p. ex., traitement à haute pression) ou si elles incluent à la fois le DPPM et le DPPH. Le MPCD et le MPHD présentent tous deux des facteurs de risque pathogènes uniques, car les MPCD sont soumis aux mêmes normes (p. ex., politique de tolérance zéro) que les croquettes et autres formats d'aliments, tandis que le MPHD, s'il est fabriqué à partir de viandes provenant de l'alimentation humaine, devrait héberger des agents pathogènes, car ces viandes sont vendues dans l'intention d'être cuites.</p>\r\n
        <p>Indépendamment de la contamination de l'alimentation par des agents pathogènes, le risque réel et la prévalence de la transmission des régimes MP et/ou de l'animal de compagnie à l'homme sont largement inconnus. Une étude a fait état d'un total de 63 cas de transmission d'un ou plusieurs agents pathogènes d'origine alimentaire signalés par les propriétaires, sur 16 475 foyers ayant répondu à l'enquête ; 39 de ces cas ont été qualifiés de " transmission confirmée ", car des échantillons de matières fécales humaines ont été soumis à un laboratoire pour analyse, et 24 autres cas ont été qualifiés de " transmission suspectée ", car il n'y a pas eu de confirmation ou d'analyse en laboratoire (18). Le risque et la prévalence de l'infection humaine par des agents pathogènes suite à l'alimentation avec des régimes MP ou à la manipulation de matières fécales de chiens consommant des régimes MP ou d'autres régimes n'ont pas été établis malgré la contamination documentée de tous les types de formats d'aliments pour animaux de compagnie.</p>\r\n
        <p>L'objectif de cette étude était d'estimer la fréquence de transmission d'agents pathogènes à des humains vivant dans ou en contact avec des ménages (HHs) qui ont déclaré avoir donné des régimes MP à leurs chats et/ou chiens, seuls ou en combinaison avec une autre forme d'alimentation pour animaux de compagnie. Nous avons également cherché à identifier d'autres facteurs associés à l'occurrence de la transmission d'agents pathogènes déclarée qui ne sont pas liés au régime alimentaire.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Matériel et méthodes</span></strong></p>\r\n
        <p><span style="font-size: 20px;">Conception et procédure de l'enquête<br />\r\n
        </span>Cette enquête a utilisé un questionnaire en ligne pour recueillir des informations sur les pratiques d'alimentation et la prévalence potentielle de la transmission de pathogènes à l'homme chez les ménages qui nourrissent leurs chats ou leurs chiens avec des MP comme régime complet ou comme complément. Le questionnaire utilisé a été adapté de l'enquête utilisée par Anturaniemi et al. (18). Toutes les questions originales et deux questions supplémentaires ont été utilisées dans la présente étude. Le lien vers l'enquête en ligne a été ouvert à partir du 5 janvier 2020 et a été fermé prématurément le 17 mars 2020 (73 jours) en raison de la pandémie mondiale de coronavirus 2019 (COVID-19) et de la possibilité que les symptômes gastro-intestinaux chez l'homme liés au virus biaisent la déclaration des cas potentiels. L'enquête s'adressait aux propriétaires qui nourrissent actuellement ou ont nourri leur(s) chien(s) et/ou chat(s) avec des régimes MP et a été distribuée en anglais par le biais d'une invitation avec un lien vers l'enquête en ligne envoyée à une grande variété de comptes de médias sociaux personnels et publics, de groupes d'alimentation de régimes MP basés sur les médias sociaux, de cabinets vétérinaires et d'adresses électroniques individuelles. Un effort a été fait pour distribuer cette enquête parmi les groupes " pro-régime MP " et " anti-régime MP " et ne pas la limiter à l'un ou l'autre côté du débat.</p>\r\n
        <p><span style="font-size: 20px;">Transmission potentielle d'agents pathogènes d'origine alimentaire</span><br />\r\n
        Une analyse de régression a été prévue pour les réponses de l'enquête. Les cas potentiels de transmission d'agents pathogènes d'origine alimentaire au sein d'un foyer ont été définis de deux manières, similaires à la façon dont ils ont été classés dans l'étude d'Anturaniemi et al. (18). Cependant, les termes "probable" et "possible" ont été utilisés à la place de "confirmé" et "suspect" pour les cas potentiels au sein d'un foyer, en raison du manque de rapports de laboratoire soumis pour confirmer les cas. Les ménages qui ont répondu "Oui" aux deux questions suivantes ont été classés comme des cas "probables" de transmission :</p>\r\n
        <p>#30 - Y a-t-il ou y a-t-il eu des PERSONNES dans votre foyer qui sont tombées malades en manipulant la nourriture crue pour animaux de compagnie ou qui sont tombées malades au contact de l'animal de compagnie mangeant de la nourriture crue ?</p>\r\n
        <p>#31-Est-ce que cette transmission pathogène (c.-à-d., mauvaises bactéries, germes, etc.) a été vérifiée par un médecin par le biais d'un échantillon de selles (fecal) ?</p>\r\n
        <p>Les ménages qui ont répondu "oui" à l'une ou l'autre de ces deux questions ont été classés comme des cas "possibles" de transmission.</p>\r\n
        <p><span style="font-size: 20px;">Analyse statistique</span><br />\r\n
        Les données ont été téléchargées depuis la plateforme d'enquête en ligne "Survey Monkey" sous forme de fichier Excel (*.xlsx), puis importées dans SPSS pour l'analyse statistique. Les fréquences sont rapportées en nombre de réponses (N) avec des pourcentages (%) et des intervalles de confiance (IC) à 95 %, le cas échéant. Les résultats des tableaux croisés avec les tests chi-deux ou exacts de Fisher sont rapportés avec les odds ratios (OR) et les IC à 95%.</p>\r\n
        <p>L'analyse de régression logistique a été planifiée en utilisant une variable de résultat dichotomique pour définir un cas de transmission codé 1 et un contrôle codé 0. L'utilisation des définitions spécifiées de " probable " et " possible " a donné lieu à deux ensembles de données pour l'analyse de régression logistique : la première analyse incluait uniquement les cas " probables " avec une définition plus stricte, et la seconde analyse incluait à la fois les ménages " probables " et " possibles " comme cas (codés 1). Les deux analyses ont utilisé comme témoins (codés 0) les ménages à domicile dont on ne soupçonnait pas le potentiel de transmission. Les variables prédictives indépendantes potentielles ont été créées à partir des réponses à d'autres questions posées dans l'enquête, notamment le pays, le type d'animal de compagnie nourri au cru, les groupes d'âge des personnes vivant dans le foyer, etc. (Tableau 3). Les variables dont le p ≤ 0,25 ont été prises en compte pour être incluses dans la modélisation par régression inverse. Les résultats de la régression logistique sont rapportés avec les OR et les IC à 95 %. Le niveau de signification pour l'inclusion des variables dans le modèle final était de 0,05.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Résultats</span></strong></p>\r\n
        <p><span style="font-size: 20px;">Données démographiques</span><br />\r\n
        Au total, 5 640 réponses ont été recueillies, ce qui a donné 5 611 réponses utilisables. Seules les réponses des questionnaires complétés ont été utilisées. La majorité des répondants étaient des femmes (&gt;90%), et les réponses provenaient de 62 pays au total, dont 45,3% des États-Unis, 33,1% du Royaume-Uni, 11,2% du Canada et 3,6% de l'Australie. Les 6,8 % restants provenaient de 58 autres pays (tableau 1). La plupart des ménages ont déclaré ne donner des aliments crus qu'à un ou plusieurs chiens (77,1 %, tableau 2). Les autres répondants ont indiqué qu'ils donnaient de la nourriture crue à la fois aux chiens et aux chats (16,6 %, tableau 2) et aux chats seulement (6,3 %, tableau 2). Les ménages ont déclaré à 69,8 % être composés uniquement d'adultes (18+) et à 30,2 % de membres du ménage âgés de moins de 18 ans. Parmi les ménages, 15,2% ont déclaré avoir des membres âgés de plus de 65 ans, et 17,1% ont déclaré qu'au moins un membre de leur foyer était immunodéprimé. Au moins un enfant fréquentait une garderie dans 6,3% des ménages.</p>\r\n
        <p>Tableau 1</p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-t001.jpg" /></p>\r\n
        <p>Tableau 2</p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-t002.jpg" /></p>\r\n
        <p><span style="font-size: 20px;">Pratiques de manipulation et d'alimentation du régime MP</span><br />\r\n
        Les ménages ont été divisés en deux catégories : ceux qui ont déclaré avoir nourri du DPPM (51,1 %) et ceux qui ont déclaré avoir nourri du NDPC (48,9 %). Les ménages ont également été divisés en trois catégories selon qu'ils ont déclaré avoir utilisé le DPPM uniquement (19,9 %), le NPPC uniquement (48,9 %) ou une combinaison des deux (31,2 %). Les réponses ont indiqué que 69,8 % des ménages ont nourri des régimes à 90-100 % de MP, 22,5 % des régimes à 50-89 % de MP, 4,4 % des régimes à 20-49 % et 3,3 % des régimes à &lt;20 % de MP. Les répondants ont indiqué que le reste de l'alimentation était constitué de croquettes, de conserves, de produits lyophilisés et d'aliments cuits (15,3 %, 9 %, 22 % et 14,2 % respectivement). Il a été démontré que les régimes MP qui n'étaient pas mélangés à une autre forme d'alimentation (p. ex. croquettes) présentaient une prévalence moindre de transmission de pathogènes dans le cadre de cette enquête (figure 1).</p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-g001.jpg" /></p>\r\n
        <p>Parmi les personnes interrogées, 63,2% ont manipulé les régimes MP dans le même endroit avec les mêmes ustensiles que l'alimentation humaine, 27,1% ont manipulé les régimes MP dans le même endroit avec des ustensiles différents de ceux de l'alimentation humaine et 9,7% ont manipulé les régimes MP dans un endroit différent avec des ustensiles différents de ceux de l'alimentation humaine. Une prévalence accrue d'agents pathogènes a été signalée pour les ménages qui préparaient les régimes MP avec des ustensiles différents de ceux utilisés pour l'alimentation humaine et dans un espace différent de celui utilisé pour l'alimentation humaine (figure 2). Il n'y avait pas de différence significative entre les cas " probables " et " possibles " signalés par les DPCD et les DPCD, quels que soient le lieu et le mode de préparation des régimes alimentaires MP (tableau 3).</p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-g002.jpg" /></p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-t003.jpg" /></p>\r\n
        <p><span style="font-size: 20px;">Considérations sur les agents pathogènes dans l'alimentation des ménages non-MP</span><br />\r\n
        Les répondants ont indiqué que leurs animaux de compagnie consommaient des excréments d'autres animaux, de la terre ou de l'herbe, des animaux morts, de la nourriture avariée, des ordures, des oreilles de porc et de l'eau stagnante dans des proportions respectives de 17,7 %, 43,9 %, 9 %, 5,2 %, 2,7 %, 16,9 % et 39,9 %. Parmi les HH ayant un chat (n = 929), 48,4 % ont indiqué que leur chat était toujours ou parfois dehors. Nos données n'ont pas montré de risque significatif lié à l'un ou l'autre de ces facteurs de risque (tableau 3).</p>\r\n
        <p><span style="font-size: 20px;">Transmission potentielle d'agents pathogènes d'origine alimentaire</span><br />\r\n
        Onze foyers (0,20 % ; IC à 95 %, 0,10-0,36) ont été classés comme ayant connu une transmission " probable ", et 20 autres foyers (0,36 % ; IC à 95 %, 0,22-0,56) ont été classés comme ayant connu une transmission " possible ", ce qui donne un total de 31 foyers (0,55 % ; IC à 95 %, 0,38-0,79) identifiés comme des cas potentiels de transmission (tableaux 1, 6). Nos données ou notre analyse n'ont pas indiqué que le type de régime alimentaire MP (MPCD ou MPHD) était un facteur de risque significatif pour les cas déclarés " probables " ou " possibles " (tableau 3). Le reste des HH (N = 5 580 = 99,45 % ; IC à 95 %, 99,21-99,62) n'ont pas été considérés comme ayant connu une transmission potentielle d'agents pathogènes d'origine alimentaire d'après leurs réponses à l'enquête.</p>\r\n
        <p>Tous les répondants des 11 HH "probables" ont également été en mesure de nommer un agent pathogène en réponse à la question : "#32-Quel(s) agent(s) pathogène(s) a été vérifié(s) dans l'échantillon fécal par le laboratoire ? (cochez TOUTES les réponses qui s'appliquent)" (les réponses comprenaient soit Campylobacter ou Salmonella ou Salmonella et Escherichia coli) ; huit d'entre eux ont également répondu Oui à la question : #33- Cet agent pathogène était-il le MÊME agent pathogène que celui trouvé dans les aliments crus pour animaux de compagnie ? Quatre ont également répondu Oui à la question : #38-Les animaux de compagnie de la famille ont-ils eu des symptômes au moment où les gens sont tombés malades ?</p>\r\n
        <p>Les agents pathogènes les plus fréquemment signalés étaient Salmonella (n = 11, 0,2 %), Campylobacter (n = 6, 0,1 %), E. coli (n = 4, 0,1 %), le groupe d'âge le plus fréquent étant les adultes âgés de 18 à 65 ans (n = 29, 78,4 % des cas). Le groupe d'âge suivant le plus souvent touché était celui des enfants de moins de 2 ans (n = 3, 8,1 % des cas), suivi de deux cas chacun dans le groupe des 2 à 6 ans et dans le groupe des plus de 65 ans, représentant chacun 0,6 % de l'ensemble des cas signalés.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Analyse de régression logistique</span></strong></p>\r\n
        <p>Les résultats de l'analyse univariable sont rapportés pour 72 variables avec quelques chevauchements/duplications de variables dues à différentes méthodes de codage pour l'analyse statistique (tableau 3). Le bœuf, le poulet et l'œuf sont les protéines les plus fréquemment déclarées par les HH, bien qu'aucune de ces sources de protéines ne soit une variable significative dans l'analyse univariable et qu'elles n'aient pas été retenues dans les modèles finaux. L'alimentation à base de porc, de dinde, de canard, de lapin, de saumon et d'autres poissons s'est avérée significative dans l'analyse univariable, suggérant que l'alimentation à base de ces protéines était associée à un risque plus faible de transmission déclarée, bien qu'aucune de ces variables n'ait été retenue dans les modèles finaux. Les réponses ont indiqué que 82 % des cas " probables " et 58 % des cas " possibles " mangeaient 7 protéines MP ou moins, 9 % et 29 % mangeaient 8 à 10 protéines MP, et seulement 9 et 13 % mangeaient 11 à 18 protéines MP pour les cas " probables " et " possibles ", respectivement (tableaux 3-5).</p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-t004.jpg" /></p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-t005.jpg" /></p>\r\n
        <p>Le modèle final pour les 11 cas " probables " de transmission à domicile comprenait trois variables qui expliquaient 16,5 % de la variabilité des données : lorsque des croquettes étaient données en plus de la nourriture crue, lorsque moins de sources différentes de protéines crues étaient données, et lorsque la nourriture crue était manipulée dans un endroit différent et avec des ustensiles différents par rapport à l'utilisation du même endroit et des mêmes ustensiles, tous ces facteurs étaient associés à un risque plus élevé de transmission à domicile (tableau 4). Le modèle final pour les 31 cas "possibles" de transmission de la maladie de Hodgson comprenait trois variables, qui expliquaient 6 % de la variabilité des données : lorsque &lt;20 % du régime alimentaire était cru, si moins de sources différentes de protéines crues étaient données, et si la nourriture crue était manipulée en utilisant un espace et des instruments différents par rapport à l'utilisation du même espace et des mêmes instruments ou d'instruments différents étaient tous associés à un risque plus élevé de transmission de la maladie de Hodgson (Tableau 5).</p>\r\n
        <p>Alors que le pays du répondant et le pays d'origine des aliments crus n'étaient pas significatifs et n'ont pas été proposés pour être inclus dans les modèles finaux, lorsque l'une ou les deux variables ont été incluses comme effet fixe dans une analyse de sensibilité, les résultats étaient similaires aux modèles qui ne contrôlaient aucune de ces variables. De même, l'ajout dans les modèles finaux de la variable à deux catégories pour le MPCD ou de la variable à trois catégories pour le MPHD seulement, le MPCD seulement ou une combinaison des deux types de régimes MP n'a pas modifié les modèles et aucune de ces variables n'était significative.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Discussion</span></strong></p>\r\n
        <p>Cette étude a donné des résultats similaires à ceux d'Anturaniemi et al. (18), démontrant que les régimes alimentaires MP donnaient rarement lieu à des rapports de transmission d'agents pathogènes aux membres humains du HH (tableau 6) et qu'un certain nombre de facteurs connus et inconnus étaient également en jeu. Nos résultats ont montré une prévalence aussi faible de transmission d'agents pathogènes suspectée, laissant une proportion écrasante (&gt;99%) de ménages dans les deux études nourrissant leurs animaux de compagnie avec des aliments crus et déclarant qu'ils n'étaient pas affectés par la transmission potentielle d'agents pathogènes d'origine alimentaire. Pour notre étude, aucun des cas signalés par les ménages n'a soumis de rapports de laboratoire pour confirmer leur affirmation, même si les répondants ont été invités à le faire. Cela peut indiquer que le dépistage des maladies liées à des agents pathogènes n'est pas la première ligne en médecine vétérinaire ou en médecine humaine, ce qui pourrait signifier que les déclarations sont suspectées et traitées sans confirmation. L'absence de rapports de laboratoire confirmés pourrait également signifier que des maladies potentielles liées à des agents pathogènes pourraient ne pas être détectées du tout.</p>\r\n
        <p><img src="https://www.frontiersin.org/files/Articles/741575/fvets-08-741575-HTML-r2/image_m/fvets-08-741575-t006.jpg" /></p>\r\n
        <p>Dans le cas de symptômes liés à des troubles gastro-intestinaux chez l'homme ou l'animal de compagnie, nous avons observé que les tests de laboratoire visant à déterminer la présence d'agents pathogènes ne sont pas une pratique standard de première intention, ce qui complique l'identification des cas d'agents pathogènes liés à tous les types de régime alimentaire. Pour compliquer les choses, il est également possible que les intestins d'un chien ou d'un chat apparemment en bonne santé contiennent de tels agents pathogènes sans aucun signe de maladie, quel que soit le régime alimentaire. On sait également que Salmonella et E. coli sont excrétés dans les excréments des chats et des chiens, quel que soit leur régime alimentaire, mais le risque pour les humains n'a pas été établi. La présence d'agents pathogènes dans l'alimentation peut ne pas se traduire par l'excrétion de ces agents pathogènes dans les fèces, comme l'a démontré une étude qui a montré que malgré la détection de Salmonella dans 80 % des régimes MP au poulet, seuls 30 % des chiens excrétaient des Salmonella dans leurs fèces (19).</p>\r\n
        <p>Nous notons que le plus grand nombre de cas dans notre étude a été rapporté avec des protéines de bœuf et de poulet, suivies par l'œuf. Il convient de veiller à ce que ces chiffres ne soient pas sortis de leur contexte, car les protéines de bœuf et de poulet sont les plus courantes, quel que soit le format des aliments pour animaux de compagnie. Cependant, nous notons qu'aucune des protéines de cette étude n'est associée à un risque accru de maladie chez l'homme. D'un autre côté, le CDC reconnaît que ces protéines et d'autres sont souvent contaminées par des agents pathogènes (20, 21), ce qui montre l'importance d'une éducation adéquate en matière de sécurité alimentaire et de pratiques de manipulation.</p>\r\n
        <p>Nous avons constaté que les élevages qui donnent plus de sources de protéines semblent avoir une incidence moindre de cas de pathogènes possibles ou probables que les élevages qui donnent une alimentation moins variée. L'alimentation avec 11 protéines différentes ou plus a montré une moindre prévalence de cas possibles ou probables de transmission de pathogènes à l'homme, tandis que l'alimentation avec sept sources de protéines ou moins a semblé augmenter le risque. Dans nos données, 18 des 31 cas possibles et probables (58 %) étaient nourris avec 7 protéines ou moins, et 87 % des cas étaient nourris avec 10 protéines ou moins. Seuls quatre cas "possibles" ou "probables" ont été signalés chez les personnes ayant reçu 11 protéines ou plus. Ces données indiquent que le risque de transmission d'agents pathogènes peut être moindre avec un régime alimentaire varié, peut-être parce que les éleveurs plus avancés ont tendance à donner une plus grande variété d'aliments tout en ayant des routines de manipulation et d'hygiène plus efficaces. Cependant, d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer les facteurs qui influencent ce résultat potentiel, qu'ils soient liés aux nutriments, à la modulation positive du microbiote intestinal, à l'état de santé de l'animal, à l'origine de l'alimentation et/ou aux pratiques de nettoyage et de manipulation dans les élevages.</p>\r\n
        <p>Le mélange de formes d'aliments, comme l'alimentation en croquettes et en aliments crus, a été associé à un risque accru de cas probables et possibles de transmission d'agents pathogènes (figure 1), ce qui est également similaire à ce qu'ont observé Anturaniemi et al. (18). Nos données montrent que l'alimentation avec 20 % ou moins de régimes MP se traduit par un risque accru, tandis que l'alimentation avec 90 % ou plus de régimes MP présente un risque réduit. Cela pourrait être dû à la contamination d'autres formes d'alimentation, à la détérioration du produit pendant la distribution ou le stockage, à des pratiques de manipulation différentes entre les deux formes ou à d'autres facteurs connus ou inconnus. Il est probable que les mangeurs de régimes MP plus avancés et expérimentés n'utilisent pas de croquettes et emploient des techniques d'hygiène et de manipulation plus efficaces. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si le mélange des formes d'alimentation constitue un véritable facteur de risque. Des recherches antérieures ont montré que les propriétaires qui nourrissent leurs animaux avec des aliments à faible teneur en eau (par exemple, des aliments secs, des friandises) ne considèrent pas que ces produits présentent un risque pathogène, malgré les nombreux cas documentés de présence d'agents pathogènes dans les aliments secs et les friandises (11, 12, 22-25). En outre, le biais de présomption des propriétaires supposant que les aliments secs pour animaux de compagnie et les friandises présentent un risque minime ou nul fait que seulement 58 % des propriétaires se lavent les mains après avoir nourri leur animal (25). Compte tenu de ces éléments, il est logique que la contamination croisée par les aliments secs et les friandises pour animaux de compagnie soit un facteur de risque associé aux agents pathogènes, indépendamment de la présence de régimes alimentaires MP dans le foyer.</p>\r\n
        <p>Le type d'alimentation des MP est important lorsqu'on considère le risque de contamination pathogène de l'alimentation et donc le risque d'infection pathogène de l'animal de compagnie ou des humains du foyer. Comme indiqué, le risque de pathogènes dans les MPCD aux États-Unis a la même politique de tolérance zéro pour les pathogènes que les autres formats d'aliments commerciaux pour animaux de compagnie (p. ex., les croquettes). À titre d'exemple, une étude récente a mis en évidence divers agents pathogènes (E. coli, Campylobacter et Salmonella) détectés dans 18 des 25 échantillons fécaux de chiens nourris avec des régimes MP. En comparaison, des agents pathogènes ont été détectés dans 5 des 25 échantillons fécaux de chiens nourris avec des aliments secs (26). Les auteurs n'ont pas différencié si les chiens du groupe nourri avec le régime MP étaient nourris avec le MPCD ou le MPHD, ce qui est essentiel pour déterminer les facteurs de risque dans chaque pays. Si les chiens sont nourris avec des régimes MPHD, ce résultat est logique car nous savons que l'alimentation humaine dans de nombreux pays héberge un grand nombre de ces agents pathogènes, car ils sont vendus dans l'intention d'être cuisinés. Il est également clair que de nombreux membres de ce groupe mélangent également les formes d'alimentation (par exemple, MP et croquettes), ce qui, selon nos données, augmente le risque de transmission de pathogènes. Nous ne savons pas non plus si les ménages participant à cette étude respectaient les règles de sécurité alimentaire (stockage des aliments, nettoyage des bols, etc.), quels étaient les autres facteurs d'exposition environnementale auxquels l'animal était exposé et quels types de sources de protéines étaient utilisés. De plus, si le DPPM était utilisé, le fait de s'approvisionner dans une épicerie ou de chasser des animaux sauvages fournirait des facteurs de risque supplémentaires qui n'ont probablement pas été pris en compte.</p>\r\n
        <p>Un autre facteur à prendre en compte est que de nombreux propriétaires d'animaux de compagnie ne sont pas conscients de la préparation et du nettoyage adéquats lorsqu'ils donnent des régimes MP, ou des aliments pour animaux en général, surtout aux États-Unis. Par exemple, de nombreux ménages qui se nourrissent de croquettes ne nettoient pas et ne désinfectent pas quotidiennement les bols de nourriture pour animaux de compagnie, qui se sont avérés être l'un des articles les plus susceptibles d'être contaminés par des agents pathogènes (27). On pourrait émettre l'hypothèse que les ménages soumis à un régime alimentaire à base de MP seraient plus vigilants dans le nettoyage des bols de nourriture ; cependant, les auteurs n'ont pas connaissance de données permettant de le confirmer. En considérant cela, il est probable qu'il y ait un décalage dans les facteurs de risque de pathogènes entre les différents formats d'alimentation (par exemple, croquettes et régimes MP), ce qui signifie que les HH nourris avec des régimes MP ont probablement des routines de manipulation et d'hygiène plus efficaces puisque les croquettes et les régimes traités thermiquement sont perçus comme sûrs. Quoi qu'il en soit, il est probable que les propriétaires d'animaux de compagnie ont besoin d'une éducation plus solide en matière de sécurité alimentaire, quel que soit le format de l'alimentation des animaux.</p>\r\n
        <p>Dans notre étude, le mode et le lieu de préparation des régimes MP semblent également influencer le risque de transmission de pathogènes. Ces résultats sont conformes aux données rapportées par Anturaniemi et al. (18), dans la mesure où la préparation des régimes MP au même endroit que l'alimentation humaine, avec les mêmes ustensiles, peut avoir un effet protecteur contre les agents pathogènes. Les régimes MP qui ont été préparés au même endroit mais avec des ustensiles différents et dans un endroit différent avec des ustensiles différents ont présenté des rapports plus élevés de transmission de pathogènes selon nos données. Cela pourrait s'expliquer par le fait que les propriétaires nettoient leurs propres ustensiles et surfaces avec plus de diligence que ceux utilisés uniquement pour la nourriture des animaux de compagnie, ce qui souligne l'importance des techniques d'hygiène et de sécurité alimentaire.</p>\r\n
        <p>Les protocoles appropriés de fabrication et de manipulation des aliments sont tout aussi importants que la manipulation par les propriétaires desdits aliments pour animaux de compagnie, y compris les régimes MP, car les personnes qui manipulent les aliments et l'environnement dans lequel ils sont manipulés pourraient également être la source de contaminants, et pas seulement les aliments eux-mêmes. Par exemple, l'industrie européenne des aliments pour animaux de compagnie reconnaît le risque associé aux régimes MP et mène des campagnes proactives de sécurité alimentaire pour animaux de compagnie visant à éduquer le public sur les initiatives de sécurité alimentaire appropriées aux régimes MP, telles que la manipulation des aliments, leur stockage et le lavage des mains (28). De telles initiatives n'existent pas aux États-Unis, et le public est plutôt découragé de donner des régimes MP.</p>\r\n
        <p>Les autres facteurs de risque associés à la transmission d'agents pathogènes sont les diverses interactions entre l'homme et l'animal, indépendamment du type d'alimentation. Ces interactions comprennent, sans s'y limiter, le fait de laisser l'animal lécher le visage des membres de la famille, de le laisser monter sur les meubles, l'hygiène des mains et les pratiques de nettoyage de la maison. Thomas et Feng (25) ont constaté que plus de 50 % des propriétaires d'animaux partageaient leur lit avec ces derniers et que la majorité d'entre eux les laissaient lécher le visage des humains et avoir des contacts étroits et prolongés. Les ménages possédant des canidés sont beaucoup plus susceptibles de donner des friandises et des restes de nourriture humaine à leurs chiens (25), et donc ces activités présentent également des risques d'agents pathogènes dans le ménage, indépendamment des régimes alimentaires à base de MP, bien que la quantification du risque de transmission d'agents pathogènes par ces activités n'ait jamais été établie. Comme pour les régimes alimentaires à base de MP, il serait difficile, voire impossible, d'isoler chacune de ces variables pour déterminer le risque réel.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Signalement de cas minimes d'agents pathogènes</span></strong></p>\r\n
        <p>Le faible nombre de cas signalés de transmission présumée d'agents pathogènes dans l'ensemble peut être dû à des facteurs tels que la supposition par le propriétaire et/ou le vétérinaire de l'existence d'agents pathogènes ou de maladies en raison de variables confusionnelles, notamment le fait que l'animal mange des déchets, consomme des friandises à base d'oreilles de porc, boit de l'eau stagnante, que les chats ont librement accès à l'extérieur sans surveillance et/ou que les jeunes enfants sont en garderie, entre autres variables connues et inconnues. En outre, une préoccupation parmi les personnes qui nourrissent leur animal avec des régimes MP, souvent relayée par les médias sociaux, est l'hésitation ou l'omission de révéler à leur vétérinaire qu'ils nourrissent leur animal avec des régimes MP, par crainte de subir des pressions pour que leur animal passe à des régimes commerciaux ou vétérinaires. Des inquiétudes ont également été soulevées dans les communautés vétérinaires quant à la résistance des vétérinaires aux régimes MP, qui pourrait inciter les propriétaires d'animaux à ne pas divulguer leur alimentation, ce qui risquerait de nuire aux relations entre clients et vétérinaires (29) et de réduire la fréquence des soins de routine, voire de ne pas les prodiguer du tout. Dans le contexte des pathogènes, si un vétérinaire n'est pas au courant qu'un chat ou un chien mange des régimes MP, cela empêcherait de considérer les régimes MP comme un facteur dans les cas potentiels ou confirmés d'infection par des pathogènes. Une autre raison de l'hésitation ou de l'échec des propriétaires à révéler les régimes MP à leur vétérinaire peut être due au fait que certains vétérinaires refusent de voir des animaux de compagnie qui consomment des régimes MP, du moins aux États-Unis. Ces actions de la part de membres de la communauté vétérinaire ont probablement un impact négatif sur les soins aux animaux de compagnie et pourraient entraîner un manque de cas de pathogènes liés aux régimes MP, l'identification de problèmes de nutriments et d'autres problèmes de santé indépendants du régime alimentaire.</p>\r\n
        <p>L'augmentation des signalements de contamination et de rappels de régimes MP sur le marché dans plusieurs pays peut conduire à une infection pathogène "présumée" secondaire aux régimes MP sans confirmation en laboratoire par le vétérinaire. Cette situation est problématique, car elle peut empêcher ou retarder l'identification d'une épidémie provenant de régimes MP ou d'autres sources, ce qui, dans les deux cas, expose le public à des risques (matières premières, contamination environnementale, etc.). En outre, le biais de présomption dans ces cas conduit probablement à une surutilisation ou à une mauvaise utilisation des antibiotiques, ce qui est une autre préoccupation importante pour la santé humaine et animale.</p>\r\n
        <p>Aux États-Unis, la FDA et les services agricoles des États testent régulièrement et de manière proactive les produits commercialisés pour détecter les agents pathogènes et les contaminants. Un résultat positif pour tout agent pathogène ou contaminant dans tout format d'aliment entraîne un rappel automatique, qu'il soit volontaire ou involontaire, car l'aliment est considéré comme "frelaté". Cependant, les produits rappelés ne sont pas toujours à l'origine de maladies ou de décès d'animaux ou de consommateurs. Les difficultés à déterminer la source de la transmission d'agents pathogènes chez les animaux ou les humains, ou le statut de rappel actuel des produits, ne doivent pas être utilisées pour supposer la présence d'agents pathogènes, en particulier dans le cas d'animaux de compagnie ou d'humains malades, ou d'aliments pour animaux. Il est toujours nécessaire de confirmer la présence d'une infection pathogène chez l'animal de compagnie et/ou l'aliment pour animaux de compagnie suspecté d'être impliqué dans une maladie ou une contamination pathogène. Nous suggérons que les communautés de la médecine humaine, de la médecine vétérinaire et de la fabrication d'aliments pour animaux de compagnie élaborent un protocole standardisé pour l'investigation cohérente des incidents suspectés de contamination par des agents pathogènes chez les humains, les animaux de compagnie, les aliments pour animaux de compagnie et/ou d'autres variables, quel que soit le milieu suspecté.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Politique en matière d'aliments pour animaux de compagnie et agents pathogènes</span></strong></p>\r\n
        <p>Les mêmes agents pathogènes qui sont mis en garde contre les régimes MP ont été présents et ont causé des problèmes dans les produits cuits, y compris les aliments cuits, les croquettes et les friandises à l'oreille de porc. Dans l'histoire récente, la Food &amp; Drug Administration (FDA) américaine a publié de multiples lettres d'avertissement et rappels, y compris des rappels volontaires, pour ce type de produits (11, 23, 24, 30, 31). La FDA et les organisations vétérinaires américaines découragent largement l'utilisation des régimes MP, tandis que des organisations européennes comme la FEDIAF (European Pet Food Industry) fournissent au public des informations sur la manipulation des régimes MP et la sécurité alimentaire afin de contribuer à atténuer les risques en éduquant le public (28). Malgré les différents points de vue et l'augmentation des rapports de contamination ou de détection d'agents pathogènes, y compris les rappels volontaires et les avis sur les produits alimentaires MP, peu d'attention a été accordée à l'étude des mesures d'atténuation des agents pathogènes, aux pratiques alimentaires des propriétaires d'animaux de compagnie et à la prévalence réelle de la transmission des agents pathogènes dans les aliments MP HH.</p>\r\n
        <p>Compte tenu de la loi sur la modernisation de la sécurité alimentaire (FSMA) et de la politique de tolérance zéro de la FDA, les fabricants de régimes MP devraient identifier de manière proactive les risques tels que les sources de contamination, les pratiques de manipulation et même les risques associés aux sources de protéines. De telles pratiques seraient bénéfiques, car elles permettraient d'élaborer et de mettre en œuvre des mesures d'atténuation pour réduire ces risques. En ce qui concerne les aliments pour animaux de compagnie, les États-Unis adoptent une approche de "tolérance zéro", ce qui signifie que tout aliment pour animaux de compagnie contenant des agents pathogènes est considéré comme frelaté, quel que soit son format. Il est également important de noter que les risques liés aux agents pathogènes sont susceptibles de varier d'un pays à l'autre, voire d'un État à l'autre, en fonction des pratiques agricoles, d'abattage et autres pratiques de sécurité alimentaire. Les groupes qui s'opposent aux régimes MP, tels que l'AVMA, devraient reconnaître que de nombreux consommateurs se nourrissent de régimes MP, favoriser le dialogue et étudier les méthodes permettant de garantir l'adéquation et la sécurité nutritionnelles et soutenir la recherche afin de déterminer les meilleurs moyens d'atténuer les risques de tous les régimes. La popularité des régimes MP augmente d'année en année, et l'identification des entreprises qui sont responsables de la sécurité des tiers et des données nutritionnelles en plus de soutenir la recherche sur la nutrition des animaux de compagnie est susceptible d'aider à atténuer le risque de pathogènes parmi les régimes MP.</p>\r\n
        <p>La FEDIAF en Europe, qui est similaire à l'AAFCO aux États-Unis, a adopté une approche différente des pathogènes dans les aliments pour animaux de compagnie. La FEDIAF reconnaît que les agents pathogènes sont présents dans l'approvisionnement alimentaire et qu'ils sont donc susceptibles d'être présents dans les régimes MP. En outre, elle reconnaît que les propriétaires d'animaux de compagnie sont susceptibles de continuer à donner des régimes MP malgré les découragements des autorités réglementaires ou vétérinaires. Au lieu de cela, la FEDIAF a été proactive avec des campagnes visant à éduquer les propriétaires d'animaux de compagnie sur la sécurité alimentaire et les techniques de manipulation responsables et appropriées pour atténuer le risque. Outre les efforts de la FEDIAF, les vétérinaires et les fabricants européens ont pris plusieurs mesures pour améliorer la sécurité, la durabilité et la nutrition des régimes alimentaires pour animaux de compagnie. La Pet Food Manufacturers Association (PFMA) a lancé une initiative visant à promouvoir les meilleures pratiques pour les régimes MP en Europe en améliorant la sécurité alimentaire, en définissant des exigences réglementaires spécifiques pour les régimes MP et plus encore.</p>\r\n
        <p>La FDA, l'AVMA, l'AAHA et d'autres organismes mettent en garde les Américains contre le fait de donner des régimes MP à leurs animaux de compagnie, malgré le fait que les MPCD sont soumis aux mêmes politiques (p. ex. tolérance zéro pour les agents pathogènes) que les croquettes et les aliments en conserve. Cela pourrait être le résultat d'un manque de sensibilisation et d'éducation à toutes les normes exigées pour tous les aliments pour chiens et chats. Même si beaucoup pensent que les aliments peu transformés peuvent présenter un risque plus élevé de contamination microbienne, ce risque ne disparaît pas avec les aliments hautement transformés (HP), comme nous l'avons vu précédemment. L'industrie bénéficierait grandement de l'éducation des consommateurs en matière de sécurité alimentaire et de pratiques de manipulation, quel que soit le type de régime alimentaire. Les politiques de la FDA, de l'AVMA et de l'AAHA ne font pas de distinction entre les MPCD et les MPHD, et ces politiques bénéficieraient d'une mise à jour de la distinction entre les deux. Une définition plus précise de la catégorie MP permettrait de différencier les risques microbiens potentiels, puisque les ingrédients bruts de qualité humaine (c.-à-d. les aliments d'épicerie) utilisés pour fabriquer les DPPM ont des niveaux de microbes admissibles, alors que les DPPM n'en ont pas.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Limites</span></strong></p>\r\n
        <p>Cette étude présente de nombreuses limites. Les données déclarées par les propriétaires sont souvent peu fiables et/ou incomplètes. Cela était évident dans le fait que certains répondants ne pouvaient pas nommer un agent pathogène pour leur cas potentiel ou probable. En outre, nous n'avons reçu aucun cas confirmé en laboratoire, ce qui remet en question la validité des cas probables et possibles déclarés. En outre, il existe un biais de présomption considérable au sein des communautés pro- et anti-maladie. Souvent, ces sentiments sont alimentés par des informations incomplètes ou inexactes sur les médias sociaux et d'autres supports divers. Lors de la réalisation de cette enquête, les auteurs ont été confrontés à beaucoup d'hésitation et souvent à des réponses abrasives de la part de la communauté pro-régime MP, supposant que les auteurs étaient antirégime MP. Par exemple, de grandes plateformes de médias sociaux et des influenceurs ont conseillé aux adeptes du régime MP de ne pas participer à l'enquête. Ce point est important, car de nombreux adeptes du régime MP ont indiqué qu'ils tiraient la majorité de leurs informations des informations télévisées et des médias sociaux. Cela a probablement entraîné une baisse de la participation à l'enquête de la part de la communauté des adeptes du régime MP, en particulier aux États-Unis. En comparaison, certains membres de la communauté vétérinaire se sont heurtés à une certaine résistance lors de la distribution de cette enquête. En outre, l'absence de tests de première ligne pour les maladies d'origine alimentaire, quel que soit le régime alimentaire, en raison de la perception personnelle ou vétérinaire de la sécurité de toute forme d'alimentation, est un facteur de confusion. Les finances des propriétaires ont également un impact similaire, car le coût des tests est un obstacle à la réalisation de tests pour chaque cas attendu. Il existe un préjugé potentiel parmi les personnes qui nourrissent actuellement des animaux crus, selon lequel les régimes MP sont intrinsèquement sûrs, en raison du manque de cas ou de la sous-déclaration des cas. Il est probable que les cas confirmés soient sous-déclarés ou ne soient pas déclarés du tout pour l'une ou l'autre de ces raisons.</p>\r\n
        <p>Bien que cette étude ait été conçue spécifiquement pour ceux qui donnent des régimes MP, la nécessité d'une étude similaire avec d'autres formats d'aliments à des fins de comparaison est évidente ; cependant, les auteurs reconnaissent également que la réalisation d'une telle étude serait difficile, étant donné que d'autres formats d'aliments tels que les croquettes et les aliments en conserve sont perçus comme sûrs. Cette perception de sécurité, pour les raisons évoquées plus haut, crée un biais lorsque les animaux de compagnie et les personnes présentent des symptômes qui pourraient être liés à une maladie pathogène, ce qui signifie que les cas ne seraient probablement pas reconnus à temps, voire pas du tout. Cela est confirmé par le fait que la plupart des cas liés à des maladies pathogènes provenant de régimes alimentaires à base de MP ne sont pas non plus confirmés par des tests de laboratoire et sont plutôt supposés être de nature pathogène.</p>\r\n
        <p>La pandémie de COVID-19 a également présenté des défis, car un nombre limité de réponses a été recueilli en raison de l'ouverture de l'enquête moins longtemps que prévu. Il est également possible que certains symptômes gastro-intestinaux des cas " possibles " aient été associés à des symptômes gastro-intestinaux du COVID-19.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Conclusion</span></strong></p>\r\n
        <p>Notre étude a révélé un faible risque de transmission d'agents pathogènes lié aux régimes alimentaires MP, bien qu'il soit clair qu'il y ait un manque important de tests pour confirmer ou exclure le potentiel d'infection par des agents pathogènes, que les régimes alimentaires MP soient associés ou non à des cas potentiels. Les communautés vétérinaires et médicales ont besoin de directives et de protocoles clairs pour identifier les cas potentiels d'agents pathogènes en relation avec la santé publique et animale, quel que soit le type de régime alimentaire. De plus, il est nécessaire d'établir une terminologie pour définir le type de régime alimentaire des MP, car les MPCD et les MPHD comportent des facteurs de risque différents. Les futurs travaux d'évaluation des régimes alimentaires des MP pour les agents pathogènes, l'adéquation nutritionnelle ou autre devraient différencier les MPCD et les MPHD afin d'identifier plus précisément les facteurs de risque et les domaines de préoccupation et d'amélioration. D'après les résultats de cette enquête, la transmission confirmée d'agents pathogènes à l'homme à partir des régimes alimentaires des DPPC et des DDPM semble être rare. Nous concluons que les cas potentiels ou probables de transmission d'agents pathogènes dépendent probablement des mesures d'hygiène et de sécurité alimentaire, et qu'une plus grande sensibilisation à la sécurité alimentaire devrait réduire les risques.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Déclaration de disponibilité des données</span></strong></p>\r\n
        <p>Les données brutes soutenant les conclusions de cet article seront mises à disposition par les auteurs, sans réserve indue.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Contributions des auteurs</span></strong></p>\r\n
        <p>NC et RY ont été responsables de la conception de l'étude et de la collecte des données. VA a analysé les données. NC a rédigé le manuscrit. RY et VA ont édité le manuscrit. Tous les auteurs ont contribué à l'article et ont approuvé la version soumise.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Conflit d'intérêt</span></strong></p>\r\n
        <p>NC possède et exploite Northpoint Pets and Company. RY est cofondateur de Guardian Pet Food Company, conseiller pour Bond Pet Foods et stratège principal pour KDC AgriBusiness.</p>\r\n
        <p>L'auteur restant déclare que la recherche a été menée en l'absence de toute relation commerciale ou financière qui pourrait être interprétée comme un conflit d'intérêts potentiel.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Note de l'éditeur</span></strong></p>\r\n
        <p>Toutes les affirmations exprimées dans cet article n'engagent que les auteurs et ne représentent pas nécessairement celles de leurs organisations affiliées, ni celles de l'éditeur, des rédacteurs et des réviseurs. Tout produit pouvant être évalué dans cet article, ou toute allégation pouvant être faite par son fabricant, n'est ni garanti ni approuvé par l'éditeur.</p>\r\n
        <p><strong><span style="font-size: 20px;">Références</span></strong></p>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B1" name="B1"></a>1. AAFCO. <i>Association of American Feed Control Officials: 2020 Official Publication</i>. (2020). p. 351.</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B2" name="B2"></a>2. Raditic DM. Insights into commercial pet foods. <i>Vet Clin North Am Small Anim Pract.</i> (2021) 51:551–62. doi: 10.1016/j.cvsm.2021.01.013</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33773645" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1016/j.cvsm.2021.01.013" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=DM+Raditic+&amp;publication_year=2021&amp;title=Insights+into+commercial+pet+foods&amp;journal=Vet+Clin+North+Am+Small+Anim+Pract.&amp;volume=51&amp;pages=551-62" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B3" name="B3"></a>3. FDA. <i>FDA Cautions Pet Owners Not to Feed One Lot of A+ Answers Straight Beef Formula for Dogs Due to Salmonella | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2019). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/fda-cautions-pet-owners-not-feed-one-lot-answers-straight-beef-formula-dogs-due-salmonella">https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/fda-cautions-pet-owners-not-feed-one-lot-answers-straight-beef-formula-dogs-due-salmonella</a> (accessed January 15, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B4" name="B4"></a>4. Lenz J, Joffe D, Kauffman M, Zhang Y, LeJune J. Perceptions, practices, and consequences associated with foodborne pathogens and the feeding of raw meat to dogs. <i>Can Vet J</i>. (2009) 50:637–43.</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19721784" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=J+Lenz&amp;author=D+Joffe&amp;author=M+Kauffman&amp;author=Y+Zhang&amp;author=J+LeJune+&amp;publication_year=2009&amp;title=Perceptions,+practices,+and+consequences+associated+with+foodborne+pathogens+and+the+feeding+of+raw+meat+to+dogs&amp;journal=Can+Vet+J&amp;volume=50&amp;pages=637-43" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B5" name="B5"></a>5. Freeman LM, Chandler ML, Hamper BA, Weeth LP. Current knowledge about the risks and benefits of raw meat–based diets for dogs and cats. <i>J Am Vet Med Assoc</i>. (2013) 243:1549–58. doi: 10.2460/javma.243.11.1549</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24261804" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.2460/javma.243.11.1549" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=LM+Freeman&amp;author=ML+Chandler&amp;author=BA+Hamper&amp;author=LP+Weeth+&amp;publication_year=2013&amp;title=Current+knowledge+about+the+risks+and+benefits+of+raw+meat%E2%80%93based+diets+for+dogs+and+cats&amp;journal=J+Am+Vet+Med+Assoc&amp;volume=243&amp;pages=1549-58" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B6" name="B6"></a>6. van Bree FPJ, Bokken GCAM, Mineur R, Franssen F, Opsteegh M, van der Giessen JWB, et al. Zoonotic bacteria and parasites found in raw meat-based diets for cats and dogs. <i>Vet Rec</i>. (2018) 82:50. doi: 10.1136/vr.104535</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29326391" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1136/vr.104535" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=FPJ+van+Bree&amp;author=GCAM+Bokken&amp;author=R+Mineur&amp;author=F+Franssen&amp;author=M+Opsteegh&amp;author=JWB+van+der+Giessen+&amp;publication_year=2018&amp;title=Zoonotic+bacteria+and+parasites+found+in+raw+meat-based+diets+for+cats+and+dogs&amp;journal=Vet+Rec&amp;volume=82&amp;pages=50" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B7" name="B7"></a>7. Nüesch-Inderbinen M, Treier A, Zurfluh K, Stephan R. Raw meat-based diets for companion animals: a potential source of transmission of pathogenic and antimicrobial-resistant <i>Enterobacteriaceae</i>. <i>R Soc Open Sci</i>. (2019) doi: 10.1098/rsos.191170. [Epub ahead of print].</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31824726" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1098/rsos.191170" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=M+N%C3%BCesch-Inderbinen&amp;author=A+Treier&amp;author=K+Zurfluh&amp;author=R+Stephan+&amp;publication_year=2019&amp;title=Raw+meat-based+diets+for+companion+animals%3A+a+potential+source+of+transmission+of+pathogenic+and+antimicrobial-resistant+Enterobacteriaceae&amp;journal=R+Soc+Open+Sci" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B8" name="B8"></a>8. CDC. <i>Outbreak of Multidrug-Resistant Salmonella Infections Linked to Raw Turkey Products | Multidrug-Resistant Salmonella Infections Linked to Raw Turkey Products | July 2018 | Salmonella | CDC</i>. Centers for Disease Control and Prevention (2019). Available online at: <a href="https://www.cdc.gov/salmonella/reading-07-18/index.html">https://www.cdc.gov/salmonella/reading-07-18/index.html</a> (accessed January 7, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B9" name="B9"></a>9. FDA. <i>UPDATED: FDA Investigates Pattern of Contamination in Certain Raw Pet Foods Made by Arrow Reliance Inc., Including Darwin's Natural Pet Products and ZooLogics Pet Food | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2018). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/updated-fda-investigates-pattern-contamination-certain-raw-pet-foods-made-arrow-reliance-inc">https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/updated-fda-investigates-pattern-contamination-certain-raw-pet-foods-made-arrow-reliance-inc</a> (accessed January 7, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B10" name="B10"></a>10. FDA. <i>FDA Cautions Pet Owners Not to Feed Performance Dog Raw Pet Food Due to Salmonella, Listeria monocytogenes | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2019). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/fda-cautions-pet-owners-not-feed-performance-dog-raw-pet-food-due-salmonella-listeria-monocytogenes">https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/fda-cautions-pet-owners-not-feed-performance-dog-raw-pet-food-due-salmonella-listeria-monocytogenes</a> (accessed January 7, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B11" name="B11"></a>11. CDC. <i>CDC - Salmonella Infantis Infections Linked to Dry Dog Food - Salmonella</i>. CDC Website: Centers for Disease Control (2012). Available online at: <a href="https://www.cdc.gov/salmonella/dog-food-05-12/index.html">https://www.cdc.gov/salmonella/dog-food-05-12/index.html</a> (accessed Feburary 2, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B12" name="B12"></a>12. FDA. <i>Dog Goods USA LLC Expands Voluntary Recall of Chef Toby Pig Ears Pet Treats Because of Possible Salmonella Health Risk on 9/3/2019 | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2019). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/dog-goods-usa-llc-expands-voluntary-recall-chef-toby-pig-ears-pet-treats-because-possible-salmonella">https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/dog-goods-usa-llc-expands-voluntary-recall-chef-toby-pig-ears-pet-treats-because-possible-salmonella</a> (accessed January 7, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B13" name="B13"></a>13. FDA. <i>Midwestern Pet Foods Voluntarily Recall Due to Possible Salmonella Health Risk | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2021). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/midwestern-pet-foods-voluntarily-recall-due-possible-salmonella-health-risk">https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/midwestern-pet-foods-voluntarily-recall-due-possible-salmonella-health-risk</a> (accessed April 3, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B14" name="B14"></a>14. Lambertini E, Buchanan RL, Narrod C, Pradhan AK. Transmission of bacterial zoonotic pathogens between pets and humans: the role of pet food. <i>Crit Rev Food Sci Nutr</i>. (2016) 56:364–418. doi: 10.1080/10408398.2014.902356</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25875576" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1080/10408398.2014.902356" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=E+Lambertini&amp;author=RL+Buchanan&amp;author=C+Narrod&amp;author=AK+Pradhan+&amp;publication_year=2016&amp;title=Transmission+of+bacterial+zoonotic+pathogens+between+pets+and+humans%3A+the+role+of+pet+food&amp;journal=Crit+Rev+Food+Sci+Nutr&amp;volume=56&amp;pages=364-418" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B15" name="B15"></a>15. AVMA. <i>Raw or Undercooked Animal-Source Protein in Cat and Dog Diets</i>. AVMA Website: American Veterinary Medical Association. Available online at: <a href="https://www.avma.org/resources-tools/avma-policies/raw-or-undercooked-animal-source-protein-cat-and-dog-diets">https://www.avma.org/resources-tools/avma-policies/raw-or-undercooked-animal-source-protein-cat-and-dog-diets</a> (accessed December 16, 2020).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B16" name="B16"></a>16. AAHA. <i>Raw Protein Diet</i>. AAHA Website: American Animal Hospital Association (2011). Available online at: <a href="https://www.aaha.org/about-aaha/aaha-position-statements/raw-protein-diet/">https://www.aaha.org/about-aaha/aaha-position-statements/raw-protein-diet/</a> (accessed December 16, 2020).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B17" name="B17"></a>17. Clark C, Cunningham J, Ahmed R, Woodward D, Fonseca K, Isaacs S, et al. Characterization of <i>Salmonella</i> associated with pig ear dog treats in Canada. <i>J Clin Microbiol</i>. (2001) 39:3962–8. doi: 10.1128/JCM.39.11.3962-3968.2001</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11682515" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1128/JCM.39.11.3962-3968.2001" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=C+Clark&amp;author=J+Cunningham&amp;author=R+Ahmed&amp;author=D+Woodward&amp;author=K+Fonseca&amp;author=S+Isaacs+&amp;publication_year=2001&amp;title=Characterization+of+Salmonella+associated+with+pig+ear+dog+treats+in+Canada&amp;journal=J+Clin+Microbiol&amp;volume=39&amp;pages=3962-8" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B18" name="B18"></a>18. Anturaniemi J, Barrouin-Melo SM, Zaldivar-López S, Sinkko H, Hielm-Björkman A. Owners' perception of acquiring infections through raw pet food: a comprehensive internet-based survey. <i>Vet Rec</i>. (2019) 185:658. doi: 10.1136/vr.105122</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31427409" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1136/vr.105122" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=J+Anturaniemi&amp;author=SM+Barrouin-Melo&amp;author=S+Zaldivar-L%C3%B3pez&amp;author=H+Sinkko&amp;author=A+Hielm-Bj%C3%B6rkman+&amp;publication_year=2019&amp;title=Owners%27+perception+of+acquiring+infections+through+raw+pet+food%3A+a+comprehensive+internet-based+survey&amp;journal=Vet+Rec&amp;volume=185&amp;pages=658" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B19" name="B19"></a>19. Joffe DJ, Schlesinger DP. Preliminary assessment of the risk of <i>Salmonella</i> infection in dogs fed raw chicken diets. <i>Can Vet J.</i> (2002) 43:441–2.</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12058569" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=DJ+Joffe&amp;author=DP+Schlesinger+&amp;publication_year=2002&amp;title=Preliminary+assessment+of+the+risk+of+Salmonella+infection+in+dogs+fed+raw+chicken+diets&amp;journal=Can+Vet+J.&amp;volume=43&amp;pages=441-2" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B20" name="B20"></a>20. CDC. <i>Chicken and Food Poisoning | CDC</i>. Centers for Disease Control and Prevention (2020). Available online at: <a href="https://www.cdc.gov/foodsafety/chicken.html">https://www.cdc.gov/foodsafety/chicken.html</a> (accessed January 20, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B21" name="B21"></a>21. CDC. <i>Food Poisoning Symptoms | Food Safety | CDC</i>. Centers for Disease Control and Prevention (2020). Available online at: <a href="https://www.cdc.gov/foodsafety/symptoms.html">https://www.cdc.gov/foodsafety/symptoms.html</a> (accessed January 20, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B22" name="B22"></a>22. Nemser SM, Doran T, Grabenstein M, McConnell T, McGrath T, Pamboukian R, et al. Investigation of <i>Listeria, Salmonella</i>, and toxigenic <i>Escherichia coli</i> in various pet foods. <i>Foodborne Pathog Dis.</i> (2014) 11:706–9. doi: 10.1089/fpd.2014.1748</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24824368" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1089/fpd.2014.1748" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=SM+Nemser&amp;author=T+Doran&amp;author=M+Grabenstein&amp;author=T+McConnell&amp;author=T+McGrath&amp;author=R+Pamboukian+&amp;publication_year=2014&amp;title=Investigation+of+Listeria,+Salmonella,+and+toxigenic+Escherichia+coli+in+various+pet+foods&amp;journal=Foodborne+Pathog+Dis.&amp;volume=11&amp;pages=706-9" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B23" name="B23"></a>23. FDA. <i>FDA Cautions Pet Owners Not to Feed Their Pets Three Lots of Darwin's Natural Pet Products Raw Dog Food Due to Salmonella | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2019). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/fda-cautions-pet-owners-not-feed-their-pets-three-lots-darwins-natural-pet-products-raw-dog-food-due">https://www.fda.gov/animal-veterinary/outbreaks-and-advisories/fda-cautions-pet-owners-not-feed-their-pets-three-lots-darwins-natural-pet-products-raw-dog-food-due</a> (accessed January 20, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B24" name="B24"></a>24. FDA. <i>Real Pet Food Company of Phoenix, AZ Voluntarily Recalls One Lot of Billy+Margot Wild Kangaroo and Superfoods Recipe Dog Food in 4 lb Bags Because of a Possible Salmonella Health Risk (USA) | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2020). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/real-pet-food-company-phoenix-az-voluntarily-recalls-one-lot-billymargot-wild-kangaroo-and">https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/real-pet-food-company-phoenix-az-voluntarily-recalls-one-lot-billymargot-wild-kangaroo-and</a> (accessed January 7, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B25" name="B25"></a>25. Thomas M, Feng Y. Risk of foodborne illness from pet food: assessing pet owners' knowledge, behavior, risk perception. <i>J Food Prot.</i> (2020) 83:1998–2007. doi: 10.4315/JFP-20-108</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32609832" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.4315/JFP-20-108" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=M+Thomas&amp;author=Y+Feng+&amp;publication_year=2020&amp;title=Risk+of+foodborne+illness+from+pet+food%3A+assessing+pet+owners%27+knowledge,+behavior,+risk+perception&amp;journal=J+Food+Prot.&amp;volume=83&amp;pages=1998-2007" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B26" name="B26"></a>26. Runesvärd E, Wikström C, Fernström LL, Hansson I. Presence of pathogenic bacteria in faeces from dogs fed raw meat-based diets or dry kibble. <i>Vet Rec.</i> (2020) 187:e71. doi: 10.1136/vr.105644</p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32054718" target="_blank" rel="noopener">PubMed Abstract</a> | <a href="https://doi.org/10.1136/vr.105644" target="_blank" rel="noopener">CrossRef Full Text</a> | <a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=E+Runesv%C3%A4rd&amp;author=C+Wikstr%C3%B6m&amp;author=LL+Fernstr%C3%B6m&amp;author=I+Hansson+&amp;publication_year=2020&amp;title=Presence+of+pathogenic+bacteria+in+faeces+from+dogs+fed+raw+meat-based+diets+or+dry+kibble&amp;journal=Vet+Rec.&amp;volume=187&amp;pages=e71" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B27" name="B27"></a>27. NSFI. <i>Cleaning the Germiest Home Items. NSF International</i>. (2011). Available online at: <a href="https://www.nsf.org/knowledge-library/clean-germiest-home-items">https://www.nsf.org/knowledge-library/clean-germiest-home-items</a> (accessed January 20, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B28" name="B28"></a>28. FEDIAF. <i>Responsible Raw Feeding for Cats and Dogs - FEDIAF</i>. The European Pet Food Safety Industry (2017). Available online at: <a href="https://fediaf.org/39-prepared-pet-foods/79-raw-feeding.html">https://fediaf.org/39-prepared-pet-foods/79-raw-feeding.html</a> (accessed January 20, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B29" name="B29"></a>29. Dahlberg CP. Raw food diets for pets chock-full of controversy, complexity. <i>VIN News Service.</i> (2010). Available online at: <a href="https://news.vin.com/default.aspx?pid=210andId=4696792">https://news.vin.com/default.aspx?pid=210andId=4696792</a></p>\r\n
        <p class="ReferencesCopy2"><a href="http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=CP+Dahlberg+&amp;publication_year=2010&amp;title=Raw+food+diets+for+pets+chock-full+of+controversy,+complexity&amp;journal=VIN+News+Service" target="_blank" rel="noopener">Google Scholar</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B30" name="B30"></a>30. FDA. <i>Just Food For Dogs Voluntarily Recalls Three Daily Diets because of Possible Listeria monocytogenes Health Risk From Green Beans | FDA</i>. (2018). Food US, Drug Administration. Available online at: <a href="https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/justfoodfordogs-voluntarily-recalls-three-daily-diets-because-possible-listeria-monocytogenes-health">https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/justfoodfordogs-voluntarily-recalls-three-daily-diets-because-possible-listeria-monocytogenes-health</a> (accessed January 7, 2021).</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="References">\r\n
        <p class="ReferencesCopy1"><a id="B31" name="B31"></a>31. FDA. <i>TDBBS Voluntarily Recalls Pig Ear Pet Treats No Illnesses Report, Strictly Precautionary xxxx | FDA</i>. Food US, Drug Administration (2019). Available online at: <a href="https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/tdbbs-voluntarily-recalls-pig-ear-pet-treats-no-illnesses-report-strictly-precautionary-xxxx">https://www.fda.gov/safety/recalls-market-withdrawals-safety-alerts/tdbbs-voluntarily-recalls-pig-ear-pet-treats-no-illnesses-report-strictly-precautionary-xxxx</a> (accessed January 7, 2021).</p>\r\n
        </div>
        """
      "excerpt" => "Source: https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fvets.2021.741575/full Faible nombre de cas de transmission présumée d&rsquo;agents pathogènes d&rsquo;origine alimentaire par des propriétaires de chiens et/ou de [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/etude-frequence-declaree-par-les-proprietaires-de-la-transmission-dagents-pathogenes-aux-humains-nourrissant-leurs-animaux-de-compagnie-avec-des-aliments-crus-et-minimalement-transformes/"
      "author" => "Joelle"
      "author_link" => ""
      "date" => "7 novembre 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1636292512
        "plus" => 1636681312
      ]
      "categorys" => array:2 [
        0 => WP_Term {#4182
          +term_id: 4
          +name: "Alimentation naturelle"
          +slug: "alimentation-naturelle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 4
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 26
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 4
          +"category_count": 26
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation naturelle"
          +"category_nicename": "alimentation-naturelle"
          +"category_parent": 0
        }
        1 => WP_Term {#4164
          +term_id: 3
          +name: "Les mythes"
          +slug: "les-mythes"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 3
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 26
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 3
          +"category_count": 26
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Les mythes"
          +"category_nicename": "les-mythes"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/11/IMG_4942-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/11/IMG_4942-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/11/IMG_4942-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/11/IMG_4942-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    13 => array:12 [
      "id" => 489
      "title" => "L&rsquo;alimentation industrielle et la santé de nos animaux"
      "content" => """
        <div id="block-main">\r\n
        <div class="wrapper ">\r\n
        <div id="main" class="grid-block">\r\n
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/alimentation-industrielle/110-l-alimentation-industrielle-et-la-sante-de-nos-animaux">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>Le propre des aliments industriels est d’être fabriqué en série. Malgré de prometteuses mentions sur l’emballage, ils ne sauraient donc être adaptés aux «besoins spécifiques de chaque chien».</p>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="https://media.mercola.com/ImageServer/Public/2012/January/pet-food-toxic.jpg" alt=" " border="0" />A l’heure actuelle, bon nombre de chiens souffrent de problèmes de peau plus ou moins importants toute leur vie durant, de simples démangeaisons aux eczémas chroniques. Ces problèmes cutanées peuvent être les symptômes de différentes pathologies ou agressions extérieures, telle que la pollution, les insecticides, des champignons (teigne) ou des parasites externes (gale, puces, aoûtats), ou bien encore des allergies alimentaires. Avec l’allergie à la salive de puce - se manifestant chez les chiens non ou mal déparasités – les allergies alimentaires sont les causes les plus fréquentes d’eczéma chronique chez le chien. Ce sont aussi les plus fréquemment sous-diagnostiquées par les vétérinaires; et la plupart des maîtres, démunis face au problème de leur animal, finissent par se résigner à des traitements à vie plus ou moins lourds, de la simple lotion apaisante aux injections de cortisone. Pourtant, une mauvaise qualité du poil, des pellicules, un prurit généralisé persistant apparus sans qu’aucune pathologie ou agent extérieur n’ait pu être identifié doit faire penser à une hypersensibilité alimentaire. Cela est d’autant plus vrai si l’on vient de modifier la marque ou le régime alimentaire de son compagnon à quatre pattes, même si, comme chez les humains, une allergie peut survenir à n’importe quel moment de l’existence, parfois sans qu’il y ait eu modification de l’environnement ou des habitudes alimentaires.</p>\r\n
        <p>Quelle est la cause physiologique d’une manifestation allergique ? Une manifestation allergique est un phénomène de rejet de l’organisme, qui cherche à expulser une substance qu’il ne reconnaît pas et qu’il juge en conséquence nocive. L’allergie n’est donc qu’une réaction protectrice du corps contre un envahisseur.</p>\r\n
        <p>On sait que la cuisson prolongée des aliments à de hautes températures modifie leur structure chimique en profondeur. Hors, les aliments industriels pour chiens sont cuits longtemps à de très hautes températures (100° et plus). Certains chiens, suite à l’absorption de ces molécules chimiques rendues étrangères par la cuisson, vont développer une réaction allergique. Une alimentation naturelle crue, ou très légèrement cuite, permet de remédier au problème. Hormis ce facteur potentiellement allergisant, les effets néfastes de la surcuisson dans l’alimentation canine n’ont jamais été scientifiquement étudiés. Si on soupçonne depuis plusieurs années la cuisson excessive des aliments d’être la cause de cancers chez l’être humain, aucun chercheur ne s’est posé la question de savoir ce qu’il en était des effets de cette surcuisson sur la santé de nos animaux domestiques.</p>\r\n
        <p>Ce que l’on sait en revanche, c’est que la cuisson rend la viande moins assimilable pour le chien, car elle détruit une grande partie des éléments naturels qu’elle contient.</p>\r\n
        <p>Les enzymes digestives présentes dans la viande crue facilitent la digestion et, avec les antioxydants, aident à lutter contre les effets du vieillissement. Ces enzymes et ces antioxydants sont entièrement détruits par la cuisson. La destruction des enzymes contenues dans la viande fraîche entraîne une fatigabilité accrue des organes digestifs, cause de pathologies comme l’insuffisance pancréatique, le diabète ou la pancréatite. L’altération des antioxydants, quant à elle, accélère le vieillissement et favorise l’apparition des maladies dégénératives qui y sont associées, comme le cancer, les maladies rénales et cardiaques ou l’arthrite.</p>\r\n
        <p>Enfin, la cuisson détruit totalement les vitamines fragiles, comme les vitamines A, B et C, essentielles au bon fonctionnement de l’organisme. Ces vitamines, les fabricants d’aliments industriels doivent donc les recréer synthétiquement pour les incorporer à leur produit en bout de chaîne. Parmi les vitamines de synthèse utilisées aujourd’hui existe la vitamine K3 ou ménadione. La vitamine K, essentielle au processus de coagulation sanguine, ne se trouve à l’état naturel que dans une très petite quantité d’ingrédients, raison pour laquelle les fabricants utilisent sa forme synthétique. Il faut pourtant savoir que la ménadione est connue pour ses effets toxiques sur le foie. A telle enseigne que son usage dans les produits destinés à la consommation humaine a été strictement interdit par plusieurs gouvernements dans le monde.</p>\r\n
        <h1>L’excès de céréales</h1>\r\n
        <p>Indépendamment des transformations chimiques induites par la cuisson et l’ajout de compléments de synthèse, la nature même des matières premières utilisées pour la fabrication des aliments industriels est à la source de nombreux troubles digestifs. Les flatulences quotidiennes, la mauvaise haleine, une très forte odeur de fermentation au niveau des selles, des selles malformées, parfois jusqu’aux diarrhées chroniques, sont les symptômes courants d’une intolérance digestive. De très nombreux chiens présentent ce type de symptômes à des degrés divers et leurs maîtres, en l’absence d’informations, considèrent souvent comme normal l’odeur pestilentielle qu’émet leur animal lorsqu’il excrète des gaz ou de la matière. En réalité, ces troubles sont le signe d’une hypersensibilité digestive extrêmement fréquente aux céréales comme le soja, le blé et le maïs, produits qui constituent la base protéinée et fibreuse des aliments préfabriqués pour chiens.</p>\r\n
        <p>Quelles conséquences l’ingestion massive de céréales a-t-elle sur la santé de nos chiens ? Indépendamment des réactions allergiques qu’elles peuvent provoquer, les céréales contiennent une grande quantité d’hydrates de carbone (glucides) qui modifient le PH de l’estomac (font baisser l’acidité), augmentent la fermentation intestinale (favorisent le développement de parasites internes et la prolifération des gaz) et rallongent le processus digestif (d’où une stagnation des aliments dans le tractus digestif qui constitue un risque accru de pathologies graves comme les torsions d’estomac et les cancers). En effet, la transformation des hydrates de carbone en sucre demande au pancréas du chien un effort très important. Lorsqu’un chien mange quotidiennement une grande quantité de céréales, son pancréas travaille jour après jour des heures durant. Il s’use et se fatigue prématurément, d’où l’apparition fréquente et plus ou moins précoce d’inflammations du pancréas pouvant conduire à une insuffisance chronique et à la mort de l’animal. L’insuffisance pancréatique est d’autant plus redoutable que ses symptômes (selles malformées, pâles et nauséabondes, soif intense, fatigabilité accrue) sont souvent peu spectaculaires et n’amènent pas le maître à consulter en temps et en heure. Elle est donc souvent mal ou non diagnostiquée, alors qu’une alimentation adaptée pourrait prolonger dans de bonnes conditions la vie du chien qui en souffre, de quelques mois à plusieurs années pour les cas les plus précoces. Il n’est jamais trop tard pour bien faire : les régimes maison, à condition qu’ils soient alors élaborés avec l’aide d’un vétérinaire, sont particulièrement aptes à répondre aux besoins d’un chien malade, tout simplement parce que, contrairement aux aliments tout prêts, ils permettent de s’adapter à la problématique de chaque individu.</p>\r\n
        <h1>La perte de l’instinct de choix</h1>\r\n
        <p>Un autre problème lié à l’alimentation commerciale d’un chien, c’est la perte de l’instinct de choix, qui fait qu’un animal sauvage va naturellement privilégier les produits dont son organisme a besoin. Les aliments  préfabriqués contiennent différents exhausteurs de goûts, dont une quantité de sel souvent supérieure à ce qui est nécessaire à l’organisme. La cuisson participe d’ailleurs grandement à l’exhalaison des saveurs alimentaires. Le chien apprécie ses croquettes ou ses boîtes car leur odeur et leur goût créent une dépendance comportementale. C’est une forme d’addiction qui favorise la vente des aliments industriels, car les maîtres se fient tout naturellement au bon appétit de leur animal.</p>\r\n
        <h1>Le risque de déséquilibre nutritionnel</h1>\r\n
        <p>Un célèbre fabricant français d’alimentation industrielle pour chiens et chats a publié sur son site Internet un texte intitulé « <em>Les dangers de la viande crue </em>». Ce texte reprend pêle-mêle l’idée que la viande crue contient des micro-organismes dangereux pour l’homme et le chien, qu’un régime composé de viande  rue et d’aliments végétaux n’offre qu’un piètre équilibre nutritionnel - mais reconnaît en même temps que le régime d’un canidé à l’état sauvage, qui mange la viande de ses proies, ainsi que les os et les abats, « ressemble à une diète équilibrée » - et enfin que les bienfaits supposés de la viande crue sont de l’ordre du mythe, un « mythe soudainement apparu » qui ne reposerait sur aucun fondement scientifique.</p>\r\n
        <p><img class="alignright" src="https://www.dreamstime.com/canned-dog-food-bowl-thumb3294131.jpg" alt=" " width="300" border="0" /></p>\r\n
        <p>Si j’ai jugé utile de reprendre les grandes lignes de ce document, c’est parce qu’il reprend les craintes et les interrogations qui s’imposent fréquemment à un Barfer débutant. Il constitue donc un excellent support à un début de réflexion sur le sujet. Reprenons les éléments de ce texte un par un. Les micro-organismes contenus dans la viande crue, tout d’abord. Le milieu gastrique d’un canidé qui vient d’ingérer de la nourriture a un PH très bas (1 contre 2 à 5 chez l’être humain) (1), c’est-à-dire qu’il est extrêmement acide. Cette acidité créée un milieu défavorable au développement de la plupart des mauvaises bactéries et parasites internes qui peuvent se trouver dans les produits crus d’origine animale. En fait, l’agressivité du suc gastrique et des mouvements péristaltiques de l’estomac d’un carnivore permet une désagrégation rapide des aliments, puisque la totalité du processus de digestion, chez un canidé ingérant des aliments biologiquement adaptés à sa nature, dure de 4 à 6 heures, contre 10 à 15 heures pour celui qui est nourri à l’alimentation industrielle. Bactéries et parasites internes n’ont donc que peu de temps pour « faire leur nid » dans l’organisme de leur hôte potentiel. Ce qui ne signifie pas que le risque est nul. Certains adeptes de la diète BARF pêchent par excès d’enthousiasme en affirmant que le risque de pathologie liée à l’ingestion de viande crue est égal à zéro, ce qui est faux. Le risque zéro n’existe pas, quel que soit le domaine considéré, d’où l’importance de se documenter correctement avant de faire le choix de nourrir son compagnon à quatre pattes de telle ou telle manière. Sachez cependant que de récentes études statistiques (cf. article <em>Etudes et Statistiques</em>) ont démontré que le risque de pathologies graves lié à l’ingestion d’aliments industriels était plus élevé que le risque de pathologies graves lié à l’ingestion de produits frais. Les désordres liés à la consommation de nourriture industrielle sont plus insidieux car ils évoluent souvent de manière asymptomatique et ne sont décelables que sur le long terme, voilà tout.</p>\r\n
        <p>Un bon équilibre nutritionnel est fondamental pour la santé et la longévité de nos animaux (et pour la nôtre !). S’il est exact de dire qu’une ration ménagère qui serait composée uniquement de viande crue (muscle) et de légumes ou de céréales serait déséquilibrée et conduirait à occasionner des carences dans l’organisme, la diète BARF, qui inclue tous les éléments dont se nourrit un canidé à l’état sauvage, permet d’apporter à son chien l’ensemble des nutriments nécessaires à son développement et au maintien d’une bonne santé. Tout comme les canidés sauvages, le chien Barfer ingère de la viande mais aussi des os, des abats, des végétaux (légumes, fruits) et, selon les écoles, des compléments alimentaires (œuf, algues, levure de bière etc.). Comme le souligne Manon Bonneau dans son livre « <em>Viande à Chien </em>», les clefs d’un bon équilibre nutritionnel sont la « variété » et la « modération ». Alors même que les géants de l’industrie alimentaire pour animaux essaient de nous convaincre que manger chaque jour la même chose tout au long d’une vie est bon pour la santé, il ne faut pas perdre de vue que seule une alimentation variée permet de couvrir l’ensemble des besoins de l’organisme des mammifères, qu’ils soient omnivores, carnivores ou herbivores. Les antilopes ne mangent pas toujours la même espèce de plante, de même que les loups ne chassent pas qu’une seule sorte de gibier. Pourquoi, dans ce cas, considérer que le chien doit toujours manger la même sorte de boîte ou de croquettes ? La réponse est simple. Les industriels de l’alimentation canine nous ont convaincus, à grands renforts de publicité, que le système digestif du chien, contrairement au nôtre, ne supportait pas les changements d’alimentation. La variété et le changement seraient la cause de désordres digestifs en tout genre et donc l’ennemi de la santé de nos compagnons à quatre pattes... Oui, me direz-vous, mais « la dernière fois que j’ai donné à mon chien une nouvelle marque de croquettes, il a été malade. Mon vétérinaire m’a d’ailleurs confirmé que modifier le régime alimentaire de mon chien risquait de le rendre malade... ». Réfléchissons ensemble. Si on élevait sur plusieurs générations des enfants humains en leur donnant pour seule nourriture le même condensé préfabriqué de céréales jour après jour, il y a fort à parier qu’ils tomberaient malades de se voir proposer soudain un fruit frais ou une côtelette d’agneau... Cela ne signifierait pas que leur organisme est biologiquement inadapté à la digestion des fruits ou de la viande, mais que leur système digestif, jusqu’ici privé de ces éléments pourtant essentiels à leur bonne santé, a besoin d’un temps de réadaptation pour réapprendre à les exploiter. Le processus est le même pour nos chiens domestiques, nourris aux aliments industriels depuis vingt-cinq générations (2). Personnellement, comme des milliers de Barfers à travers le monde, je donne à mon chien des repas composés chaque soir d’aliments différents : cuisses de poulet, foies de volailles et purée de tomates et d’épinards un soir, cœur et queue de veau, purée de salade, de carotte et de pommes vertes un autre soir etc. Et depuis qu’il bénéficie de ce régime, il n’a plus jamais eu de désordres digestifs.</p>\r\n
        <p>Je terminerai ce paragraphe par une invitation à la réflexion. Pour convaincre leurs clients de leur rester fidèles, les fabricants industriels avancent le fait qu’il n’existe aucune "preuve scientifique" que les régimes à base de viande crue conviennent à un chien. Tous les canidés - chiens, loups, coyotes, renards – se nourrissent de viande crue depuis la nuit des temps : est-ce vraiment à la nature de prouver qu’elle a raison ?</p>\r\n
        <h1>La moindre résistance du système digestif face aux changements de régime</h1>\r\n
        <p>L’idée que le système digestif d’un chien est incapable de s’adapter aux variations alimentaires est relativement récente. En fait, sa progression a suivi l’expansion du marché des aliments industriels pour animaux domestiques... Pour preuve, voici ce que l’on pouvait lire en 1924 - soit une trentaine d’année avant l’apparition des aliments industriels pour chiens - dans un hors-série du mensuel <em>Vie à la Campagne </em>intitulé <em>Le Parfait Vétérinaire Chiens et Chats </em>:</p>\r\n
        <p><em>"Variez souvent la nourriture pour stimuler l’appétit et les fonctions digestives. Retenez qu’un régime uniforme provoque le dégoût des aliments et exerce une action dépressive sur le fonctionnement stomacal et intestinal." </em>(3)</p>\r\n
        <p>Car voilà bien un autre problème de l’alimentation industrielle pour animaux : un chien nourri jour après jour avec le même produit voit la faculté d’adaptation de son système digestif s’amenuiser très rapidement... ce qui explique la fragilité digestive de la majorité des chiens domestiques : vomissements et diarrhée dès que l’animal avale un aliment inconnu comme des restes de tables, des déchets divers rencontrés au cour d’une promenade, voire une nouvelle marque d’aliment industriel... Un chien habitué dès son jeune âge à manger des aliments variés peut plus facilement supporter de tels écarts de régime et voit son système digestif et immunitaire se renforcer.</p>\r\n
        <h1>Les parodontoses (pathologies dentaires)</h1>\r\n
        <p>Plaque dentaire, tartre, déchaussement des dents etc. D’après le vétérinaire australien Tom Lonsdale, 85% des chiens et chats nourris à l’alimentation industrielle développeraient une parodontose.</p>\r\n
        <p>D’où l’utilité pour le chien de ronger des os crus qui, lorsqu’ils sont charnus (c’est-à-dire entourés de viande), présentent beaucoup moins de risques d’accidents digestifs que certains articles en peau de buffle ou en corne vendus dans le commerce. A noter : les croquettes ne permettent pas cet entretien des dents, d’abord parce que la plupart des chiens les avalent sans mâcher, ensuite parce que contrairement à ce qu’affirment certaines publicités, leur texture n’est pas assez dure pour avoir une action mécanique abrasive sur la plaque dentaire.</p>\r\n
        <p>_________________<br />\r\n
        1) En fonction de l’âge : les nourrissons ont un PH gastrique proche de la neutralité, qui se situe à 7<br />\r\n
        2) On estime qu’une génération de chien couvre 2 à 3 ans, contre 25 ans chez l’être humain<br />\r\n
        3) <em>Vie à la Campagne</em>, <em>numéro extraordinaire Le Parfait Vétérinaire Chiens et Chats</em>, juin 1924, p. 8</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p>Un extrait du <a href="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/component/docman/?task=cat_view&amp;gid=28&amp;Itemid=38&amp;phpMyAdmin=2kFzkHKnBTug3xVXn2X6RAmvJt7">Guide BARF</a><br />\r\n
        Auteur : Laurence Caro<br />\r\n
        <span class="subtitle">License :</span><br />\r\n
        <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/" target="_blank" rel="noopener"><img src="https://creativecommons.org/images/public/somerights20.gif" alt="Contrat Creative Commons" border="0" /></a></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </div>
        """
      "excerpt" => "Le propre des aliments industriels est d’être fabriqué en série. Malgré de prometteuses mentions sur l’emballage, ils ne sauraient donc [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/lalimentation-industrielle-et-la-sante-de-nos-animaux/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626190165
        "plus" => 1626578965
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4197
          +term_id: 7
          +name: "Alimentation industrielle"
          +slug: "alimentation-industrielle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 7
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 6
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 7
          +"category_count": 6
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation industrielle"
          +"category_nicename": "alimentation-industrielle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/243796115_930513684476743_5377397961750382588_n-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/243796115_930513684476743_5377397961750382588_n-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/243796115_930513684476743_5377397961750382588_n-1125x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/243796115_930513684476743_5377397961750382588_n-1125x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    14 => array:12 [
      "id" => 485
      "title" => "La composition des aliments industriels"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/alimentation-industrielle/111-la-composition-des-aliments-industriels">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>La composition des aliments industriels pour animaux varie en fonction des marques, des processus de fabrication et de conditionnement (conserves, soupes, croquettes), mais surtout des gammes de produits.</p>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="https://urbangreengirl.files.wordpress.com/2008/09/bailey2.jpg" alt=" " width="300" border="0" />Dans un aliment dit « haut de gamme », vous ne devriez jamais trouver, par exemple, de sous-produits animaux. Le terme sous-produits désigne les résidus des produits destinés à la consommation humaine; à savoir pour les céréales : les enveloppes, les brisures, les grains abîmés, moisis, pollués chimiquement etc. et pour les matières animales : les becs, plumes, cornes, sabots, fourrure, nageoires etc. Outre leur provenance douteuse et leur taux de toxicité parfois plus élevé que cela n’est légalement toléré en matière de consommation humaine, ces produits secondaires contiennent des protéines de piètre qualité et sont faiblement nutritifs. La viande et les céréales entières leur sont toujours préférables. Le terme hydrolysats désigne des matières animales décomposées par l’action de l’eau. Ils forment une pâte incorporée par la suite au reste de la préparation pour cuisson. Les hydrolysats incorporés aux aliments pour animaux de compagnie sont fabriqués à partir de sous-produits. Le terme farine désigne une poudre issue du broyage de matières animales ou végétales. De la qualité de ces matières premières dépend la qualité de la farine. Pour ce qui est des farines animales, les farines dites « de viande » sont évidemment préférables aux autres. Les appellations imprécises, tel que « farine de volaille » ou « farine de poisson », cachent l’usage de sous-produits. En dernière intention, vous verrez fréquemment apparaître sur les informations produits un certain nombre de mots savants, incompréhensibles pour qui n’a pas suivi des études de chimie. Ces mots désignent des éléments ajoutés en bout de fabrication, tel que les vitamines de synthèse (riboflavine, biotine, choline etc.), les minéraux (oligo-éléments), les colorants (E100 à E180), les exhausteurs de goût (E620 à E837 et E950 à E959), les antioxygènes (E300 à E399), les agents de texture (E322 à E578) et les conservateurs (E200 à E297). En matière d’aliments industriels pour animaux, les produits garantis sans colorant ni conservateur chimique se font rares. Lorsqu’un aliment sec pour animal est exempt de colorant et préservé à l’aide de conservateurs naturels (vitamines E, par exemple), cette indication apparaît clairement sur l’emballage. Ce n’est pas systématiquement le cas pour l’usage des OGM, mais la loi est en cours de modification et les fabricants d’aliments pour animaux se verront bientôt obligés d’indiquer sur l’emballage de leurs produits la présence ou l’absence d’OGM.</p>\r\n
        <p>Les fabricants ont pour obligation de faire figurer sur l’emballage de leurs produits la liste des ingrédients qui le composent. Ces ingrédients doivent être mentionnés dans un ordre décroissant d’importance quantitative, autrement dit, du plus présent au moins présent. Si nous gardons à l’esprit que le chien est un carnivore, le premier ingrédient à apparaître dans la rubrique « composition » devrait être une source de protéines animales. Un aliment dont le premier ingrédient est un ingrédient d’origine végétale ne peut en aucun cas répondre aux besoins d’un carnivore domestique. C’est pourtant le cas de la totalité des aliments « bas de gamme », commercialisés via la grande distribution. Ces produits d’origine végétale sont essentiellement des céréales, qui représentent pour les industriels une source de protéines et de fibres à bas prix.</p>\r\n
        <p><img class="alignright" src="https://www.supercoolpets.com/pictures/img_catDogBowls.jpg" border="0" />Mais attention : le simple fait de voir apparaître en haut d’une fiche produit une source de protéines animales, comme le poulet, l’agneau, la farine de viandes ou le saumon, ne doit pas leurrer le consommateur. En effet, les grands fabricants d’aliments industriels pour animaux - en particulier lorsqu’ils commercialisent des produits à des prix très élevés sous l’appellation « aliments de qualité supérieure », « premium » ou « super premium » - choisissent de faire apparaître séparément, dans la liste des ingrédients, chaque sorte de céréales (maïs, blé, riz, soja etc.)... ce qui a pour effet d’empêcher l’acheteur potentiel d’évaluer la teneur totale en céréales du produit. A l’inverse, ces mêmes fabricants regroupent généralement les ingrédients d’origine animale sous des termes génériques (<em>protéines de volailles</em>, <em>graisses animales </em>etc.) afin de pouvoir les faire apparaître en début de liste et donner ainsi l’impression à l’acheteur que ces aliments contiennent plus de produits animaux que de produits céréaliers. En réalité, l’<em>immense majorité </em>de ces aliments dits « haut de gamme » contiennent en moyenne un taux de céréales deux fois supérieurs à celui des produits d’origine animale. Et en tout état de cause, la <em>totalité </em>des préfabriqués alimentaires secs pour chiens contiennent plus de céréales que de produits et sous-produits animaux.</p>\r\n
        <p>Un des géants internationaux de l’industrie alimentaire pour animaux de compagnie annonce fièrement sur l’emballage d’un de ses produits phares dits « haut de gamme » que ce dernier comprend 33% de poulet et de dinde... les 67% restant étant composés de céréales, d’additifs chimiques et de compléments alimentaires. En moyenne, la proportion de produits carnés (graisses, farines et sous-produits éventuels compris) entrant dans la composition d’un aliment sec pour chien varie de 10% à 35% selon les marques et les gammes. Mais alors, que signifient les mentions de type « riche en viande » sur les emballages de certains produits ? Disons simplement que le législateur n’a pas la même définition du mot « riche » que notre dictionnaire... Pour avoir le droit de déclarer son produit « riche en poulet », « riche en poisson » ou « riche en viande », le fabricant doit intégrer de 14 à 25% de cet ingrédient à son produit fini. Les mentions de type « poulet et riz », ou « agneau et riz » vous garantissent, quant à elles, que le produit contient plus de 26% de poulet et riz mélangés, ou d’agneau et riz mélangés.</p>\r\n
        <p>Hors, tous les spécialistes de nutrition animale s’accordent à dire que le chien est un carnivore. C’est dire que les fabricants d’aliments pour animaux sont passés maître dans l’art de la communication. En effet, avec un peu d’esprit critique, on s’aperçoit à la lecture des chapitres « <em>alimentation </em>» de nombreux ouvrages consacrés aux chiens, que les propos tenus par la très grande majorité de leurs auteurs sur le sujet sont totalement contradictoires. Les auteurs de ces articles, pour la plupart des journalistes animaliers, des éleveurs ou des vétérinaires, commencent généralement par expliquer que les chiens ont la mâchoire et le système digestif d’un carnivore, leur permettant de digérer les os. Ils développent ensuite leur propos en expliquant que les protéines constituent les nutriments les plus importants du régime d’un chien et que les protéines de meilleure qualité sont celles d’origine animale. Ils affirment en conséquence très logiquement que le régime alimentaire d’un chien doit contenir de la viande en plus grande quantité que tous les autres ingrédients. Et en conclusion... ils préconisent l’usage des aliments secs industriels, dont on vient de voir qu’ils contiennent de 60 à 80% de céréales!!! Voici par exemple ce que l’on peut lire dans un ouvrage consacré au chien de berger belge malinois :</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>On considère dorénavant que les protéines d’origine animale, et notamment celles provenant de viandes ou de graisses, sont les meilleures pour l’alimentation du chien. Elles seront donc à préférer aux protéines végétales, dont certaines sont connues pour favoriser certaines allergies de type alimentaire. [...] Cela étant, l’immense majorité des professionnels du chien de par le monde ont choisi de s’en remettre aux énormes progrès récemment accomplis par la diététique animale, qui propose aujourd’hui la meilleure alimentation que vous puissiez raisonnablement offrir à votre chien. Quels que soient la taille, l’’âge, le degré d’activité et l’état de santé de votre animal, il existe un aliment complet industriel pour lui. (1)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>Un second exemple, extrait quant à lui d’un livre sur le schnauzer :</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>La viande est la base d’une bonne alimentation pour un chien. [...] Ces derniers temps, il est  d’usage d’utiliser des aliments tout prêts secs, déjà équilibrés par leur producteurs. Dans le domaine alimentaire, mieux vaut ne pas laisser nos chiots servir de cobaye et donc opter pour les aliments tout prêts dont on connaît l’origine et dont les références sont irréprochables. (2)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>Ces deux exemples démontrent l’efficacité de la stratégie commerciale et publicitaire des grands groupes de fabricants d’aliments pour animaux, qui arrivent à convaincre contre toute évidence une majorité de consommateurs, y compris parmi les professionnels du chien, que leurs produits sont la solution la mieux adaptée à nos compagnons à quatre pattes. Si depuis la crise de la vache folle, l’idée que l’on a pu nourrir des herbivores avec de la viande nous horrifie, nous trouvons en revanche normal d’offrir à un carnivore comme le chien une alimentation d’herbivore contre-nature, puisque l’alimentation industrielle pour chiens est essentiellement constituée de céréales, c’est-à-dire de produits végétaux.</p>\r\n
        <p>_________________________<br />\r\n
        <em>1) Le Malinois, Claire Dupuis, Editions De Vecchi, 1998, p. 139 et 141</em><br />\r\n
        <em>2) Le Schnauzer, A. Franco</em>, Editions De Vecchi, 1999, p. 102 et 105</p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Un extrait du <a href="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/component/docman/?task=cat_view&amp;gid=28&amp;Itemid=38&amp;phpMyAdmin=2kFzkHKnBTug3xVXn2X6RAmvJt7">Guide BARF</a><br />\r\n
        Auteur : Laurence Caro<br />\r\n
        <span class="subtitle">License :</span><br />\r\n
        <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/" target="_blank" rel="noopener"><img src="https://creativecommons.org/images/public/somerights20.gif" alt="Contrat Creative Commons" border="0" /></a></p>\r\n
        <div id="2a47938c0402LwvNVR">\r\n
        <p>Главное, чтобы мы не выбились из "<a href="http://pacha-bar.ru/357/muzyka-elena-vaenga-skachat.html">музыка елена ваенга скачать</a>" графика.</p>\r\n
        <p>Тот никогда не стыдился своего белого происхождения.</p>\r\n
        <p>Ты же эти сокровища уже не первый год ищешь!</p>\r\n
        </div>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "La composition des aliments industriels pour animaux varie en fonction des marques, des processus de fabrication et de conditionnement (conserves, [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/la-composition-des-aliments-industriels/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626190009
        "plus" => 1626578809
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4199
          +term_id: 7
          +name: "Alimentation industrielle"
          +slug: "alimentation-industrielle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 7
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 6
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 7
          +"category_count": 6
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation industrielle"
          +"category_nicename": "alimentation-industrielle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/244520309_847881652541513_68408645050962601_n-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/244520309_847881652541513_68408645050962601_n-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/244520309_847881652541513_68408645050962601_n-1125x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/244520309_847881652541513_68408645050962601_n-1125x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    15 => array:12 [
      "id" => 483
      "title" => "Etudes et statistiques"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="http://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/alimentation-industrielle/109-etudes-et-statistiques">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>La nourriture cuite conserve suffisamment d’éléments nutritifs pour garder un chien en vie sans problème de santé apparents, parfois pendant plusieurs années. Le maître du chien suppose donc que cette alimentation convient à son compagnon animal.</p>\r\n
        <p>Il oublie que c’est bien souvent sur le long terme que les effets de l’alimentation se voient sur l’organisme. Il est normal qu’un chien d’un ou deux ans présente toutes les apparences d’une bonne santé, quel que soit son type d’alimentation : mais si l’organisme d’un jeune chien est parfaitement en mesure de compenser d’éventuels déséquilibres nutritionnels, il n’en va pas de même lorsque l’animal prend de l’âge. Un chien dont l’organisme a accumulé des carences et des toxines depuis son jeune âge est fragile face à la maladie et a une espérance de vie réduite. Les cancers, l’arthrite, les troubles rénaux, cardiaques et pancréatiques apparaissent fréquemment chez ces chiens dès l’âge de 8 ans, parfois même beaucoup plus tôt.</p>\r\n
        <p>Si l’idée d’aller à l’encontre des conseils de votre vétérinaire vous inquiète, sachez qu’il existe de nombreux professionnels à travers le monde qui nourrissent leurs animaux de cette manière depuis plusieurs années. Le professeur Pitcairn, le professeur Strombeck, les docteurs Billinghurst et Lonsdale, le docteur Plechner et bien d’autres sont des professionnels reconnus de la santé animale. Des éleveurs de toutes races à travers le monde, du pinscher au rottweiler en passant par le berger belge, le dogue allemand, le schnauzer, le bouvier des Flandres ou encore le doberman, ont nourri et continuent à nourrir de cette façon plusieurs générations de champions ou de simples toutous de compagnie.</p>\r\n
        <p>Pour vous aider à vous forger votre propre opinion, vous trouverez ci-dessous les comptes-rendus de quatre études et un article sur le sujet de l’alimentation canine.</p>\r\n
        <h1>Etude publiée dans le « Journal of American Veterinary Medicine » du 5 mars 2001</h1>\r\n
        <p>(auteurs : Lisa M. Freeman, DVM, PhD, DACVN et Kathryn E. Michel, DVM, MS, DACVN)</p>\r\n
        <p>Cette étude portait sur l’équilibre nutritionnel et la sécurité sanitaire de différentes rations alimentaires pour chiens. J’insiste sur le terme de « ration » et non de « régime », car l’analyse alimentaire n’a porté, pour chacun des régimes considérés, que sur une seule et unique ration. 6 rations alimentaires ont été analysées : 3 rations ménagères crues (diète BARF, diète Volhard, diète Ultimate) et 3 rations industrielles (boîte, croquettes). Voici comment les auteurs de cette étude présentent leurs travail :</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>De nombreux arguments existent des deux côtés du problème [alimentation industrielle/alimentation ménagère crue] et ni l’un ni l’autre parti n’a à ce jour fourni de preuves que ces arguments étaient valides : nous nous sommes intéressés aux questions relatives à la nutrition et à la sécurité des régimes de nourriture crue, mais avons hésité à faire des recommandations en raison des lacunes de l’information scientifique. En conséquence, notre but était d’évaluer objectivement si les régimes de nourriture crue préparés par des propriétaires de chien standard étaient sains et nutritionnellement équilibrés. (1)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>L’analyse nutritionnelle a été conduite en références aux normes établies par l’AAFCO (équivalent de la FACCO française). La première constatation a été que les 6 rations analysées avaient une biodisponibilité (2) de 100%. Les 6 rations analysées ont en revanche révélé des carences en sels minéraux comme le calcium, le potassium et le zinc et une hypervitaminose en vitamines A, D et E. L’analyse bactérienne des 3 régimes ménagers crus a quant à elle révélé une très forte concentration de bactéries (de 45 000 à 760 000 selon les rations). Ces trois rations étaient exemptes de salmonelles, mais l’une d’entre elles était porteuse de la dangereuse bactérie E-Coli O157:H7.</p>\r\n
        <p><img class="alignright" src="http://smartpetdogs.com/images/pet_food.JPG" alt=" " border="0" /></p>\r\n
        <p>Les auteurs de cette étude soulignent que les risques liés à la prolifération des bactéries, en particulier pour les propriétaires, ne doivent pas être négligés dans les maisons où vivent des personnes immunodéprimées.</p>\r\n
        <p>Notons au passage avec regret que les auteurs de cette étude n’ont pas jugé utile d’effectuer cette même analyse bactérienne sur les 3 rations industrielles... Cet "oubli" pose des limites à une exploitation objective des résultats, puisque nous savons aujourd’hui que la présence de salmonelles a été détectée dans des aliments préfabriqués pour animaux lors de contrôles sanitaires.</p>\r\n
        <p>Il est malgré tout incontestable que les produits crus contiennent beaucoup plus de bactéries que les aliments cuits. Comme on l’a vu plus haut, le système digestif d’un chien en bonne santé est parfaitement apte à les éliminer.</p>\r\n
        <p>L’évaluation de l’équilibre nutritionnel des 6 "<em>régimes</em>" (terme employé par les auteurs) mérite en revanche un commentaire plus complet. Il est en effet très surprenant d’apprendre que les auteurs de cette étude ont décidé d’effectuer cette dernière suite à la parution de l’ouvrage de Ian Billinghurst "<em>Give Your Dog a Bone</em>". Si on considère qu’ils l’ont effectivement lu, ils ont visiblement négligé un des points clefs du régime. Même si dans cette étude, la ration BARF était celle des 6 rations qui se rapprochait le plus des recommandations AAFCO en terme d’équilibre nutritionnel - sans toutefois les atteindre - il nous faut rappeler un principe fondamental des régimes ménagers crus. Il est impossible d’évaluer à partir d’une seule ration l’équilibre nutritionnel d’un régime ménager cru dans son ensemble. Un des principes du BARF est précisément de varier les aliments jour après jour afin de couvrir l’ensemble des besoins nutritionnels du chien sur un laps de temps plus ou moins long (de une à trois semaines, en général). Si nous devions nous-mêmes manger « équilibré » à chaque repas, nous consommerions chaque jour 5 fruits et légumes frais, un septième d’œuf (= 1 œuf par semaine), de la viande, un peu de poisson, 1 produit laitier, une céréale associée à une légumineuse etc. Ce que nous ne faisons pas ! Mais nous atteignons un équilibre nutritionnel correct sur plusieurs jours, en mangeant chaque jour des aliments différents : c’est pour cette raison que la variété alimentaire est une des clefs d’une bonne santé (le point commun des centenaires : ils ont mangé varié durant toute leur vie !) (3). Manger varié permet de ne manquer d’aucun élément, qu’on va aller puiser dans une variété d’aliments. Un régime industriel, à l’inverse, ne permet pas de compenser les éventuels manques ou excès d’une ration : si un aliment préfabriqué n’est pas parfaitement équilibré (et aucun des 3 aliments industriels analysés dans cette étude ne l’était), le chien qui mange ce même aliment jour après jour développe des carences, nuisibles à plus ou moins long terme. Le terme de « besoins nutritionnels » est d’ailleurs assez hasardeux : il n’existe aucune donnée scientifique sur les besoins nutritionnels optima d’un chien, pas plus que sur ceux d’un être humain... Tout n’est que supposition et « à peu près ». Y compris, d’ailleurs, les normes standardisées de l’AAFCO, qui ont servi de références aux auteurs de cette enquête. Ne perdons jamais de vue que chaque individu est différent et a donc aussi des besoins différents. Le meilleur moyen de ne pas se tromper est donc de varier les aliments, en s’adaptant aux particularités physiologiques de son chien.</p>\r\n
        <p>Le réel intérêt de cette étude est que ses auteurs reconnaissent en conclusion qu’il n’existe aucune preuve scientifique qu’une alimentation industrielle est meilleure pour la santé d’un chien qu’une alimentation ménagère. Par conséquent, ils se déclarent incompétents à conseiller aux propriétaires d’animaux familiers une alimentation industrielle ou une alimentation ménagère, se bornant à recommander la cuisson des aliments dans les régimes ménagers pour limiter les risques infectieux.</p>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="http://www.aboutcatsonline.com/images/catfood.jpg" alt=" " width="250" border="0" /></p>\r\n
        <h1>Les chats de Pottenger</h1>\r\n
        <p>Voici une célèbre étude, menée par le Docteur Francis Pottenger entre 1932 et 1942. Cette étude sert encore aujourd’hui de cas d’école aux diététiciens du monde entier. Le Docteur Pottenger avait constitué plusieurs groupes de chats (900 animaux au total), certains nourris à l’alimentation cuite, d’autres nourris à l’alimentation crue (viande fraîche). Ses observations sur 10 ans furent édifiantes. Les chats nourris au cuit étaient plus agressifs et développaient des pathologies similaires à celles que développent les êtres humains, alors que les chats nourris au cru étaient calmes et en bonne santé. Plus tard, il fit passer un certain nombre de chats malades d’une alimentation cuite à une alimentation crue, alors qu’il laissa une autre partie des chats malades à l’alimentation cuite : les chats nourris à l’alimentation crue guérissaient, ceux nourris à l’alimentation cuite décédaient. Au terme de cette étude, le Docteur Francis Pottenger mit en avant les effets destructeurs de la cuisson sur des éléments nutritifs "vivants" essentiels à l’organisme.</p>\r\n
        <h1>Les rats de Mc Carrison</h1>\r\n
        <p>Mc Carrison est un chercheur connu pour ses études, au début du XXe siècle, sur la longévité de la peuplade Hunza (Himalaya), génératrice de centenaires. L’élément clef du régime alimentaire des Hunza se trouve dans la consommation d’aliments dit « vivants » (living food), autrement dit de végétaux, de fruits et d’un peu de viande crus contenant encore leurs propres enzymes, car consommés au naturel, c’est à dire non transformés ou cuisinés. Il soumit à ce régime un groupe de rats, tandis que d’autres groupes témoins étaient alimentés avec des produits cuits. Vingt-sept mois plus tard, les rats bénéficiaires du régime Hunza étaient totalement exempts de maladie et ne présentaient aucun signe d’altération organique, à l’inverse des rats des groupes témoins.</p>\r\n
        <h1>« Enquête alarmante : la malbouffe fait aussi des ravages chez nos compagnons préférés » (Le Quotidien de Namur, Belgique)</h1>\r\n
        <p>Cette enquête est beaucoup plus récente (2005) et a été menée sur 700 chiens par le vétérinaire belge Gérard Lippert avec l’appui de Vétérinaires Sans Frontières. Cette enquête a démontré que l’influence des conditions de vie (vie citadine ou rurale, sédentaire ou sportive etc.) sur la santé et la longévité des chiens était quasiment nulle. Elle a en revanche permis de faire la constatation suivante : les chiens nourris de rations ménagères avaient une espérance de vie supérieure de 30% à ceux nourris avec des aliments industriels, soit une durée de vie moyenne de 10 ½ ans pour les chiens nourris avec des aliments industriels contre 13 ½ ans pour ceux nourris avec des rations ménagères. Les chiens nourris avec une alimentation mixte (industrielle et ménagère) avaient une durée de vie moyenne de 11 ½ ans. Note personnelle : la centaine de témoignages que j’ai moi-même recueillie au début de ma vie de maître-Barfer a corroboré ces résultats.</p>\r\n
        <h1>Le plus vieux chien du monde ?</h1>\r\n
        <p>Pour l’anecdote, voici ce que nous rapporte en 2005 le vétérinaire Honey Nelson dans le <em>Sydney’s Daily Telegraph </em>(édité par <em>The Associated Press) </em>:</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Un bâtard de 26 ans, vivant dans une famille aborigène va peut-être devenir le plus vieux chien vivant du monde. Un croisé de bouvier-bull-terrier atteindra prochainement l’âge de 27 ans (équivalent de 189 ans chez l’être humain). [...] Le propriétaire de ce chien prénommé Jerry attribue sa longévité à un régime à haute teneur en protéines animales issues de la faune sauvage locale. Jerry a grandi en mangeant du kangourou, du lapin et de l’émeu, aussi bien que des restes de table. (4)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>Et non des boîtes ou des croquettes...</p>\r\n
        <p>Si vous choisissez malgré tout de nourrir votre chien à l’aide d’aliments industriels, je vous invite à choisir la marque et la gamme en fonction des éléments que nous venons de voir et non sur la bonne réputation d’un produit ou les conseils d’un tiers. Autrement dit, excluez d’emblée les aliments humides (boîtes) et semi humides (soupes), remplis de sous-produits animaux et végétaux et de produits chimiques (exhausteur de goût, colorant etc.). Evitez également les produits dont le premier ingrédient ne serait pas de la viande ou de la farine de viande. Idéalement, choisissez un produit dont les deux premiers ingrédients sont des produits animaux, garanti sans colorant, sans conservateurs chimiques et dont tous les ingrédients (y compris ceux d’origine végétale) sont garantis propres à la consommation humaine. Dans ce domaine, il existe des certifications reconnues sur lesquels vous pouvez vous appuyer : normes ISO, normes AFAQ, normes AAFCO (Etats-Unis) pour ne citer que celles-là.</p>\r\n
        <p>_________________<br />\r\n
        1) NDA : traduit de l’anglais par l’auteur<br />\r\n
        2) Potentiel d’assimilation des nutriments présents dans un aliment<br />\r\n
        3) Source : la Diététique de la Longévité, Dr Dominique Lanzmann-Petithory<br />\r\n
        4) NDA : traduit de l’anglais par l’auteur</p>\r\n
        <p><span class="subtitle"><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></span></p>\r\n
        <p>Un extrait du <a href="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/component/docman/?task=cat_view&amp;gid=28&amp;Itemid=38&amp;phpMyAdmin=2kFzkHKnBTug3xVXn2X6RAmvJt7">Guide BARF</a><br />\r\n
        Auteur : Laurence Caro<br />\r\n
        <span class="subtitle">License :</span><br />\r\n
        <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/" target="_blank" rel="noopener"><img src="http://creativecommons.org/images/public/somerights20.gif" alt="Contrat Creative Commons" border="0" /></a></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "La nourriture cuite conserve suffisamment d’éléments nutritifs pour garder un chien en vie sans problème de santé apparents, parfois pendant [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/etudes-et-statistiques/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189968
        "plus" => 1626578768
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4201
          +term_id: 7
          +name: "Alimentation industrielle"
          +slug: "alimentation-industrielle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 7
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 6
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 7
          +"category_count": 6
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation industrielle"
          +"category_nicename": "alimentation-industrielle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-lukas-590041-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-lukas-590041-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-lukas-590041-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-lukas-590041-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    16 => array:12 [
      "id" => 481
      "title" => "Les différents types d&rsquo;aliments industriels"
      "content" => """
        <p>Le consommateur moyen à la recherche d’une nourriture adaptée à son animal favori est souvent perdu dans la jungle concurrentielle du préfabriqué alimentaire.</p>\r\n
        <p><img class="alignright" src="http://www.petworldshop.com/pictures/canned-dog-food.jpg" alt=" " width="250" border="0" />Il entend parler de <em>haut de gamme</em>, d’aliments <em>spécialisés </em>pour chiens actifs, chiens sédentaires, chiens âgés, chiots et chiennes gestantes, petits, moyens et grands chiens, parfois même d’aliments conçus pour les besoins précis de telle ou telle race, comme le berger allemand, le yorkshire terrier ou le labrador retriever ! Les mentions portées sur l’emballage de ces produits, quant à leur composition notamment, ne l’aident guère à choisir tant les termes employés sont imprécis ou, à l’inverse, excessivement savants. La plupart du temps, le consommateur s’en remet soit au hasard, soit aux conseils de son vétérinaire ou de son éleveur, soit à la renommée d’une marque. Hors, les choix « aveugles », qu’ils résultent du hasard ou de l’opinion d’un tiers, sont rarement les meilleurs. Il est donc nécessaire d’apprendre à décoder une fiche produit (ordre de lecture, signification des termes employés, différence entre « bas de gamme » et « haut de gamme » etc.).</p>\r\n
        <p>Avant tout, on distinguera deux grandes familles d’aliments industriels pour animaux: les aliments humides (conserves) et les aliments secs (croquettes) ou semi-humides (soupes). Les conserves de pâtées pour chiens sont constituées à 80% d’eau... ce qui amène leurs utilisateurs à acheter au prix du caviar une alimentation faiblement nutritive. Je ne m’étendrai pas d’avantage sur la qualité nutritionnelle de tels aliments. Une fois que vous aurez lu cet article et saurez ce que recouvrent les différents termes utilisés par les fabricants, il vous suffira d’aller faire un tour au supermarché du coin et de lire la liste des ingrédients d’une de ces pâtées en boîte pour vous faire votre propre opinion.</p>\r\n
        <p>Les aliments secs ou semi-humides relèvent tous deux d’un même procédé de fabrication. Les ingrédients qui les composent sont extrudés, c’est-à-dire cuits à de très hautes températures jusqu’à déshydratation quasi totale. Lorsque vous ouvrez l’emballage, ils contiennent en moyenne 10% d’humidité. Les aliments dits semi-humides, ou soupes, sont destinés à être réhydratés avec de l’eau chaude avant consommation par l’animal. Certains de ces aliments sont dits « complets » (théoriquement, cela signifie que rien ne doit être ajouté à la ration), d’autres sont des compléments (riz soufflé, flocons de céréales et de légumes) destinés à être mélangés avec des produits carnés (viande fraîche ou pâtées en boîtes). Le danger des soupes réside essentiellement dans le fait qu’elles prennent dans l’estomac un volume important, puisque l’eau fait gonfler les éléments qui la composent. Ce gonflement, en particulier chez les chiens actifs, augmente considérablement le risque de torsion ou retournement d’estomac, pathologie mortelle en l’espace de quelques heures si une intervention chirurgicale n’est pas rapidement pratiquée. Personnellement, c’est un mode d’alimentation que je déconseille formellement aux propriétaires soucieux de la bonne santé de leur compagnon à quatre pattes.</p>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="http://scottsdalegrooming.com/wp-content/uploads/2011/04/petfood1.jpg" alt=" " border="0" /></p>\r\n
        <p>Les aliments secs, appelés « croquettes » par les francophones européens et « moulées » par nos amis canadiens, sont destinés à être servis au chien tel quel. Ce type de produits est aujourd’hui le plus représenté et le plus vendu parmi les différents aliments industriels pour chiens et chats, en raison de son faible coût de fabrication et d’achat (par rapport aux boîtes, tout du moins) et de la facilité de stockage et d’utilisation qu’ils représentent. Il existe une très grande variété de croquettes sur le marché. Certaines sont commercialisées dans les rayons de différentes enseignes de la grande distribution (super et hypermarchés), d’autres ne se trouvent que dans les boutiques spécialisées, les coopératives agricoles ou les cabinets vétérinaires. Les prix, quant à eux, font le grand écart. De 20 centimes d’euros à 10 euros le kg pour certains aliments vétérinaires, il y en a pour tous les portefeuilles. Mais quelle différence existe-il entre ces différents produits ? Concrètement, vous avez sur le marché cinq gammes de croquettes différentes : les aliments bas de gamme, sans mention particulière sur l’emballage quant à leur qualité, les aliments de milieu de gamme, reconnaissables à la mention « aliment de qualité supérieure » sur l’emballage du produit, les aliments hauts de gamme, portant la mention <em>premium </em>ou <em>super premium </em>sur l’emballage et les aliments vétérinaires (à ne pas confondre avec les aliments <em>premium </em>ou <em>super premium </em>distribués par des vétérinaires), à visée thérapeutique (pour chiens souffrant, par exemple, d’insuffisance pancréatique, de troubles rénaux etc.). Vous trouverez facilement des aliments bas et milieu de gamme dans les épiceries de quartier, les superettes et les grandes surfaces, ainsi que dans certaines coopératives agricoles. Les aliments haut de gamme s’achètent dans les animaleries, les grandes surfaces spécialisées, la plupart des coopératives agricoles et les cabinets vétérinaires. Les aliments vétérinaires sont vendus sur prescription médicale, par les vétérinaires uniquement. Leur composition est adaptée à la pathologie de l’animal. Si on exclut les aliments vétérinaires, la différence entre le bas, le milieu et le haut de gamme se situe au niveau du ratio produits d’origine animale et produits d’origine végétale, ainsi qu’au niveau de la qualité nutritionnelle des différents ingrédients. Autrement dit, plus vous montez en gamme, plus vous trouvez de protéines animales dans les aliments et plus la qualité de ces protéines animales est élevée. La qualité des protéines se mesure à leur digestibilité. Plus elles sont assimilables, plus elles profitent à l’organisme de votre chien. De manière générale, les protéines de meilleures qualité sont fournies par la viande, c’est-à-dire la chair, ou muscle, de l’animal. Pour mieux comprendre, il est essentiel de connaître la signification des termes les plus fréquemment employés par les industriels, ainsi que les obligations légales des fabricants en termes d’information produits.</p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Un extrait du <a href="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/component/docman/?task=cat_view&amp;gid=28&amp;Itemid=38&amp;phpMyAdmin=2kFzkHKnBTug3xVXn2X6RAmvJt7">Guide BARF</a><br />\r\n
        Auteur : Laurence Caro<br />\r\n
        <span class="subtitle">License :</span><br />\r\n
        <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/" target="_blank" rel="noopener"><img src="http://creativecommons.org/images/public/somerights20.gif" alt="Contrat Creative Commons" border="0" /></a></p>
        """
      "excerpt" => "Le consommateur moyen à la recherche d’une nourriture adaptée à son animal favori est souvent perdu dans la jungle concurrentielle [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/les-differents-types-daliments-industriels/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189913
        "plus" => 1626578713
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4204
          +term_id: 7
          +name: "Alimentation industrielle"
          +slug: "alimentation-industrielle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 7
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 6
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 7
          +"category_count": 6
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation industrielle"
          +"category_nicename": "alimentation-industrielle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-6568950-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-6568950-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-6568950-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-6568950-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    17 => array:12 [
      "id" => 479
      "title" => "Une formidable entreprise commerciale"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="http://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/alimentation-industrielle/113-une-formidable-entreprise-commerciale">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>Lorsque vous choisissez de nourrir votre chien avec un produit préfabriqué, vous ne devez jamais perdre de vue que vous êtes au cœur d’une formidable machine commerciale.</p>\r\n
        <blockquote>"Excédentaire à l’export, créatrice d’emplois, partenaire privilégiée de l’agriculture et de l’élevage, l’industrie française des aliments préparés pour animaux familiers occupe le deuxième rang européen, en terme de production. L’industrie des aliments préparés est l’une des plus performantes de l’agro-alimentaire."</blockquote>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="http://www.adjustersinternational.com/AdjustingToday/images/atsite/issueimages/3023/3023img9page7.jpg" alt=" " width="300" border="0" />Voici ce que nous pouvons lire en février 2006 sur la page d’accueil du site Internet de la FACCO (Fabricants d’Aliments pour Chiens, Chats et Oiseaux). Les aliments industriels pour animaux de compagnie sont arrivés sur le marché français à la fin des années 50. Depuis, le chiffre d’affaire qu’ils génèrent dans les pays développés n’a cessé de progresser, jusqu’à être aujourd’hui considérés par les économistes du monde entier comme l’enjeu économique majeur du 21e siècle. En 1982, le Reader’s Digest, dans son <em>Guide des Chiens</em>, publie les résultats d’une enquête menée par la FACCO sur la façon dont les Français nourrissent leur animal de compagnie. Cette enquête démontre le bond spectaculaire du nombre de propriétaires achetant régulièrement des aliments préparés entre 1977 et 1980 : de 39% à 50% en l’espace de seulement 3 ans ! Aujourd’hui, 80% des propriétaires d’animaux familiers ont régulièrement recours aux aliments préfabriqués pour nourrir leurs compagnons à quatre pattes. Selon une enquête FACCO/SOFRES publiée en mai 2005, 51% des foyers français ont un animal de compagnie. Avec 65 millions d’animaux de compagnie en France, dont 8,51 millions de chiens et 9,94 millions de chats, la production des aliments préparés pour animaux familiers pèse plus de 2'000'000 de tonnes, soit un chiffre d’affaire colossal de 2,291 milliards d’euros (chiffres FACCO, 2004).</p>\r\n
        <p>Comment sont fabriqués ces aliments ? Tout comme les plats cuisinés industriels destinés à la consommation humaine, les préparations alimentaires pour chiens et chats ont pour qualité première leur appétence et leur appétissante présentation. L’appétence pour créer une accoutumance chez le chien, la présentation (forme et couleur de l’emballage et du produit lui-même) pour séduire le maître. Les médecins considèrent aujourd’hui que les plats cuisinés destinés à la consommation humaine constituent une piètre solution diététique : trop gras, trop salés, trop sucrés, pauvres en vitamines, leur consommation excessive est source de désordres internes plus ou moins graves, tel qu’obésité, augmentation du taux de cholestérol, diabète, avitaminose etc. Alors que penser des préparations culinaires pour animaux ? Le docteur vétérinaire Ian Billinghurst estime par exemple que les aliments industriels pour animaux contiennent de dix à vingt fois plus de sel que nécessaire, cet excès de sel favorisant l’hypertension et les troubles cardiaques. Le docteur vétérinaire canadien Charles Danten, auteur d’un livre intitulé « An angry Vet », nous donne à lire son point de vue sur son site Internet www.angryvet.org/français, dans un long article dont voici quelques extraits:</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Notre mode de vie nous amène, pour des raisons pratiques, à donner aux bêtes un régime alimentaire fabriqué industriellement, une commodité qui facilite la satisfaction des besoins alimentaires d’un animal en captivité. Peu de gens ont le temps et le désir de faire autrement et, pour promouvoir la consommation, l’industrie entretient soigneusement l’idée qu’une telle alimentation convient parfaitement à un animal captif.[...]<br />\r\n
        <br />\r\n
        Nous offrons donc à nos enfants, jour après jour, des aliments de piètre qualité, fabriqués à même les restes, les déchets de l’industrie agroalimentaire, archi-transformés, dénaturés et dévitalisés par la cuisson, bourrés de toxines, de déchets biologiques, de pesticides, d’insecticides, de fongicides, de colorants, d’agents de conservation et de saveurs artificielles. Cette pitance est un poison qui les tue d’une mort lente mais certaine.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <img class="alignright" src="http://www.shirleys-wellness-cafe.com/petfoodrecall1.jpg" alt=" " border="0" />L'industrie alimentaire qui produit des denrées destinées à la consommation humaine trouve dans l’industrie de l’alimentation animale un débouché inespéré pour ses restes. C’est un peu normal, alors que la nourriture de qualité se fait rare même pour les humains.[...]<br />\r\n
        <br />\r\n
        Selon Deborah Lynn Dadd, auteure du livre The Non-toxic Home of Office, aux Etats-Unis, 116000 mammifères et 15 millions de volailles sont condamnés avant l’abattage. Après l’abattage, 325000 carcasses et plus de 5,5 millions de parties malades sont refusées pour la consommation humaine. 140000 tonnes de volailles sont retirées de la chaîne alimentaire pour cancer. Tous les animaux impropres à la consommation humaine sont utilisés dans la fabrication des aliments des bêtes. En Suisse, jusqu’en 1996, les placentas, les tumeurs excisées dans les hôpitaux et d’autres tissus humains étaient « recyclés » de cette façon. [...]<br />\r\n
        <br />\r\n
        Au Canada et aux Etats-Unis, aucune loi n’interdit l’usage des chiens et des chats morts dans la fabrication des aliments pour animaux [...]<br />\r\n
        <br />\r\n
        Les sous-produits de l’industrie des céréales sont aussi présents en très grande quantité dans les aliments pour animaux de compagnie. Ils sont, comme les autres, de deuxième, voire de troisième catégorie. Tout ce qui est rejeté pour la consommation humaine pour diverses raisons, comme la présence de moisissure et un taux d’insecticide et de fongicide inacceptable est classé pour consommation animale [...] L’industrie, pour économiser, utilise beaucoup les céréales et les sous-produits dans ses recettes pour les animaux de compagnie.</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>Au Canada et aux Etats-Unis, l’industrie des aliments pour animaux n’est soumise à aucune obligation légale sur le plan sanitaire. Mais que précise la loi européenne en matière de fabrication et d’importation d’aliments industriels pour animaux ? En Europe, la législation sur l’utilisation de produits animaux dans l’alimentation pour bêtes d’élevage et de compagnie est beaucoup plus rigoureuse que de l’autre côté de l’Atlantique : les textes du Parlement européen interdisent notamment l’usage dans tout aliment industriel destiné à la consommation animale fabriqué, importé ou commercialisé en Europe, de produits ou sous-produits issus d’animaux malades ou dont l’origine de la mort est inconnue. La crise de la vache folle, à la fin du vingtième siècle, a également ouvert les yeux des législateurs européens sur le danger mortel que représentait la transgression des règles de la nature. Depuis fin 2002, il est inscrit dans les textes européens (1) qu’alimenter un animal avec la chair de sa propre espèce - référence évidente au cannibalisme organisé en matière d’élevage bovin, où les vaches étaient nourries avec de la farine... de vaches - constituait un risque avéré d’épizootie. En conséquence de quoi, le Parlement européen a décidé d’interdire dans tout produit de consommation alimentaire l’usage de produits animaux de la même origine que celle des animaux auxquels l’aliment était destiné. Autrement dit, il est désormais interdit de donner du bœuf à des bovins, non plus que du chien à des chiens ou du chat à des chats. L’utilisation dans l’alimentation humaine ou animale des graisses de restaurant et de produits animaux issus de l’équarrissage est également prohibée.</p>\r\n
        <p>A contrario, la législation européenne - récemment devenue si rigoureuse quant à l’origine des produits et sous-produits animaux destinés à la consommation humaine ou animale - ne prévoit aucune disposition quant à l’usage des produits végétaux dans les aliments pour animaux de compagnie. L’ensemble des produits céréaliers, légumiers ou fruitiers jugés impropres à la consommation humaine - autrement dit les surplus et déchets - sont donc systématiquement recyclés dans les aliments pour animaux.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p>_______<br />\r\n
        1) Règlement (CE) n° 1774/2002 du Parlement Européen et du Conseil du 3 octobre 2002 établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux non destinés à la consommation humaine, paru au Journal Officiel des Communautés européennes L 273/1 le 10/10/2002</p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Un extrait du <a href="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/component/docman/?task=cat_view&amp;gid=28&amp;Itemid=38&amp;phpMyAdmin=2kFzkHKnBTug3xVXn2X6RAmvJt7">Guide BARF</a><br />\r\n
        Auteur : Laurence Caro<br />\r\n
        <span class="subtitle">License :</span><br />\r\n
        <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/" target="_blank" rel="noopener"><img src="http://creativecommons.org/images/public/somerights20.gif" alt="Contrat Creative Commons" border="0" /></a></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "Lorsque vous choisissez de nourrir votre chien avec un produit préfabriqué, vous ne devez jamais perdre de vue que vous [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/une-formidable-entreprise-commerciale/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189877
        "plus" => 1626578677
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4206
          +term_id: 7
          +name: "Alimentation industrielle"
          +slug: "alimentation-industrielle"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 7
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 6
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 7
          +"category_count": 6
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Alimentation industrielle"
          +"category_nicename": "alimentation-industrielle"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-pixabay-164688-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-pixabay-164688-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-pixabay-164688-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-pixabay-164688-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    18 => array:12 [
      "id" => 468
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant d&rsquo;un cancer"
      "content" => """
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <h2>Hydrates de carbone</h2>\r\n
        <p>Les céréales sont à proscrire ! Les tumeurs se nourrissent du glucose, le sucre simple issu des hydrates de carbone.</p>\r\n
        <h2>Protéines</h2>\r\n
        <p>Il existe une sorte de « compétition » entre le chien et le cancer pour s’approprier les acides aminés. Il est donc conseillé de fournir au chien des protéines de haute qualité et des acides aminés. Deux acides aminés semblent particulièrement utiles lors d’un cancer. L’arginine, qui améliore le système immunitaire, et la glutamine qui aide à maintenir le système gastro-intestinal en bonne santé. La glutamine aide aussi à combattre les vomissements et la diarrhée qui apparaissent lors de chimiothérapies.</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Poulet cru avec os et peau</li>\r\n
        \t<li>Morceaux de bœuf</li>\r\n
        \t<li>Foie cru (poulet ou bœuf)</li>\r\n
        \t<li>Poisson</li>\r\n
        \t<li>Œufs crus</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <h2>Graisses</h2>\r\n
        <p>Les cellules cancéreuses ne peuvent pas utiliser la graisse comme source d’énergie. Il est donc conseillé d’ajouter des graisses au régime alimentaire d’un chien atteint par le cancer. On conseille spécialement les acides gras oméga-3. On limitera cependant l’apport d’acides gras oméga-6 qui peut favoriser le développement de la tumeur.</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Poulet</li>\r\n
        \t<li>Bœuf</li>\r\n
        \t<li>Poisson</li>\r\n
        \t<li>Huile de saumon (uniquement d'excellente qualité)</li>\r\n
        \t<li>Huile de graines de lin</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <h2>Légumes</h2>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Brocoli</li>\r\n
        \t<li>Céleri</li>\r\n
        \t<li class="liste">Chou (rouge et vert)</li>\r\n
        \t<li>Chou sauvage</li>\r\n
        \t<li>Navets verts</li>\r\n
        \t<li>Epinards</li>\r\n
        \t<li>Courgettes</li>\r\n
        \t<li>Chou chinois</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Evitez les légumes doux tels que les carottes, les pois verts, les pommes de terre ou les courges (citrouilles). Evitez également les fruits.</p>\r\n
        <h2>Suppléments naturels</h2>\r\n
        <table border="1" width="90%" cellspacing="0" cellpadding="5" align="left">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top" width="162">\r\n
        <p><strong>Supplément</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top" width="116">\r\n
        <p><strong>Dosage petit chien</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top" width="117">\r\n
        <p><strong>Dosage chien moyen</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top" width="118">\r\n
        <p><strong>Dosage grand chien</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Vitamine A</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>1’000 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>2’500 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>5’000 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Vitamine C</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>500 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>500 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>500 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Bioflavonoïdes &amp; Quercitine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>¼ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>½ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Vitamine E</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>50 UI 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>200 UI 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>400 UI 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Complexe vitamine B</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>¼ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>½ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Sélénium</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>10 mcg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>25 mcg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>50 mcg</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Broméline</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>50 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>100 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>200 mg 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Enzymes digestives avec pancréatine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>¼ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>½ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Glutamine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>¼ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>½ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Arginine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>¼ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>½ de la dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Dose humaine</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Huile de graines de lin</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>1 cuillère à café 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>1 cuillère à café 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>1 cuillère à café 2x par jour</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>Ail</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>¼ de gousse hachée</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>½ gousse hachée</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td valign="top">\r\n
        <p>1à 2 gousses hachées</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title"> </p>\r\n
        <p class="title">Tous ces compléments ont été mis ensemble dans un produit spécialement conçu pour les chiens atteints d’un cancer. Il s’agit du Berte's Immune Blend que vous pouvez acheter sur <a href="http://www.b-naturals.com/" target="_blank" rel="noopener">www.b-naturals.com</a>.</p>\r\n
        <p class="title">Les acides aminés L-Arginine et L-Glutamine peuvent aider à inhiber la croissance de la tumeur. La glutamine aide aussi en cas d’atrophie musculaire liée à une cachexie.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://chetday.com/arginine.html" target="_blank" rel="noopener">http://chetday.com/arginine.html</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.cambridgenutra.com/articles/monograph.shtml" target="_blank" rel="noopener">http://www.cambridgenutra.com/articles/monograph.shtml</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.ons.org/publications/journals/CJON/Volume6/Issue2/pdf/112.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://www.ons.org/publications/journals/CJON/Volume6/Issue2/pdf/112.pdf</a> (en)<br />\r\n
        <br />\r\n
        De nouvelles recherches effectuées à l’Université de Washington ont montré des résultats prometteurs dans le traitement de certains cancers grâce à l’utilisation d’un extrait végétal utilisé contre la malaria et appelé Artemisinine. Il a une toxicité faible s’il est donné oralement à des doses appropriées. Ce produit a montré notamment des effets dans traitement du cancer des os chez les chiens à un dosage de 50 à 100 mg deux fois par jour pour une grande race. Ce produit est également utilisé contre le cancer du sein chez l’humain.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://www.mwt.net/~drbrewer/canart2.htm" target="_blank" rel="noopener">http://www.mwt.net/~drbrewer/canart2.htm</a> (en)<br />\r\n
        <br />\r\n
        L’acide linoléique conjugué semble être un inhibiteur du développement tumoral.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=acide_linoleique_conjugue_ps" target="_blank" rel="noopener">Passeport santé</a> (fr)<br />\r\n
        <br />\r\n
        La broméline est utilisée comme adjuvant au traitement des tumeurs cancéreuses.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://www.cancer.org/docroot/eto/content/eto_5_3x_bromelain.asp?sitearea=eto" target="_blank" rel="noopener">http://www.cancer.org/docroot/eto/content/eto_5_3x_bromelain.asp?sitearea=eto</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=bromeline_ps" target="_blank" rel="noopener">Passeport santé</a> (fr)<br />\r\n
        <br />\r\n
        Le curcuma, un anti-inflammatoire naturel puissant, a montré des résultats prometteurs dans la prévention et le traitement du cancer. D’une part, il coupe l’approvisionnement en sang de la tumeur et d’autre part il tue les cellules cancéreuses. Le dosage quotidien recommandé pour le traitement du cancer est de 80 mg par kilo, administré oralement. La dose maximale est de 120 mg par kilo et par jour (le produit peut s’avérer toxique au delà de ce dosage).<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=curcuma_ps" target="_blank" rel="noopener">Passeprot Santé</a> (fr)<br />\r\n
        <a href="http://www.raysahelian.com/curcumin.html" target="_blank" rel="noopener">http://www.raysahelian.com/curcumin.html</a> (en)</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p class="title">L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>
        """
      "excerpt" => "Régime alimentaire Hydrates de carbone Les céréales sont à proscrire ! Les tumeurs se nourrissent du glucose, le sucre simple [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-dun-cancer/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189621
        "plus" => 1626578421
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4208
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    19 => array:12 [
      "id" => 466
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant d&rsquo;insuffisance rénale"
      "content" => """
        <p>L'insuffisance rénale est malheureusement relativement fréquente chez les chiens. Cet article ne remplace pas l'avis d'un vétérinaire mais il pourra vous guider vers les différents aliments qui peuvent aider votre compagnon.</p>\r\n
        <h1>Diagnostic</h1>\r\n
        <h2>Taux de créatinine</h2>\r\n
        <p>Lorsque le taux de créatinine est plus élevé que la normale (soit environ 1.6 mg/dl ou 141 µmol/L), cela signifie généralement que les reins de votre animal ne sont plus capables d'exercer correctement leur rôle de filtre à protéine. Cela ne renseigne pas sur la cause, ni si cela peut être soigné ou non, mais c’est un signe que votre chien a un problème au niveau des reins.</p>\r\n
        <p>Un taux allant jusqu’à 2.5 mg/dl (221 µmol/L) ou peut-être un peu plus élevé indique une légère insuffisance rénale ou un stade précoce d’insuffisance rénale. Dans ce cas, il est important de modifier le régime alimentaire du chien afin de réduire le taux de phosphore. Ces réductions n’ont pas besoin d’être aussi drastiques que lorsque le taux de créatinine est plus élevé. Il ne semble pas non plus nécessaire de recourir à d’autres traitements à ce stade, comme par exemple l’administration de fluides sous-cutanés (sauf si votre chien boit beaucoup). Cependant, ajouter un peu de calcium à chaque repas peut être utile (le calcium agit comme chélateur de phosphates: qui a la possibilité de réduire le taux de phosphate sanguin).</p>\r\n
        <p>Un taux allant de 2.5 à 4.5 mg/dl est plus significatif mais il est fort probable que votre chien ne montre aucun symptôme en dehors d’une polydipsie (soif excessive) et d’un besoin d’uriner plus fréquent. A ce stade, il est indiqué de réduire considérablement le niveau de phosphore à l’aide de calcium ou d’antiacide et d’utiliser des fluides sous-cutanés, particulièrement si votre chien présente une polydipsie.</p>\r\n
        <p>Un taux de créatinine supérieur à 4.5 mg/dl indique une insuffisance rénale grave et est souvent accompagné de signes cliniques tels que des vomissements et un manque d’appétit.</p>\r\n
        <h2><br />\r\n
        Taux d’urée</h2>\r\n
        <p>L’analyse du taux d’urée est fréquemment utilisé pour diagnostiquer un problème rénal, bien qu’il ne soit pas spécifique aux reins et que les valeurs puissent être élevées pour d’autres raisons, en particulier si votre chien n’a pas jeûné durant les 12 heures précédant le test. Si le taux d’urée est légèrement au-dessus de la normale et que la créatinine est normale, il y a de fortes chances que les reins soient fonctionnels, notamment si l’analyse d’urine est également normaux.</p>\r\n
        <p>Des valeurs entre 20 et 30 mg/dl (environ 12.5 µmol/L), si le chien n’a pas jeûné, ne sont pas préoccupantes, pour autant que les autres valeurs soient normales. La déshydratation et le stress peuvent également contribuer à un taux d’urée élevé.</p>\r\n
        <p>Si le taux d’urée est supérieur à 80 mg/dl (28.6 µmol/L), c’est un signe d’hyperurémie, et il est souvent accompagné par des signes cliniques tels que des vomissements ou un manque d’appétit. Dans ce cas, si la créatinine est supérieure à 4.5 mg/dl (398 µmol/L), il peut être nécessaire de réduire l’apport en protéines afin d’aider à maîtriser ces symptômes. Le taux d’urée est plus représentatif du régime alimentaire et moins représentatif de l’état des reins que la créatinine. Il n’est pas nécessaire de donner un régime pauvre en protéines si le taux d’urée est inférieur à 80 mg/dl (28.6 µmol/L) mais il faut cependant veiller à réduire le taux de phosphore.</p>\r\n
        <h2>Taux de phosphore</h2>\r\n
        <p>Un taux de phosphore élevé est dangereux et doit être contrôlé. Si l’importance du phosphore est discutable lorsque le taux dans le sang est normal (en dessous de 6.0 mg/dl), on peut tout de même se poser la question de l’importance de réduire l’apport en phosphore et d’utiliser du calcium comme chélateur du phosphore.</p>\r\n
        <p>Lorsque le taux de phosphore est au-dessus de la moyenne, il est vital de réduire l’apport de phosphore dans la ration alimentaire et d’utiliser des chélateurs comme le carbonate de calcium ou l’hydroxyde d’aluminium. Un taux élevé de phosphore peut être associé à un taux anormal d’hormone parathyroïdienne.</p>\r\n
        <h2>Taux de calcium</h2>\r\n
        <p>Un taux de calcium élevé est souvent le signe d’un taux anormal d’hormone parathyroïdienne. Dans ce cas, il est important de ne pas utiliser du calcium comme chélateur du phosphore mais d’utiliser un chélateur à base d’aluminium, sans pour autant éliminer tout le calcium de la diète, au risque de provoquer un déséquilibre alimentaire. La maladie d’Addison peut également être la cause d’un taux de calcium élevé.</p>\r\n
        <h2>Ratio sodium/potassium</h2>\r\n
        <p>Si le ratio sodium/postassium est en dessous de la moyenne (27 ou inférieur) c’est un signe de la maladie d’Addison, qui peut causer des dégâts aux reins. Cette maladie est mortelle si elle n’est pas traitée, mais elle est traitable.</p>\r\n
        <h2>Tests d’urine</h2>\r\n
        <p>L’analyse d’urine est importante lors des investigations concernant les maladies rénales. Souvent, une densité d’urine basse (1020 ou inférieure) est la première indication que les reins de votre chien ne fonctionnent pas bien. Un excès de protéines dans l’urine peut être un autre signe de maladies des reins.</p>\r\n
        <p>L’azotémie (urée et créatinine élevées) combinée à une densité d’urine normale (1030 ou supérieure) peut être le signe de la maladie d’Addison ou de calculs rénaux.</p>\r\n
        <h1>Est-ce qu’un régime pauvre en protéines est nécessaire ou souhaitable ?</h1>\r\n
        <p class="main">Vous trouverez ci-dessous des extraits d’articles traitant du problème de l’apport en protéines, ainsi que les liens vers les articles complets. Nous vous conseillons de les lire entièrement si votre chien présente une affection des reins.</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Parce que les sous-produits issus de la digestion des protéines sont les principales toxines qui nécessitent d'être excrétées par les reins, une supposition évidente serait de stopper l'apport en protéines pour que les reins n'aient plus à faire ce travail. Il y a pourtant des preuves significatives que les besoins en protéines augmentent légèrement chez les chiens souffrant d'une insuffisance rénale chronique. Par conséquent, réduire drastiquement l'apport en protéines chez de tels chiens conduira probablement à des carences en protéines.<br />\r\n
        Dr. Lucy Pinkstion, docteur en médecine vétérinaire<br />\r\n
        <a href="http://web.archive.org/web/20041116093427/http:/www.dog.com/vet/nutrition/05.html" target="_blank" rel="noopener">http://web.archive.org/</a> (en)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Le mythe selon lequel un régime riche en protéines est dommageable pour les reins a probablement commencé parce que, par le passé, les patients avec des maladies des reins étaient habituellement placés sous un régime pauvre en protéines. De nos jours, on les mets plutôt sous un régime qui n'est pas nécessairement pauvre en protéines, mais plutôt sous un régime contenant des protéines plus digestes, afin d'y retrouver moins de sous-produits du nitrogène.<br />\r\n
        Veterinary Services Department, Drs. Foster &amp; Smith, Inc.<br />\r\n
        <a href="http://www.peteducation.com/article.cfm?cls=0&amp;articleid=1104" target="_blank" rel="noopener">http://www.peteducation.com/article.cfm?cls=0&amp;articleid=1104</a> (en)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Une réduction de l'apport en protéines dans le régime alimentaire améliore la qualité de vie des chiens urémiques qui ont une insuffisance rénale soit naturelle, soit induite expérimentalement. Cependant, une réduction des protéines chez un patient azotémique mais non urémique est discutable. Le risque principal lors d'une réduction de l'apport en protéines est une carence en protéines. […] Il n'existe pas de preuve selon laquelle une réduction de l'apport en protéines ralentirait la progression d'un problème rénal chez le chien et ce n'est pas recommandé pour les chiens qui ne sont pas urémiques.<br />\r\n
        SpeedyVet Clinical Nutrition Library<br />\r\n
        <a href="http://www.advancepetfoods.com.au/speedyvet/library.asp?page=9" target="_blank" rel="noopener">http://www.advancepetfoods.com.au/speedyvet/library.asp?page=9</a> (en)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Les recherches effectuées durant les 10 dernières années ont montré que les protéines ne font pas de mal aux reins des chiens. Lors d'études menées à l'Université de Géorgie au début des années quatre-vingt-dix, des niveaux de protéines de 34% n'ont causé aucun dommage, que ce soit sur des chiens avec une insuffisance rénale chronique ou sur des chiens âgés avec un seul rein.<br />\r\n
        Today's Breeder Magazine<br />\r\n
        <a href="http://www.purina.com/dogs/magazine.asp?article=256" target="_blank" rel="noopener">http://www.purina.com/dogs/magazine.asp?article=256</a> (en)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Depuis des années, les physiciens et les vétérinaires ont traité l'insuffisance rénale en réduisant le taux de protéines dans le régime alimentaire, relève Gregory Reinhart, un chercheur chez Iams. Après avoir travaillé avec les meilleures universités, nous avons découvert qu'une restriction des protéines dans l'alimentation des chiens pouvait faire plus de mal que de bien en soumettant potentiellement l'animal à un risque de carences en protéines.<br />\r\n
        Iams nutrition symposium<br />\r\n
        <a href="http://www.canismajor.com/dog/iamssym1.html#KIdney" target="_blank" rel="noopener">http://www.canismajor.com/dog/iamssym1.html#KIdney</a> (en)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Une augmentation des protéines dans l'alimentation ne semble pas changer le taux de progression des insuffisances rénales. Le taux de protéines dans l'alimentation ne semble pas affecter la mortalité, le taux de progression de l'urémie ou le développement de lésions aux reins. Une diminution des protéines dans l'alimentation peut affaiblir les réponses immunitaires, diminuer le taux d'hémoglobine, causer une anémie, diminuer le taux total de protéines et résulter en une atrophie musculaire. Le taux de protéines dans l'alimentation ne semble pas impliqué dans la progression des maladies rénales ou jouer un rôle dans la prévention de l'insuffisance rénale. Lorsque l'urée est supérieure à 75mg/dl (26.8 mmol/L) et/ou que des signes d'urémie apparaissent, une restriction modérée des protéines est indiquée afin de diminuer l'urée et les symptômes cliniques. Une réduction du phosphore est également indiquée dans ce cas.<br />\r\n
        Dr. Jeff Vidt, specialist in Chinese Shar-Pei and Renal Amyloidosis<br />\r\n
        <a href="http://www.drjwv.com/care.php?view=protein.php" target="_blank" rel="noopener">http://www.drjwv.com/care.php?view=protein.php</a> (en)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p>Lors de l'un des essais cliniques les plus reconnus concernant les effets de régimes riches en protéines sur la progression de l'insuffisance rénale chronique, des groupes de chiens diagnostiqués avec une insuffisance rénale chronique ont été nourris soit avec un régime riche en protéines, soit avec un régime pauvre en protéines. Aucune différence significative n'a été observée en ce qui concerne la progression de l'insuffisance rénale. De ce fait, un excès de protéines dans le régime alimentaire n'est pas apparu comme pouvant compromettre la fonction rénale, même en présence de taux de protéines endogènes élevés associés à la maladie. En fait, sur une base individuelle, certains chiens qui étaient soumis à un régime alimentaire riche en protéines s'en sont mieux sortis. Cette découverte a été associée au fait que les protéines sont nécessaires pour la fonction cellulaire et la réparation des cellules.<br />\r\n
        Kirk's Current Veterinary Therapy XII<br />\r\n
        <a href="http://www.labbies.com/nutrition_letters.htm#Restriction" target="_blank" rel="noopener">http://www.labbies.com/nutrition_letters.htm#Restriction</a> (en)</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <h1>Créer un régime alimentaire pour un chien souffrant d'insuffisance rénale</h1>\r\n
        <p>Au vu de ce qui précède, il semble que le seul cas où un régime pauvre en protéines soit nécessaire est celui d'un chien urémique, ce qui se traduit par un taux d'urée supérieur à 80mg/dl (28.6 mmol/L), par un taux de créatinine supérieur à 4.0 mg/dl (354 µmol/L) et par un chien qui montre des symptômes tels que vomissements, manque d'appétit, nausées, ulcères et léthargie, causés par l'accumulation de nitrogène dans le sang. Un régime pauvre en protéines ne prolongera pas la vie de l'animal mais l'aidera à se sentir mieux.</p>\r\n
        <p>Si votre chien n'est pas urémique, le consensus semble aller vers un régime composé d'une quantité modérée de protéines de très haute qualité. Les œufs ont les protéines de meilleure qualité (bien que le jaune soit riche en phosphore), suivis de la viande crue, puis de la viande légèrement cuite, puis de la viande très cuite. Les protéines de faible qualité se trouvent dans la viande transformée (aliments commerciaux) et dans les céréales.</p>\r\n
        <p>Lorsqu'on compose un régime pour un chien souffrant d'insuffisance rénale, le but est de fournir un régime contenant moyennent à beaucoup de graisse, des quantités modérées de protéines de haute qualité, peu de phosphore et des hydrates de carbone pauvres en phosphore.</p>\r\n
        <h2>Apport modéré à élevé en graisses</h2>\r\n
        <p>La graisse fournit la plupart des calories nécessaires et les chiens, en tant que carnivores, sont faits pour tirer leur énergie de la graisse, plutôt que des hydrates de carbone comme le font les humains. A quelques rares exceptions près, les chiens ne souffrent pas de problèmes de cholestérol ou d'autres problèmes humains associés à un excès de graisse. Trop de gras peut provoquer des diarrhées et les chiens souffrant de pancréatite ne supportent pas les aliments gras. Mais en dehors de ça, la graisse est bonne pour votre chien.</p>\r\n
        <p>Parmi les viandes riches en graisse, on peut citer notamment l'agneau, le porc, la peau du poulet et de la dinde. Le bœuf contient moins de phosphore que le poulet. L'agneau et la dinde sont entre deux.</p>\r\n
        <p>Vous pouvez donner de yaourt au lait entier, du cottage cheese, de la ricotta, du séré, etc. Puisque ces aliments sont riches en phosphore, ils doivent être donnés avec modération. Utilisez ceux qui contiennent le plus de lipides.</p>\r\n
        <p>Le jaune d'œuf est riche en graisses mais également très riche en phosphore et doit donc être donné avec parcimonie.</p>\r\n
        <p>La complémentation en graisses peut également se faire avec du gras de bacon, de la graisse de poulet (peu ou pas de sodium) ou du beurre (si votre chien le supporte).</p>\r\n
        <p>En général, les huiles végétales ne sont pas recommandées comme sources de graisses. Elles sont très riches en acides gras oméga-6 qui sont source d'inflammations et ne sont pas une bonne source de nutriments pour les chiens. Les acides gras oméga-6 sont mauvais pour les chiens présentant une insuffisance rénale. Plutôt que des huiles végétales, utilisez de l'huile de poisson, comme l'huile de saumon. N'utilisez pas d'huile de foie de morue.</p>\r\n
        <p>Soyez prudent lorsque vous ajoutez de la graisse au régime alimentaire. Augmentez graduellement les quantités et revenez en arrière si vous voyez des signes d'intolérance.</p>\r\n
        <h2>Apport modéré en protéines de haute qualité</h2>\r\n
        <p>La quantité de protéines à apporter est encore matière à débat, bien qu'il ne soit pas nécessaire de donner un régime pauvre en protéines, à moins que votre chien soit urémique (voir ci-dessus). Avec un chien dont le taux de créatinine se situe entre 1.6 et 4.5 mg/dl (141 à 398 µmol/L) on recommande entre 2.0 et 2.2 grammes de protéines par kg de poids de corps. Ceci dit, au vu des études récentes, tant que le taux de phosphore reste à un niveau acceptable, il n'est pas forcément nécessaire de baisser drastiquement la quantité de protéines.</p>\r\n
        <p><a href="http://www.vetmed.wsu.edu/Boeing/small_animal_medicine/crf.htm#Treatment" target="_blank" rel="noopener">http://www.vetmed.wsu.edu/Boeing/small_animal_medicine/crf.htm#Treatment</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://web.archive.org/web/20041116093427/http:/www.dog.com/vet/nutrition/05.html" target="_blank" rel="noopener">http://web.archive.org/web/20041116093427/http:/www.dog.com/vet/nutrition/05.html</a> (en)</p>\r\n
        <p>Les œufs contiennent les protéines de plus haute qualité mais les jaunes sont très riches en phosphore. Il est donc recommandé de donner 2 à 3 blancs d'œuf pour chaque jaune d'œuf donné. La viande crue ou légèrement cuite est une autre source de protéines de haute qualité. Les tripes vertes sont une excellente source de nourriture pour les chiens présentant une insuffisance rénale (voir plus bas).</p>\r\n
        <h2>Apport minimal en phosphore</h2>\r\n
        <p><br />\r\n
        Un régime pauvre en phosphore est bénéfique et nécessaire pour un chien présentant une maladie des reins. On préconise de ne pas donner quotidiennement plus de 22.25 mg par kilos de corps pour un chien avec une insuffisance rénale avancée. Pour les chiens qui ont une insuffisance rénale à un stade précoce, on recommande 60 mg/kg. Une quantité de phosphore se situant entre 15 et 40 mg/kg est considérée comme un régime pauvre en phosphore. D'une manière générale, les aliments les plus riches en phosphore sont les os, les produits laitiers, le poisson (avec arêtes), les abats et le jaune d'œuf. Cela ne signifie pas qu'il ne faut pas donner ces aliments, car ils sont des composants importants d'un régime équilibré, mais ils doivent être donnés avec modération. Soyez également attentif au taux de phosphore dans les légumes que vous donnez. Voici quelques exemples de taux de phosphore que vous devriez donner quotidiennement, sur une base de 15-40 mg/kg et de 60 mg/kg lors d'une insuffisance rénale à un stade précoce de la maladie. Plus la maladie se développe, moins vous devez donner de phosphore :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Chien de 5 kilos : 68 à 182 mg (jusqu'à 272 mg au stade précoce de la maladie)</li>\r\n
        \t<li>Chien de 12 kilos : 170 à 455 mg (jusqu'à 682 mg au stade précoce de la maladie)</li>\r\n
        \t<li>Chien de 25 kilos : 340 à 900 mg (jusqu'à 1'364 mg au stade précoce de la maladie)</li>\r\n
        \t<li>Chien de 37 kilos : 511 à 1'364 mg (jusqu'à 2'045 mg au stade précoce de la maladie)</li>\r\n
        \t<li>Chien de 50 kilos : 680 à 1'818 mg (jusqu'à 2'727 mg au stade précoce de la maladie)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Pour connaître le taux de phosphore des différents aliments, n'hésitez pas à consulter notre section nutriments ou le site Nutrition Data.</p>\r\n
        <h2>Céréales, légumes et fruits</h2>\r\n
        <p>Les chiens n'ont pas besoin d'hydrates de carbone, mais afin de réduire le taux de phosphore, vous devrez probablement en donner. Le but est d'ajouter des calories sans ajouter trop de phosphore. Pour cette raison, des légumes tels que la patate douce ou les courges sont de bons choix.</p>\r\n
        <p>Si vous décidez de donner des céréales, choisissez celles qui sont les plus pauvres en phosphore. Le tapioca, le riz blanc, ou du porridge au blé sont de bonnes alternatives. Vous pouvez ajouter du beurre et cuire les céréales dans du bouillon pour améliorer le goût.</p>\r\n
        <p>Les légumes doivent être donnés crus en purée ou cuits. La cuisson élimine en partie le phosphore mais également les vitamines. Notez que le céleri, le persil et la dent de lion sont déconseillés, car diurétiques, ce qui n'est pas idéal pour un chien malade des reins.</p>\r\n
        <p>Vous pouvez également donner des fruits. Evitez les raisins, dont les pépins sont toxiques pour les reins.</p>\r\n
        <h2>Tripes vertes</h2>\r\n
        <p>Les tripes vertes sont excellentes pour les chiens présentant une insuffisance rénale car elles sont pauvres en phosphore et très appétissantes. Les tripes lavées ont moins de valeur nutritionnelle que les tripes vertes.</p>\r\n
        <h2>Os charnus crus</h2>\r\n
        <p>Pour ceux qui donnent un régime à base d'os charnus crus, vous pourrez certainement continuer à nourrir de cette façon mais vous devrez réduire la quantité d'os à mesure que la maladie progresse (augmentation de l'urée et de la créatinine) ou si votre chien a un taux anormalement élevé de minéraux dans le sang (p. ex. magnésium). Les os sont riches en phosphore et en autres minéraux qui sont difficiles à assimiler pour les chiens souffrant d'insuffisance pancréatique. Si vous réduisez ou éliminez les os du régime alimentaire, vous devriez ajouter ½ à ¾ de cuillère à café de coquilles d'œufs moulues par livre de viande (= 453g) afin d'équilibrer la ration calcium/phosphore. Si le taux de calcium de votre chien est trop élevé, vous devriez utiliser un chélateur du phosphore à base d'aluminium.</p>\r\n
        <h2>Eau</h2>\r\n
        <p>Un chien présentant un problème aux reins doit avoir constamment accès à de l'eau, même si cela cause des petits accidents à la maison. Parce que l'eau du robinet peut être très riche en minéraux, il est préférable de l'éviter. L'eau distillée est la meilleure à utiliser. Vous pouvez également filtrer l'eau. Utilisez plutôt de l'eau en bouteille ou achetez un filtre qui enlève les minéraux. Il est très important que votre chien reste hydraté. La déshydratation est très dangereuse pour les reins. Vous pouvez ajouter de l'eau à la nourriture, en particulier si vous donnez des croquettes. Si votre chien boit beaucoup d'eau, il faut penser à lui administrer des fluides sous-cutanés.</p>\r\n
        <h2>Fréquence</h2>\r\n
        <p>Il est préférable de donner plusieurs petits repas sur la journée plutôt qu'un ou deux gros repas.</p>\r\n
        <h1>Exemples de menus</h1>\r\n
        <h2>Exemple de menu pour une insuffisance rénale faible à modérée</h2>\r\n
        <p>Comme directive générale, on conseille moitié viande et moitié céréales/légumes pauvres en phosphore. On ajoute des œufs, du blanc d'œuf, de très petites quantités de foie et de rognons de la graisse. Voici un exemple pour un chien de 18 kilos. Les quantités on été converties à partir de mesures en onces (US). C'est pour cela que les chiffres ne sont pas très "ronds". L'important est de conserver les proportions.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <table class="zebra">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr>\r\n
        <td><strong>Aliment</strong></td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>Quantités</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>Protéines<br />\r\n
        (grammes)</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>Phosphore<br />\r\n
        (Mg)</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>Calories</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>Phos/100 kcal</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td>\r\n
        <p>Viande</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>170 grammes</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>28.8</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>276</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>355</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>78</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td>\r\n
        <p>Céréales et légumes</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>170 grammes</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>2.6</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>40</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>125</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>32</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td>\r\n
        <p>1 œuf entier + 1 blanc d'œuf</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>85 grammes</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>9.9</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>101</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>91</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>1</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td>\r\n
        <p>Foie et rognons</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>28 grammes</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>4.5</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>76</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>32</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>238</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td>\r\n
        <p>Extras *</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>70 grammes</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>1.7</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>48</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>217</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>22</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>Total</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>523 grammes</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>47.5</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>540</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>819</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>66</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p>* Aliments riches en graisses et pauvres en phosphore. Beurre, yaourt au lait entier, graisse de bœuf ou de bacon, etc.</p>\r\n
        <p>Comme indiqué plus haut, vous devez ajouter ½ à ¾ de cuillère à café de coquilles d'œufs moulues pour chaque 500 grammes de nourriture donnée. Ajoutez les suppléments nécessaires (voir plus bas).</p>\r\n
        <h2>Le régime de Nattie (1)</h2>\r\n
        <p>Pour en savoir plus sur Nattie, visitez le site original de Mary, sans qui cette page n'existerait pas : <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">www.dogaware.com</a>. A l'époque de ce régime, Nattie avait 14.5 ans, un taux de créatinine à 2.3, l'urée à 51 et une densité d'urine à 1020.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Ce régime n'est pas spécialement pauvre en protéines mais il est pauvre en phosphore. Il convient pour un chien de 20 kg (avec un total d'env. 420 g quotidiens). Adaptez les quantités en fonction du poids de votre chien.</p>\r\n
        <p>Déjeuner (env. 190 g) :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>14 g de foie ou de rognons (donnez des rognons plus souvent que du foie)</li>\r\n
        \t<li>57 g de viande hachée</li>\r\n
        \t<li>Chaque jour, ajoutez les ingrédients suivants (faites une rotation tous les 3 jours) :\r\n
        \r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Un jour sur trois, donnez un œuf entier + 1 blanc d'œuf</li>\r\n
        \t<li>Un jour sur trois, donnez 113 g de porridge de blé avec 28 g de yaourt au lait entier</li>\r\n
        \t<li>Un jour sur trois, donnez 113 g de patate douce, de courge et/ou de navet avec 28 g de yaourt au lait entier</li>\r\n
        </ul>\r\n
        </li>\r\n
        \t<li>2000 mg d'huile de saumon</li>\r\n
        \t<li>Ajoutez du calcium (½ à ¾ de cuillère à café de coquilles d'œufs moulues par livre de viande)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Dîner (env. 230 g) :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>N'enlevez pas le gras des ingrédients</li>\r\n
        \t<li>57 g d'os charnus crus</li>\r\n
        \t<li>Chaque jour, ajoutez les ingrédients suivants (faites une rotation tous les 2 jours) :\r\n
        \r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Un jour sur deux, donnez 113 g de tripes vertes</li>\r\n
        \t<li>Un jour sur deux, donnez 113 g de viande hachée</li>\r\n
        </ul>\r\n
        </li>\r\n
        \t<li>57 g de yaourt au lait entier</li>\r\n
        \t<li>Une fois par semaine, à la place des ingrédients ci-dessus, donnez 113 g de poisson avec 57 g de tripes vertes et 57 g de yaourt.</li>\r\n
        \t<li>Ajoutez du calcium (½ à ¾ de cuillère à café de coquilles d'œufs moulues par livre de viande)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Suppléments : Complexe de vitamine B, vitamine C avec bioflavonoïdes, vitamine E, vinaigre de cidre et ail cru pressé.</p>\r\n
        <h2>Le régime de Nattie (2)</h2>\r\n
        <p>Pour en savoir plus sur Nattie, visitez le site original de Mary sans qui cette page n'existerait pas : <a href="http://www.dogaware.com/">www.dogaware.com</a>.</p>\r\n
        <p>Ce régime légèrement moins riche en protéines que le précédent et également moins riche en phosphore. Il convient pour un chien de 20 kg (avec un total d'env. 455 g quotidiens). Adaptez les quantités en fonction du poids de votre chien.</p>\r\n
        <p>Petit-déjeuner (env. 100 g) :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Alternez entre les ingrédients suivants :\r\n
        \r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Un jour sur deux, donnez un œuf entier et un blanc d'œuf mélangé avec 15 g de mozzarella, de ricotta ou parfois de viande hachée.</li>\r\n
        \t<li>Un jour sur deux, donnez 57 g de rognons, 42 g de viande ou de tripes vertes.</li>\r\n
        </ul>\r\n
        </li>\r\n
        \t<li>Ajoutez du calcium (½ à ¾ de cuillère à café de coquilles d'œufs moulues par livre de viande)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Déjeuner (env. 185 g) :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>170 g de porridge de blé ou de riz</li>\r\n
        \t<li>15 g de beurre, de peau de poulet, de graisse de bœuf ou de graisse de bacon</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Dîner (env. 170 g) :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>6 jours par semaine, donnez 57 g d'os charnus et 113 g de tripes vertes en alternance avec 113 g de viande. Si vous donnez des cous de poulet ou de dinde, ajouter un peu de gras.</li>\r\n
        \t<li>1 jour par semaine, donnez 113 g de poisson et 57 g de tripes vertes ou de viande</li>\r\n
        \t<li>Ajoutez du calcium (½ à ¾ de cuillère à café de coquilles d'œufs moulues par livre de viande)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Suppléments : huile de poisson, complexe de vitamine B. vitamine E, vitamine C, coenzyme Q10.</p>\r\n
        <h2>Menu œuf et pomme-de-terre</h2>\r\n
        <p>Ce régime est pauvre en protéines, pauvre en phosphore, riche en potassium, normal en sodium.</p>\r\n
        <p>Comme indiqué précédemment, il semble que le seul cas où un régime pauvre en protéines soit nécessaire est celui d'un chien urémique, ce qui se traduit par un taux d'urée supérieur à 80mg/dl (28.6 mmol/L), par un taux de créatinine supérieur à 4.0 mg/dl (354 µmol/L) et par un chien qui montre des symptômes tels que vomissements, manque d'appétit, nausées, ulcères et léthargie, causés par l'accumulation de nitrogène dans le sang. Un régime pauvre en protéines ne prolongera pas la vie de l'animal mais l'aidera à se sentir mieux.</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>1 œuf entier, cuit</li>\r\n
        \t<li>3 tasses de pommes-de-terre, bouilles, avec la peau</li>\r\n
        \t<li>1 cuillère à soupe de graisse de poulet</li>\r\n
        \t<li>600 milligrammes de calcium</li>\r\n
        \t<li>½ tablette de minéraux multiples (n'achetez pas n'importe quoi et faites attention au phosphore)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Ce régime fournit 600 kilocalories, 15.1 grammes de protéines, 18.5 grammes de graisse, soit les besoins caloriques d'un chien de 8 kilos. Fournit 53% des besoins quotidiens en phosphore, 322% des besoins quotidiens en potassium et 144% des besoins quotidiens en sodium.</p>\r\n
        <p>Source : "Home-prepared Dog and Cat Diets, The Healthful Alternative", Donald R. Strombeck, DVM, <a href="http://www.isupress.edu/" target="_blank" rel="noopener">The Iowa State University Press</a> 2121 South State Ave., Ames Iowa 50014. 1-800-862-6657.</p>\r\n
        <h2>Menu poulet et pomme-de-terre</h2>\r\n
        <p>Ce régime est pauvre en protéines, pauvre en phosphore, riche en potassium, pauvre en sodium.</p>\r\n
        <p>Comme indiqué précédemment, il semble que le seul cas où un régime pauvre en protéines soit nécessaire est celui d'un chien urémique, ce qui se traduit par un taux d'urée supérieur à 80mg/dl (28.6 mmol/L), par un taux de créatinine supérieur à 4.0 mg/dl (354 µmol/L) et par un chien qui montre des symptômes tels que vomissements, manque d'appétit, nausées, ulcères et léthargie, causés par l'accumulation de nitrogène dans le sang. Un régime pauvre en protéines ne prolongera pas la vie de l'animal mais l'aidera à se sentir mieux.</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>¼ de tasse de poitrine de poulet</li>\r\n
        \t<li>3 tasses de pommes-de-terre, bouilles, avec la peau</li>\r\n
        \t<li>2 cuillères à soupe de graisse de poulet</li>\r\n
        \t<li>600 milligrammes de calcium</li>\r\n
        \t<li>½ tablette de minéraux multiples (n'achetez pas n'importe quoi et faites attention au phosphore)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Ce régime fournit 689 kilocalories, 18.9 grammes de protéines, 26.8 grammes de graisse, soit les besoins caloriques d'un chien d'un peu moins de 10 kilos. Fournit 45% des besoins quotidiens en phosphore, 301% des besoins quotidiens en potassium et 54% des besoins quotidiens en sodium.</p>\r\n
        <p>Source : "Home-prepared Dog and Cat Diets, The Healthful Alternative", Donald R. Strombeck, DVM, <a href="http://www.isupress.edu/" target="_blank" rel="noopener">The Iowa State University Press</a> 2121 South State Ave., Ames Iowa 50014. 1-800-862-6657.</p>\r\n
        <h2>Menu riz, bœuf et œuf</h2>\r\n
        <p>Ce régime est équilibré à pauvre en protéines et pauvre en phosphore.</p>\r\n
        <p>Utilisez du bœuf normal et non du bœuf maigre. Les quantités (390 g) conviennent pour un chien de 18 kg.</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Riz blanc cuit – 237g</li>\r\n
        \t<li>Bœuf – 78 g</li>\r\n
        \t<li>Œuf entier – 20 g</li>\r\n
        \t<li>Pain blanc – 50 g</li>\r\n
        \t<li>Huile végétale – 3 g</li>\r\n
        \t<li>Carbonate de calcium – 1.5 g</li>\r\n
        \t<li>Sel iodé – 0.5 g</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Analyse nutritionnelle :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Matière sèche : 410%</li>\r\n
        \t<li>Energie : 445 kcal/100g</li>\r\n
        \t<li>Protéines : 21.1%</li>\r\n
        \t<li>Graisse : 13.7%</li>\r\n
        \t<li>Acide linoléique : 18%</li>\r\n
        \t<li>Fibres brutes : 1.4%</li>\r\n
        \t<li>Calcium : 0.43%</li>\r\n
        \t<li>Phosphore : 0.22%</li>\r\n
        \t<li>Potassium : 0.26%</li>\r\n
        \t<li>Sodium : 0.33%</li>\r\n
        \t<li>Magnésium : 0.091</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p>Ajoutez les suppléments nécessaires (voir plus bas). Vous pouvez remplacer le riz par des céréales pour bébés (cuites) ou du porridge de blé.</p>\r\n
        <p>Source : "Small Animal Clinical Nutrition, 4th edition.", Editors: Hand, Thatcher, Remillard and Roudebush et al. Making Pet Foods at Home. Topeka, KS: Mark Morris Institute, 2000. Recette rendue disponible par Hills Petfood Prescription Diets.</p>\r\n
        <h2>Menu riz, œufs et viande</h2>\r\n
        <p>Mélangez une moitié de riz collant (riz pour sushi) cuit dans du beurre non salé avec une moitié de hamburger riche en graisses ou une moitié de viande de poulet foncée (plus pauvre en phosphore que le blanc de poulet). Ajoutez 2 blancs d'œufs cuits (pas les jaunes). Conservez les coquilles d'œufs, faites les sécher pendant la nuit et passez-les au moulin à café. Ajoutez une cuillère à café de coquilles d'œufs moulues par kilo de nourriture. Ajoutez les suppléments nécessaires (voir plus bas).</p>\r\n
        <h2>Menu blé et viande</h2>\r\n
        <p>Faites cuire du porridge au blé : versez dans l'eau bouillante le blé fraîchement moulu (ou les flocons de blé) en remuant, de manière à obtenir une bonne bouillie. Faites cuire pendant trois-quarts d'heure, à petit feu. Ajoutez 1 cuillère à café de beurre non salé par tasse. Laissez refroidir et ajoutez 2 cuillères à soupe de crème épaisse (si votre chien la supporte). Ajoutez de la viande grasse, de la peau de poulet ou de la graisse de bœuf. Ajoutez les suppléments nécessaires (voir plus bas).</p>\r\n
        <h2>Menu riz et viande</h2>\r\n
        <p>Cuisez du riz collant (riz pour sushi) et ajoutez du beurre non salé. Mélangez 1/3 de riz avec 1/3 de patates douces bouilles et 1/3 de porc, d'agneau ou de hamburger gras. Ajoutez un blanc d'œuf par tasse.</p>\r\n
        <h2>Récompenses</h2>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>2.5 tasses de farine de blé entière</li>\r\n
        \t<li>½ cuillère à café d'ail en poudre</li>\r\n
        \t<li>6 cuillères à soupe de bouillon de poulet pauvre en sodium</li>\r\n
        \t<li>½ tasse d'eau froide</li>\r\n
        \t<li>1 tasse de légumes cuits</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Mélangez tous les ingrédients et ajoutez suffisamment d'eau pour former une pâte homogène. Etalez la pâte et coupez des carrés. Faites cuire au four sur une feuille de papier sulfurisé pendant 25 minutes à 180 °C. Laissez refroidir. Conservez au réfrigérateur. Les biscuits peuvent également être congelés.</p>\r\n
        <h1>Suppléments</h1>\r\n
        <p>L'huile de saumon (pas d'huile de foie de poisson!) a démontré son efficacité pour lutter contre les dysfonctionnements des reins. Utilisez un maximum de 1000 mg pour 5 kg de poids de corps.</p>\r\n
        <p>La vitamine E est excellente pour les chiens souffrant d'insuffisance rénale et recommandée même si vous supplémentez en huiles. Donnez approximativement 50 UI par jour pour un chien de petite taille (2.5 à 12 kg), 100 UI par jour pour un chien de taille moyenne (12 à 22 kg), 200 UI par jour pour un chien de grande taille (22 à 35 kg) et 400 UI par jour pour un chien de race géante.</p>\r\n
        <p>Une étude récente chez l'être humain indique que la coenzyme Q10 peut être utile en cas de dysfonctionnement des reins. C'est un antioxydant qui ne présente pas de risques.</p>\r\n
        <p>Normalement, la vitamine C sous forme d'acide ascorbique est recommandée, ainsi vous n'ajoutez pas plus de calcium, de sodium ou de magnésium. Ces minéraux sont présents dans la forme ascorbate (qu'on donne généralement aux chiens). Donnez approximativement 100 mg deux fois par jour à un petit chien (2.5 à 12 kg), 250 mg deux fois par jour à un chien moyen (12 à 22 kg), 500 mg deux fois par jour à un chien de grande taille (22 à 35 kg) et 1000 mg deux fois par jour aux chiens plus grands. La vitamine C peut causer des diarrhées. Arrêtez le traitement si cela se produit. La vitamine C n'améliore pas la fonction rénale mais il s'agit d'une vitamine hydrosoluble qui est éliminée plus rapidement par le corps chez les chiens souffrant d'un dysfonctionnement rénal car ils boivent et urinent plus que la normale.</p>\r\n
        <p>Le complexe de vitamine B n'améliore pas la fonction rénale mais il s'agit d'une vitamine hydrosoluble qui est éliminée plus rapidement par le corps chez les chiens souffrant d'un dysfonctionnement rénal car ils boivent plus et urinent plus que la normale. Il est donc indiqué d'en donner.</p>\r\n
        <p>Les chiens présentant un dysfonctionnement rénal ne doivent pas être complémentés en vitamine D (à moins que votre vétérinaire ne vous prescrive de la vitamine D sous une forme spéciale). Il faut faire très attention lorsqu'on supplémente en vitamine A car elle peut s'accumuler en cas d'insuffisance rénale. L'huile de foie de morue est très riche en vitamines A et D et doit donc être évitée.</p>\r\n
        <p>L'aubépine peut être utile d'après Gregory Tilford, auteur de "Herbs for Pets". Il déclare : "Combinée au ginkgo biloba et à des plantes qui améliorent la fonction urinaire, l'aubépine peut être utile pour obtenir plus de sang et d'oxygène dans les artères rénales et les petits vaisseaux sanguins des reins. Ceci, en théorie, permet de ralentir la dégénérescence de tous les tissus sains des organes malades."</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>
        """
      "excerpt" => "L&rsquo;insuffisance rénale est malheureusement relativement fréquente chez les chiens. Cet article ne remplace pas l&rsquo;avis d&rsquo;un vétérinaire mais il pourra [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-dinsuffisance-renale/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "20 janvier 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1611155993
        "plus" => 1611544793
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4211
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    20 => array:12 [
      "id" => 464
      "title" => "La maladie d&rsquo;Aujeszky"
      "content" => """
        <p>C'est une maladie virale due à un virus Herpès.</p>\r\n
        <p>Les hôtes principaux de cette maladie sont le sanglier et le porc domestique. La contamination chez les suidés se fait principalement par voie vénérienne et par voie respiratoire.</p>\r\n
        <p>Même si les virus isolés chez le sanglier et le porc d'élevage sont différents, la contamination entre le porc d'élevage et le sanglier est possible.</p>\r\n
        <p>La M.A. est transmissible aux carnivores, herbivores, et rongeurs, qui s'infectent non seulement par ingestion directe de viande d'animal contaminé ou de végétaux souillés, mais également par voie transcutanée à la faveur d'une plaie.</p>\r\n
        <p>Le virus est détruit à 80°c mais résiste à la congélation.</p>\r\n
        <p>Chiens, chats et furets peuvent donc être contaminés par ingestion de viande de porc domestique ou de sanglier porteurs du virus.<br />\r\n
        L'issue est toujours fatale.</p>\r\n
        <p>Les élevages de porcs sont sous surveillance, des mesures ont été mises en place afin d'éradiquer la maladie.</p>\r\n
        <p>Les derniers cas de Maladie d'Aujeszky recensés dans un élevage de porcs datent respectivement de :</p>\r\n
        <p>- 1990 pour la Suisse, qui aujourd'hui est déclarée indemne de M.A. dans les élevages.</p>\r\n
        <p>- 2002 pour la Belgique</p>\r\n
        <p>- 2004 pour la France, dans le Loir-et-Cher. Depuis le 19 mars 2008 le France continentale est déclarée indemne de M.A. dans les élevages.</p>\r\n
        <p>Le risque de contamination par la viande de porcs d'élevage en claustration est donc très faible, mais cependant ne peut être totalement exclu.</p>\r\n
        <p>Les porcs fermiers élevés en plein air ont évidement plus de risques de côtoyer des sangliers porteurs de la maladie.</p>\r\n
        <p>La Maladie d'Aujeszky est toujours présente chez le sanglier dans toute l'Europe.<br />\r\n
        Chaque année des chiens sont contaminés après avoir été en contact lors de la chasse avec un animal infecté.</p>\r\n
        <p>Il est donc très fortement déconseillé de donner de la viande de sanglier.</p>\r\n
        <p>La Maladie d'Aujeszky :<a href="http://www.bvet.admin.ch/gesundheit_tiere/01065/01066/01067/index.html?lang=fr&amp;download=NHzLpZeg7t,lnp6I0NTU042l2Z6ln1ae2IZn4Z2qZpnO2Yuq2Z6gpJCDdn5_g2ym162epYbg2c_JjKbNoKSn6A--" target="_blank" rel="noopener"><br />\r\n
        </a></p>\r\n
        <p><a href="http://www.bvet.admin.ch/gesundheit_tiere/01065/01066/01067/index.html?lang=fr&amp;download=NHzLpZeg7t,lnp6I0NTU042l2Z6ln1ae2IZn4Z2qZpnO2Yuq2Z6gpJCDdn5_g2ym162epYbg2c_JjKbNoKSn6A--" target="_blank" rel="noopener">En Suisse</a></p>\r\n
        <p><a href="http://aeema.vet-alfort.fr/public/pdf/revue/45.15.pdf" target="_blank" rel="noopener">En France</a></p>\r\n
        <p><a href="http://www.bcfi-vet.be/fr/frinfos/frfolia/06FVF3d.pdf" target="_blank" rel="noopener">En Belgique</a><br />\r\n
        <br />\r\n
        Le Canada est déclaré indemne de la M.A. même si en 2003 des élevages porcins des Etats-Unis voisins étaient encore touchés.</p>\r\n
        <p><a href="http://www.inspection.gc.ca/francais/anima/heasan/disemala/aujesz/aujeszkyfsf.shtml" target="_blank" rel="noopener">La situation au Canada</a></p>
        """
      "excerpt" => "C&rsquo;est une maladie virale due à un virus Herpès. Les hôtes principaux de cette maladie sont le sanglier et le [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/la-maladie-daujeszky/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189553
        "plus" => 1626578353
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4212
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-dario-fernandez-ruz-6827375-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-dario-fernandez-ruz-6827375-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-dario-fernandez-ruz-6827375-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-dario-fernandez-ruz-6827375-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    21 => array:12 [
      "id" => 462
      "title" => "Problèmes gastriques et digestifs, questions fréquemment posées"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="http://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/articles-sante/89-problemes-gastriques-et-digestifs-questions-frequemment-posees">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>Les problèmes gastriques et digestifs sont souvent un souci pour les débutants. Nous allons tenter ici de répondre aux quelques questions les plus fréquemment posées.</p>\r\n
        <h1>Mon animal a la diarrhée. Que puis-je faire ?</h1>\r\n
        <p>Les deux causes les plus communes pour la diarrhée sont trop de nourriture ou trop de graisse dans la nourriture. La plupart des chiens adultes consomment 2 à 3% de leur poids. Pour les chats adultes, c’est entre 2 à 4%. Vérifiez les quantités que vous donnez et diminuez-les si nécessaire. Si cela ne résout pas le problème, essayez d’utiliser moins de graisse dans le régime alimentaire de votre animal. En cas de diarrhée, il est souvent judicieux de faire jeûner votre animal pendant 12 à 24 heures (attention tout de même de ne pas faire jeûner les chats trop longtemps) afin d’aider le système digestif à se reposer pour mieux se remettre en route.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Si votre animal a une diarrhée liquide et continue depuis plus de 24 heures, parlez-en à votre vétérinaire. Cela peut causer une déshydratation, qui peut s’avérer très grave. Votre chien peut avoir besoin d’être réhydraté.<br />\r\n
        <br />\r\n
        L’intolérance au gluten (présent dans les céréales) peut également être une cause de diarrhée. Dans d’autres cas, l’animal peut développer des allergies alimentaires si son régime alimentaire ne lui fournit pas une variété suffisante de protéines.<br />\r\n
        Souvent, il est utile de donner au chien (pas aux chats ou aux furets) un peu de purée de courge. Pour les petits chiens, donnez une cuillère à café. Pour les chiens de taille moyenne, deux cuillères à café et une cuillère à soupe pour les grands chiens. Les fibres agissent en aidant l’absorption de l’humidité dans le grand intestin. Soyez tout de même prudent avec les fibres. L’utilisation continue de grandes quantités de fibres (céréales, amidons, fruits, pois et légumes) peut conduire à un travail excessif du conduit digestif puisque les carnivores sont faits pour digérer les protéines et les graisses animales.</p>\r\n
        <h1>La diarrhée s’est arrêtée, mais mon animal vomit. Que puis-je faire ?</h1>\r\n
        <p>Tout comme avec la diarrhée, assurez-vous que votre animal ne soit pas déshydraté. Consultez toujours votre vétérinaire en cas de vomissements inquiétants.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Le gingembre est une bonne astuce pour arrêter les nausées. Il peut être donné sous forme de poudre, de teinture ou même de biscuits au gingembre. Le jus de chou est également utile pour contrôler les nausées. Faites bouillir un chou pendant 20 minutes et donnez le jus refroidi. Donnez 1 ml pour 5kg de poids vif.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Il existe également des médicaments qui peuvent stopper les nausées. Consultez toujours votre vétérinaire pour connaître le bon dosage.</p>\r\n
        <h1>Parfois je vois des morceaux d’os dans les selles de mon animal. Dois-je m’inquiéter ?</h1>\r\n
        <p>Cela n’est pas inhabituel. Beaucoup de propriétaires nourrissant au cru ont déjà rencontré ce problème. Souvent, cela signifie que votre animal a eu trop à manger ou que les os que vous donnez sont durs (bœuf, agneau, etc.). Ces morceaux d’os ne sont pas forcément dangereux, mais cela signifie certainement que votre animal a eu des difficultés à digérer un repas trop important ou des os trop durs. Essayez des os plus mous, comme du poulet ou de la dinde. Soyez quand même prudent. Ce n’est pas grave si vous voyez une ou deux fois des morceaux d’os dans les selles, mais cela doit rester occasionnel.</p>\r\n
        <h1>Même après avoir modifié le régime alimentaire de mon animal, il a toujours la diarrhée.</h1>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="http://www.psych-times.com/wp-content/uploads/2012/01/Toilet-Dog.jpg" alt=" " height="480" border="0" />Dans ce cas, il n’est pas inutile de prélever un échantillon de selles et de faire un checkup chez votre vétérinaire. Si le régime alimentaire n’est pas en cause, les raisons peuvent être multiples : parasite, bactéries et/ou inflammation de la paroi intestinale.</p>\r\n
        <h2>Parasites</h2>\r\n
        <p>Les parasites sont une cause courante de diarrhée. Commencez toujours par écarter d’abord cette possibilité avec votre vétérinaire. Ces parasites peuvent être notamment des vers ronds, des giardia ou des ankylostomes. Une fois que ces pathologies sont identifiées, le traitement (vermifuge) supprime la cause de la diarrhée.</p>\r\n
        <h2>La colonisation bactérienne chronique de l’intestin grêle</h2>\r\n
        <p>C’est une prolifération bactérienne qui devient de plus en plus commune chez les chiens. Cette pathologie conduit à la formation de selles volumineuses, d’une perte de poids et souvent d’une perte de l’appétit.</p>\r\n
        <h2>Le syndrome du colon irritable</h2>\r\n
        <p>Les symptômes du colon irritable se traduisent par de la diarrhée et des vomissements, qui sont causés par une inflammation de la paroi intestinale. Cette maladie peut être chronique ou due au stress.</p>\r\n
        <h2>Insuffisance pancréatique exocrine</h2>\r\n
        <p>L’IPE est une maladie lors de laquelle le pancréas ne secrète pas les enzymes nécessaires à la digestion de la nourriture. Un examen médical complet est nécessaire pour diagnostiquer cette maladie et un traitement à base d’enzymes doit être administré. Les symptômes de l’IPE sont des selles volumineuses, grisâtres et malodorantes, une augmentation de l’appétit, une perte de poids, des flatulences, de forts bruits dans l’estomac, etc. Le pancréas ne fabricant plus d’enzymes pour digérer la nourriture, peu importe quelles sont les quantités de nourritures ingérées, elles ne seront pas digérées et l’animal finira par mourir de faim. La perte de poids est rapide.</p>\r\n
        <h2>Gastroentérite hémorragique</h2>\r\n
        <p>La gastroentérite hémorragique est une maladie du chien caractérisée par des vomissements et une diarrhée contenant du sang. Les vomissements peuvent survenir plus tard. Les races naines sont plus touchées mais les chances de récupération sont bonnes si la maladie est traitée.</p>\r\n
        <h1>Quels sont les suppléments qui peuvent être utiles en cas de diarrhée et de problèmes gastriques ?</h1>\r\n
        <p>Il existe plusieurs suppléments alimentaires importants qui peuvent fournir une aide précieuse en cas de troubles digestifs. En voici quelques uns particulièrement utiles.</p>\r\n
        <h2>Les probiotiques</h2>\r\n
        <p>Il s’agit d’un mélange de bactéries qui aident à la digestion, empêchent les maux de ventre et aident à booster le système immunitaire. Les antibiotiques tuent sans distinction les bonnes bactéries en même temps que les mauvaises et il est important de reconstituer la flore intestinale après un traitement aux antibiotiques. Des saines quantités de ces bactéries amies aident également à combattre les crampes intestinales.</p>\r\n
        <h2>La L-Glutamine</h2>\r\n
        <p>La L-Glutamine est un acide aminé qui a montré des résultats prometteurs ces dernières années dans les traitements du système digestif. Des études ont montré qu’elle aide à réparer les tissus intestinaux au niveau cellulaire et qu’elle est un précurseur du glutathion, un antioxydant. La L-Glutamine est également une aide pour restaurer l’atrophie musculaire. Elle permet également de réduire l’excès d’eau dans le gros intestin, ce qui est utile pour les chiens sujets à la diarrhée.</p>\r\n
        <h2>Les enzymes digestives</h2>\r\n
        <p>Il y a plusieurs sortes d’enzymes qui servent à digérer la nourriture. La protéase digère les protéines, la lipase digère les graisses et l’amylase digère les hydrates de carbone. Il y a beaucoup d’enzymes qui entrent dans chaque catégorie et chaque étape de la digestion utilise des enzymes différentes. Les animaux qui ont un conduit intestinal irrité ont des difficultés pour digérer la nourriture. Un apport en enzymes digestives aide à digérer les aliments et fournit une meilleure nutrition dans l’intestin grêle. Certaines enzymes végétales aident à combattre l’inflammation. La plus utile est la broméline, une enzyme que l’on trouve dans l’ananas. La pancrélipase est également utilisée pour la digestion des graisses, alors que la trypsine réduit l’inflammation et accélère la guérison du conduit intestinal.</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <p>Sources :</p>\r\n
        <p><a href="http://www.entirelypets.com/" target="_blank" rel="noopener">www.entirelypets.com</a><br />\r\n
        <a href="http://www.copypastearticles.com/" target="_blank" rel="noopener">www.copypastearticles.com</a><br />\r\n
        <a href="http://www.healthypets.com/" target="_blank" rel="noopener">www.healthypets.com</a><br />\r\n
        <a href="http://www.upei.ca/" target="_blank" rel="noopener">www.upei.ca</a><br />\r\n
        <a href="http://www.canismajor.com/" target="_blank" rel="noopener">www.canismajor.com</a><br />\r\n
        <a href="http://www.b-naturals-com/" target="_blank" rel="noopener">www.b-naturals-com</a><br />\r\n
        <a href="http://fr.wikipedia.org/" target="_blank" rel="noopener">fr.wikipedia.org</a><br />\r\n
        <a href="http://en.wikipedia.org/" target="_blank" rel="noopener">en.wikipedia.org</a><br />\r\n
        <a href="http://www.hartz.com/" target="_blank" rel="noopener">www.hartz.com</a></p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Auteur &amp; Traduction : <a href="https://www.tribu-carnivore.com/phpBB2/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=2&amp;phpMyAdmin=2kFzkHKnBTug3xVXn2X6RAmvJt7" target="_blank" rel="noopener">Emma</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "Les problèmes gastriques et digestifs sont souvent un souci pour les débutants. Nous allons tenter ici de répondre aux quelques [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/problemes-gastriques-et-digestifs-questions-frequemment-posees/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189525
        "plus" => 1626578325
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4213
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-garrison-gao-8328724-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-garrison-gao-8328724-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-garrison-gao-8328724-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-garrison-gao-8328724-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    22 => array:12 [
      "id" => 460
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant de maladies du cœur"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="http://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/articles-sante/90-regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-de-maladies-du-coeur">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>D’une manière générale, les régimes de type BARF ou Raw Feeding conviennent bien aux animaux souffrant de problèmes cardiaques car ils sont riches en protéines de haute qualité.</p>\r\n
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <p>En cas de problème cardiaque, donnez du cœur, comme par exemple du cœur de bœuf ou de poulet, environ 4 ou 5 fois par semaine, de préférence cru. Vous pouvez également donner du céleri, du persil, de la pastèque ou des feuilles de dent de lion. Les dents de lion, les bananes et les pommes aident à combler la perte de potassium conséquente à une administration de diurétiques.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://b-naturals.com/Aug2004.php" target="_blank" rel="noopener">http://b-naturals.com/Aug2004.php</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.thorne.com/media/heart_disease_dogs.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://www.thorne.com/media/heart_disease_dogs.pdf</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.drschoen.com/articles_L1_14.html" target="_blank" rel="noopener">http://www.drschoen.com/articles_L1_14.html</a> (en)<br />\r\n
        <br />\r\n
        Les chats et les chiens déficients en taurine peuvent développer une cardiomyopathie congestive. Les carences en taurine surviennent surtout chez les animaux nourris avec des aliments industriels (croquettes, boîtes). L’adjonction de viande crue aide à contrecarrer les carences en taurine. Les races sujettes à ce type de pathologie sont le doberman pinscher, les cocker spaniel, le golden retriever et le boxer.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://www.akcchf.org/research/articles/whitepapers/01breedersymp.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://www.akcchf.org/research/articles/whitepapers/01breedersymp.pdf</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.dpfa.org/dcm.html" target="_blank" rel="noopener">http://www.dpfa.org/dcm.html</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.sunnysidefarm.com/cardio.html" target="_blank" rel="noopener">http://www.sunnysidefarm.com/cardio.html</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://www.thorne.com/media/heart_disease_dogs.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://www.thorne.com/media/heart_disease_dogs.pdf</a> (en)</p>\r\n
        <h1>Suppléments naturels</h1>\r\n
        <p>La L-Carnitine est un acide aminé qui aide au maintien d’un cœur fort. Donnez 500 mg pour un petit chien, 1'000 mg pour un chien moyen et 2'000 mg pour un grand chien, deux fois par jour. Donnez la forme libre et n’utilisez jamais la forme synthétique (D-Carnitine ou DL-Carnitine). Notez que la Carnitine se trouve en abondance dans la viande rouge (spécialement dans le bœuf) et dans les produits laitiers. Les compléments d’acides aminés fonctionnent mieux s’ils sont donnés en dehors des repas.</p>\r\n
        <p><img class="alignright" src="http://puppytoob.com/wp-content/uploads/sites/3/2013/08/dog-heartworms-stethoscope.jpg" border="0" />La taurine est un autre acide aminé bon pour le cœur. 500 mg pour un petit chien, 1'000 mg pour un chien moyen et 1’500 mg pour un grand chien.</p>\r\n
        <p>La coenzyme Q10. Dosage : 2 mg par kilo de corps, divisé en 2 prises. La CoQ10 a une plus haute biodisponibilité sous forme d’huile que sous forme de comprimés.</p>\r\n
        <p>L’huile de poisson (poisson entier, et non huile de foie de poisson) et l’huile de graines de lin fournissent des omégas-3 utiles au bon fonctionnement du cœur. L’huile de poisson est mieux utilisée que l’huile de graines de lins. Les omégas-3 peuvent aider en cas d’arythmie. Lorsque vous supplémentez en huiles, n’oubliez pas de donner également de la vitamine E (200 à 400 mg par jour) qui est par ailleurs également bénéfique pour le cœur.</p>\r\n
        <p>Les autres compléments pouvant s’avérer utiles sont les complexes de vitamine B, le sélénium (env. 1 mcg par kilo de poids de corps), la vitamine C (250 à 500 mg deux fois par jour), la vitamine E (200 à 400 UI par jour) et l’ail (une gousse pressée par jour pour les grands chiens, une demi pour les chiens moyens et un quart pour les petits chiens.</p>\r\n
        <p>L’Arjuna semble bien fonctionner en améliorant la fonction cardiaque et la fonction de « pompage » effectuée par le cœur. Cette herbe est recommandée en cas d’insuffisance cardiaque, d’hypertension ou d’angine de poitrine.</p>\r\n
        <p><a href="http://www.holistic-online.com/Herbal-Med/_Herbs/h126.htm" target="_blank" rel="noopener">http://www.holistic-online.com/Herbal-Med/_Herbs/h126.htm</a> (en)</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "D’une manière générale, les régimes de type BARF ou Raw Feeding conviennent bien aux animaux souffrant de problèmes cardiaques car [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-de-maladies-du-coeur/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189492
        "plus" => 1626578292
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4215
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-emre-vonal-7741801-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-emre-vonal-7741801-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-emre-vonal-7741801-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-emre-vonal-7741801-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    23 => array:12 [
      "id" => 458
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant de diarrhée passagère"
      "content" => """
        <p>La diarrhée peut avoir beaucoup de causes très diverses, tels que des vers (ou d’autres parasites), une cause virale, un empoisonnement alimentaire, une trop grande quantité de nourriture, certains suppléments comme la levure de bière, trop de vitamine C, trop de graisses etc</p>\r\n
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <p>Si la diarrhée dure plus de deux jours ou qu’elle est accompagnée d’autres symptômes tels que des vomissements, consultez votre vétérinaire afin d’en déterminer la cause et de vous assurer que votre chien ne se déshydrate pas. La diarrhée peut être le symptôme d’un problème plus grave.</p>\r\n
        <p>Lors de diarrhées occasionnelles, sans autres symptômes, vous pouvez essayer l’une ou l’autre des options suivantes.</p>\r\n
        <p>Faites jeûner le chien pendant 24 heures pour que l’intestin ait le temps de se reposer. Si on lui en donne l’opportunité, l'évolution sera rapide. Mais si de la nourriture continue à irriter le conduit intestinal, la diarrhée va se poursuivre et votre chien risque de se déshydrater ou de rencontrer d’autres problèmes. Pour les chiots et les très petites races, il est préférable de limiter le jeûne à 12 heures. Assurez-vous que votre animal boive assez d’eau lorsqu’il a de la diarrhée afin d’éviter la déshydratation. </p>\r\n
        <p>Après le jeûne, servez des repas petits et fréquents, si possible. Donnez du blanc de poulet ou de dinde, sans apport d'os (risque d'occlusion dû à l'accélération du transit).</p>\r\n
        <p>Ajoutez de la courge réduite en purée à la nourriture. La courge aide à absorber le liquide présent dans le tube digestif et fournit des fibres servant à raffermir les selles. Ne donnez que de petites quantités à la fois (de grandes quantités produisent l’effet inverse).</p>\r\n
        <h1>Suppléments naturels</h1>\r\n
        <p>La L-Glutamine aide contre la diarrhée. ( <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Glutamine">https://fr.wikipedia.org/wiki/Glutamine</a> )</p>\r\n
        <p>Le psyllium blond ( <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Plantago_ovata">https://fr.wikipedia.org/wiki/Plantago_ovata</a> ) </p>\r\n
        <p>L'argile blanche saupoudrée sur la gamelle. (Attention, elle tapissera l'estomac. Ne pas donner aux chiens qui reçoivent une médication car l'absorption ne sera pas idéale.)</p>\r\n
        <p>Les enzymes digestives aident les chiens qui ont des problèmes à digérer les graisses (pathologie pancréatique chronique).</p>\r\n
        <p>Le carbo-levure est très efficace. Choisissez l'emballage pour enfants.</p>\r\n
        <p>Le bicarbonate alimentaire peut également aider à la digestion.</p>\r\n
        <p>Il est mieux de donner des probiotiques après la diarrhée car ils peuvent chasser les bonnes bactéries.</p>\r\n
        <p><a href="https://www.vismedicatrixnaturae.fr/sante-generale-1/les-micro-organismes-efficaces/">https://www.vismedicatrixnaturae.fr/sante-generale-1/les-micro-organismes-efficaces/</a></p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>
        """
      "excerpt" => "La diarrhée peut avoir beaucoup de causes très diverses, tels que des vers (ou d’autres parasites), une cause virale, un [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-de-diarrhee-passagere/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "1 février 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1612137764
        "plus" => 1612612964
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4217
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/06/logo.svg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/06/logo.svg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/06/logo.svg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/06/logo.svg"
      ]
      "video" => null
    ]
    24 => array:12 [
      "id" => 456
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant de divers troubles gastro-intestinaux"
      "content" => """
        <p>Les maladies telles que l’inflammation du côlon, le côlon irritable et les colites peuvent causer des diarrhées fréquentes et peuvent même être mortelles dans certains cas.</p>\r\n
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <p>Bien qu’il puisse y avoir moult causes à ce type de maladies, il paraît évident que celle qui revient le plus souvent est l’intolérance aux céréales présentes dans l’alimentation. La plupart des chiens qui passent à un type d’alimentation BARF ou Raw Feeding voient leur état de santé s’améliorer. Généralement, ils se sentent mieux qu’ils ne l’ont jamais été durant toute leur vie. D’une manière générale, abandonnez les céréales et les aliments à base d’amidon tels que les pommes de terre ou le maïs, limitez l’apport de fibres (par les légumes) et évitez les produits laitiers.<br />\r\n
        <br />\r\n
        En ce qui concerne les légumes, choisissez du brocoli, du chou, du céleri ou des légumes à feuilles vertes foncées, toujours mixés en purée.</p>\r\n
        <h1>Suppléments naturels</h1>\r\n
        <p>La L-Glutamine aide contre la diarrhée.</p>\r\n
        <p>La poudre de liber (partie intérieur de l’écorce) d’orme rouge en décoction semble efficace conte la diarrhée. Le Dr Pitcairn explique comment la préparer. Mélangez une cuillère à café bombée de poudre de liber d’orme rouge dans une tasse d’eau froide. Portez à ébullition en remuant constamment. Baissez le feu et continuez à remuer pendant 2 ou 3 minutes jusqu’à ce que le liquide épaississe un peu. Enlevez la casserole du feu et ajoutez une cuillère à soupe de miel (seulement pour les chiens) et mélangez bien. Faites refroidir à température ambiante et donnez ½ à 1 cuillère à café pour les chiens en dessous de 10 kg, 2 cuillères à café à 2 cuillères à soupe pour les chiens entre 10 et 20 kg et 3 à 4 cuillères à soupe pour les chiens de plus de 20 kg. Donnez cette dose 4 fois par jour ou toutes les 4 heures. Couvrez le mélange et conservez à température ambiante (2 jours).</p>\r\n
        <p><a href="http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=orme_rouge_ps" target="_blank" rel="noopener">Passeport santé</a> (fr)</p>\r\n
        <p>Les enzymes digestives aident les chiens qui ont des problèmes à digérer les graisses.</p>\r\n
        <p>Il est mieux de donner des probiotiques après la diarrhée car ils peuvent chasser les bonnes bactéries.</p>\r\n
        <p><a href="http://www.barf.fr/produits/em1.htm" target="_blank" rel="noopener">http://www.barf.fr/produits/em1.htm</a> (fr)</p>\r\n
        <p>Certaines études ont démontré l’efficacité des acides gras oméga-3 dans le cas d’inflammations intestinales. L’huile de poisson et l’huile de graines de lin fournissent des omégas-3. L’huile de poisson est mieux utilisée que l’huile de graines de lins. Lorsque vous supplémentez en huiles, n’oubliez pas de donner également de la vitamine E (200 à 400 mg par jour).</p>\r\n
        <p>La glucosamine N-Acetyl est une forme de glucosamine qui aide à réparer la paroi intestinale. On en trouve dans les magasins spécialisés.</p>\r\n
        <p>L’huile de noix de coco contient des chaînes moyennes de triglycérides qui sont une forme de graisse ne requiertant pas le même type de digestion que les autres sortes de graisses, et qui peuvent ainsi être utilisées pour des chiens présentant des problèmes de pancréas ou une intolérance aux graisses. Utilisez de l’huile de noix de coco vierge. Donnez 1 cuillère à café pour 5 kg de poids de corps. Commencez avec moins et augmentez graduellement.</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>
        """
      "excerpt" => "Les maladies telles que l’inflammation du côlon, le côlon irritable et les colites peuvent causer des diarrhées fréquentes et peuvent [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-de-divers-troubles-gastro-intestinaux/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189428
        "plus" => 1626578228
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4218
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    25 => array:12 [
      "id" => 454
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant de maladies du foie"
      "content" => """
        <p>Les régimes alimentaires pour des chiens présentant des maladies du foie prêtent à controverse. Il n’est pas rare de se voir recommander des régimes pauvres en protéines, mais des études récentes indiquent qu’un taux trop bas de protéines peut faire empirer les problèmes de foie. Les régimes pauvres en graisse sont également souvent recommandés mais ils sont nécessaires uniquement pour les chiens présentant des problèmes d’assimilation des graisses.</p>\r\n
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <p>En général, il n’y a pas lieu de changer le régime alimentaire du chien, à moins que celui-ci soit atteint d’une encéphalopathie hépatique. (Ndlt: L'encéphalopathie hépatique est un syndrome neuropsychiatrique complexe caractérisé par des modifications de l'état de conscience et du comportement, des changements de personnalité, des signes neurologiques et des changements à l'électroencéphalogramme (EEG).) En cas d’encéphalopathie hépatique, il est important de réduire la quantité d’ammonium présente dans le système. C’est à ce moment là que des restrictions de protéines s’avèrent nécessaires. La viande rouge produit plus d’ammonium et devrait être utilisée seulement en petites quantités, ou pas du tout. Le cottage cheese et les œufs sont de bonnes sources de protéines pauvres en ammonium. Cependant, même avec une chien présentant une encéphalopathie hépatique, il faut veille à ne pas trop réduire la quantité de protéines.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Si votre chien présente des symptômes de maladie du foie, il est utile de procéder à quelques ajustements diététiques. Il est préférable de donner plusieurs petits repas dans la journée plutôt qu’un ou même deux repas. Les produits laitiers tels que le cottage cheese, la ricotta ou le yaourt sont plus faciles à digérer et produisent moins d’ammonium que les produits carnés. Les œufs et le poisson blanc sont d’excellentes sources de protéines pour les chiens souffrant de maladies du foie ou d’insuffisance hépatique.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Les maladies du foie peuvent justifier l’adjonction de céréales dans le régime alimentaire puisque les fibres solubles évacuent l’ammonium du système de façon à ce que le foie n’ait plus besoin de le transformer. L’avoine est particulièrement riche en fibres solubles et serait idéalement le meilleur produit à utiliser, pour autant que votre chien n’ait pas de problème avec cet aliment. La proportion de viande par rapport aux céréales devrait être de 50% ou plus. Il est déconseillé de donner une alimentation contenant moins de 50% de protéines, à moins que votre chien ait une encéphalopathie hépatique. Vous devriez également surveiller le niveau d’albumine afin de vous assurer que votre chien ne souffre pas d’une insuffisance en protéines.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Il semblerait que certains fruits protègent le foie. Il s’agit notamment de la pastèque, du pamplemousse, du lychee, de la figue, de la cerise, de la poire japonaise et de la papaye.</p>\r\n
        <h1>La recette du Dr Pitcairn</h1>\r\n
        <p>Cette recette est extraite du livre "Dr. Pitcairn's Complete Guide To Natural Health For Dogs and Cats" par Richard H. Pitcairn, D.V.M., Ph.D. &amp; Susan Hubble Pitcairn. Elle est spécialement conçue pour les chiens souffrant du foie. Ce régime ne convient absolument pas aux chats et aux furets. Consultez la rubrique « livres » pour plus d’informations sur l’ouvrage du Dr Pitcairn.<br />\r\n
        Ingrédients :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>125 grammes de viande hachée pauvre en graisses</li>\r\n
        \t<li>2 ¾ tasses de riz blanc cuit</li>\r\n
        \t<li>1 œuf cru</li>\r\n
        \t<li>600 milligrammes de calcium (lactate de calcium, gluconate de calcium ou 1/3 de cuillère à café de coquilles d’œufs en poudre.</li>\r\n
        \t<li>1/8 de cuillère à café de sel ionisé</li>\r\n
        \t<li>2 cuillères à soupe de persil, de carottes finement râpées ou d’autres légumes</li>\r\n
        \t<li>½ à 1 gousse d’ail pressée</li>\r\n
        \t<li>Vitamines pour chiens</li>\r\n
        \t<li>20 mg de complexe vitaminé B</li>\r\n
        \t<li>5'000 UI de vitamine A</li>\r\n
        \t<li>1'000 milligrammes de vitamine C (¼ de cuillère à café d’ascorbate de sodium)</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Mélangez tous les ingrédients et servez cru. Occasionnellement, substituez 1 à 3 cuillères à café de foie à une partie de la viande. Donnez autant que le chien veut manger. Cette recette convient pour un chien de 20 kilos environ.</p>\r\n
        <h1>Le régime du Dr. Jean Dodds</h1>\r\n
        <p>Le Dr. Jean Dodds recommande un régime de nettoyage du foie pour les chiens souffrant de problèmes au foie. Il est cependant très important de comprendre que ce type de régime s’avère bénéfique uniquement pour les chiens souffrant de problèmes sévères causant une encéphalopathie hépatique. Ce n’est pas un régime équilibré et il n’est pas indiqué si votre chien présente simplement un niveau élevé d’enzymes hépatiques. Quoi qu’il en soit, on peut imaginer d’utiliser ce régime sur une courte période (pas plus de deux mois) si votre chien a des problèmes de foie et si cela vous rassure, pour autant que votre chien le supporte. Si votre chien souffre d’une encéphalopathie hépatique et a besoin d’un régime fortement limité, ce régime peut être approprié, bien que plus de variété serait préférable. Ce régime ne convient absolument pas aux chats et aux furets.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Voici la recette du régime du Dr Dodds :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>1 tasse et demie de pommes de terre blanches</li>\r\n
        \t<li>1 tasse et demie de patates douces</li>\r\n
        \t<li>1 tasse et demie de courgettes</li>\r\n
        \t<li>1 tasse et demie de haricots verts, de céleri ou de courges d’été</li>\r\n
        \t<li>2 tasses de filet de lieu noir, de morue ou de tout autre poisson blanc pauvre en graisses</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Lavez les pommes de terre et coupez-les en deux. Faites les bouillir 45 minutes à 1 heure et enlevez la peau. Lavez les courgettes et coupez-les en morceaux. Faites-les cuire avec les haricots, le céleri ou la courge d’été jusqu’à ce qu’ils soient très tendres. Pochez le poisson dans de l’eau jusqu’à ce qu’il devienne blanc et qu’il se détache. Mixez tout les ingrédients ensemble jusqu’à obtenir un mélange homogène. Nourrissez votre chien 3 à 4 fois par jour afin de réduire l’effort fait par le foie.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://www.canine-epilepsy-guardian-angels.com/liver_diet.htm" target="_blank" rel="noopener">http://www.canine-epilepsy-guardian-angels.com/liver_diet.htm</a> (en)</p>\r\n
        <h1>Le régime miracle de Sunny</h1>\r\n
        <p>Ce régime semble avoir sauvé Sunny, un Cairn Terrier atteint d’une cirrhose en phase terminale. Ce régime n’est pas aussi pauvre en protéines que celui du Dr Dodds et constitue de ce fait un meilleur choix pour la plupart des chiens. Ce régime ne convient absolument pas aux chats et aux furets.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Voici la recette du régime de Sunny :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>1.5 kg de dinde hachée</li>\r\n
        \t<li>3 tasses de riz brun</li>\r\n
        \t<li>1 tasse de riz blanc</li>\r\n
        \t<li>¼ de cuillère à café d’ail en poudre</li>\r\n
        \t<li>11 tasses d’eau</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Mettez tous les ingrédients dans l’eau, portez à ébullition, couvrez et faites cuire à feu doux pendant 45 minutes. Ajoutez un sachet de légumes variés et un sachet de brocoli coupé en morceaux, remuez, couvrez et faites cuire encore 5 minutes. Ajoutez une tasse de flocons d’avoine (¼ de tasse à la fois).<br />\r\n
        Les flocons d’avoine donnent de la consistance à la nourriture. Il n’y a pas vraiment besoin de les cuire. La chaleur du riz et des autres ingrédients les rendent comestibles. Cette préparation se conserve au moins une semaine au réfrigérateur.<br />\r\n
        Deux fois par semaine, vous pouvez ajouter un œuf poché ou ¼ de tasse de cottage cheese non gras.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://members.aol.com/stars4kk/miraclediet.html" target="_blank" rel="noopener">http://members.aol.com/stars4kk/miraclediet.html</a> (en)</p>\r\n
        <h1>Suppléments naturels</h1>\r\n
        <p>Le Chardon-Marie est une plante qui est utilisée pour traiter le diabète ou une insuffisance hépatique. Dosage :</p>\r\n
        <table border="1" cellspacing="0" cellpadding="5" align="center">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>Poids du chien</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p><strong>% de la dose humaine</strong></p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p>2.5 kg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>10%</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p>2.5 à 5 kg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>15%</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p>5 à 10 kg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>20%</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p>10 à 20 kg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>30%</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p>20 à 35 kg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>50%</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p>35 à 50 kg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>75%</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr class="main">\r\n
        <td>\r\n
        <p>50 kg</p>\r\n
        </td>\r\n
        <td>\r\n
        <p>100%</p>\r\n
        </td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <p><br />\r\n
        <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Chardon-Marie" target="_blank" rel="noopener">http://fr.wikipedia.org/wiki/Chardon-Marie</a> (fr)<br />\r\n
        <a href="http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=chardon_marie_ps" target="_blank" rel="noopener">Passeport santé</a> (fr)<br />\r\n
        <a href="http://www.canine-epilepsy-guardian-angels.com/milk_thistle.htm" target="_blank" rel="noopener">http://www.canine-epilepsy-guardian-angels.com/milk_thistle.htm</a> (en)<br />\r\n
        <br />\r\n
        <img class="alignright" src="https://www.tribu-carnivore.com/cache/datsogallery_catid-1_360x360_0/C31EE4C47BB6-1.jpg" alt=" " border="0" />Le lactulose est un supplément recommandé pour faire baisser le taux d’ammonium si des signes d’encéphalopathie hépatique sont présents.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Evitez les compléments à base de cuivre ou les aliments riches en cuivre tels que les abats car le cuivre peut s’accumuler dans le foie si la l’excrétion de bile est réduite, causant ainsi des dommages. En cas de problèmes de foie aigus, l’apport en cuivre et en sodium doit être sévèrement limité.<br />\r\n
        <br />\r\n
        <a href="http://www.auntjeni.com/copper.htm" target="_blank" rel="noopener">http://www.auntjeni.com/copper.htm</a> (en)<br />\r\n
        <br />\r\n
        Afin d’aider la digestion des graisses, des enzymes digestives, de la pancréatine, de la bétaïne ou de la bile de bœuf peuvent être utilisées. L’acide aminé L-Carnitine aide au métabolisme des graisses et la L-Arginine peut aider à réduire le taux d’ammonium. Les chiens ayant des problèmes pour absorber les graisses peuvent être nourris avec un régime pauvre en graisses et en utilisant des chaînes moyennes de triglycérides, une forme de graisse présente dans les produits laitiers et dans l’huile de noix de coco. Utilisez de l’huile de noix de coco vierge. Donnez 1 cuillère à café pour 5 kg de poids de corps. Commencez avec moins et augmentez graduellement.<br />\r\n
        <br />\r\n
        Vous pouvez également donner d’autres compléments très utiles tels que la vitamine B (complexe), l’ail (aide à digérer les graisses), la vitamine E et la vitamine C. Les algues et l’alfalfa sont de bonnes sources de minéraux. La vitamine A doit être limitée en cas de problème hépatique. Ne donnez jamais d’huile de foie de morue et des quantités de foie très limitées. La vitamine C ne devrait pas être donnée à des chiens souffrant d’une rétention de cuivre.</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>
        """
      "excerpt" => "Les régimes alimentaires pour des chiens présentant des maladies du foie prêtent à controverse. Il n’est pas rare de se [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-de-maladies-du-foie/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189406
        "plus" => 1626578206
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4219
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-3296396-scaled-e1626617473691-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-3296396-scaled-e1626617473691-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-3296396-scaled-e1626617473691-1708x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-cottonbro-3296396-scaled-e1626617473691-1708x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    26 => array:12 [
      "id" => 452
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant d&rsquo;insuffisance pancréatique"
      "content" => """
        <p>Les symptômes d’une insuffisance pancréatique exocrine incluent notamment une augmentation de l’appétit, des selles volumineuses, odorantes, grasses et de couleur grisâtre, une perte de poids, des gaz, des borborygmes, etc. Le pancréas du chien ne produit plus assez d’enzymes digestives et, par conséquent, quelle que soit la quantité de nourriture ingérée, ils ne peuvent plus digérer la nourriture et donc assimiler les nutriments.</p>\r\n
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <p class="main">On se tournera vers un régime pauvre en graisses pour les chiens souffrant d’insuffisance pancréatique exocrine. Il est également conseillé de donner de la nourriture hautement digeste et, par conséquent, on évitera les hydrates de carbone.</p>\r\n
        <h1>Suppléments naturels</h1>\r\n
        <p>L’animal doit être traité avec des enzymes spécifiques, qui seront prescrites par un vétérinaire.</p>\r\n
        <p>Du côté des compléments naturels, les chaînes moyennes de triglycérides peuvent constituer une alternative intéressante puisque des études ont montré que la digestion de ces graisses est réduite de 25% chez des chiens atteints d’insuffisance pancréatique exocrine, alors que la digestion des chaînes longues de triglycérides est réduite de 95%. Les chaînes moyennes de triglycérides sont une forme de graisse qui est présente dans les produits laitiers et dans l’huile de noix de coco. Utilisez de l’huile de noix de coco vierge. Donnez 1 cuillère à café pour 5 kg de poids de corps. Commencez avec moins et augmentez graduellement.</p>\r\n
        <p><a href="http://www.peteducation.com/article.cfm?cls=2&amp;articleid=331" target="_blank" rel="noopener">http://www.peteducation.com/article.cfm?cls=2&amp;articleid=331</a> (en)<br />\r\n
        <a href="http://purina.ca/images/articles/pdf/MediumChainTriglyceridesIn.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://purina.ca/images/articles/pdf/MediumChainTriglyceridesIn.pdf</a> (en)</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>
        """
      "excerpt" => "Les symptômes d’une insuffisance pancréatique exocrine incluent notamment une augmentation de l’appétit, des selles volumineuses, odorantes, grasses et de couleur [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-dinsuffisance-pancreatique/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189342
        "plus" => 1626578142
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4223
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-andrew-neel-2248516-scaled-e1626617005179-1707x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    27 => array:12 [
      "id" => 450
      "title" => "Régime en cas d&rsquo;un syndrôme de prolifération bactérienne dans l&rsquo;intestin grêle"
      "content" => """
        <p>Les symptômes du syndrome de prolifération bactérienne dans l’intestin grêle incluent des borborygmes, beaucoup de gaz, des selles plus volumineuses et, souvent, une perte de l’appétit et une perte de poids.</p>\r\n
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <p>On conseille des aliments hautement digestes et surtout pauvres en graisses. Un aliment hautement digeste et à teneur réduite en graisses permet de diminuer la quantité de graisses non absorbées. En outre, ce type d’aliment contient moins d’ingrédients que les bactéries peuvent transformer en substances provoquant la diarrhée et est plus facilement assimilé par une muqueuse intestinale qui a perdu une partie de sa fonctionnalité.<a href="http://www.vet-lyon.fr/bib/fondoc/th_sout/dl.php?file=2006lyon094.pdf" target="_blank" rel="noopener"><br />\r\n
        </a></p>\r\n
        <h1>Suppléments naturels</h1>\r\n
        <p>Dans la famille des prébiotiques, on conseillera les fructo-oligosaccharides qui permettent de stimuler la production de bactéries susceptibles d’améliorer la physiologie de l’intestin grêle. Les fructo-oligosaccharides permettent une réduction de la flore intestinale pathogène car les bonnes bactéries se développent ainsi plus vite, contrairement aux bactéries pathogènes qui sont incapables d’utiliser les fructo-oligosaccharides.</p>\r\n
        <p>Les chiens présentant une malabsorption de la vitamine B12 doivent être supplémentés tous les mois à l’aide d’une injection de vitamine B12 pendant 6 mois (plus ou moins). En effet, cette vitamine est impliquée dans la réplication de l’ADN et a un rôle important dans le renouvellement cellulaire de la muqueuse intestinale.</p>\r\n
        <p>L’utilisation de probiotiques (lactobacilles) peut également s’avérer utile.</p>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>
        """
      "excerpt" => "Les symptômes du syndrome de prolifération bactérienne dans l’intestin grêle incluent des borborygmes, beaucoup de gaz, des selles plus volumineuses [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-en-cas-dun-syndrome-de-proliferation-bacterienne-dans-lintestin-grele/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189319
        "plus" => 1626578119
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4224
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    28 => array:12 [
      "id" => 448
      "title" => "Ailes de poulet&#8230; ou quels sont les risques ?"
      "content" => """
        <p>P &amp; D Hopwood (Canine Journal de Vewpoint, Février 1996) ont alerté l'opinion suite à l’étouffement de leur épagneul par une aile de poulet crue. Le chagrin qui en résulte naturellement conduira toujours à une réflexion légitime pour tenter d'éviter des désastres similaires.</p>\r\n
        <p>Je leur présente ici toute ma sympathie, permettez-moi ensuite de recommander la prudence et la nécessité d'une vision d'ensemble.</p>\r\n
        <p class="texte" align="left">Il y a plusieurs années lorsque j'étais vétérinaire chargé d'un parc zoologique, un des lions mourut subitement. L'autopsie révéla que la cause du décès était une perforation intestinale par un morceau pointu de vertèbre de bœuf sciée. Une tigresse fut malade pendant plusieurs jours. La laparotomie exploratrice montra des os crus obstruant l'intestin. </p>\r\n
        <p class="texte" align="left">Si des conséquences dramatiques peuvent surgir quand des animaux sauvages consomment des aliments naturels, nous conclûmes cependant que c'était l'aspect non naturel de leur alimentation, le fait de scier les os, qui créait ces problèmes. Nous étions alors fort perturbés mais ne fûmes pas pour autant tentés de commencer à nourrir les grands carnivores avec des aliments artificiels.</p>\r\n
        <p class="texte" align="left">Étonnamment j'adoptais le point de vue opposé lorsqu'il s'agissait des besoins alimentaires des petits carnivores domestiques. Je conseillais les conserves à mes clients comme seuls aliments pratiques et sans danger pour leurs animaux. J'étais confiant dans la certitude que je ne prenais pas de risques avec mes recommandations. Il ne pouvait pas y avoir d'étouffements fatals, de dents cassées ou d'obstructions intestinales et pour ce que j'en savais, il n'y avait pas d'inconvénient sérieux. Je frémis de constater à quel point je me trompais alors. Puisque mes patients ne se plaignaient pas et puisque j'exerçais de manière conventionnelle je n'étais pas conscient que le vaste ensemble de maux et les maladies de la vieillesse dont mes patients souffraient étaient en fait principalement le résultat d'une alimentation contre nature.</p>\r\n
        <p class="texte" align="left">Les discussions avec d'autres vétérinaires inquiets et prônant une alimentation à base de viande crue, ainsi que nos propres recherches, me premettent de dire ces choses avec confiance. Les chatons et les chiots qui ont commencé tôt une diète naturelle apprennent à se débrouiller avec leur nourriture et, d'après notre expérience, ont rarement besoin de soins vétérinaires. Comme frappés par la foudre nous avons réalisé que beaucoup d'animaux que nous pensions souffrir de leur grand âge étaient en fait victimes d'un syndrome d'immunodéficience acquise. Ce fut avec joie que nous découvrîmes que l'état de ces patients pouvait s'améliorer grandement et nous nous empressâmes d'envoyer ces informations à un journal vétérinaire local. Les résultats furent refusés à la publication, mais vétérinaires et propriétaires de chiens peuvent désormais les trouver dans le British Journal of Small Animal Practice de Décembre 1995.</p>\r\n
        <p class="texte" align="left">Nos patients souffrant d'une immunodéficience provoquée par l'alimentation ont à ce jour tous montré un rétablissement rapide. Nous attribuons ceci au conseil diététique tel que mentionné dans le JSAP :</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p class="texte" align="left">Dès le premier jour suivant la chirurgie, les animaux ont eu une alimentation à base d'os charnus crus avec complément occasionnel de restes de table. Les chats et les chiens de petite taille ont reçu des ailes de poulet, des pattes de lapin et des poissons crus entiers tandis que les chiens plus grands ont reçu de la poitrine d'agneau, des queues de kangourou, etc. La taille des morceaux était importante en tant que régulateur de la fonction de mastication. Des pièces trop petites pourraient être avalées entières avec risque d'obstruction. Les gros os sans viande ont moins de valeur nutritionnelle tout en risquant d'user ou de briser les dents.</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p class="texte" align="left">En tant que vétérinaires et propriétaires de chiens, nous avons le devoir envers chacun de nous assurer qu'ils ne s'étouffent pas dans des circonstances dramatiques. Notre devoir envers tous est qu'ils ne glissent pas imperceptiblement par la faute d'une alimentation inadaptée dans un syndrome d'immunodéficience acquise débilitant et au long terme.</p>\r\n
        <p class="texte" align="left">Avec l'aimable autorisation de l'auteur © : <span class="texte"><a href="http://www.rawmeatybones.com/" target="_blank" rel="noopener">Tom Lonsdale</a></span></p>
        """
      "excerpt" => "P &amp; D Hopwood (Canine Journal de Vewpoint, Février 1996) ont alerté l&rsquo;opinion suite à l’étouffement de leur épagneul par [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/ailes-de-poulet-ou-quels-sont-les-risques/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189295
        "plus" => 1626578095
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4225
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-olya-kobruseva-5769384-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-olya-kobruseva-5769384-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-olya-kobruseva-5769384-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-olya-kobruseva-5769384-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    29 => array:12 [
      "id" => 446
      "title" => "Les aliments toxiques pour les animaux"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/articles-sante/97-les-aliments-toxiques-pour-les-animaux">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>Tout ce qui est bon pour vous ne l'est pas forcément pour votre animal. Certains aliments peuvent être dangereux pour votre compagnon.</p>\r\n
        <h1>Abricot</h1>\r\n
        <p>Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.</p>\r\n
        <p>Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.</p>\r\n
        <h1>Alcool</h1>\r\n
        <p>Ne faites pas goûter d’alcool à votre animal. L’ingestion d’alcool peut provoquer des blessures, une désorientation, des vomissements, des problèmes urinaires ou même le coma ou la mort.</p>\r\n
        <h1>Aliments avariés</h1>\r\n
        <p>La moisissure que l’ont trouve sur la plupart des aliments avariés contient des toxines telles que la pénicilline ou des mycotoxines trémorgènes. Les symptômes se traduisent par des tremblements et des crises pouvant durer plusieurs heures ou même plusieurs jours. Ce type d’empoisonnement est considéré comme un cas d’urgence et un traitement médical est nécessaire pour contrôler les tremblements et désintoxiquer le chien.</p>\r\n
        <p>Faites particulièrement attention avec le bac à compost qui pourrait se trouver dans votre jardin.</p>\r\n
        <h1>Aliments pour bébés</h1>\r\n
        <p>Avant de donner un aliment pour bébé à votre chien, vérifiez qu’il ne contienne pas de poudre d’oignon, qui peut être toxique pour votre chien.</p>\r\n
        <h1>Antigel</h1>\r\n
        <p>L’antigel à un goût agréable pour les chiens et les chats. Même une très petite quantité d’antigel peut être fatale. Si vous soupçonnez que votre animal a ingéré de l’antigel, contactez immédiatement votre vétérinaire. Afin d’empêcher l’éthylène glycol d’être absorbé par le foie, le vétérinaire va administrer de l’éthanol à votre animal afin de contrecarrer les effets de l’éthylène glycol. Plus le traitement est administré rapidement, plus les chances de survie sont grandes. Une fois que les reins commencent à être atteints, la plupart des animaux ne survivent pas. Les symptômes d’une intoxication à l’antigel dépendent du laps de temps qui suit l’ingestion. Les symptômes peuvent apparaître déjà 30 minutes après l’ingestion de l’antigel et durer environ 12 heures.</p>\r\n
        <p>Les premiers symptômes sont un comportement déprimé (l’animal est couché et n’as pas d’intérêt pour ce qu’il se passe autour de lui), des vomissements, des pertes d’équilibre (l’animal semble soûl), des tremblements, des crises, une soif excessive, une urination fréquente.</p>\r\n
        <p>Après le premier stade, l’animal peut sembler aller mieux mais ils se sentira beaucoup plus mal après un jour ou deux, quand les reins commenceront à défaillir. La quantité d’urine diminuera fortement dans la plupart des cas. A ce stade, le foie aura transformé l’éthylène glycol en substances beaucoup plus dangereuses.</p>\r\n
        <p>Les autres symptômes peuvent très bien passer inaperçus pendant plusieurs jours alors que des dommages irréparables sont en train de se produire. Puis les vomissements peuvent réapparaître, ainsi qu’un manque d’appétit, de la déshydratation, une incapacité à uriner, de la salivation, des tremblements des ulcères dans la bouche, le coma ou la mort.</p>\r\n
        <p>Les animaux qui souffrent d’une défaillance rénale suite à une intoxication à l’antigel peuvent parfois être sauvés grâce à un traitement agressif. Certaines vétérinaires spécialisés peuvent mettre l’animal sous dialyse.</p>\r\n
        <p>Malheureusement, les dommages aux reins sont souvent graves et irréversibles. Des transplantations de reins ont été effectuées avec succès chez certains chiens et chats mais tous les animaux ne sont pas de bons candidats pour ce type de chirurgie et le manque de donneurs d’organes empêche les bons candidats d’y avoir recours.</p>\r\n
        <h1>Avocat</h1>\r\n
        <p>Dans l'avocat c'est uniquement les tiges, l'écorce et le noyau qui contiennent un élément toxique appelé persine qui peut causer des dommages au cœur, aux poumons ou à d’autres tissus chez la plupart des animaux.</p>\r\n
        <h1>Bonbons</h1>\r\n
        <p>Tous les bonbons sans sucre contenant du xylitol sont considérés dangereux pour les animaux de compagnie. Ce composant peut causer des dommages au foie et même entraîner la mort chez certains chiens.</p>\r\n
        <h1>Caféine</h1>\r\n
        <p>Les boissons contenant de la caféine tels que les sodas, le thé ou le café peuvent agir comme stimulants et accélérer le rythme cardiaque de l’animal. L’ingestion de caféine peut provoquer des crises, parfois fatales.</p>\r\n
        <h1>Cerises</h1>\r\n
        <p>Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.</p>\r\n
        <p>Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.</p>\r\n
        <h1>Champignons</h1>\r\n
        <p>Tout comme chez l’être humain, l’empoisonnement par des champignons peut être fatal. Ils peuvent causer de graves problèmes au foie et des dérèglements neurologiques. Consultez immédiatement votre vétérinaire si vous soupçonnez que votre animal a mangé des champignons.</p>\r\n
        <h1>Chocolat</h1>\r\n
        <p><img class="alignright" src="https://s1.e-monsite.com/2009/03/02/05/9000163chocolat1-jpg.jpg" alt="chocolat" width="470" height="352" border="0" />Le chocolat contient de la théobromine, un composant qui agit comme stimulant cardiaque et comme diurétique. Si un chien mange trop de chocolat, il peut devenir excité et hyperactif. A cause de l’effet diurétique, il va uriner et boire beaucoup. Il pourra également avoir la diarrhée et des vomissements. L’effet de la théobromine sur le cœur est plus dangereux. La théobromine va soit augmenter le rythme cardiaque soit provoquer des battements irréguliers. La mort est même possible, surtout si le chien fait de l’exercice.</p>\r\n
        <p>De grandes quantités de chocolat peuvent empoisonner ou même tuer un chien de taille moyenne ou grande. 50 grammes de chocolat peuvent tuer un chien de 5 kg ou moins. Les symptômes n’apparaissent souvent qu’après quelques heures et la mort survient dans les 24 heures.</p>\r\n
        <p>La poudre de cacao et le chocolat à cuire sont les formes les plus toxiques car ils contiennent plus de théobromine que le chocolat au lait. Viennent ensuite le chocolat noir et le chocolat semi-doux. Le chocolat au lait est le moins dangereux.</p>\r\n
        <h1>Cigarettes</h1>\r\n
        <p>Voir Tabac</p>\r\n
        <h1>Ustensiles de cuisine</h1>\r\n
        <p>Faites attention à vos ustensiles de cuisine, comme les feuilles d’aluminium usagées, les spatules en bois, les couverts en plastique, etc. Un chien peut avaler des morceaux de ces ustensiles. Cela peut provoquer un étouffement, une occlusion intestinale ou une perforation de l’estomac qui peuvent entraîner la mort.</p>\r\n
        <h1>Extraits d’huile de citron</h1>\r\n
        <p>L’extrait d’huile de citron peut provoquer des vomissements.</p>\r\n
        <h1>Foie</h1>\r\n
        <p>Cet ingrédient peut vous paraître incongru dans cette liste puisqu’il est largement recommandé dans l’alimentation BARF et Raw Feeding. Donné en quantités raisonnables, le foie est très bon pour votre chien. En réalité, c’est un excès de foie qui peut être dommageable puisqu’il peut conduire à une hypervitaminose A. N’abusez donc pas du foie dans le régime alimentaire de votre chien.</p>\r\n
        <p>Symptômes : déformation des os, croissance excessive des os sur les épaules et la colonne vertébrale, perte de poids et perte d’appétit.</p>\r\n
        <h1>Noix</h1>\r\n
        <p>Les noix en général ne sont pas idéales pour les animaux car elles sont très riches en phosphore et peu digestes pour les carnivores.</p>\r\n
        <h1>Noix de macadamia</h1>\r\n
        <p>Le composant toxique est inconnu mais l’ingestion de quantités aussi faibles que six noix peut causer une élévation de la température, une augmentation du rythme cardiaque, des tremblements et une faiblesse, voire une paralysie du train arrière.</p>\r\n
        <p>Symptômes : difficultés à se lever, détresse, halètement, membres enflés et douleurs aux membres.</p>\r\n
        <h1>Noix de muscade</h1>\r\n
        <p>La noix de muscade est hallucinogène quand elle est ingérée en grandes quantités.</p>\r\n
        <h1>Oignons</h1>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="https://deladietetique.files.wordpress.com/2009/12/oignon.jpg" alt="oignon" width="150" border="0" />Les oignons peuvent causer une anémie hémolytique, ce qui signifie que les globules rouges sont détruits prématurément dans le sang, tandis que leur taux de production demeure normal. L’empoisonnement peut se produire soit par l’ingestion de grandes quantités, soit par l’ingestion répétée de plus petites quantités.</p>\r\n
        <p>L’intoxication peut survenir quelques jours après que le chien ait mangé des oignons. Des vomissements, des diarrhées, une faiblesse et une perte d’appétit peuvent apparaître. L’urine prend une couleur foncée. Le chien peut avoir une respiration courte car le nombre des globules rouges fonctionnels (qui transportent l’oxygène) se retrouve réduit.</p>\r\n
        <p>Autres symptômes : température corporelle élevée, confusion et augmentation du rythme cardiaque.<br />\r\n
        Consultez immédiatement votre vétérinaire.</p>\r\n
        <p>Les quantités d’oignons, crus ou cuits, nécessaire à une intoxication sont assez élevées pour que le chien puisse tolérer de petites doses d’oignon sans problème.</p>\r\n
        <p>Tandis que l’ail contient une autre substance toxique, le thiosulphate, il semblerait que celui-ci soit moins toxique et que de grandes quantités devraient être absorbées pour causer une intoxication.</p>\r\n
        <h1>Os cuits</h1>\r\n
        <p>Les os cuits peuvent être très dangereux pour votre animal. Les os deviennent cassants une fois qu’ils sont cuits, et des esquilles se forment lorsqu’ils se cassent. Les esquilles ont des bords tranchants et peuvent rester coincés dans les dents, causer un étouffement ou une perforation des parois stomacale et intestinale.</p>\r\n
        <p>Symptômes de l’étouffement : gencives pâles ou bleues, halètement, le chien se touche la tête avec les pattes, respiration lente, inconscience, pupilles dilatées.</p>\r\n
        <p>Les os crus ne sont pas dangereux et aident à garder les dents propres.</p>\r\n
        <p>Les os sont très riches en calcium, et trop d’os peut provoquer constipation sévère.</p>\r\n
        <h1>Pâte à pain</h1>\r\n
        <p>Quand de la pâte à pain est ingérée, la température corporelle de votre animal fait lever la pâte dans l’estomac. Pendant que la pâte lève, de l’alcool est produit.</p>\r\n
        <p>Symptômes : douleur abdominale, vomissements, désorientation, dépression.</p>\r\n
        <p>Un tout petit peu de pâte à pain peut déjà causer des problèmes car elle gonfle jusqu’à plusieurs fois sa taille.</p>\r\n
        <h1>Pêches</h1>\r\n
        <p>Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.</p>\r\n
        <p>Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.</p>\r\n
        <h1>Plantes</h1>\r\n
        <p>Les animaux peuvent être très malades ou même mourir en ingérant des plantes vénéneuses. Gardez toutes les plantes inconnues ou suspectes hors de portée de votre animal.</p>\r\n
        <p>Pour plus d’informations sur les plantes toxiques, merci de visiter ce lien : <a href="http://www.protection-animaux.ch/empoisonnements/Causes_de_lempoisonnement/Plantes_veneneuses/" target="_blank" rel="noopener">http://www.protection-animaux.ch/empoisonnements/Causes_de_lempoisonnement/Plantes_veneneuses/</a></p>\r\n
        <h1>Poires</h1>\r\n
        <p>Les pépins contiennent du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.</p>\r\n
        <p>Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.</p>\r\n
        <h1>Pommes</h1>\r\n
        <p>Les pépins contiennent du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.</p>\r\n
        <p>Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.</p>\r\n
        <h1>Produits laitiers</h1>\r\n
        <p>La majorité des produits laitiers sont mal digérés par les chiens qui ont souvent peu ou pas du tout l’enzyme nécessaire pour digérer le lactose. Tout comme chez les humains, les chiens intolérants au lactose peuvent avoir des flatulences et des diarrhées.</p>\r\n
        <p>Le fromage et le yaourt sont mieux tolérés car ils contiennent moins de lactose. Bien que quelques rares chiens tolèrent bien le lait, d’une manière générale, préférez les produits laitiers fermentés.</p>\r\n
        <h1>Prunes</h1>\r\n
        <p>Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.</p>\r\n
        <p>Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.</p>\r\n
        <h1>Raisin</h1>\r\n
        <p>Bien que la dose létale minimale ne soit pas connue, les raisins peuvent être toxiques pour les chiens s’ils sont avalés en grandes quantités.</p>\r\n
        <p>Symptômes : vomissements, diarrhée, défaillance rénale 24 heures après l’ingestion.</p>\r\n
        <p>Lors d’observations cliniques, la quantité de raisins ingérée variait entre 250 grammes et 900 grammes, ce qui correspond à quelque chose entre 10 et 30 grammes par kilo de poids vif. Il a été rapporté que deux chiens sont morts directement d’intoxication, trois ont été euthanasiés et cinq sont restés vivants.</p>\r\n
        <p>A cause de la gravité des symptômes et de potentiel accru de mortalité, les vétérinaires préconisent un traitement qui comprend notamment la provocation de vomissements, le lavage d’estomac et l’administration de charbon actif, suivi par l’administration de fluides par intraveineuse durant au moins 48 heures.</p>\r\n
        <h1>Rhubarbe</h1>\r\n
        <p>Les feuilles sont dangereuses</p>\r\n
        <h1>Saumon cru</h1>\r\n
        <p>Cet avertissement est valable uniquement pour le saumon provenant du Pacifique.</p>\r\n
        <p><img class="alignright" src="https://www.lefil.ulaval.ca/img/sommaire/33497_saumon.gif" alt="saumon" border="0" />L’empoisonnement au saumon peut s’avérer être un problème pour toute personne qui nourrit son chien avec une alimentation de type BARF ou Raw Feeding. La cause de cet empoisonnement est une infection par une bactérie de type rickettsie appelée Neorickettsia Helminthoeca. La rickettsie n’infecte pas directement le chien mais est transportée par un parasite (un ver plat) appelé Nanophyteus Salmincola, par le biais de deux hôtes intermédiaires : les escargots d’eau douce et les poissons salmonidés.</p>\r\n
        <p>Le Nanophyteus Salmincola infecte certaines espèces d’escargots d’eau douce qui sont à leur tour, en tant que maillons de la chaîne alimentaire, mangés par le saumon. Ni le vers, ni la rickettsie ne sont mortels pour le saumon. Le chien n’est exposé que lorsqu’il ingère l’hôte secondaire, un poisson infecté. Une fois que le chien a mangé le poisson, les larves du ver éclatent et libèrent les rickettsies.</p>\r\n
        <p>Les premiers symptômes apparaissent 5 à 7 jours après l’ingestion et se traduisent par une léthargie et une perte d’appétit. La température corporelle atteint 40 à 42 °C lors des deux premiers jours puis revient à la normale. Au quatrième jour, les vomissements deviennent persistants. Quelques jours après le début des vomissements, on voit apparaître des diarrhées avec du sang. La diarrhée est souvent de couleur jaune. Les ganglions lymphatiques sont enflés.</p>\r\n
        <p>Au stade le plus avancé, les symptômes gastro-intestinaux sont presque semblables à ceux de la parvovirose. Les symptômes nasaux et oculaires peuvent ressembler à ceux de la maladie de Carré. Non traitée, l’intoxication au saumon est mortelle dans 90% des cas. L’empoisonnement peut être diagnostiqué par l’analyse de selles et est guérissable si détecté à temps. Le traitement comporte une hydratation de soutien, l’administration d’antibiotiques pour tuer la rickettsie et l’administration d’un vermifuge pour tuer le parasite. Une amélioration de l’état général se fait déjà ressentir dans les deux jours.</p>\r\n
        <p>Les gestes de prévention sont simples. Evitez les salmonidés crus. Si vous vivez près d’une rivière où vivent des saumons, gardez un œil sur votre chien afin de l’empêcher de manger des poissons morts. Consultez immédiatement votre vétérinaire si vous suspectez votre chien d’avoir ingéré du saumon cru.</p>\r\n
        <h1>Sel</h1>\r\n
        <p>Le sel et les aliments trop salés peuvent causer des maux d’estomac ou une pancréatite.</p>\r\n
        <h1>Tabac</h1>\r\n
        <p>Les cigarettes, les mégots de cigarettes, le tabac à pipe, les patchs à la nicotine, les chewing-gums à la nicotine et le tabac à chiquer peuvent être fatals à votre animal s’ils sont ingérés. Les signes d’une intoxication à la nicotine peuvent apparaître au bout d’une heure.</p>\r\n
        <p>Symptômes : hyperactivité, salivation, halètement, vomissements et diarrhée.</p>\r\n
        <p>Symptômes avancés : faiblesse musculaire, spasmes, évanouissements, coma, augmentation de la fréquence cardiaque et arrêt cardiaque.</p>\r\n
        <p>Si vous fumez, pensez garder les produits contenant de la nicotine hors de portée de votre animal. Si vous soupçonnez votre chien d’avoir ingéré un de ces produits, consultez immédiatement votre vétérinaire.</p>\r\n
        <h1>Tomates et plants de tomates</h1>\r\n
        <p>Les plants de tomate contiennent de l’atropine qui peut causer une dilatation des pupilles, des tremblements et un rythme cardiaque irrégulier. C’est dans les feuilles et la tige des plants de tomates ainsi que dans les tomates vertes que la concentration en atropine est la plus élevée. Donc une tomate bien rouge peut être consommée, avec modération. </p>\r\n
        <p>Auteur : <a href="https://www.tribu-carnivore.com/phpBB2/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=2" target="_blank" rel="noopener">Emma</a></p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "Tout ce qui est bon pour vous ne l&rsquo;est pas forcément pour votre animal. Certains aliments peuvent être dangereux pour [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/les-aliments-toxiques-pour-les-animaux/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189262
        "plus" => 1626578062
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4227
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-rarnie-mccudden-770363-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-rarnie-mccudden-770363-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-rarnie-mccudden-770363-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-rarnie-mccudden-770363-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    30 => array:12 [
      "id" => 443
      "title" => "Le manque d&rsquo;appétit chez le chien"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="http://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/articles-sante/98-le-manque-d-appetit-chez-le-chien">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>Les chiens peuvent montrer des signes d'inappétence (manque d'appétit) pour diverses raisons. L'inappétence peut être causée par une maladie physique ou une blessure.</p>\r\n
        <p>Des douleurs à l'estomac ou une aversion pour la nourriture accompagnent bien souvent les problèmes de rein, de foie ou de pancréas. D'un autre côté, le manque d'appétit peut être le résultat d'une mauvaise habitude, c'est à dire que le chien est difficile ou pénible. Il s'agit dans ce cas d'un problème de comportement.</p>\r\n
        <p>Les maladies peuvent être les causes de plusieurs symptômes qui engendreront eux-mêmes un manque d'appétit. Nausée, douleur, dépression ou tout simplement ne pas se sentir bien sont des raisons pour lesquelles un chien peut perdre l'envie de manger. Il est important de comprendre la raison pour laquelle le chien manque d'appétit de manière à trouver et à utiliser les meilleurs outils pour lui redonner l'envie de manger. Parfois, selon la maladie ou l'état dans lequel se trouve le chien, certains aliments peuvent causer une gêne. Il se peut alors que le chien assimile la douleur à la nourriture qu'il vient d'ingérer.</p>\r\n
        <p>Certains traitements médicaux, comme la chimiothérapie, peuvent causer des nausées. Certains médicaments (antibiotiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, etc) peuvent causer une irritation de l'estomac ou une gêne au niveau du foie. De plus, tous les types de douleur, y compris l'arthrose, les douleurs postopératoires ou une blessure peuvent engendrer un manque d'appétit. L'utilisation de médicaments appropriés afin de contrôler la douleur peut redonner l'envie de manger au chien.</p>\r\n
        <p>Interrogez toujours votre vétérinaire à ce sujet si votre chien va commencer une chimiothérapie ou un traitement médical de longue durée. Renseignez-vous sur les effets secondaires de ces traitements et informez-vous sur les médicaments complémentaires qui peuvent aider à atténuer ces effets secondaires. Intéressez-vous également aux aliments qu'il serait préférable d'éviter, comme les aliments riches en graisses ou riches en phosphore, ou aux aliments qui pourraient causer des troubles gastriques lorsqu'ils sont administrés avec certains médicaments ou dans certaines conditions.</p>\r\n
        <p>Un fort halètement, des yeux vitreux, un regard fixe, des tremblements, une posture courbée ou encore une salivation abondante sont autant de symptômes de nausées et de douleur. Même la douleur causée par une boiterie ou des difficultés à se lever peut causer une perte de l'appétit. Un chien qui souffre n'a généralement pas envie de manger. Etablir un diagnostic et contrôler la douleur est le meilleur moyen pour faire retrouver l'appétit à votre chien. La gêne et/ou la douleur peuvent enlever au chien tout appétit et ce manque d'appétit risque d'entraver le processus de guérison. Dès l'apparition de l'un ou l'autre des symptômes décrits plus haut, vous devez contacter immédiatement votre vétérinaire.</p>\r\n
        <p>Les symptômes de nausées peuvent se présenter de façons différentes et il se peut que nous, propriétaires, ne reconnaissions pas un chien nauséeux. Nous remarquons simplement qu'il refuse la nourriture. Cela peut contrarier le maître qui trouve normalement du réconfort dans le fait de donner au chien une nourriture qu'il aime manger. Il est important de ne pas montrer des signes de colère ou de déception si le chien ne veut pas manger. Au contraire, il faut analyser la situation et tenter de déterminer et de comprendre pourquoi le chien refuse sa nourriture. Encore une fois, il est important de consulter un vétérinaire afin de se faire une idée des causes du problème.</p>\r\n
        <p>L'inappétence peut également être la conséquence d'un problème de comportement. Sans le vouloir, le maître peut apprendre au chien à être difficile. Le maître crée ce comportement chez le chien sans réaliser que ses propres actes sont responsables du manque d'appétit du chien. Lorsqu'un chien refuse de manger, la première réaction est de continuer à lui donner de la nourriture. Dans certains cas, il est possible que cela crée une habitude chez le chien : celui-ci pourrait se mettre à attendre jusqu'à ce qu'on lui présente un aliment qu'il aime vraiment beaucoup. L'autre scénario est celui où le maître donne la nourriture au chien, celui-ci refuse de manger et le maître devient anxieux ou contrarié parce que le chien ne mange pas. Sans le réaliser, le maître provoque chez le chien une aversion pour la nourriture. Le chien remarque les émotions du maître (stress, anxiété, colère) et commence à penser que le fait de manger est une action désagréable ou stressante.</p>\r\n
        <p>Dans un cas comme dans l'autre, le meilleur moyen est de donner la nourriture de la même façon que d'habitude. Si le chien ne mange pas, prenez un air nonchalant et enlevez la gamelle au bout de 5 ou 10 minutes. Ensuite, attendez jusqu'au prochain repas. Ne vous énervez ou ne vous inquiétez jamais. Ne secouez pas vos bras dans tous les sens, n'agitez pas la gamelle sous son nez ou ne le grondez pas. Eloignez vous avec assurance et laissez à votre chien l'occasion de manger dans une atmosphère agréable et détendue.</p>\r\n
        <p>Nourrir le chien toujours au même endroit et à la même heure peut aussi aider. Si le chien à la nausée, il est très judicieux de fractionner ses repas en 4 ou 5 par jour. Des petites quantités de nourriture à la fois provoquent moins facilement des vomissements. Des repas petits et fréquents sont également plus faciles à digérer, surtout lors de maladies ou lorsque le chien doit récupérer d'une opération par exemple.</p>\r\n
        <p>Il existe des médicaments qui peuvent être prescrits pour stimuler l'appétit ou diminuer les nausées. Ils ne doivent en aucun cas être utilisés pour les chiens difficiles (problèmes de comportement) et doivent impérativement faire objet d'une prescription de votre vétérinaire. Ces médicaments sont notamment la Meclizine (contre les nausées), la Mirtazapine (antidépresseur pour humain dont l'un des effets secondaires est l'augmentation de l'appétit) et le Zofran (en cas de nausées suite à une chimiothérapie ou à une radiothérapie).</p>\r\n
        <p>Pour rendre la nourriture plus appétissante, il peut souvent s'avérer utile de la chauffer un peu. Vous pouvez également la saupoudrer d'ail en poudre.</p>\r\n
        <p>Si votre chien doit récupérer d'une chimiothérapie ou d'une autre maladie et qu'il peut tout manger (graisses et protéines), voici quelques ingrédients que vous pouvez rajouter afin de rendre sa gamelle plus appétissante :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Œufs brouillés avec du fromage</li>\r\n
        \t<li>Foies de poulet sautés avec du beurre</li>\r\n
        \t<li>Purée de pommes de terre avec beurre et fromage</li>\r\n
        \t<li>Macaronis avec du fromage</li>\r\n
        \t<li>Yaourt mélangé avec des sardines en boîte</li>\r\n
        \t<li>Poisson cuit avec du beurre</li>\r\n
        \t<li>Aliments pour bébés à base de viande</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>N'oubliez pas de toujours fractionner les repas en 4 ou 5 sur la journée si votre chien souffre de troubles digestifs comme des nausées ou de la diarrhée. Des portions trop importantes peuvent retarder le processus de guérison.</p>\r\n
        <p>Sources :</p>\r\n
        <p><a href="https://www.tribu-carnivore.com/articles/sante/fr.wikipedia.org" target="_blank" rel="noopener">fr.wikipedia.org</a><br />\r\n
        <a href="https://www.tribu-carnivore.com/articles/sante/en.wikipedia.org" target="_blank" rel="noopener">en.wikipedia.org</a><br />\r\n
        <a href="https://www.tribu-carnivore.com/articles/sante/www.drugs.com" target="_blank" rel="noopener">www.drugs.com</a><br />\r\n
        <a href="http://www.b-naturals.com/" target="_blank" rel="noopener">www.b-naturals.com</a></p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Auteur &amp; Traduction : <a href="https://www.tribu-carnivore.com/phpBB2/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=2" target="_blank" rel="noopener">Emma</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "Les chiens peuvent montrer des signes d&rsquo;inappétence (manque d&rsquo;appétit) pour diverses raisons. L&rsquo;inappétence peut être causée par une maladie physique [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/le-manque-dappetit-chez-le-chien/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626189181
        "plus" => 1626577981
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4229
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-sedat-altinbas-2612940-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    31 => array:12 [
      "id" => 441
      "title" => "La parodontose chez les animaux domestiques carnivores"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="http://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/articles-sante/99-la-parodontose-chez-les-animaux-domestiques-carnivores">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>La parodontose est un processus inflammatoire impliquant la structure porteuse de la dent. Il s'agit de l'affection dentaire la plus fréquente chez le chien. On estime à 80% le nombre de chiens adultes atteints par cette maladie.</p>\r\n
        <p>Elle est provoquée par la plaque bactérienne, qui provoque une gingivite ou une inflammation des gencives. Le tartre va produire un élargissement du sillon gingival qui se transforme en poche périodontique. Lorsque le ligament dento-alvéolaire est exposé, il s'enflamme et la parodontose s'installe. Les signes qui nous indiquent une parodontose avancée sont la mauvaise haleine (halitose), le saignement gingival et l'inappétence.</p>\r\n
        <p>Il existe plusieurs stades lorsque l'on observe les maladies parodontales :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Sain – Marquage gingival net, couleur rose clair, pas d'odeur.</li>\r\n
        \t<li>Stade 1 – Gingivite marginale, le bord supérieur de la gencive présente une légère inflammation. On note d'habitude la présence d'une odeur dans la cavité buccale.</li>\r\n
        \t<li>Stade 2 – Gingivite modérée. Inflammation de la gencive et présence d'un œdème provoquant le gonflement et la rétraction du bord de la gencive.</li>\r\n
        \t<li>Stade 3 – Gingivite sévère, augmentation de l'œdème, le bord de la gencive est rouge ou violet et se rétracte. Début de formation de la poche périodontique de 1 à 3mm de profondeur. Pas de perte au niveau de l'attachement de la dent à ce stade.</li>\r\n
        \t<li>Stade 4 – Parodontose modérée, inflammation sévère, formation de poches périodontiques profondes, début de perte osseuse et de perte de l'attachement épithélial, légère augmentation de la mobilité des dents.</li>\r\n
        \t<li>Stade 5 - Parodontose sévère, perte importante de l'attachement épithélial, perte osseuse importante, mobilité et perte des dents.</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Beaucoup de variations existent, mais on peut appliquer quelques règles :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Les gingivites de stade 1 n'évoluent pas forcément.</li>\r\n
        \t<li>Les stades de parodontose avancés sont forcément précédés d'une gingivite.</li>\r\n
        \t<li>La plaque bactérienne est impliquée en tant que facteur principal du processus de la maladie.</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p> Causes</p>\r\n
        <p>Les observations ci-dessous sont issues de la dentisterie humaine et de l'observation du chien et du chat adulte.</p>\r\n
        <p>Comme chez l'humain, la gingivite et la parodontose chez le chien et le chat sont provoquées principalement par l'accumulation de plaque dentaire, qui participe à la continuité du processus.</p>\r\n
        <p>L'inflammation des gencives peut être causée par d'autres facteurs que la plaque dentaire. Chez l'animal, il existe trois autres causes importantes :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Présence de corps étranger logés entre les dents, comme des poils, des morceaux de bois ou des fragments d'os cuits.</li>\r\n
        \t<li>Des blessures dans la bouche sont communes chez le chien et le chat, notamment parce qu'ils mâchouillent souvent des objets ou de la nourriture. On observe également des blessures dues à des bagarres.</li>\r\n
        \t<li>Les dommages conduisant à une inflammation des gencives les plus fréquemment observés sont dus à la perte des dents de lait et à la repousse des dents définitives.</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Les chats et les chiens perdent leurs dents de lait entre l'âge de 2 et 6 semaines. Les dents définitives forcent le passage de la gencive entre l'âge de 4 et 6 mois.</p>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="http://www.beyondbeds.com/images/dog_dental_disease.jpg" alt=" " border="0" /></p>\r\n
        <p>Ce réarrangement rapide des dents provoque une sévère gingivite. Elle est provoquée tant par l'arrivée des dents permanentes qui doivent passer au travers des tissus que par les dents de lait qui sont arrachées de leur support épithélial.</p>\r\n
        <p>Gardons à l'esprit que :</p>\r\n
        <blockquote>\r\n
        <p align="left">La gingivite peut être soignée en 4 ou 5 jours<br />\r\n
        La parodontose à un stade avancé ne peut pas être soignée</p>\r\n
        </blockquote>\r\n
        <p>Les dentistes pour humains conseillent de masser les gencives en utilisant une brosse à dent ou du fil dentaire. L'utilisation de ce traitement pendant 4 ou 5 jours permettra de soigner une gingivite. Bien sûr, afin de prévenir l'apparition de la gingivite, il est important de se brosser les dents régulièrement.</p>\r\n
        <p>Pour les animaux, nous ne pouvons pas utiliser la technique du brossage des dents. Malgré ce que pourront vous dire la plupart des vétérinaires, c'est un concept grotesque. Brosser l'extérieur des canines d'un chien ou d'un chat peut éventuellement être utile car ces dents sont raisonnablement accessibles et peuvent être nettoyées. Ceci mis à part, le brossage des dents (sauf quelques rares exceptions) est généralement impraticable et voué à l'échec. Afin d'expérimenter les limites du brossage des dents de votre animal, je vous suggère d'essayer de brosser les dents d'un de vos amis. Puis, inversez les rôles et laissez votre ami vous tenir le nez et vous brossez les dents pendant que vous vous débattez. Je ne pense pas que vous aurez besoin de plus d'un essai pour vous convaincre que brosser les dents d'un chien, d'un chat ou d'un ami est une activité qui n'en vaut pas la peine.</p>\r\n
        <p>Etant donné que la bouche du carnivore est constamment exposée au risque de gingivite, il semble évident que la nature devait trouver une parade à ce risque, ne serait-ce que pour assurer la survie des espèces carnivores. <strong>Cette parade, les carnivores la trouvent dans leur propre alimentation. L'action de mastication, de broyage et de hachage de la viande et des os permet de supprimer la plaque dentaire qui s'accumule sur les dents. Ce n'est malheureusement pas le cas lorsque le chien ingère une nourriture industrielle</strong>.</p>\r\n
        <p>L'élimination de la plaque dentaire, que ce soit par des moyens physiques et/ou chimiques ou par la mastication d'aliments tels que des os, exerce un contrôle sur le développement de la parodontose. Beaucoup d'auteurs ont mentionné le fait que l'alimentation naturelle des carnivores sauvages avait pour effet de retarder l'apparition de la plaque dentaire (voir les références sur : <a href="http://www.rawmeatybones.com/pdf/periodontal-leuco.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://www.rawmeatybones.com/pdf/periodontal-leuco.pdf</a>). Le dentiste humain et spécialisé en parodontose comparative Sir Frank Coyler (1947) conclut : "<em>La parodontose est toujours associée avec une altération du caractère physique ou chimique de l'alimentation de l'animal. En d'autres termes, elle est associée à la disparition d'une alimentation et de conditions de vie naturelles.</em>"<br />\r\n
        La cause principale de la parodontose est donc l'accumulation de plaque dentaire, due à une alimentation inappropriée.</p>\r\n
        <p><img class="alignright" src="http://deerparkvet.com/inside/dental/images/feline2.jpg" alt=" " border="0" /></p>\r\n
        <p>La nourriture en boîte, à cause de sa consistance molle, est avalée sans aucune action sur la gencive (en Europe de l'Ouest, 5 chats et chiens sur 10 sont nourris avec de la nourriture en boîte). Le Dr. Dan Carey, de la compagnie IAMS, mentionne que les animaux nourris avec des aliments en boîte on besoin d'une prophylaxie tous les 6 mois. Le Dr. Jo Wills (Waltham), explique, non sans une pointe de fierté, que leurs animaux de laboratoire bénéficient d'une prophylaxie tous les 6 mois afin de résoudre ou d'éviter les problèmes d'hygiène dentaire (source : www.rawmeatybones.com).</p>\r\n
        <p>Les croquettes sont vantées comme étant l'aliment préféré des animaux domestiques. Mais ces dernières n'ont aucune action nettoyante sur les dents. Dans la plupart des cas, l'animal les avale tout rond. Et si par miracle il les mâche, elles ne massent pas les gencives, bien au contraire. En réalité, les restes de croquettes restent coincés dans les interstices dentaires, puisque la langue ne parvient pas à tous les enlever.</p>\r\n
        <p>Les déchets de table et les "rations ménagères" (céréales, viande et légumes cuits) ne sont pas plus efficaces que la nourriture en boîte. La viande est déjà transformée (cuisson, os enlevé) et est souvent avalée tout rond. Par conséquent, elle n'a aucun effet sur les gencives.</p>\r\n
        <p>L'alimentation naturelle ne peut pas toujours résoudre le problème. Par exemple, dans la nature, c'est à chaque repas que l'animal rongera des os. La plaque dentaire se calcifie en 24 à 48 heures. Ainsi, donner un os de temps en temps à son chien ne résoudra pas le problème.</p>\r\n
        <h1>Conséquences</h1>\r\n
        <p>Il existe une accumulation de preuves des conséquences systémiques des maladies parodontales. D'une part, la douleur localisée sur la région atteinte provoque un manque d'appétit et un malaise manifeste. D'autre part, plusieurs auteurs (voir les références sur : <a href="http://www.rawmeatybones.com/pdf/periodontal-leuco.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://www.rawmeatybones.com/pdf/periodontal-leuco.pdf</a>), citent un éventail de maladies systémiques comme l'endocardite bactérienne, la glomérulonéphrite ou la polyarthrose comme étant les conséquences d'une inflammation orale chronique. On cite également les maladies auto-immunes et hypo-immunes, ainsi que des infections bactériennes.</p>\r\n
        <p><img class="alignleft" src="http://www.virginiaveterinarydentistry.com/image/6592689.jpg" alt=" " border="0" />On suppose que les maladies systémiques peuvent activement exacerber la parodontose (voir les références sur : <a href="http://www.rawmeatybones.com/pdf/periodontal-leuco.pdf" target="_blank" rel="noopener">http://www.rawmeatybones.com/pdf/periodontal-leuco.pdf</a>). Une de ces théories postule sur le fait qu'il existe une cascade interactive d'événements entraînant une aggravation progressive et réciproque de la parodontose et de l'état général de l'organisme, donnant naissance à toute une série de maladies dégénératives (T. Lonsdale, 1993). A cause de la capacité de réserve des différents organes (p. ex. le foie, le système cardiovasculaire, les reins), on suppose que ce déclin interactif et exponentiel de l'organisme puisse rester indétectable jusqu'à ce qu'il atteigne un stade de développement avancé.</p>\r\n
        <p>Le problème ici est de savoir si toutes les maladies observées découlent d'une bouche malade. Privés d'un groupe de contrôle de chiens nourris avec une alimentation naturelle et n'ayant jamais souffert de parodontose, nous nous retrouvons face à un problème. Dit autrement, tous les animaux présentés et souffrant d'une maladie ont ou ont eu une parodontose significative à période ou l'autre de leur vie.</p>\r\n
        <p>Une corrélation n'implique pas forcément une causalité. Il existe cependant des preuves suffisantes, grâce aux connaissances des voies métaboliques (notamment immunitaires), que la parodontose peut jouer un rôle significatif et dominant dans le développement d'autres maladies.</p>\r\n
        <h1>Solutions</h1>\r\n
        <p>Donnez plusieurs fois par semaine des os charnus crus à votre animal. Pour un chien de grande taille les os de poulet sont inutiles car ils sont trop mous. Optez pour des plats de côtes (porc, agneau), des queues de bœuf ou des cous d'agneau par exemple. Evitez les os porteurs des grands ongulés (fémur de bœuf par exemple). Ils sont beaucoup trop durs et votre animal risque de se casser une dent.</p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les furets" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/furet36.png" alt="Convient pour les furets" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Source : <a href="http://www.rawmeatybones.com/" target="_blank" rel="noopener">www.rawmeatybones.com<br />\r\n
        </a>Auteur : <a href="http://www.rawmeatybones.com/" target="_blank" rel="noopener">Tom Lonsdale</a> - Traduction : <a href="https://www.tribu-carnivore.com/phpBB2/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=2" target="_blank" rel="noopener">Emma</a></p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <aside id="sidebar-b" class="grid-box">\r\n
        <div class="grid-box width100 grid-v">\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        </div>\r\n
        </aside>
        """
      "excerpt" => "La parodontose est un processus inflammatoire impliquant la structure porteuse de la dent. Il s&rsquo;agit de l&rsquo;affection dentaire la plus [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/la-parodontose-chez-les-animaux-domestiques-carnivores/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626188814
        "plus" => 1626577614
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4230
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-kat-jayne-551628-1-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-kat-jayne-551628-1-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-kat-jayne-551628-1-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-kat-jayne-551628-1-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    32 => array:12 [
      "id" => 439
      "title" => "Les problèmes d&rsquo;obésité"
      "content" => """
        <p>L'obésité chez les animaux de compagnie est très fréquente dans les pays occidentaux avec à peu prés 40% des chiens présentant une surcharge pondérale, qu'elle soit légère ou sérieuse. Le coupable principal est bien souvent le manque d'exercice.</p>\r\n
        <p>La menace principale pour un chien obèse est l'usure de son système musculaire et de son squelette. Contrairement aux humains qui marchent debout qui portent leur poids sur leur centre de gravité, les chiens le supportent par leur colonne vertébrale. Pensez à un pont suspendu, supportant une gosse charge au milieu, et cela vous donnera une idée de l'effort mis sur la colonne vertébrale et sur les deux extrémités du pont : les hanches et les épaules. Les chiens présentant des problèmes aux coudes, aux genoux ou aux hanches, ce qui est très commun chez la plupart des races, sont spécialement vulnérables à l'effort mis sur leur squelette. Même les races naines sont sujettes à des problèmes de genoux et devraient être gardés minces afin de minimiser la douleur due à ces problèmes.</p>\r\n
        <p>Avant de prendre des mesures afin de faire maigrir votre chien, assurez-vous de lui faire passer un examen vétérinaire. Si votre chien est âgé, qu'il a des problèmes de santé, de l'arthrose, qu'il est vraiment très gros ou qu'il a pris du poids très rapidement, consultez votre vétérinaire. Certaines maladies comme l'hypothyroïdisme ou la maladie de Cushing peuvent en être la cause, et il est nécessaire de les exclure avant d'entreprendre toute chose. Si votre vétérinaire vous indique que votre chien est en bonne santé, il est alors temps de commencer à changer ses habitudes alimentaires et de lui faire faire de l'exercice.</p>\r\n
        <p>Les chiens, comme les chats, n'ont pas besoin d'hydrates de carbone dans leur alimentation et c'est manifestement là que vous pouvez enlever des calories. Malheureusement, la plupart des croquettes sont riches en hydrates de carbone et la plupart des croquettes "light" sont simplement appauvries en graisses et enrichies en hydrates de carbone et en fibres. Les chiens et les chats sont des carnivores et non des omnivores et la seule fonction des hydrates de carbone dans ce type d'aliment est de fournir de l'énergie à bon marché. Puisque les chiens et les chats ont tous deux besoin de graisses, de protéines, de vitamines et de minéraux, donnez-leur ceci plutôt que des hydrates de carbone. Cela implique d'exclure les croquettes et de se concentrer sur des aliments frais tels que le BARF ou le Raw Feeding.</p>\r\n
        <p>Pour un chien qui est mis au régime, pesez bien les aliments. N'y allez pas à l'œil car vous ne pourrez pas contrôler son alimentation.</p>\r\n
        <p>Réduisez graduellement la quantité de nourriture que vous lui donnez de 5 à 10 % par semaine jusqu'à ce que vous constatiez une diminution du poids. Continuez avec des quantités jusqu'à ce que la baisse de poids s'arrête, puis réduisez encore une fois les quantités de 5 à 10 %, jusqu'à ce que votre chien atteigne son poids idéal.</p>\r\n
        <p>Si votre chien mange actuellement beaucoup plus que nécessaire ou s'il présente une grave surcharge pondérale, ne réduisez pas d'un coup les quantités de nourriture au niveau idéal. Cela peut créer beaucoup de stress pour le chien. Il se peut également que le chien se mette en "mode inanition", un réflexe de survie quand brusquement il n'est plus assez nourri. Il va brûler moins les calories fournies durant la journée, et stocker davantage lors de la transition vers une alimentation "normale". Ce qui rendra la perte de poids plus difficile. Gardez à l'esprit de ne jamais réduire la quantité de nourriture de plus de 10% par semaine. Toutes les friandises doivent être inclues dans la quantité totale journalière.</p>\r\n
        <p>En même temps que vous diminuez la quantité de nourriture de votre animal, faites lui faire de l'exercice. Il faut choisir des exercices cardiovasculaires comme par exemple courir après une balle, jouer avec un autre chien ou encore faire du footing ou du vélo avec vous. Si votre chien est âgé, arthritique, infirme ou que votre vétérinaire vous a déconseillé de tels exercices, tournez vous vers la natation ou vers un centre d'aqua-thérapie pour chiens (si, si, ça existe !).</p>\r\n
        <p>Sources :</p>\r\n
        <p><a href="https://www.tribu-carnivore.com/articles/sante/www.nutrfmv.ulg.ac.be" target="_blank" rel="noopener">www.nutrfmv.ulg.ac.be</a><br />\r\n
        <a href="http://www.caberfeidh.com/" target="_blank" rel="noopener">www.caberfeidh.com</a><br />\r\n
        <a href="http://www.b-naturals-com/" target="_blank" rel="noopener">www.b-naturals-com</a><br />\r\n
        <a href="https://www.tribu-carnivore.com/articles/sante/fr.wikipedia.org" target="_blank" rel="noopener">fr.wikipedia.org</a><br />\r\n
        <a href="http://www.chien-guide.org/" target="_blank" rel="noopener">www.chien-guide.org</a><br />\r\n
        <a href="https://www.tribu-carnivore.com/articles/sante/www.ulg.ac.be" target="_blank" rel="noopener">www.ulg.ac.be</a></p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Auteur &amp; Traduction : <a href="https://www.tribu-carnivore.com/phpBB2/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=2" target="_blank" rel="noopener">Emma</a></p>
        """
      "excerpt" => "L&rsquo;obésité chez les animaux de compagnie est très fréquente dans les pays occidentaux avec à peu prés 40% des chiens [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/les-problemes-dobesite/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626188768
        "plus" => 1626577568
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4232
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-aleksandr-nadyojin-4492167-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-aleksandr-nadyojin-4492167-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-aleksandr-nadyojin-4492167-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-aleksandr-nadyojin-4492167-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    33 => array:12 [
      "id" => 437
      "title" => "Régime alimentaire pour chiens souffrant de problèmes articulaires"
      "content" => """
        <h1>Régime alimentaire</h1>\r\n
        <p>Certains chiens voient leur état s’améliorer simplement en supprimant les céréales de leur régime alimentaire. Ceci nécessite la préparation d’un menu fait maison puisque tous les aliments industriels contiennent des céréales. Gardez à l’esprit qu’il est très important qu’un chien avec de l’arthrose reste mince. Un excès de poids contribue au problème et à sa progression.</p>\r\n
        <p>Si vous nourrissez votre chien avec BARF ou Raw Feeding, voici quelques notes d’un séminaire du Dr. Ian Billinghurst, assorties de quelques commentaires :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Pas de céréales. Ces dernières augmentent l’inflammation.</li>\r\n
        \t<li>Ne laissez pas votre chien grossir. Si nécessaire, arrêtez les hydrates de carbone, réduisez l’apport en graisse en donnant de la viande maigre, augmentez la quantité de fibres en donnant plus de légumes.</li>\r\n
        \t<li>Pas de nourriture cuite.</li>\r\n
        \t<li>Pas de produits laitiers</li>\r\n
        \t<li>Dans la purée de légumes, préférez les fruits colorés. Billinghurst mentionne les fruits tropicaux tels que la papaye ou la mangue. Ne donnez pas d’oignons, de piments, de tomates ou d’aubergines. Evitez les oranges. Les légumes à favoriser sont le céleri (très bon), les carottes, le persil, les asperges, le brocoli, la coriandre et l’ail.</li>\r\n
        \t<li>Le cartilage issu des gros os est bénéfique.</li>\r\n
        \t<li class="liste">Le vinaigre de cidre peut aider.</li>\r\n
        \t<li>Utilisez de l’ascorbate de calcium ou du l’ascorbate de sodium plutôt que de l’acide ascorbique qui peut être irritant pour le système digestif.</li>\r\n
        \t<li>Poisson (riche en acides gras oméga-3).</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p><img src="https://www.tribu-carnivore.com/cache/datsogallery_catid-1_360x360_0/5A66449486CF-1.jpg" alt=" " border="0" /></p>\r\n
        <p>Il est important que les chiens souffrant d’arthrose aient un apport suffisant, mais pas excessif, en vitamine D (taux à faire contrôler par le vétérinaire si nécessaire), en calcium et en magnésium. Si le régime inclus des os charnus crus, ceux-ci ne devraient pas dépasser 50% du régime alimentaire (ndlt : 50% c'est vraiment beaucoup, vous pouvez diminuer cette quantité en fonction des besoins de votre chien). Si votre régime n’inclut pas d’os pour des raisons spécifiques, vous devez supplémenter en calcium à hauteur d’environ 2000 mg par kilo de nourriture (1 cuillère à café de coquille d’œuf broyée contient environ 2000 mg de calcium).</p>\r\n
        <h1>Suppléments naturels</h1>\r\n
        <h2>Glucosamine et autres glycosaminoglycanes</h2>\r\n
        <p>La glucosamine est un complément qui aide à la reconstruction des cartilages et à la restauration du fluide synovial (sécrétion servant à lubrifier les articulations). Ces types de suppléments peuvent être utiles tant au niveau de la prévention que du traitement. Notez qu’ils traitent le problème lui-même et pas seulement les symptômes. Ces produits incluent le sulfate de glucosamine, la glucosamine HCI, le sulfate de chondroïtine, l’extrait de moule verte, le concombre de mer (non recommandé car il s’agit d’une espèce en danger), d’autres formes de cartilage, de la protéine de collagène hydrolysée (gélatine), ainsi que les produits injectables tels que l’Adequan (USA) ou le Cartophen (autres).</p>\r\n
        <p>Notez que ces suppléments sont plus efficaces s’ils sont donnés hors des repas (au moins une heure avant ou deux heures après), mais peuvent être donnés avec la nourriture si l’on préfère. Ces suppléments peuvent aussi se révéler plus efficaces s’ils comportent une petite quantité de manganèse.<br />\r\n
        Lorsqu’on donne de la glucosamine et de la chondroitine pour le traitement de l’arthrose, il faut toujours commencer avec une dose dite d’attaque.</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Petits chiens : 500 mg de glucosamine et 400 mg de chondroitine</li>\r\n
        \t<li>Chiens moyens : 1000 mg de glucosamine et 800 mg de chondroitine</li>\r\n
        \t<li>Grands chiens : 1500 mg de glucosamine et 1200 mg de chondroitine</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Par la suite, on diminue le dosage. C’est ce qui s’appelle la dose d’entretien. Si vous ne voyez pas d’amélioration, essayez une marque différente. Certains chiens semblent plus sensibles à une marque qu'à l'autre.</p>\r\n
        <h2>Anti-inflammatoires naturels</h2>\r\n
        <p>Lorsque la maladie devient symptomatique, l’inflammation est d’ores et déjà présente et vous pouvez donner à votre chien des suppléments qui aident à soulager l’inflammation.</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>Huile de poisson sauvage:<br />\r\n
        S’il y avait un seul supplément à conseiller pour les chiens qui souffrent d’arthrose, ce serait l’huile de poisson (l’huile de poisson entier comme l’huile de saumon sauvage uniquement de très bonne qualité et surtout pas d’huile de foie de morue). L’huile de poisson apporte des acides gras oméga-3 qui aident à réduire l’inflammation. Ils sont bénéfiques quel que soit le régime alimentaire de votre chien. Notez que les acides gras oméga-3 sont fragiles et se détériorent rapidement lorsqu’ils sont exposés à la lumière, à la chaleur ou à l’air. Il n’est donc pas recommandé de donner des aliments enrichis en acides gras oméga-3. Vous pouvez donner quotidiennement 1000 mg d’huile de poisson par 5 kg de poids de corps. Les acides gras oméga-3 utilisent la vitamine E présente dans le corps. Il est donc conseiller de supplémenter en vitamine E à chaque fois que vous supplémentez en huiles de toutes sortes. On donne environ 200 IU de vitamine E pour un chien de taille moyenne.</li>\r\n
        \t<li>Vitamine E:<br />\r\n
        La vitamine E se trouve surtout dans les huiles végétales, plus particulièrement dans l’huile de germe de blé. Les résultats de trois études ayant porté en tout sur 157 sujets (humains) indiquent que de hautes doses de vitamine E (propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes), en conjonction ou non avec un traitement classique, peuvent réduire la douleur provoquée par l’arthrite rhumatoïde. La dose quotidienne conseillée est de 2000 IU pour les chiens de plus de 25 kg.<br />\r\n
        Lorsqu'on administre des doses aussi élevées de vitamine E, cela doit se faire sous suivi vétérinaire afin d’éviter une hypervitaminose E.</li>\r\n
        \t<li>Vitamine C:<br />\r\n
        Des doses élevées de vitamine C peuvent également aider votre animal. Pour connaître la dose, augmentez progressivement jusqu’à ce que les selles deviennent molles puis revenez une étape en arrière pour que les selles soient à nouveau normales. Vous obtenez ainsi la dose maximale pour votre chien. La vitamine C étant hydrosoluble, il n’existe pas de risque d’hypervitaminose.</li>\r\n
        \t<li>La broméline (une enzyme protéolytique), donnée en dehors des repas.</li>\r\n
        \t<li>La quercétine (flavonoïde de type flavonol) et les autres bioflavonoïdes. Elle fonctionne mieux quand elle est administrée avec de la broméline. On peut acheter de la quercétine sous forme de compléments et on en trouve dans l’alimentation, notamment dans les pommes, dans le thé, dans les agrumes et dans le brocoli.</li>\r\n
        \t<li>Boswellie (plante): disponible en comprimés.</li>\r\n
        \t<li>Yucca (plante). Il fonctionne mieux en teinture qu’en poudre.</li>\r\n
        \t<li>Curcuma (plante). C’est un antioxydant très puissant.</li>\r\n
        \t<li>Griffe du diable (plante). Disponible sous forme de capsule, ou en poudre. Elle soulage les douleurs.</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <h1>Mise en garde</h1>\r\n
        <p>L’information présentée ici a été glanée dans des livres, sur Internet et grâce à la connaissance et l’expérience des autres. Elle ne remplace en aucun cas l’avis de votre vétérinaire et les médicaments qui sont prescrits à votre animal. Nous fournissons juste d’autres options et d’autres pistes à explorer, notamment celle d’un régime alimentaire adapté. Nous n’abordons pas les questions de la thérapie médicamenteuse ou de la chirurgie. Ne prenez pas de décisions concernant la santé de votre animal en vous basant uniquement sur ce que vous lisez ici.</p>\r\n
        <p>Les suppléments se donnent pour des raisons spécifiques non pas pour le plaisir ou au cas ou. </p>\r\n
        <h1>Remerciements</h1>\r\n
        <p>A Mary, webmaster du site <a href="http://www.dogaware.com/" target="_blank" rel="noopener">DogAware.com</a> pour m’avoir donné l’autorisation de traduire ses pages.</p>\r\n
        <p>&nbsp;</p>
        """
      "excerpt" => "Régime alimentaire Certains chiens voient leur état s’améliorer simplement en supprimant les céréales de leur régime alimentaire. Ceci nécessite la [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/regime-alimentaire-pour-chiens-souffrant-de-problemes-articulaires/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626188720
        "plus" => 1626577520
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4234
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-blue-bird-7210584-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-blue-bird-7210584-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-blue-bird-7210584-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-blue-bird-7210584-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    34 => array:12 [
      "id" => 434
      "title" => "Les allergies chez le chien et le chat"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/articles-sante/102-les-allergies-chez-le-chien-et-le-chat">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>De nos jours, les allergies chez les chiens et les chats sont probablement l'une des principales raisons qui poussent les propriétaires d'animaux domestiques à aller rendre visite à leur vétérinaire.</p>\r\n
        <p>Les allergies peuvent se manifester de différentes façons.</p>\r\n
        <p><span class="main">Chez les chiens, les symptômes se traduisent par des pertes de poil, des éruptions cutanées, le léchage des pattes, des infections des oreilles, des démangeaisons, des pe</span>rtes de poil autour des yeux, la peau qui pèle ou encore une peau grasse.</p>\r\n
        <p>Chez les chats, ces symptômes se traduisent par des yeux qui coulent, des infections du conduit urinaire ou des éternuements. Bien que la plupart des vétérinaires prescrivent des médicaments afin de stopper les symptômes, ces derniers risquent de réapparaître dès l'arrêt du traitement.</p>\r\n
        <p>Les allergies sont causées par une réaction exagérée du corps à une substance. Il est souvent très difficile de mettre le doigt sur l'origine d'une allergie. Certaines études concluent qu'un tiers des allergies sont alimentaires. Parmi les autres allergènes, on trouve entre autres les produits chimiques présents dans l'environnement (pesticides et herbicides pour le gazon notamment), les produits de nettoyage, les shampoings, les détergents, les assouplissants pour le textile, les vaccins et les agents conservateurs présents dans l'alimentation commerciale.</p>\r\n
        <h1>Les produits allergènes non alimentaires et les agents conservateurs</h1>\r\n
        <p>Les produits chimiques pour le gazon peuvent être absorbés par les pattes du chien et les affecter de façon systémique. Les herbicides sont également la cause de lymphomes chez le chien. Gardez à l'esprit que votre animal de compagnie respire l'air juste à l'endroit où l'herbicide a été répandu et qu'ils marchent et se couchent sur le gazon. Si vous êtes obligé d'utiliser des produits chimiques pour le gazon, il est important que votre animal n'y ait pas accès pendant quelques jours.</p>\r\n
        <p>Les produits de nettoyage, notamment ceux utilisés pour nettoyer sa place ou son vary kennel, peuvent déclencher des allergies. Beaucoup de ces produits sont parfumés, ce qui peut encore augmenter le risque d'allergie.</p>\r\n
        <p>Beaucoup de shampoings pour animaux domestiques contiennent des composants irritants ou susceptibles d'affaiblir le système immunitaire. Ces agents peuvent notamment être absorbés par la peau. Le mieux est d'utiliser des shampoings doux, par exemple aux herbes. Comme remède maison pour un chien qui a souvent des démangeaisons, vous pouvez mettre des rondelles de citron dans un pot rempli d'eau et laisser reposer un jour ou deux. Utilisez ensuite cette solution pour rincer votre chien. Cela aura bien souvent un effet calmant sur la peau et les démangeaisons.</p>\r\n
        <p>Parmi les agents conservateurs présents dans la nourriture pour animaux, on peut notamment citer la BHA, la BHT et l'ethoxyquin. Ces composants sont ajoutés à la graisse avant l'arrivée de cette dernière à la fabrique d'aliments. Il a également été prouvé que ces trois additifs étaient cancérigènes. Lisez toujours attentivement la liste des ingrédients si vous nourrissez votre chien avec des croquettes et choisissez des marques qui utilisent des vitamines C et E pour conserver la nourriture. Choisissez également des croquettes qui utilisent des huiles végétales plutôt que des graisses animales. Car si le fabricant est obligé d'inscrire les ingrédients qu'il a lui-même ajouté, il n'en va pas de même des ingrédients qui ont été ajouté à la viande avant son arrivée à l'usine de transformation. Quoi qu'il en soit, la viande fraîche, les os et les abats destinés à la consommation humaine restent le meilleur choix pour votre animal.</p>\r\n
        <p>Les chercheurs en médecine vétérinaire deviennent de plus en plus conscients des effets de la vaccination sur les animaux de compagnie. Souvent, les chiens réagissent à la suspension utilisée dans le vaccin. Cela peut se traduire par des démangeaisons, la perte de poils et par des réactions à certains aliments. Certains chiens peuvent réagir encore plus fortement : difficultés à respirer, rougeurs et même gonflement du cerveau ou incapacité totale à respirer. Surveillez toujours votre chien durant au moins deux heures après la vaccination. Des tumeurs cancéreuses ont également été observées à l'endroit du vaccin, plusieurs années après la piqûre. Il est recommandé de varier l'emplacement de la piqûre et de ne pas vacciner près de la colonne vertébrale, comme par exemple entre les deux épaules.</p>\r\n
        <h1>Les allergènes alimentaires</h1>\r\n
        <p>Finalement, la cause d'allergies qui n'a pas encore été abordée dans cet article est la nourriture. Alfred Plechner, DMV, dans son livre "Pet Allergies : Remedies for an Epidemic", rapporte que les aliments les plus allergènes pour les chiens sont :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>le bœuf et les sous-produits du bœuf</li>\r\n
        \t<li>le lait</li>\r\n
        \t<li>la levure et les produits à base de levure</li>\r\n
        \t<li>le maïs</li>\r\n
        \t<li>le porc</li>\r\n
        \t<li>la dinde</li>\r\n
        \t<li>les œufs</li>\r\n
        \t<li>le poisson</li>\r\n
        \t<li>le blé</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Pour les chats, le Dr Plechner mentionne les aliments suivants :</p>\r\n
        <ul class="check">\r\n
        \t<li>le bœuf et les sous-produits du bœuf</li>\r\n
        \t<li class="liste">le thon</li>\r\n
        \t<li>le lait</li>\r\n
        \t<li>la levure et les produits à base de leveur</li>\r\n
        \t<li>la dinde</li>\r\n
        </ul>\r\n
        <p>Il a été récemment découvert que toutes les formes de soja, ainsi que les aliments à base de gluten de maïs, contribuent au développement d'allergies. Dans son livre "The Holistic Guide for a Healthy Dog", Wendy Volhard suggère que les céréales qui créent le plus de problèmes sont le maïs, le blé, le riz et le seigle. Elle mentionne également que l'avoine, le sarrasin, le millet et le quinoa semblent moins allergènes.</p>\r\n
        <p>Si vous soupçonnez que votre animal domestique est victime d'une allergie alimentaire, vous pouvez mettre en place une diète d'élimination (appelé aussi régime d'éviction). Notez qu'il est impossible de composer une diète d'élimination avec des croquettes puisque tous les ingrédients sont mélangés. En revanche, avec une alimentation de type BARF ou Raw Feeding, il est très facile de mettre en place un tel régime.</p>\r\n
        <p>Avant de mettre en place un tel régime, nous vous recommandons de faire le test Wellness Life Stress Scale que vous trouverez ici <a href="https://glacierpeakholistics.com/collections/frontpage/products/pet-wellness-life-stress-scan-1?variant=40016206148">https://glacierpeakholistics.com/collections/frontpage/products/pet-wellness-life-stress-scan-1?variant=40016206148</a> <br />\r\n
        L'analyse des résultats vous permettra de cibler les allergènes et de maîtriser le plus possible les allergies chez votre animal.</p>\r\n
        <p>Un régime d'éviction se construit comme tel: choisissez une viande et un légume que le chien n'a jamais mangé ou très peu. Continuez cette alimentation plusieurs semaines, jusqu'à ce que les signes allergiques disparaissent. Ensuite, réintégrez de nouveaux aliments, mais toujours un à la fois. Vous pourrez ainsi déterminer facilement quels sont les aliments qui provoquent des allergies. Il devient alors possible de vous constituer une petite liste d'aliments autorisés avec lesquels vous pourrez nourrir votre animal.</p>\r\n
        <h1>Les suppléments utiles en cas d'allergies</h1>\r\n
        <p>Dans la littérature sur les allergies, il semble exister un consensus selon lequel certains suppléments peuvent aider à booster le système immunitaire. Certains vétérinaires pensent que le corps réagit trop fortement et interprète certaines substances de façon erronée. Si le corps peut être graduellement reconstruit dans le but de développer un système immunitaire plus résistant et si l'environnement du chien peut être dépourvu autant que possible d'éléments allergènes, les allergies peuvent être combattues. Vous trouverez ci-après une liste des suppléments les plus efficaces.</p>\r\n
        <p>La vitamine C (avec des flavonoïdes) donnée en doses thérapeutiques peut agir comme antihistaminique. Les flavonoïdes aident à booster le système immunitaire et fonctionnent bien en parallèle avec la vitamine C.</p>\r\n
        <p>La vitamine E a également des effets antioxydants et anti-inflammatoires. Elle s'utilise également en usage externe pour des irritations de la peau mineures.</p>\r\n
        <p>La biotine, une vitamine du groupe B, aide à combattre les allergies. On en trouve dans les œufs ou sous forme de comprimés.</p>\r\n
        <p>L'alfalfa est riche en chlorophylle et aide à alcaliser le corps et à détoxiquer l'organisme.</p>\r\n
        <p>Certaines algues sont riches en sélénium, en vitamines E et B, en zinc et en biotine. Ces algues sont bonnes pour la peau.</p>\r\n
        <p>Le yucca a des propriétés corticoïdes sans en avoir les effets secondaires. Il agit comme anti-inflammatoire contre les démangeaisons. Le yucca s'utilise sous forme de teinture.</p>\r\n
        <p>L'utilisation d'enzymes dans la nourriture est importante. Elles aident à digérer la nourriture plus vite et les enzymes pancréatiques aident à digérer les protéines, ce qui réduit le risque de réactions allergiques.</p>\r\n
        <p>Les acides gras essentiels comme l'huile de poisson sont nécessaires à la bonne santé de la peau de votre animal et pour booster le système immunitaire. Ces acides gras ont également des propriétés anti-inflammatoires. Choisissez de l'huile de poisson plutôt que de l'huile de graines de lin, car cette dernière peut être allergène pour certains chiens.<br />\r\n
        Prenez garde à choisir une huile de poisson d'excellente qualité. En effet, celle-ci a beaucoup baissé ces dernières années.</p>\r\n
        <p>Le meilleur moyen pour lutter contre les allergies est de nourrir votre animal avec de la nourriture fraiche. Une alimentation fraiche est riche en vitamines, en minéraux, en enzymes et en acides aminés. La nourriture que vous donnez à votre animal est ce qui l'aidera à avoir un système immunitaire fort et qui lui permettra de se défendre contre les allergies et contre les autres problèmes immunitaires.</p>\r\n
        <h1>Les acides gras essentiels dans le traitement des allergies</h1>\r\n
        <p>On trouve des acides gras essentiels dans les huiles de poisson et dans la plupart des huiles végétales. Le corps ne peut pas synthétiser d'acides gras essentiels et ils doivent donc être fournis par le biais de l'alimentation. Les acides gras oméga-3 sont les plus bénéfiques. Bien que les croquettes soient fabriquées à base de graisses animales, elles manquent cruellement d'acides gras essentiels. Les acides gras essentiels sont détruits au moment de la cuisson et de la transformation des aliments et peuvent rancir s'ils ne sont conservés au froid. Toutes les graisses rances deviennent des transporteurs de radicaux libres et sont soupçonnées de provoquer le cancer, aussi bien chez le chien ou le chat que chez l'humain.</p>\r\n
        <p>Il existe plusieurs sources d'acides gras essentiels. Les meilleures sources sont les poissons, bien que tous les poissons ne fournissent pas suffisamment d'acides gras essentiels. Les meilleurs poissons sont le saumon (attention, visitez la page des aliments toxiques pour le chien au sujet du saumon), le maquereau, les sardines, la truite et le hareng. La plupart des chiens aiment le maquereau ou le saumon deux ou trois fois par semaine. L'huile de saumon constitue également un excellent choix comme supplément en acides gras essentiels. </p>\r\n
        <p>On peut également citer d'autres sources d'acides gras essentiels comme l'huile de lin, les graines de lin, l'huile de primerose, l'huile de cassis ou la spiruline. L'huile de graines de lins contient également du potassium, du magnésium, des vitamines B et du zinc. Soyez toutefois attentif avec l'huile de graines de lin car cette dernière peut être allergène pour certains chiens.</p>\r\n
        <p>Evitez les huiles qui ont été chauffées, transformées, solidifiées ou passées de date. Evitez également les huiles telles que l'huile de soja, l'huile de tournesol, ou l'huile de palme.</p>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="content clearfix"><img class="wp-image-870 alignleft" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/10/5389AA1C-8699-4F8C-BA34-0A3570B3462D-300x300.jpg" alt="" width="189" height="189" />\r\n
        <p>Sources :</p>\r\n
        <p><a href="http://www.b-naturals.com/" target="_blank" rel="noopener">www.b-naturals.com</a></p>\r\n
        <p><img title="Régime BARF" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/barf36.png" alt="Régime BARF" width="36" height="36" border="0" /><img title="Régime Raw Feeding" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/rawfeeding36.png" alt="Régime Raw Feeding" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chiens" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chien36.png" alt="Convient pour les chiens" width="36" height="36" border="0" /><img title="Convient pour les chats" src="https://www.tribu-carnivore.com/images/stories/chat36.png" alt="Convient pour les chats" width="36" height="36" border="0" /></p>\r\n
        <p>Auteur &amp; Traductions © : <a href="https://www.tribu-carnivore.com/phpBB2/profile.php?mode=viewprofile&amp;u=2&amp;phpMyAdmin=2kFzkHKnBTug3xVXn2X6RAmvJt7" target="_blank" rel="noopener">Emma</a><br />\r\n
        Modification 10.04.2022: Sophie et Joëlle</p>\r\n
        </div>\r\n
        </article>\r\n
        </div>\r\n
        </section>\r\n
        </div>\r\n
        <div class="module mod-plain  deepest"> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div>Témoignage "Falco", par Rebecca Prud'homme<br />\r\n
        Contexte: Boxer de 7,5 ans, multi-allergique, confié à une membre de Tribu Carnivore pour 10 jours, que les propriétaires ne sont jamais venus rechercher.</div>\r\n
        <div>Après 2 mois de garde, décision d'arrêter les croquettes (Pro Plan Derma Plus) ainsi que le traitement quotidien (Dermipred = prednisolone) pour un passage au barf.</div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div>Résultats sanguins (2015) <img class="alignnone size-medium wp-image-1008" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/Capture-décran-2022-04-16-à-23.04.43-300x271.png" alt="" width="300" height="271" /> </div>\r\n
        <div>10 février 2022, début des soins de plaie, croquettes et médication inchangées <img class="alignnone size-medium wp-image-1004" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/Boxer-1-300x225.jpeg" alt="" width="300" height="225" /></div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div>Passage au barf 28 février 2022</div>\r\n
        <div>3 mars 2022 <img class="alignnone size-medium wp-image-1003" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/Capture-décran-2022-04-16-à-22.45.21-300x265.png" alt="" width="300" height="265" />  9 mars 2022, après 9 jours de barf <img class="alignnone size-medium wp-image-1005" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/Boxer-2-300x225.jpeg" alt="" width="300" height="225" />. </div>\r\n
        <div>15 avril 2022 <img class="alignnone size-medium wp-image-1002" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/Capture-décran-2022-04-16-à-22.46.06-300x129.png" alt="" width="300" height="129" />.  15 avril 2022 <img class="alignnone size-medium wp-image-1006" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/Boxer-3-225x300.jpeg" alt="" width="225" height="300" /> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div>Et pour pas qu'il ne soit qu'une plaie, voici Falco (qui attend sa gamelle) <img class="alignnone size-medium wp-image-1007" src="https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/Boxer-4-168x300.jpeg" alt="" width="168" height="300" /></div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>\r\n
        <div> </div>
        """
      "excerpt" => "De nos jours, les allergies chez les chiens et les chats sont probablement l&rsquo;une des principales raisons qui poussent les [&hellip;]"
      "permalink" => "https://tribu-carnivore.com/les-allergies-chez-le-chien-et-le-chat/"
      "author" => "Sophie"
      "author_link" => ""
      "date" => "13 juillet 2021"
      "timestamp" => array:2 [
        "curr" => 1626188611
        "plus" => 1626577411
      ]
      "categorys" => array:1 [
        0 => WP_Term {#4236
          +term_id: 5
          +name: "Articles santé"
          +slug: "articles-sante"
          +term_group: 0
          +term_taxonomy_id: 5
          +taxonomy: "category"
          +description: ""
          +parent: 0
          +count: 18
          +filter: "raw"
          +"cat_ID": 5
          +"category_count": 18
          +"category_description": ""
          +"cat_name": "Articles santé"
          +"category_nicename": "articles-sante"
          +"category_parent": 0
        }
      ]
      "image" => array:4 [
        "article" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-artem-beliaikin-730067-354x238.jpg"
        "sidebar" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-artem-beliaikin-730067-97x67.jpg"
        "slider" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-artem-beliaikin-730067-1920x580.jpg"
        "topPage" => "https://tribu-carnivore.com/wp-content/uploads/2021/07/pexels-artem-beliaikin-730067-1920x482.jpg"
      ]
      "video" => null
    ]
    35 => array:12 [
      "id" => 432
      "title" => "Les os et le rapport phosphocalcique"
      "content" => """
        <div id="maininner" class="grid-box">\r\n
        <section id="content" class="grid-block">\r\n
        <div id="system">\r\n
        <article class="item" data-permalink="https://www.tribu-carnivore.com/index.php/articles/alimentation-naturelle/130-les-os-et-le-rapport-phosphocalcique">\r\n
        <div class="content clearfix">\r\n
        <p>Un régime basé sur la modèle de la proie entière (BARF ou Raw Feeding), s'il est préparé correctement, est le régime le plus sain que vous pouvez donner à votre carnivore domestique. Cependant, certains propriétaires ne savent pas comment gérer les apports en calcium et en phosphore. En outre, les os constituent un élément essentiel de la diète d'un carnivore et ils doivent être donnés en quantités appropriées.</p>\r\n
        <p>Les carnivores ont besoin de quantités adéquates de calcium et de phosphore pour leur croissance et leur santé. Cet article a pour but de faire le point sur le fameux ratio calcium / phosphore (ratio Ca:P) ainsi que sur les os en général. Nous allons notamment voir quels types d'os sont adaptés et quels types ne le sont pas, quelles quantités sont nécessaires et à quoi ressemble un os charnu cru.</p>\r\n
        <h1>Le calcium et le phosphore</h1>\r\n
        <h2>Le calcium</h2>\r\n
        <p>Le calcium est un nutriment essentiel. Il s'agit d'un élément minéral qui doit être apporté en quantité de l'ordre de 100 à 200 mg par kg de poids corporel par jour chez le chat et le chien. Cette quantité peut varier selon l'espèce (le chien a besoin d'un peu plus que le chat), l'âge (plus chez le jeune en croissance, moins chez l'animal âgé), la période de reproduction, voire une maladie...<br />\r\n
        On trouve du calcium essentiellement dans les produits laitiers et les os. Dans l'organisme, 99% du calcium se trouve dans le squelette. Le reste se trouve majoritairement dans les cellules, et en petite quantité dans le liquide extra cellulaire. Dans l'organisme, le calcium a des rôles variés. Bien sûr, il permet la solidité du squelette et des dents . Mais il a aussi un rôle clé dans la contraction musculaire (y compris cardiaque), et la transmission nerveuse.<sup>1</sup></p>\r\n
        <p>Sans entrer dans des détails trop complexes, la calcémie (taux plasmatique de calcium) est régulée par différentes hormones (hormones de l’homéostasie phosphocalcique). Lorsque la calcémie baisse, l'une de ces hormones agit en stimulant la résorption osseuse qui déverse le calcium du squelette dans le sang, au niveau rénal en stimulant la réabsorption du calcium et dans le duodénum en stimulant l'absorption du calcium. Si la calcémie augmente, c'est une autre hormone qui intervient en agissant sur les ostéoclastes, ce qui diminue la résorption osseuse et donc augmente le stockage du calcium dans l'os. Dans des conditions normales, la calcémie varie très peu car elle est très bien régulée par ce système hormonal. L'hypocalcémie et l'hypercalcémie sont les symptômes de pathologies qui peuvent s'avérer très graves. Mais ne vous inquiétez pas, il n'y a aucun risque de les induire par l'alimentation.</p>\r\n
        <h2>Le phosphore</h2>\r\n
        <p>Comme le calcium, le phosphore est un nutriment essentiel, mais on le trouve en quantité substantielle dans les aliments, en particulier dans la viande. Comme pour le calcium, la majorité du phosphore (90%) se trouve dans le squelette. Les tissus mous en contiennent 9%, et seul 1% se trouve dans le milieu extracellulaire. Le phosphore participe, avec le calcium, à la rigidité osseuse, mais a également un rôle prépondérant dans tout le métabolisme.<sup>1</sup></p>\r\n
        <p>Le phosphore est important pour le développement du cerveau et la formation d'énergie mais il est surtout indispensable à l'organisme pour capter le calcium de l'alimentation : en fait, le calcium seul n'est pas absorbé par l'intestin en l'absence de phosphore. L'apport minéral dans la ration quotidienne doit donc être étudié du point de vue du rapport phosphocalcique (Ca:P).<sup>2</sup></p>\r\n
        <h2>Le ratio Ca:P</h2>\r\n
        <p>Le calcium et le phosphore travaillent "main dans la main". Trop de calcium peut entraîner une augmentation de la densité osseuse, et peut constituer un facteur de dysplasie de la hanche chez les jeunes et les vieux chiens. Trop peu de calcium peut causer une déminéralisation des os (et par conséquent un risque accru de fracture osseuse) et un retard de croissance. Un excès de phosphore peut conduire à des lésions rénales, tandis que la carence en phosphore est rarement (voire jamais) présente chez les carnivores. Chez le chien et le chat, sans entrer dans des considérations compliquées sur la biodisponibilité de ces deux minéraux, le rapport idéal entre calcium et phosphore alimentaires se situe entre 1.2:1 et 1.3:1, bien qu'un rapport allant jusqu'à 2:1 soit acceptable. Un rapport se situant en dessous de 1:1 peut induire une carence en calcium.</p>\r\n
        <h2>Comment fournir le bon rapport Ca:P à mon animal ?</h2>\r\n
        <p>Bonne nouvelle, il n'y a aucunement besoin de calculs scientifiques poussés pour le savoir, tant que vous donnez suffisamment d'os à votre animal. L'humain a également besoin d'un ratio Ca:P optimal, pourtant, il y a fort à parier que vous ne vous êtes jamais préoccupé du rapport phosphocalcique de votre alimentation. Pour les débutants, les anxieux et les fans de mathématiques, nous allons tout de même expliquer pourquoi.</p>\r\n
        <p>Considérons 3 aliments, leur teneur en calcium et en phosphore et leur rapport phosphocalcique :</p>\r\n
        <table class="zebra">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong> </strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Quantité (g)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ca (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>P (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ratio</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Aile de poulet avec os et peau</td>\r\n
        <td class="zebra">100</td>\r\n
        <td class="zebra">1070</td>\r\n
        <td class="zebra">660</td>\r\n
        <td class="zebra">1.62</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Viande boeuf crue 20% mat. grasse</td>\r\n
        <td class="zebra">100</td>\r\n
        <td class="zebra">5</td>\r\n
        <td class="zebra">195</td>\r\n
        <td class="zebra">0.03</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Pattes de poulet</td>\r\n
        <td class="zebra">100</td>\r\n
        <td class="zebra">645</td>\r\n
        <td class="zebra">200</td>\r\n
        <td class="zebra">3.23</td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <p>Première information, une diète constituée uniquement de viande crue (sans os), avec un ratio Ca:P de 0.03:1 est complètement déséquilibrée et mènera indubitablement a de graves carences en calcium. A contrario, une diète composée uniquement de pattes de poulet présente un ratio Ca:P de 3.23:1. L'excès d'os étant éliminé par les selles, il existe un risque non négligeable de constipation, voire même d'occlusion intestinale.</p>\r\n
        <p>Admettons maintenant que nous voulons préparer une gamelle avec ces trois aliments et imaginons que le poids de la ration soit de 400 grammes, soit l'équivalent journalier de nourriture pour un chien d'une quinzaine de kilos. Nous pouvons mélanger ces ingrédients de manières différentes, avec des proportions d'os plus ou moins élevées.</p>\r\n
        <table class="zebra">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong> Ration No 1</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Quantité (g)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ca (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>P (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ratio</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Aile de poulet avec os et peau</td>\r\n
        <td class="zebra">100</td>\r\n
        <td class="zebra">1070</td>\r\n
        <td class="zebra">660</td>\r\n
        <td class="zebra">1.62</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Viande boeuf crue 20% mat. grasse</td>\r\n
        <td class="zebra">300</td>\r\n
        <td class="zebra">15</td>\r\n
        <td class="zebra">585</td>\r\n
        <td class="zebra">0.03</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ration totale</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>400</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>1085</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>1245</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>0.87</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <table class="zebra">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong> Ration No 2</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Quantité (g)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ca (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>P (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ratio</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Aile de poulet avec os et peau</td>\r\n
        <td class="zebra">200</td>\r\n
        <td class="zebra">2140</td>\r\n
        <td class="zebra">1320</td>\r\n
        <td class="zebra">1.62</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Viande boeuf crue 20% mat. grasse</td>\r\n
        <td class="zebra">200</td>\r\n
        <td class="zebra">10</td>\r\n
        <td class="zebra">390</td>\r\n
        <td class="zebra">0.03</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ration totale</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>400</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>2150</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>1710</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>1.26</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <table class="zebra">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong> Ration No 3</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Quantité (g)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ca (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>P (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ratio</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Aile de poulet avec os et peau</td>\r\n
        <td class="zebra">300</td>\r\n
        <td class="zebra">3210</td>\r\n
        <td class="zebra">1980</td>\r\n
        <td class="zebra">1.62</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Viande boeuf crue 20% mat. grasse</td>\r\n
        <td class="zebra">100</td>\r\n
        <td class="zebra">5</td>\r\n
        <td class="zebra">195</td>\r\n
        <td class="zebra">0.03</td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ration totale</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>400</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>3215</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>2175</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>1.48</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        </tbody>\r\n
        </table>\r\n
        <p>&nbsp;</p>\r\n
        <table class="zebra">\r\n
        <tbody>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra"><strong> Ration No 4</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Quantité (g)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ca (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>P (mg)</strong></td>\r\n
        <td class="zebra"><strong>Ratio</strong></td>\r\n
        </tr>\r\n
        <tr>\r\n
        <td class="zebra">Aile de poulet avec os et peau         </td>\r\n
        <td class="zebra">100</td>\r\n
        <td class="zebra">1070</td>\r\n
        <td class="zebra">660</td>\r\n
        <td class="zebra">1.62</td>\r\n
        </tr>\r\n